Navigation – Plan du site
Bulletin Platonicien V
Commentaires aux dialogues de Platon

D. Barbaric (éd.), Platon über das Gute und die Gerechtigkeit. Plato on Goodness and Justice. Platone Sul Bene e sulla Giustizia

Francisco L. Lisi
p. 375-376
Référence(s) :

Barbaric, Damir (éd.), Platon über das Gute und die Gerechtigkeit. Plato on Goodness and Justice. Platone Sul Bene e sulla Giustizia, Würzburg, Königshausen & Neumann, 2005, 275 p.

Texte intégral

1Ce volume présente les articles tirés des vingt exposés lus à l’occasion d’une conférence tenue à Zagreb en mars de 2004. Ces contributions portent dans la majorité des cas sur le concept de justice et la notion du bien. La République se trouve, comme il est naturel, au centre des débats, mais il y a aussi deux articles qui traitent des autres dialogues. J. Jantzen considère les dialogues de jeunesse pour analyser l’usage du terme “bon”. C. Rowe examine le rapport entre le Bien et le Juste dans le Gorgias pour démontrer que le dialogue reste dans le domaine de ce qu’on appelle l’intellectualisme socratique. D. Barbaric voit dans le Philèbe des indications sur l’attitude appropriée pour qui entend parvenir à la connaissance du Bien : ce dernier est complètement transcendant à l’être et ne peut être connu qu’à travers trois Idées : la Beauté, la Mesure et la Verité. W. Mesch analyse l’allégorie des marionnettes dans le premier livre des Lois pour éclairer la psychologie à l’oeuvre dans le dernier dialogue de Platon. Il souligne la continuité de la pensée platonicienne en ce qui concerne le rapport entre psychologie et politique. Cinq contributions, qui s’occupent de différents aspects de la réception de la pensée platonicienne soit à la Renaissance (ainsi L. Borsič, « Machiavelli between Thrasymachuns and Socrates ») soit dans la philosophie contemporaine (G. Grigenti, « Platone vexata quaestio. L’interpretatione platonica di Gadamer contrapposta a quelle di Heidegger e di Popper » ; K. Gloy, « Platon-Vordenker der Postmoderne. Erkennistheoretische Fundierung der Ethik » und G. Figal, « Dekonstruktion und Dialektik ») complètent le volume.

2Parmi les cinq articles dédiés au problème du Bien dans la République, le travail de M. Ferber est une version révisée de son article paru dans la revue Methexis (14, 2001, p. 7-21), où il défend la transcendance de l’Idée du Bien contre les interprétations de M. Baltes et L. Brisson. Un des moments les plus étonnants de ce volume est constitué par le papier de E. Berti et L. Seminara, dont les contributions respectives sont clairement séparées par des astérisques. Si la partie de Berti sur la critique aristotélicienne de l’Idée platonicienne du Bien constitue une brève esquisse, pas entièrement nouvelle dans son contenu, l’analyse de l’analogie du soleil, présentée par Seminara, soulève des réserves quant à la méthode : en partant de ce qu’elle considère comme des incohérences chez Socrate/Platon, l’auteur conclut en effet que ni le soleil ni le Bien sont des causes, en s’en prenant à tous ceux qui, depuis le lycée, ont lu quelque fois le texte de la République. Son interprétation de l’analogie n’est en outre pas toujours très claire, ainsi lorsqu’elle paraphrase 508d4-9 :“...as the eyes see visible things clearly in the light of day but are dimmed and seem nearly blind in the gloom of night, so the soul knows what is illuminated by the sun and opines about what is mixed with obscurity.” I. Deretič (p. 137-148) offre une interprétation de l’Idée du Bien comme Unité transcendante à l’être très proche de l’école tubingeoise. Pourtant, pour D., le Bien peut être connu seulement par intellection (noêsis) et non par la dialectique ou par une définition. V. Cvetkovicˇ (“The mystical experience of the idea of the Good in Plato”, p. 175-181) va dans la même direction, mais, de manière plus radicale encore, il défend la transcendance absolue du Bien et le caractère mystique de sa connaissance. E. Banič-Pajnič étude l’influence que l’interprétation de Ficin de l’allégorie du soleil a eu dans la transformation de la cosmologie de la Renaissance, et en particulier sur le nouveau modèle planétaire formulé par Galilée (p. 191-201). La contribution de R. Turnher (p. 109-120) complète le traitement des livres centraux de la République avec une analyse de l’allégorie de la ligne et de la caverne, dont il soutient la cohérence avec d’autres dialogues platoniciens. Pour T., le denier segment de la ligne ne correspond pas aux ombres et images des objets sensibles, mais aux représentations du sensible dans le médium de la langue.

3Un autre groupe d’articles examine le problème de la justice, en particulier dans la République. F. Zore (p. 21-30) trace un panorama de l’usage des termes dikê et dikaiosunê dans la pensée grecque avant Socrate et la sophistique, en mettant l’accent sur la projection cosmique de ces concepts. V. Kalan (p. 45-61) analyse quant à lui le rapport entre la doctrine de Platon et la sophistique. Sa lecture du rapport de Platon à Protagoras ne parvient toutefois pas à cerner la véritable complexité des rapports entre les deux philosophes, puisqu’il s’en tient à une analyse superficielle des différences les plus évidentes. A. Havliček (p. 9-19) affirme que l’essence du rapport entre le Bien et la justice se réalise dans la dialectique, qui inclut l’action juste et l’être juste dans un cercle herméneutique : on ne peut pas agir justement, sans être juste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francisco L. Lisi, « D. Barbaric (éd.), Platon über das Gute und die Gerechtigkeit. Plato on Goodness and Justice. Platone Sul Bene e sulla Giustizia », Études platoniciennes, 3 | 2006, 375-376.

Référence électronique

Francisco L. Lisi, « D. Barbaric (éd.), Platon über das Gute und die Gerechtigkeit. Plato on Goodness and Justice. Platone Sul Bene e sulla Giustizia », Études platoniciennes [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/1016

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org