Navigation – Plan du site
Bulletin Platonicien V
Commentaires aux dialogues de Platon

F. Bravo, Los Ambigüedades del Placer

Jean-François Pradeau
p. 380-381
Référence(s) :

Bravo, Francisco, Los Ambigüedades del Placer, Sankt Augustin,Academia Verlag, 2003.

Texte intégral

1F. Bravo s’est fait depuis plus d’une dizaine d’années une spécialité de la question à laquelle il a consacré cet ouvrage. Le même auteur avait en effet consacré divers articles à la question du plaisir chez Platon. Parmi eux figure, en langue française, une minutieuse étude sur les faux plaisirs dans le Philèbe, qui présente très finement l’ensemble de la littérature contemporaine sur ces pages complexes du dialogue (« La critique contemporaine des faux plaisirs dans le Philèbe », dans Renverser le platonisme, II, éd. par M. Dixsaut, Paris, Vrin, 1995, p. 235-270.). On retrouve dans cet ouvrage une partie de ce matériau antérieur, et les mêmes qualités de minutie critique. F. Bravo suit les textes avec circonspection, il prend soin de poser à leur propos des questions d’interprétations générales, il présente les réponses contemporaines et avance ainsi en exposant toujours à son lecteur l’ensemble du matériau de son enquête (l’ouvrage ne dispose malheureusement d’aucun index). Il n’est pas exclu que les questions posées par F. Bravo à chacun des dialogues qu’il examine soient parfois un peu trop générales (ainsi de la question récurrente, posée à propos de chacun d’eux : s’agit-il d’un texte hédoniste ou anti-hédoniste ?), mais voilà qui n’enlève pas au principal intérêt de l’ouvrage, qui est de proposer un traitement de l’ensemble des aspects de son objet. Le lecteur dispose d’un dossier complet, dont il fera l’usage qu’il voudra.

2Le livre est construit en trois parties, qui portent successivement sur le statut du plaisir dans la pensée grecque (il s’agit en vérité d’une longue introduction, beaucoup plus courte que les deux autres parties de l’ouvrage), puis sur la définition du plaisir, dans les dialogues et chez les successeurs de Platon, avant qu’une troisième partie ne soit exclusivement consacrée à la manière dont les dialogues traitent du plaisir, et ce différemment. F. Bravo consacre ainsi un chapitre à chacun des dialogues où l’on trouve un développement conséquent sur le plaisir (Protagoras, Phédon, République, Philèbe et Lois), et il défend une hypothèse chronologique, en montrant que les dialogues sont comme traversés par une hésitation, entre une forme d’hédonisme et une forme d’anti-hédonisme qui ne s’affrontent pas exactement sur le même terrain et ne s’imposent ni l’un ni l’autre dans les dialogues. Il ne faut pas confondre le jugement moral sur le plaisir, et la condamnation des plaisirs excessifs comme de la vie de plaisir en général, et ce fait psychologique parfaitement nécessaire qu’est le plaisir.

3Il se trouve en effet que l’étude de F. Bravo a pour intéressante particularité de ne pas s’en tenir au seul aspect « moral » du plaisir. D’abord, en montrant comment les dialogues font du plaisir une question de philosophie de la nature et du vivant. Ainsi, l’ouvrage propose des chapitres conséquents sur la physique du plaisir (et la définition du plaisir comme mouvement) et sur la physiologie du plaisir (pour rendre raison de la définition du plaisir comme « réplétion », plêrôsis). Ensuite, en montrant que le plaisir est une réalité psychologique, et en expliquant que Platon en fait un jugement porté sur une sensation, et non pas simplement une sensation (p. 109-114). Et dans l’ensemble, F. Bravo propose de nombreux et précis développements doxographiques pour que l’on puisse prendre la mesure des innovations platoniciennes et que l’on observe encore comment le propos de Platon sur le plaisir s’insère dans une histoire et dans un débat, qui tous deux conservent une vive actualité dans les écoles hellénistiques. L’ouvrage maintient à ce titre un très utile dialogue entre les thèses platoniciennes et leurs parentes aristotéliciennes.

4F. Bravo défend une hypothèse chronologique qui, de la République aux Lois en passant par le Philèbe, dépeint une œuvre de plus en plus ouverte au plaisir et aux arguments hédonistes. Platon n’est pas un anti-hédoniste, comme F. Bravo le montre par les textes, à l’encontre de certains interprètes contemporains, mais un auteur qui choisit de faire face ou de faire front au plaisir, en montrant progressivement qu’il est un aspect proprement constitutif de la vie humaine. Une certaine tension demeure tout au long de l’œuvre, comme si cette question difficile ne pouvait être tranchée. Elle semble toutefois pouvoir l’être dans les Lois, qui selon F. Bravo parviendraient à concilier la critique éthique du plaisir et sa nécessité psychologique, en défendant une forme d’hédonisme eudémoniste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Pradeau, « F. Bravo, Los Ambigüedades del Placer », Études platoniciennes, 3 | 2006, 380-381.

Référence électronique

Jean-François Pradeau, « F. Bravo, Los Ambigüedades del Placer », Études platoniciennes [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 29 mai 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/1020

Haut de page

Auteur

Jean-François Pradeau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org