Navigation – Plan du site
Bulletin Platonicien V
Commentaires aux dialogues de Platon

A. Brüschweiler, Gerechtigkeit durch Ironisierung – die Kritik von Sokrates an der geschlossenen spartanischen Gesellschaft

Francisco L. Lisi
p. 381-383
Référence(s) :

Brüschweiler,Andreas, Gerechtigkeit durch Ironisierung – die Kritik von Sokrates an der geschlossenen spartanischen Gesellschaft. Zürcher Studien zur Rechtsgeschichte 50. Zürich-Basel-Genf, Schulthess, 2003.

Texte intégral

1Brüschweiler (désormais B.) livre ici une réfutation de plus des thèses présentées par Popper dans le premier volume de son déjà très célèbre The Open Society and Its Enemies (1945). L’ouvrage de B. ne se caractérise ni par l’originalité ni par la profondeur. Le livre s’ouvre sur un exposé de l’interprétation que fait P. de la théorie de l’Etat platonicienne comme une théorie historiciste (p. 11-33). B. part du concept poppérien d’historicisme (p. 11-14) et des raisons au nom desquelles P. considère Platon comme l’origine de ce courant (14 sq.). À part des citations, relativement longues, du premier volume de The Open Society ainsi que de The Poverty of Historicism (1957), B. semble ne point connaître les amples discussions sur les implications épistémologiques de la théorie poppérienne, qui ne se réduisent pas à l’histoire ou aux auteurs considérés dans l’ouvrage de 1945. Il est étonnant que son analyse ne porte pas sur le problème de l’induction ni sur les discussions épistémologiques que la théorie de P. a déchaînées, étant donnés les rapports de la critique poppérienne avec sa réfutation du concept d’induction. L’analyse des thèses de P. sur la théorie de l’État de Platon (p. 16-33), dont les fondements métaphysiques (la théorie des Idées, p. 16-19) serviraient à justifier une supposée dégénérescence raciale progressive du genre humain, montre selon l’A. ce que P. considère comme les mesures politiquement nécessaires pour l’éviter (p. 19) ; l’interprétation de P. serait en outre contradictoire avec la supposition d’une idée d’État (p. 20 et suivantes.). P. aurait en outre réinterprété d’une façon erronée la conception platonicienne de l’âme, puisque son interprétation nie la possibilité de l’âme individuelle (p. 22 et suivantes) et que l’État de la République n’est pas le premier État comme P. le présuppose (p. 24-33).

2Après ce traitement superficiel des principes de l’interprétation de P., les chapitres suivants étudient et cherchent à réfuter la lecture popperienne du Critias (p. 33-51), celle de la structure des trois classes exposée dans la République (p. 52-94), ainsi que celle de la phénoménologie de la décadence de la cité décrite dans les livre VIII et IX du même dialogue (p. 94-123). Le livre conclut avec deux chapitres destinés à exhiber et à confondre les préjugés de l’interprétation de Popper en ce qui concerne l’interprétation de la République (p. 124-143) et la théorie des Idées (p. 144-178). Dans le premier cas, selon B., P., « comme toute la critique », méconnaît le caractère tragicomique du mythe des spartoi. B. soutient que Socrate n’expose pas l’Idée de la Justice, qui ne peut pas se réduire au concept d’un état ordonné, d’un ordre ‘extérieur’, mais l’ombre de la justice (p. 136). La République serait un écrit de part en part ironique (cf. p. ex. p. 140) qui prétendrait porter une critique radicale de la société fermée des spartiates, et non une proposition politique sérieuse. Il n’est guère possible ici réfuter cette interprétation de façon détaillée, mais il suffirait de dire que cette hypothèse amusante ne fait jamais l’objet d’une démonstration scientifique, pas même d’une induction en sens poppérien du terme. Le chapitre final contient aussi des hypothèses subtiles, dont la plus étonnante est que Platon n’est pas le créateur de la doctrine des Idées. Il faut souligner aussi que B. parle à plusieurs reprises de sujets que la “critique” n’a pas considérés ou auxquels elle n’a rien compris, quand en réalité il s’agit là le plus souvent du manque de familiarité de l’Auteur avec la littérature secondaire.

3Cette œuvre peu scientifique du point de vue méthodologique et peu informée sur son sujet appartient plutôt à la petite tradition des interprétations imaginaires, qui existe aussi dans la tradition allemande, et pas à la longue tradition solide des Geisteswissenschaften, dont Karl Popper a été un des représentants les plus illustres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francisco L. Lisi, « A. Brüschweiler, Gerechtigkeit durch Ironisierung – die Kritik von Sokrates an der geschlossenen spartanischen Gesellschaft », Études platoniciennes, 3 | 2006, 381-383.

Référence électronique

Francisco L. Lisi, « A. Brüschweiler, Gerechtigkeit durch Ironisierung – die Kritik von Sokrates an der geschlossenen spartanischen Gesellschaft », Études platoniciennes [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/1022

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org