Navigation – Plan du site
Bulletin Platonicien V
Commentaires aux dialogues de Platon

V. Harte, Plato on Parts and Wholes, The Metaphysics of Structure

Arnaud Macé
p. 388-393
Référence(s) :

Verity Harte, Plato on Parts and Wholes, The Metaphysics of Structure, Oxford, Oxford University Press, 2002, 311 p.

Texte intégral

  • 1 Voyez par exemple Ernst Hambruch, Logische Regeln der Platonischen Schule in der Aristotelichen Top (...)
  • 2 « Die aretè-eidos-Lehre », à laquelle Julius Stenzel consacre le deuxième chapitre de son ouvrage d (...)

1Le présent ouvrage est une contribution originale à un sujet d’étude qui n’a pas reçu l’attention qu’il mérite dans le commentaire platonicien. Que les questions de l’ordre et de structure soit déterminantes pour la philosophie platonicienne de la réalité, c’est ce que nous rappelle l’étude de Verity Harte. Cette idée n’est pourtant pas nouvelle. Certaines études du début du siècle dernier avait parfois abordé la question du tout et de la partie dans le platonisme1. Stenzel avaient attiré l’attention sur l’usage platonicien d’eidos au sens de kosmos et de taxis, notamment dans le Gorgias, usage pouvant être développé en une doctrine de l’aretè-eidos2. Mais la question de l’ordre et de la structure attend toujours une étude systématique dans le corpus platonicien, voir de manière plus générale dans le platonisme. VH ne nous procure pas non plus une telle étude. Si son objet est bien la question de la « composition » et de la « structure » par laquelle chez Platon les choses en viennent à être des touts et des parties de touts, elle choisit de restreindre son programme à certains dialogues « tardifs » – ce terme étant entendu non pas au sens du troisième groupe stylométrique (puisque la présente étude laisse de côté les Lois et inclut deux dialogues du deuxième groupe stylométrique, à savoir le Théétète et le Parménide) mais en un sens plus vague et plus fragile de « postérieur à la République ». VH précise évidemment dès l’introduction que les dialogues choisis ne sont pas les seuls à mentionner l’opposition du tout et de la partie, et justifie l’exclusion d’autres passages qui viennent immédiatement à l’esprit comme celui sur la tripartition de l’âme en République IV ou celui sur les parties de la vertu en Protagoras 329d, en précisant que ceux-ci, à la différence de passages du Parménide, par exemple, s’ils présentent bien des exemples de relations entre tout et partie, ne questionnent pas la nature même de cette relation. Mais cette justification est au bout du compte remise en cause par l’auteur elle-même lorsqu’après avoir étudié les passages du Parménide, du Sophiste ou du Théétète qui en effet problématisent la relation même de tout à partie, elle cherche confirmation de ses résultats dans les exemples de compositions que l’on peut trouver par exemple dans le Timée, dialogue qui ne mentionne même pas l’opposition du tout et de la partie. Au bout du compte, il est difficile de contester la nécessité d’étendre une telle étude à l’ensemble du corpus. Mais cela n’enlève rien à l’intérêt de la partie traitée par VH, qui se trouve certes constituer, sur cette question, un morceau de choix.

2L’étude de VH présente un autre intérêt : celui de croire que le propos platonicien sur la composition des touts et des parties est vivant et qu’il peut par conséquent être rendu au débat métaphysique d’aujourd’hui – en particulier à propos des questions philosophiques soulevées par la « méréologie », à savoir la théorie de l’ « être-partie » (parthood), théorie logique concernant les relations de composition entre partie et tout ainsi que les relations entre parties. Que des solutions platoniciennes puisse avoir voix au chapitre dans le débat entre métaphysiciens comme Lewis, Armstrong et Van Inwagen, tel est le propos de VH, qui, à la fin du livre, indique les directions dans lesquelles pourraient être mené le travail d’élaboration d’une théorie « néo-platonicienne » de la composition pour notre temps. L’étude du texte platonicien est ainsi enchâssée entre un premier chapitre qui expose de manière générale le problème de la composition tel qu’il apparaît dans les débats métaphysiques d’aujourd’hui et un dernier chapitre (5) qui tire les leçons de la lecture platonicienne pour ce même débat. Nous commencerons par regarder le livre sur Platon, qui constitue les chapitres 2-4 [moins le premier paragraphe du chapitre 4, qui fait un nouveau bilan contemporain sur la question de la structure avant de poursuivre cette question dans le texte platonicien]. En termes d’études platoniciennes, VH produit une discussion précise, très claire sur des questions relativement abstraites, et riche d’hypothèses fécondes – malgré, néanmoins, une attention trop légère à la littérature secondaire et à l’histoire des débats sur le texte platonicien : si cela n’est pas excessivement handicapant dans la discussion d’arguments isolés du Parménide, cela devient plus naïf lors de la mise à l’épreuve des résultats obtenus dans cette première discussion lors d’une lecture plus ample du Philèbe et du Timée, où VH donne trop d’importance à un seul commentateur, certes bien choisi (D. Frede pour le Philèbe et F. M. Cornford pour le Timée), mais dont les propos devraient être davantage contextualisés par la restitution du débat savant dans lequel ils prennent place – ainsi la discussion par VH de la question de la composition des polyèdres dans le Timée souffre de s’en tenir à Cornford sans envisager les discussions que ce dernier à suscité sur ce point, au moins par exemple chez Luc Brisson ou Denis O’Brien. Mais ces lacunes n’empêchent pas VH de nous proposer un parcours éclairant dans le texte platonicien.

3Les trois chapitres centraux suivent la progression suivante : passage en revue des textes platoniciens fondés sur l’idée que le tout est identique à la somme de ses parties (chapitre 2) ; de ceux qui battent en brêche cette idée et affirment l’unité du tout (chapitre 3) ; de ceux enfin qui développent une définition de la composition par la structure, conception susceptible de donner consistance à l’unité d’un tout qui ne se réduise pas à la somme de ses parties (chapitre 4). Les chapitres 2 et 3 tirent l’essentiel de leur matière du Parménide, où l’auteur, suivant les nombreux arguments du dialogues impliquant l’opposition du tout et des parties, voit se déployer une cohérence pouvant du reste apporter de nouveaux éléments de réponse à la difficile question de l’unité des différentes parties du dialogue. Une première série de quatre arguments, regroupés dans la première partie du dialogue (où ce que l’Auteur appelle les deux premières parties de celui-ci, comprenant la conversation de Socrate avec Zénon, puis celle avec Parménide) et dans les deux premières déductions de la seconde partie, reposent sur la thèse de l’identité du tout et de la somme de ses parties et sur le principe suivant lequel avoir des parties, c’est être multiple. Il s’agit de la réponse de Socrate à Zénon (129c5-d2) selon laquelle il est certes possible de dire que les choses possède une propriété et la propriété opposée (ainsi être un et multiple) si l’on parle des choses sensibles, comme le corps de Socrate, au sein duquel on peut distinguer de multiples parties. Or pour pouvoir dire qu’en ce sens la même chose est à la fois un (en tant que tout) et multiple, il faut concevoir le tout comme somme de ses parties. En outre, l’argument socratique, qui conserve l’interdit zénonien en ce qui concernent les choses intelligibles, suppose que la Forme de l’Un, elle, se trouve être sans parties, pour ne pas être affectée par la thèse selon laquelle un tout est identique à la somme de ses parties, et donc nécessairement multiple. C’est précisément sur ce point que Parménide, en 131a-c, attaque, en poussant Socrate a envisager l’idée que toute Forme intelligible ait des parties (quelle soit multiple en étant toute entière dans chaque chose qui y participe, ou que chaque chose qui y participe possède une partie de la Forme), ce qui amène la question de la définition même du fait d’être une partie (parthood) : la notion spatiale de partie, utilisée à propos du corps de Socrate, ne peut plus être invoquée dans le cas d’une Forme. Cette aporie sur la participation met en réalité en jeu deux autres sens de l’être-partie : la « partie-propriété » (au sens où la propriété de la chose est dite être une partie de celle-ci) et la « partie-instance » (au sens où la propriété dans la chose est une partie de la propriété en général) : la petitesse d’Anne est une partie d’Anne et une partie de la petitesse en général. Qu’elle que soit le sens impliqué à chaque moment de l’argument, et même si en outre Parménide et Socrate se trouvent confondre l’un de ces deux nouveaux sens avec le sens spatial, comme les commentateurs l’ont souvent noté, il reste que, dans tous les cas, les trois sens relèvent de la même définition logique de la composition comme identité. Enfin, l’opposition de l’Un atomique (sans parties) et de la collection infinie, dans les deux premières déductions, prolonge la même logique : si l’Un est un il ne peut avoir de parties ni être un tout (137c4-d3) ; si l’Un est multiple, alors il est une collection infinie (144d4-5). Un passage sur le rapport entre composition et enveloppement (144e-145c) explicite finalement l’identification du tout et des parties sur laquelle ces quatre apories sont fondées. Le chapitre 2 s’achève sur une lecture du passage du Sophiste consacré aux monistes (244b6-245e2) qui montre ceux-ci pris dans la même définition de la composition, qui leur interdit de reconnaître que l’être est un tout, s’il doit être un. C’est cette dernière analyse qui permet à VH de retrouver chez les éléates le type de recherche d’innocence métaphysique propre à Lewis, telle qu’elle l’a exposé dans le premier chapitre : innocence concernant l’idée que la composition des parties ne fait pas exister une nouvelle entité, le tout n’étant rien d’autre que la somme de ces parties.

4Le deuxième chapitre reprend le fil du Parménide, où se développe progressivement une nouvelle conception de la composition. Au sein de la ligne d’argumentation qui doit permettre de prouver que l’Un est à la fois même et autre que lui-même et que les autres, on trouve une prémisse relativement indépendante (146b2-5), portant sur le fait que toute chose est en relation avec toute choses de la manière suivante : soit x est le même que y, ou différent, et, s’il n’est ni le même ni différent, c’est que l’un est une partie de l’autre – ce qui implique qu’une partie ne soit ni identique ni différente du tout dans laquelle elle se trouve. La composition se détache ainsi de l’identité. Un nouvel argument, au début de la troisième déduction (157b7-e5) approfondit cette idée. Parménide se demande ce qu’il en est des autres, si l’Un est : ils sont autres que l’Un parce qu’ils ont des parties et les parties sont les parties d’un tout – à ce titre les autres sont des touts et les touts ont part à l’unité. Voilà qui est très nouveau par rapport aux arguments précédents, notamment celui où l’on a vu Parménide affirmer que l’Un ne pouvait ni être un tout ni une partie parce que dans ce cas il serait multiple et non pas un. Cette idée, que le tout est une unité, est ensuite confirmée par un bref argument invoqué dans la quatrième déduction (il n’y a plus, de la cinquième à la huitième déduction, d’usage de l’opposition du tout et de la partie : ce qui y est compréhensible car, comme elles supposent qu’il n’y a pas d’unité, et que l’on dit désormais que le tout doit avoir part à l’unité, il n’y a désormais plus d’Un, ni de tout ni de parties). Cette fois-ci Parménide, pour poser la séparation de l’Un et des multiples, nie que les autres participent à l’Un et en conclut que les autres ne sont ni des touts ni des parties (159d6) – ce qui suppose à nouveau que les touts soient des formes d’unité. Ces derniers passages, comme celui du Sophiste étudié au chapitre précédent, offrent en fait deux façon d’être un : soit au sens de l’Un absolu, atomique, soit au sens de la totalité unifiée. En ce sens ils ouvrent une autre ontologie que celle des passages étudiés au premier chapitre, lesquels relevaient d’une ontologie dans laquelle il n’y a que des atomes mérologiques (unités sans parties), des collections multiples sans unité, et, en outre, des objets paradoxaux un-multiples (comme Socrate lui-même). Désormais, nous avons affaire une ontologie où fleurissent plusieurs formes d’unité : des touts unifiés et des atomes mérologiques.

5Comment concevoir l’unité de ces touts unifiés ? Comme cette unité implique que le tout n’est pas identique à la multiplicité qui le compose, il y a création d’une nouvelle unité et donc un engagement ontologique : on rompt avec la prétention à l’innocence métaphysique. Le tout est désormais une chose créée et complète, qui a une « forme unique » (mia tis idea, Parménide 157d8 ; Théétète 203c5-6 à propos de la syllabe). Il faut donc accepter des restrictions à la composition : tout agrégat n’est pas un tout – contrairement à l’axiome mérologique de Lewis dit de « composition non-restreinte » (Unrestricted composition). Le reste du chapitre 3 passe ainsi en revue les passages platoniciens qui permettent de formuler des règles en vue de la restriction de la composition, et tout particulièrement les pages du Sophiste qui déterminent les conditions du mélange et de la combinaison (251d5-252e8), en partant de l’idée qu’il faut déterminer quelles choses sont susceptibles de mélange et lesquelles ne le sont pas – cette capacité au mélange étant une condition préalable pour pouvoir avoir part à quoi que ce soit. Lettres, sons, genres sont ainsi examinés pour déterminer quelles combinaisons sont possibles, déterminer quels types de choses sont capables de convenir ensemble (sunarmottein), lesquelles se prêtent à la summeixis et à la koinonia. Il revient au chapitre 4 d’explorer le sens de cette unité structurelle ainsi produite, dans le Sophiste, le Philèbe et le Timée. Le première est une extrapolation (pour reprendre les termes employés par l’auteur) à partir de l’exemple de la syntaxe (259d9-261e4) et elle définit ce que l’auteur appelle un « espace syntaxique » dans lequel les éléments et la structure sont interdépendants (les éléments sont « déterminés dans leur contenu par la structure » (structure-laden) » et la structure différentes selon les éléments qu’elle réunit). La lecture de passages plus étendus du Philèbe et du Timée permet d’illustrer et d’approfondir cette notion d’espace syntaxique. VH trouve dans l’analyse du mélange et de ses causes (23c sq), dans le Philèbe, une illustration convaincante de ce type de structure, par laquelle la multiplicité en vient à devenir partie d’un tout susceptible d’être défini. Or de cette structure, elle-même définie par son propre contenu (contentful structure), les parties ne sont que multiplicité indéfinie, où aucune limite ne vient différencier ce qui n’est même pas une partie. On retrouve la multitude (plèthè) qui ne recèle aucune unité, envisagée dans la troisième (158b5-c7) et la septième déduction (164c7-d4) du Parménide. Les exemples, dans le Philèbe, de choses où il y a du plus et du moins donnent à VH l’occasion d’analyses simples et lumineuses. C’est encore dans le récit de la mise en forme des éléments (54-56), qui procure au démiurge le matériau de sa construction du corps du monde (31b5-32c4) que VH trouve de comparables exemples dans le Timée. Nous avons déjà indiqué que la discussion pourrait ici parfois pâtir de ne pas assez contextualiser les références auxquelles l’A. renvoie le lecteur de manière privilégiée, au sein du débat dans lequel elles s’inscrivent. Un certain nombre de choix interprétatifs – la division à l’infini des triangles (p. 241) ; la volonté d’éviter que l’on considère la khôra comme une matière (on comprend bien que l’auteur veuille éviter celle-ci soit une matière indifférenciée qui reçoive de manière indifférente les différentes structures géométriques – supposent à notre sens d’être défendus davantage contre les nombreuses interprétations du Timée qui y font obstacle. Cela n’enlève rien néanmoins à l’une des conclusions les plus intéressantes de ce chapitre, selon laquelle les propriétés physiques de chacun des éléments, ainsi que le type de propriétés perceptives qu’elles sont susceptibles de provoquer lors d’une interaction avec un organe sensoriel, peuvent toutes être expliquées en fonction de leurs propriétés géométriques – et constitue donc des effets de structure.

6Le présent ouvrage est riche par ses promesses. 1/ en ce qui concerne le commentaire platonicien, il nous fait apercevoir la fécondité d’une étude des dialogues à la recherche de motifs structurels. Il faut étendre cette enquête à l’ensemble des dialogues. Plus encore, une telle étude, comme l’A. le souligne en conclusion, aura des conséquences significatives sur la façon dont on conçoit le rôle des Formes intelligibles et de la participation. VH a souligné, en particulier au chapitre 4, le fait que Platon insistait sur l’idée que les structures considérées sont à chaque fois l’objet de la science adéquate. Est-ce à dire que ces structures sont des objets intelligibles ? Les Formes intelligibles seraient-elles de telles structures ? La question est ouverte. 2/ On conçoit l’intérêt d’une telle étude pour le débat en philosophie ancienne sur la question du statut des propriétés. Ainsi, à commencer par Aristote et sa conception de la totalité, probablement proche de celle développée par VH (comme elle le note au chapitre 3 en rappelant les définitions de Métaphysique 1024a1-3 et 1041b12-19) : on tient peut-être là une hypothèse intéressante pour renouveler la comparaison entre Forme platonicienne et Forme aristotélicienne. 3/ Enfin, l’irruption de Platon dans le débat métaphysique contemporain est une bonne nouvelle... pour ce débat, qui prouve par là qu’en étant encore disponible à un tel dialogue, il est en mesure de puiser sa force aux sources spéculatives les plus anciennes.

Haut de page

Notes

1 Voyez par exemple Ernst Hambruch, Logische Regeln der Platonischen Schule in der Aristotelichen Topik, Berlin,Weidmannsche Buchhandlung, 1904.

2 « Die aretè-eidos-Lehre », à laquelle Julius Stenzel consacre le deuxième chapitre de son ouvrage de 1917 : Studien zur Entwickung der Platonischen Dialektik von Sokrates zu Aristoteles, Aretè und Diairesis, Breslau, 1917, 19312.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Macé, « V. Harte, Plato on Parts and Wholes, The Metaphysics of Structure », Études platoniciennes, 3 | 2006, 388-393.

Référence électronique

Arnaud Macé, « V. Harte, Plato on Parts and Wholes, The Metaphysics of Structure », Études platoniciennes [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/1025

Haut de page

Auteur

Arnaud Macé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org