Navigation – Plan du site
Bulletin Platonicien V
Commentaires aux dialogues de Platon

T. A. Szlezák, Das Bild des Dialektikers in Platons späten Dialogen. Platon und die Schriftlichkeit der Philosophie

Francisco L. Lisi
p. 394-395
Référence(s) :

Szlezák, Thomas Alexander, Das Bild des Dialektikers in Platons späten Dialogen. Platon und die Schriftlichkeit der Philosophie, Teil II. Berlin-New York, Walter de Gruyter, 2004, 260 p.

Texte intégral

1Ce volume est conçu comme un prolongement du travail sur les dialogues des deux premières périodes (telles qu’on les détermine habituellement dans l’œuvre de Platon) que Szlezák (désormais S.) a publié presque 20 ans auparavant (Platon und die Schriftlichkeit der Philosophie, 1985). Dans ce premier ouvrage, S. poursuivait et approfondissait la ligne interprétative inaugurée par K. Gaiser, qui cherchait à unir la théorie de Schleiermacher sur le dialogue platonicien avec l’interprétation originairement soutenue par H.J. Krämer et le même Gaiser, concernant l’existence d’une doctrine que Platon aurait seulement évoquée dans sa œuvre écrite, mais jamais exposée. S. avait enrichi l’analyse de la Dialogform grâce au recours à la personnalité de l’auteur par le biais du mécanisme de l’ « aide du discours » (boêtheia tou logou), une figure qui apparaît avec une certaine fréquence et dont le sens est que l’auteur du discours a des raisons supplémentaires, qui ne sont pas exposées par écrit, mais qu’il ne peut donner oralement, de repousser les objections faites au discours écrit, ou de répondre aux questions laissées sans réponse par l’œuvre écrite.

2Schleiermacher considérait que l’analyse de la forme des dialogues indiquait un plan didactique qui guidait le lecteur de l’aporie jusqu’à la connaissance pleine du système platonicien, exposée dans la République, laquelle constituait pour le théologien allemand le dernier dialogue de Platon. Ainsi, chaque dialogue anticipent des problèmes qui trouvent leur réponse dans le suivant et dont la solution complète se trouve dans le dernier dialogue. S. modifie la prolepsis schleiermachienne en la divisant en deux échelons : les dialogues de deux premières périodes préparent et évoquent des problèmes traités dans la République, tandis que la République et les dialogues de la troisième période renvoient quant eux solutions données dans la doctrine non écrite (VIII). La position que soutient S. mélange donc trois lignes d’interprétation fort différentes et difficilement compatibles : (a) la défense de nombreux éléments de la tradition indirecte, (b) les principes herméneutiques de Schleiermacher, formulés justement pour combattre l’interprétation ‘ésotérique’ et (c) la périodisation anglo-saxonne des dialogues de Platon qui est accepté sans analyse. Une conséquence évidente de son interprétation devrait être d’accorder aux Lois un lieu central dans l’analyse. L’analyse de S. se limite presque complètement à remarquer la cohérence doctrinale de ce dialogue avec la République. S. aurait dû considérer la possibilité que les Lois constituent le dialogue auquel renvoient tous les autres oeuvres de la dernière période et qu’elles renvoient à leur tour à la doctrine non écrite.

3Il ne semble pas nécessaire à quelqu’un qui soutient – avec des très bonnes raisons – l’unité de la pensée platonicienne, d’adopter un ordre arbitraire des dialogues, sans fondement scientifique certain (on connaît les tentatives innombrables et contradictoires depuis deux siècles). Moins encore semble-t-il exister de besoin d’esquisser un ordre didactique en coïncidence – au moins dans ses grands traits – avec l’ordre supposé de l’écriture. Du point de vue strictement philologique ces hypothèses sont très improbables.

4Pourtant il est vrai aussi que Th. S. est un des plus grands philologues actuels ayant pour objet central de ses recherches la pensée platonicienne, et son livre présente une lecture très riche, essentielle pour lire les dialogues, en particulier en ce qui concerne l’interlocuteur principal du dialogue, dont il a démontré sans doute possible qu’il s’agit de la figure du philosophe et que ce philosophe agit en maître, guidant ses interlocuteurs jusqu’au niveau de connaissance qu’ils sont susceptible d’atteindre. Le premier chapitre, dédié a la République, considérée comme une transition entre la période de maturité et celle des dialogues tardifs, sert très bien la tâche de réfuter les récentes interprétations qui nient l’existence d’un doctrine proprement platonicienne. Les deux chapitres suivants, sur les Lois et la septième lettre, forment avec le premier la base pour définir la figure du dialecticien. Le quatrième chapitre s’occupe de montrer comment Platon a inséré sa doctrine dans l’histoire de la philosophie. Les six chapitres suivants analysent six dialogues que S. groupe dans la période tardive (Parménide, Théétète, Sophiste, Politique, Philèbe et Timée) et sont pleins d’observations d’une grande utilité. Les considérations finales (p. 229-235) résument les résultats d’une recherche inaugurant un chemin herméneutique qui donnera sans aucun doute des fruits très importants dans l’avenir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francisco L. Lisi, « T. A. Szlezák, Das Bild des Dialektikers in Platons späten Dialogen. Platon und die Schriftlichkeit der Philosophie », Études platoniciennes, 3 | 2006, 394-395.

Référence électronique

Francisco L. Lisi, « T. A. Szlezák, Das Bild des Dialektikers in Platons späten Dialogen. Platon und die Schriftlichkeit der Philosophie », Études platoniciennes [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/1027

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org