Navigation – Plan du site
Bulletin Platonicien V
Commentaires aux dialogues de Platon

M. Fattal (éd.), La Philosophie de Platon, Tome 2

Richard Dufour
p. 403-406
Référence(s) :

Fattal, Michel (éd.), La Philosophie de Platon, tome 2, « Ouverture Philosophique », Paris, L’Harmattan, 2005, 371 p.

Notes de l’auteur

L’original en langue anglaise de ce compte rendu a été publié dans la Bryn Mawr Classical Review et il est disponible à l’adresse suivante : http://ccat.sas.upenn.edu/bmcr/2005/2 005-10-35.html.

Texte intégral

1M. Fattal a regroupé dans ce volume quinze études rédigées par des spécialistes du monde entier (Argentine, Canada, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Israël, Italie et Sénégal). Cinq d’entre elles ne sont pas des contributions originales, mais ont déjà été présentées à des colloques ou ont été publiées dans une autre langue que le français. Les contributions sont de qualité inégale, allant des exposés bien structurés à des galimatias. Elles visent un public qui n’en est pas à ses premières armes en philosophie, bien que la première soit accessible aux néophytes. De multiples sujets sont abordés : la littérature, les mathématiques, la rhétorique, l’éthique, la politique et la cosmologie.

2D. Samb a écrit ce que l’on peut considérer comme une introduction à Platon. Il résume la vie de Platon et énumère Héraclite, Pythagore et Socrate comme influences principales sur la pensée platonicienne. La question de l’authenticité et de la chronologie des dialogues est aussi abordée. Samb se concentre sur les premiers dialogues : l’Hippias Majeur, le Lachès et le Ménon. Ils ont pour principe commun le besoin de découvrir la définition d’une chose, c’est-à-dire de répondre à la question « qu’est-ce que le ? ». Les spécialistes ne découvriront rien de nouveau dans cette étude.

3L. Rossetti discute le phénomène des logoi sokratikoi. Il considère que le style littéraire de Platon était loin d’être unique à son époque et qu’une douzaine d’anciens disciples de Socrate ont écrit plusieurs Logoi Sokratikoi. Il s’agit d’un phénomène culturel que les chercheurs modernes tendent à oublier. Rossetti estime qu’il a pu y avoir, entre 395 et 370 av. J.-C., environ trois cents récits sur Socrate. Un Logos Sokratikos aurait été publié chaque mois, sans interruption, pendant un quart de siècle ! Les conclusions obtenues par Rossetti restent toutefois incertaines, puisqu’elles reposent sur plusieurs hypothèses. Mais elles ont le mérite de provoquer la réflexion et elles ne peuvent être totalement à côté de la vérité.

4M. Migliori désire montrer que Platon maîtrise parfaitement l’art de la prose et que chacune des erreurs flagrantes qu’il commet doit être considérée comme un indice adressé au lecteur. De la sorte, Platon guide son lecteur et souhaite le faire participer à la réflexion en cours, lui donnant des indications au lieu d’une solution claire et toute prête. Le Philèbe (33c-35c) et l’Euthyphron (14a9-b7) témoignent de cette manière de procéder.

5G. Naddaf élucide l’étrange affirmation faite dans les Lois, selon laquelle les lois devraient être interprétées comme l’est la poésie, c’est-à-dire être chantées et dansées en public (VII, 812a-e). Il faut selon lui prendre cette remarque au sérieux. Platon suit une coutume égyptienne qui n’est pas sans précédent en Grèce. Naddaf énumère les témoignages d’Élien, de Strabon, d’Hermippe, de Plutarque et de Polybe.

6S. Scolnicov entend étudier le Théétète et le Parménide en quête d’une définition de l’anamnèse et de la structure des Idées. Il s’agit d’une étude sans structure définie. Le but reste obscur, les arguments sont mal agencés et la conclusion n’est pas limpide. Le point central auquel tient l’auteur est que les Idées doivent être liées les unes aux autres pour que l’anamnèse puisse se produire.

7E. Cattanei présente en traduction française la seconde partie d’une étude déjà publiée en italien. Elle analyse la réforme platonicienne de l’arithmétique, de la géométrie et de la stéréométrie. Une grande attention est consacrée au nouveau pouvoir, à la nouvelle dúnamis, que les mathématiques devrait avoir selon Platon. Cattanei décrit les images par lesquelles Platon illustre ce pouvoir : la lumière, l’attraction de l’âme vers un niveau supérieur de réalité, et le passage de l’obscurité à la lumière. Cette contribution n’offre malheureusement pas de conclusion déterminée et nous n’arrivons pas à discerner la logique qui en commande le développement. Il est difficile de savoir si cela tient à la traduction ou au fait que nous n’ayons pas sous les yeux le travail entier.

8G. Casertano prend pour acquis que Platon a inventé la dialectique et qu’il est le premier philosophe à élaborer des théories à son sujet. Mais qu’est-ce que la dialectique ? Platon propose différentes réponses, dont les divergences ne peuvent être minimisées en invoquant une évolution dans sa doctrine. Casertano compte trois types de dialectique chez Platon : 1) le dialogue ; 2) une science qui fournit une méthodologie ; 3) une méthodologie à valeur heuristique et herméneutique. Seul le premier type est examiné dans cette étude. S’appuyant sur l’Apologie, sur le Ménon et sur le Phédon, l’auteur conclut que le but de la dialectique est de démontrer la véracité d’une assertion par le fait qu’elle résiste à toutes les tentatives de réfutation.

9L. Palumbo montre que la dialectique, dans le Gorgias, doit être définie par opposition à la rhétorique. L’auteur cherche dans ce dialogue toutes les allusions pertinentes qui puissent caractériser la dialectique. Par exemple, la dialectique définit le sujet sous examen, explicite les termes employés, tente de découvrir la vérité, accueille la réfutation, distingue entre la réalité et les apparences, etc.

10G.E. Marcos de Pinotti affirme que Platon est plus proche des sophistes et de Parménide que veulent bien le croire les spécialistes modernes. En premier lieu, il n’y a pas de véritable « parricide » dans le Sophiste. En deuxième lieu, Platon s’accorde avec Parménide pour réfuter la thèse sophistique selon laquelle personne ne peut proférer une fausseté, puisque le non-être n’existe pas et que la fausseté est un non-être. En troisième lieu, les philosophes et les sophistes se ressemblent par nature, en tant que producteurs d’images au moyen du discours. Le principal argument de l’auteur est que ni Platon ni Parménide ne croient au non-être absolu. Le seul non-être admis par Platon, c’est le non-être relatif. Par conséquent, Platon ne trahit point Parménide et il contredit les sophistes qui admettent la non-existence de la fausseté en raison de la non-existence de non-être.

11E. Halper prend Socrate au mot lorsque ce dernier affirme que la vertu ne peut être enseignée. Il faut prendre cette affirmation au pied de la lettre. Le Protagoras et le Ménon mettent au clair que la dialectique aide à acquérir la connaissance, mais qu’elle ne peut mener l’étudiant au véritable savoir, puisque le savoir est la réminiscence et que la réminiscence implique une activité que la personne qui apprend doit accomplir par elle-même. La réminiscence étant une quête personnelle, il n’y a pas de vrais enseignants ni de manière d’enseigner la vertu. La seule manière de devenir vertueux, c’est d’apprendre la vertu par nos propres moyens, à savoir par la réminiscence.

12C. Joubaud publie une courte étude (sept pages) sur le dixième livre des Lois, plus précisément sur l’interrelation entre la moralité et la loi. Cette contribution a déjà été présentée à un colloque. L’auteur y discute du double statut des lois : 1) lois législatives et criminelles, par lesquelles l’ordre est maintenu dans la cité ; 2) lois « intérieures » et « personnelles », appartenant à chaque homme. Selon Joubaud, la loi est moralisante et la bonheur de la cité et des hommes dépend de la vertu totale. La structure de cette étude laisse beaucoup à désirer.

13C. Rowe revient à un thème sur lequel il travaille depuis un certain temps, puisque cet article, ou des versions antérieures de celui-ci, a été présenté à trois colloques et a été publié à trois reprises, en Espagnol, en Italien et en Anglais. Rowe explique que Platon ne change pas d’idée à propos de la démocratie dans ses derniers dialogues. Les spécialistes pensent généralement que la République condamne la démocratie, alors que le Politique tend à lui trouver quelques mérites. Tel n’est pas le cas, selon Rowe, puisque cette exégèse repose sur une mauvaise traduction de Politique 300a-301a. En fait, la piètre opinion qu’a Platon de la démocratie se maintient tout au long de la République, du Politique et des Lois.

14C. Viano présenta lors d’un colloque, il y a dix ans, une première version de cette étude. Une version allongée était attendue pour 2004, mais ne fut publiée qu’en avril 2005. Le sujet lui-même est d’intérêt : l’influence des spéculations philosophiques grecques sur l’alchimie gréco-alexandrine. Viano prend en compte les témoignages de Zosime, Olympiodore et Stéphanus. Elle se concentre sur trois doctrines du Timée sur lesquelles les alchimistes avaient fait main basse : 1) les divers états de l’eau et l’idée que les métaux sont des espèces d’eau ; 2) la structure géométrique du corps, qui se constitue de surfaces planes ; 3) l’artisan divin et la manière dont il modèle les corps naturels. Malgré ses dix-sept pages, cette contribution laisse le lecteur sur son appétit, car il souhaiterait avoir plus de détails et d’explications.

15C. Natali reprend ici, en version française, une étude déjà publiée en italien. Il se penche sur la notion de cause dans le Timée et sur son lien avec la théorie aristotélicienne des causes. Plusieurs spécialistes croient qu’Aristote a développé sa théorie en suivant des préceptes platoniciens, de sorte que les causes de Platon sont, grosso modo, comparables à celles d’Aristote. Mais cela est faux. Natali explique que Platon considère qu’une cause est quelque chose qui produit un effet, alors qu’Aristote définit une cause comme un principe. En outre, Platon ne fait pas de distinction entre les causes génériques et les causes individuelles.

16M. Fattal, au terme du volume, attire l’attention sur une récente publication de M.-D. Richard. En 2004, Richard a publié une traduction française des introductions de F.D.E. Schleiermacher aux dialogues platoniciens et des textes de F. Schlegel sur Platon (F.D.E. Schleiermacher, Introductions aux dialogues de Platon (18041828) ; Leçons d’histoire de la philosophie (1819-1823), suivies des textes de Friedrich Schlegel relatifs à Platon, traduction et introduction par M.D. Richard, Paris, 2004).

17Le livre se termine sur deux index, l’un sur les auteurs anciens et médiévaux, l’autre sur les auteurs modernes.

18En résumé, ce n’est pas le meilleur volume édité par M. Fattal. La traduction française des contributions italiennes ne sont pas à la hauteur, plusieurs articles ne sont pas des œuvres originales et l’ensemble est de valeur inégale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Dufour, « M. Fattal (éd.), La Philosophie de Platon, Tome 2 », Études platoniciennes, 3 | 2006, 403-406.

Référence électronique

Richard Dufour, « M. Fattal (éd.), La Philosophie de Platon, Tome 2 », Études platoniciennes [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 19 août 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/1033

Haut de page

Auteur

Richard Dufour

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org