Navigation – Plan du site
Bulletin Platonicien V
Commentaires aux dialogues de Platon

J. Lacrosse (coord.), Philosophie comparée. Grèce, Inde, Chine

Etienne Helmer
p. 406-408
Référence(s) :

Philosophie comparée. Grèce, Inde, Chine. J. Lacrosse (coord.), Paris, Vrin, 2005, 189 p.

Texte intégral

1« On pense par écart » indique F. Jullien dans ce recueil. Toute pensée ne peut se saisir vraiment elle-même qu’à condition de se réfléchir au miroir d’une altérité qui lui renvoie ses contours et ses ombres. Mais comment éviter que cette altérité soit trop radicale pour être signifiante, tout en l’étant assez pour faire sortir du Même ? En d’autres termes, quelle est la bonne mesure de cette altérité et de cet écart ? Jusqu’à quel point peuvent-ils rester féconds malgré le nécessaire artifice méthodologique qu’il faut déployer pour comparer des aires culturelles dont l’hétérogénéité peut être totale, comme c’est le cas entre la Grèce et la Chine ? Si la comparaison vise à mettre à l’épreuve la rationalité de la philosophie grecque et à en faire ressortir les impensés, comment instituer l’altérité du terme de comparaison sans le trahir et sans l’enfermer dans les catégories qu’il est censé réfléchir ?

2Aussi l’ouvrage coordonné par J. Lacrosse offre-t-il deux intérêts majeurs : un intérêt positif et un intérêt méthodologique. Six des neuf articles de l’ouvrage présentent les résultats obtenus par la comparaison de textes relevant de traditions de pensée différentes dans les trois pays indiqués, en soulignant sur des thèmes précis leurs similitudes et leurs différences. Si les auteurs de ces contributions indiquent rapidement les démarches qu’ils ont suivies pour aboutir à leurs résultats, ils ne font pas de cette démarche l’objet de leur réflexion. En revanche, les trois autres se penchent exclusivement sur les problèmes théoriques posés par la méthode comparative, sur ses apports et ses limites.

3La philosophie comparée, qu’il serait plus juste d’appeler philosophie comparante comme le rappelle F. Chenet, procède principalement de deux manières, selon que les philosophies comparées relèvent d’ensembles culturels et linguistiques parents – ainsi de la Grèce et de l’Inde – ou non – comme c’est le cas de la Grèce et de la Chine –. On parle de comparatisme de ramification dans le premier cas, ce qui suppose influences historiques et/ou contacts, et de comparatisme d’étrangéité dans le second.

4La comparaison entre la Chine et la Grèce ébranle la revendication de l’invention de la philosophie par les Grecs. J.-P. Reding compare la philosophie à un continent que les Grecs et les Chinois auraient abordé par deux rives opposées : tandis que les premiers fondent toute leur philosophie sur la cosmologie et la métaphysique, les seconds partent de préoccupations politiques et économiques empiriques. Telle serait l’une des causes de l’aveuglement occidental contemporain aux textes chinois anciens : l’Occident ne retient que les aspects métaphysiques des textes chinois parce qu’il les voit à travers sa propre tradition. Selon G.E.R. Lloyd, la différence de contexte socio-politique explique en grande partie celle entre d’un côté l’usage public de la persuasion grecque et la théorisation de ses aspects formels par Aristote notamment, et de l’autre la rhétorique politique chinoise, destinée à convaincre la seule personne du souverain de la pertinence de certaines mesures, et donc surtout fondée sur l’étude empirique des ressorts psychologiques de la persuasion.

5Le comparatisme de ramification entre la Grèce et l’Inde propose, sur différents plans, une approche plus historique. Pour L. Brisson, la tripartition dumézilienne concernant la structure des peuples indo-européens se retrouve dans la pensée sociale, politique et psychologique de Platon et, de façon insoupçonnée, dans son ethnologie, son anthropologie, sa théorie de la connaissance et de l’éducation, et dans sa conception de la médecine. V. Lyssenko et A. Koval se penchent sur les parentés de schèmes conceptuels et linguistiques ou formulaires : la première compare la notion aristotélicienne de milieu, conçue comme finalité humaine sur le plan pratique, à la « voie moyenne » du bouddhisme, qui n’est qu’un moyen en vue de la délivrance ; le second enquête sur l’origine et la transmission de l’analogie épistémologique entre la corde et le serpent dans différentes langues indo-européennes. Mais comment les influences se transmettent-elles ? Selon J. Bronkhorst, l’installation de colonies grecques dans la région du Gandhara en Inde après les conquêtes d’Alexandre ne suffit pas à soutenir l’existence de contacts directs entre philosophes grecs et indiens : le bouddhisme aurait servi d’intermédiaire, en raison de sa culture du débat public, similaire à celle la pratique philosophique grecque.

6Toutes ces comparaisons posent de multiples questions d’ordre méthodologique. D’abord, peut-on prendre la notion de philosophie dans le même sens dans des aires culturelles et linguistiques si diverses ? Dans le cadre d’un comparatisme d’étrangéité interne au champ linguistique grec lui-même, R.-P. Droit montre que la paternité et la supériorité grecques en matière de philosophie sont une invention moderne : l’époque classique et, de façon plus nette, les néoplatoniciens et les Pères de l’Eglise ont soutenu la supériorité des Barbares dans ce domaine, à cette limite près qu’ils ne semblent pas s’être interrogés sur la signification différente qu’ils conféraient à la notion de philosophie par rapport à leurs prédécesseurs. Il serait donc légitime de supposer que cette difficulté vaut a fortiori entre régions distantes linguistiquement et culturellement.

7En outre, en créant un plan commun destiné à jauger ressemblances et différences, la démarche comparatiste ne prend-elle pas le risque de la distorsion des termes de la comparaison, comme celui clairement affirmé et assumé par V. Lyssenko à propos d’Aristote ? Sauf à supposer avec F. Chenet l’existence de grands problèmes universels traités sur des modes différents selon les pays, mais dont il est difficile de savoir en quoi ils pourraient consister indépendamment de leur formulation dans des langues et des modes de pensées distincts et relatifs, la seule solution à la fois féconde et prudente est celle préconisée par F. Jullien : la comparaison doit être accompagnée d’un geste de « dé-comparaison », c’est-à-dire de la prise de conscience du caractère artificiel et partiel du miroir que l’on s’est constitué pour décentrer la Grèce de notre univers mental. La dé-comparaison est donc une invitation à démultiplier les comparaisons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Etienne Helmer, « J. Lacrosse (coord.), Philosophie comparée. Grèce, Inde, Chine », Études platoniciennes, 3 | 2006, 406-408.

Référence électronique

Etienne Helmer, « J. Lacrosse (coord.), Philosophie comparée. Grèce, Inde, Chine », Études platoniciennes [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/1035

Haut de page

Auteur

Etienne Helmer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org