Navigation – Plan du site
Bulletin Platonicien V
Tradition platonicienne : éditions, traductions et littérature secondaire

Plotino, Che cos’è l’essere vivente e che cos’è l’uomo ? I 1 [53]

Richard Dufour
p. 411-414
Référence(s) :

Plotino, Che cos’è l’essere vivente e che cos’è l’uomo ? I 1 [53], Introduzione, testo greco, traduzione e commento di Carlo Marzolo, Prefazione di Cristina D’Ancona, « Greco, arabo, latino. Le vie del sapere », 1, Pisa, Edizioni Plus, Pisa University Press, 2006, 207 p.

Texte intégral

1Ce livre est le premier d’une série que publiera sur Plotin la collection Greco, arabo, latino. Le vie del sapere, qui annonce la publication à venir des traités 2 (IV, 7), Sur l’immortalité de l’âme, et 19 (I, 2), Sur les vertus. C. Marzolo a bénéficié de l’appui des spécialistes qui participent au séminaire plotinien de Padoue, dans le cadre duquel la traduction et l’interprétation du traité 53 ont été discutées. Le livre commence par une préface de vingt-six pages, suivie d’une bibliographie, par C. D’Ancona. Elle y discute la relation âme-corps chez Plotin. Ce dernier est, à son avis, le grand oublié des recherches sur la philosophie de l’esprit. C’est toujours Aristote et jamais Plotin que les modernes font intervenir dans le débat : le Stagirite serait un anti-dualiste, car il exige que le corps soit adapté à l’âme qu’il reçoit. Le traité 53 réserve pourtant deux surprises. D’abord, même s’il accorde un primat ontologique à l’âme, Plotin n’est pas dualiste au sens propre, car le corps ne peut exister sans l’âme. Ensuite, Plotin doute que l’âme se serve du corps comme d’un instrument et il répugne à définir l’homme comme un composé d’un corps et d’une âme. Le dualisme de Plotin est donc mitigé, puisque le corps dépend de l’âme et que le corps de l’univers n’a jamais été séparé de son âme. Dans la mesure où l’âme produit le corps, le problème de l’union âme-corps ne se pose pas, car l’âme s’unit au corps en tant que cause sans laquelle il n’y aurait pas d’effet. La question centrale du traité 53 reste malgré tout d’expliquer comment se produisent les affections, c’est-à-dire en quelle mesure l’âme affecte le corps et vice versa. Les affections n’ont pas lieu en effet dans le corps seul ou dans l’âme seule. Ont-elles lieu dans le composé ? Si ses parties sont hétérogènes, toute combinaison est impossible. Si ses parties sont homogènes, il n’y aura pas de composé. La difficulté est d’autant plus redoutable que Plotin ne résout pas la question, selon D’Ancona, en invoquant la nature amphibie de l’âme, à savoir qu’une partie de l’âme reste hors du corps, alors qu’une autre vient dans le corps. Car l’âme tout entière est présente partout et séparée. Il n’y a pas une partie rationnelle, immortelle et séparable, puis une partie sensitive et végétative, mortelle et inséparable. Toute l’âme, précise-t-elle, est pour Plotin immortelle, intelligible, omniprésente et séparée. La solution tient dans le fait que le vivant est une nouvelle réalité, qui naît de la « lumière » que projette l’âme sur la matière, de la trace et du reflet de l’âme qui vient dans le vivant. C’est ce vivant constitué d’une trace d’âme qui éprouve les affections.

2L’introduction par C. Marzolo, d’une longueur comparable à la préface, étudie de plus près le traité 53. Son propos se divise en cinq sections. En premier lieu, cet écrit est une œuvre de vieillesse. Ce pénultième traité reflète bien un Plotin en fin de parcours, qui ne bénéficie plus des discussions de son école, mais qui rédige un traité confus, quoique d’une grande profondeur. En deuxième lieu, Marzolo énumère les thèmes et la structure du traité. Il explicite en fait ce qui se trouve en abrégé dans le plan du traité (p. 63). En troisième lieu, et c’est le plus intéressant, la place de tête que Porphyre assigne au traité 53 (I, 1) dans son classement systématique des écrits plotiniens ne serait pas un hasard. Le traité 53 a en effet un lien direct avec le Premier Alcibiade, que la tradition ancienne considère comme le premier dialogue qu’il faut lire lorsqu’on aborde la pensée de Platon. De même que les platoniciens estiment que les étudiants doivent commencer par lire les œuvres morales de Platon et, parmi elles, le Premier Alcibiade, de même les étudiants de Plotin, croit Porphyre, doivent débuter par les traités consacrés à l’éthique (première Ennéade), et au premier chef par le traité 53, sur la connaissance de soi. En quatrième lieu, c’est l’attitude dialectique qui prédomine dans ce traité. Plotin est en pleine recherche et il ne présente pas une doctrine établie. Plusieurs définitions sont données et éprouvées, sans qu’il y ait de réponse définitive. L’examen se construit progressivement, car aucune définition n’est totalement écartée, mais chacune est intégrée à la suivante. Surtout dans les chapitres 1 à 7, Plotin se laisse des portes de sortie. Il entretient l’ambiguïté, par exemple, à propos de la métaphore qui fait du corps un instrument pour l’âme : c’est un modèle valide, pense Plotin, mais imparfait, car on ne peut expliquer ainsi les expériences communes à l’âme et au corps. En cinquième et dernier lieu, Marzolo revient sur la question de l’âme et de son reflet. Chaque homme est double, puisqu’il y a en lui l’âme supérieure, qui réside dans l’intelligible, et le composé inférieur, qui naît de l’union du corps et d’une trace d’âme. La partie supérieure est irréprochable, alors que la partie inférieure est faible et fautive, étant celle qui mérite des châtiments.

3La traduction italienne est imprimée en regard du texte grec, qui suit l’editio minor de P. Henry et de H.-R. Schwyzer. Mazolo ne s’écarte du texte de l’editio minor ou maior qu’une seule fois (chap. 1, ligne 13). L’apparat critique est très complet, même plus que celui de H.-S., car il répertorie davantage les leçons retenues par les éditeurs et par les traducteurs modernes. L’apparat des sources est plus modeste, puisqu’il ne consigne que les citations directes, les sources indirectes étant discutées dans le commentaire. La traduction est soignée et elle reste près du grec. Nous énumérerons ici quelques imprécisions, fautes et omissions qui la déparent. En 4, 11 : « Ma bisogna indagare anche il modo in cui avviene la mescolanza e badare che non sia impossibile, (...) ». La construction μήποτε + subjonctif signifie plutôt : « Mais il faut aussi chercher de quelle manière se produit le mélange, pour empêcher qu’il soit impossible, (...) ». En 5, 29 : il faut lire « ma quando l’uomo » au lieu de « ma quando l’anima ». En 5, 33 : l’adverbe ὅλως devrait avoir son sens usuel « de manière générale » et ne pas être traduit comme un adjectif « un qualunque desiderio ». En 6, 13 : le τῷ ταυτήν περεῖναι n’est pas traduit. Le passage se lit : « Eh bien, si la puissance sensitive est présente, c’est parce que cette puissance est présente que le composé percevra ce qu’il percevra », et non « Oppure sarà grazie alla presenza della facoltà percettiva que le binomio percepirà quello che percepirà. » En 7, 20 : le σχεδόν n’est pas traduit, ce qui retire à la phrase son caractère hypothétique. En 8, 13 : il ne semble pas nécessaire de sous-entendre un ἤ qui irait de pair avec celui de la ligne 15, comme si Plotin écrivait deux fois ἤ ὅτι. En 8, 18-19 : il semble improbable que l’expression αἴσθησις ἡ ἐν τῷ κοινῷ signifie « sens commun » (senso comune) et qu’elle renvoie à Alexandre d’Aphrodise, De l’âme 62.20, même si Plotin parle d’une αἴσθησις κοινή en 9, 12. Il ne s’agit sans doute que de la sensation « présente dans le composé ». En 9, 23 : κοινωνία n’est pas traduit. En 10, 3 : la particule ἤ marque un changement d’interlocuteur et elle ne doit pas être traduite par « inoltre ». En 12, 16-17 : « ... vedere [...] le realtà con le quali sta in contatto e a quali cose è affine nella sua vera essenza » ne rend pas bien le texte grec, qui dit plutôt « ... voir [...] les choses avec lesquelles il est en contact et grâce auxquelles, par l’affinité qu’il a avec elles, il est ce qu’il est » (καὶ τίσι συγγενὴς οὖσά ἐστιν ὅ ἐστιν).

4Le commentaire qui suit la traduction compte exactement cent pages. Il analyse le texte ligne à ligne et tient compte de l’ensemble de la littérature pertinente. On pourrait lui reprocher d’être trop exhaustif, au point de manquer de discrimination. Lorsqu’il se mesure à un passage dont la traduction pose problème, Marzolo énumère toutes les traductions qui en ont été faites, par exemple chez Armstrong, Aubry, Bréhier, Casaglia, Ficin, Harder, Igal, Llorens et Tornau. Cela devient fastidieux et occupe parfois une page entière. De plus, Marzolo se complaît trop dans les citations d’auteurs anciens. Il allonge inutilement ses notes en citant de longs passages d’abord en grec, puis en traduction italienne. Le commentaire perdrait du volume s’il était amputé de toutes ces citations. Nous avons remarqué, au passage, que Marzolo oublie de mentionner que J. Igal défend le texte des manuscrits en 9, 3-4, avec une ponctuation améliorée, dans « Observaciones a las Enéadas I-II de Plotino : texto y fuentes », Helmantica, 28, 1977, p. 241-242. Il passe aussi sous silence que les gnostiques sont en cause en 12, 24-28, où Plotin s’interroge sur la faute que constituerait ou non l’inclinaison de l’âme vers le sensible. La qualité matérielle du livre est excellente. Seule la mise en page de la traduction mériterait des améliorations. L’éditeur aurait avantage à ajouter les numéros de ligne en marge de la traduction et à insérer des tirets avec retour de ligne pour marquer les nombreux changements d’interlocuteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Dufour, « Plotino, Che cos’è l’essere vivente e che cos’è l’uomo ? I 1 [53] », Études platoniciennes, 3 | 2006, 411-414.

Référence électronique

Richard Dufour, « Plotino, Che cos’è l’essere vivente e che cos’è l’uomo ? I 1 [53] », Études platoniciennes [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/1038

Haut de page

Auteur

Richard Dufour

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org