Navigation – Plan du site
Bulletin platonicien IV
Commentaires aux dialogues de Platon

J. Frère Ardeur et colère, Le thumos platonicien, et A. Hobbs, Plato and the Hero, Courage, Manliness and the Impersonal Good

Olivier Renaut
p. 372-375
Référence(s) :

FRÈRE, Jean, Ardeur et colère, Le thumos platonicien, Éditions Kimé, Paris, 2004, Bibliogr., index. 213 p., ISBN 2-84174-342-x

HOBBS, Angela, Plato and the Hero, Courage, Manliness and the Impersonal Good, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, 280 p., Bibl. Index., ISBN : 0 521 41733 3

Texte intégral

1Dans son ouvrage, J. Frère propose de rendre compte d’une notion méconnue dans la psychologie grecque, le « thumos  », partie intermédiaire dans le cadre de la tripartition de l’âme au livre IV de la République de Platon, et qu’on traduit alternativement par « ardeur  », « esprit  » ou « colère  ». Cet ouvrage a été néanmoins précédé d’une étude plus systématique menée par A. Hobbs sur l’andreia,l e courage, dont le soutien psycho-physiologique est ce thumos même. L’ouvrage de J. Frère se présente davantage comme une introduction, et celui de A. Hobbs comme une étude ciblée sur une des fonctions principales du thumos : le siège éducable du courage. Les deux ouvrages se confrontent donc à travers trois thèmes : la présence et la signification de l’héritage pré-philosophique sur le thumos ; l’interprétation de la tripartition de l’âme dans la République, qui pour la première fois introduit le terme « thumos  » dans les dialogues ; et enfin la manière dont cette notion peut constituer une clef de lecture pour appréhender plus largement certaines problématiques dans les autres dialogues.

2La résonance archaïque du terme « thumos  » invite tout d’abord à se pencher sur l’héritage littéraire et philosophique de la notion dont Platon choisit de faire usage. Ainsi J. Frère choisit-il de faire précéder son étude des dialogues de Platon de deux parties, constituant la moitié de l’ouvrage, traitant respectivement de l’usage et de la signification psychologique du thumos chez Homère, Hésiode et Pindare, ainsi que chez les tragiques d’une part, et de ses emplois chez Héraclite, Parménide et Démocrite d’autre part. L’auteur aborde également l’influence hippocratique et pythagoricienne à l’occasion de l’analyse du Timée (p.164-167). Poursuivant ses travaux précédents (notamment Les Grecs et le désir de l’être, Paris, Les Belles-Lettres, 1991), et dans le sillage de ceux de B. Snell (La Découverte de l’esprit) et de E.R. Dodds (The Greek and the Irrationnal), J. Frère retrace diachroniquement une histoire du terme « thumos  », en précisant quelle place il occupe dans la psychologie et la physiologie, et même plus largement dans l’histoire des représentations du « moi  ». J. Frère ne minore aucune des significations du thumos, qui peut tout aussi bien désigner l’ardeur guerrière, qui n’est pas dépourvue d’un sens de la justice (nemesis) et de l’honneur (timè), la colère envieuse, autre versant d’Eros chez Hésiode (p.34-39), mais aussi la « passion  » en général, dans Médée d’Euripide par exemple (p.76-84). L’histoire du terme thumos montre selon l’auteur qu’il se produit un divorce croissant entre un principe intellectuel (nous) et un principe émotif et affectif (thumos), bientôt réduit à une forme de passion à maîtriser ou à éduquer de manière à assister les efforts de la raison.

3Toute autre est l’approche d’A. Hobbs concernant l’héritage à l’œuvre dans les dialogues de Platon : la tripartition de l’âme dans la République constitue un point de départ d’une psychologie « morale  », et non un point d’aboutissement d’une histoire de la psychologie, comme le souligne le premier chapitre qui s’achève sur les lectures de Platon par Aristote, et ce qu’elle reconnaît comme de prolongements possibles de cette psychologie chez Nietzsche, Adler et Freud. L’héritage homérique n’en joue pas moins pour l’auteur un rôle essentiel, non seulement à travers les conceptions archaïques de la vertu qui guident sa lecture des dialogues socratiques, mais aussi, plus concrètement, à travers la figure d’Achille dont le motif est constamment repris dans les dialogues, et dont le modèle est violemment critiqué dans la République (p. 190-219). Minorant ainsi une histoire diachronique et préférant l’utilisation de méthodes issues de l’anthropologie historique (A.W. H. Adkins), mais aussi des cultural et des gender studies dont l’usage surprend parfois, A. Hobbs choisit donc de lire l’héritage à travers les dialogues eux-mêmes. L’auteur dévoile ainsi la stratégie platonicienne de déconstruction et de réappropriation d’un système moral qu’elle nomme « éthique de l’épanouissement  » (ethics of flourishing) dont elle explique les rouages au chapitre II (p. 50-75).

4C’est d’abord en partant de la République que les deux auteurs révèlent les enjeux de l’introduction de la notion de thumos dans la psychologie. J. Frère, dans la seconde partie de son ouvrage (p. 109-140), analyse les différents textes où le terme « thumos  » apparaît, mettant en perspective le livre IV de la République où la tripartition proprement dite a lieu. Le thumos est précisément la « partie  » de l’âme qui interdit de séparer psychologie et politique. Selon J. Frère, Platon reconnaît un dualisme à l’intérieur de l’affectivité elle-même, ce qui permet de médiatiser la relation entre la partie rationnelle et la partie appétitive , notamment par cette « ardeur  » (prothumia) dont le philosophe-roi fait preuve . De même, A. Hobbs analyse la relation thumos-andreia en partant de la République. Le thumos joue un rôle clef dans l’éducation puisqu’il est ce par quoi l’individu appréhende de manière non rationnelle des « modèles de vertus  » (role models), les héros, et tend à les imiter. Le thumos est donc défini comme une force psychologique, capable de jugements d’évaluation, et naturellement porté à l’imitation d’une image idéale de soi (p. 175-198). Revenant sur la République au chapitre VIII, l’auteur propose l’interprétation selon laquelle Platon utilise le thumos comme un véhicule émotif et énergique de la vertu, tout en reconnaissant sa propension à excéder les limites de la raison. Les conclusions des deux auteurs sont sur ce point similaires : le thumos est une puissance assurément ambivalente ; il peut aussi bien verser dans l’excès que maintenir un ordre social et psychique en équilibre tendu. Sa versatilité explique aussi bien son efficacité dans les processus éducatifs au livre III de la République que sa dangerosité aux livres VIII et IX.

5Néanmoins ces conclusions n’ont pas le même sens ni la même origine pour les deux auteurs. A. Hobbs choisit de lire la République en partant des dialogues antérieurs, comme si la République fournissait sinon une doctrine, du moins une solution temporaire aux problèmes soulevés par les dialogues précédents. Ainsi, c’est à travers l’enquête sur le courage dans le Lachès et dans le Protagoras (chapitres III et IV) que A. Hobbs note la nécessité de recourir à un élément psychologique qui ne soit pas exclusivement gnoséologique et rationnel. Les figures de Calliclès et de Thrasymaque sont correctement interprétées non comme des figures d’incontinence mais plutôt comme des philotimes (chapitre V), ce qui justifie ainsi l’entreprise de la République où l’idée du Bien tolère d’être diffusée à travers la norme sociale et l’éducation. A. Hobbs annonce ainsi finement la nécessité anthropologique de recourir au thumos comme moyen afin de guider les individus au bien, tout en conservant parfois les mécanismes archaïques de l’éducation. J. Frère au contraire préfère une explication du recours au thumos par Platon qui relève davantage de l’histoire de la psychologie. Délaissant les dialogues antérieurs, J. Frère s’attache à examiner la cohérence doctrinale de la tripartition à travers le Phèdre, le Timée et les Lois : le thumos est bien un élément intermédiaire (metaxu) non seulement entre les deux autres parties de l’âme, mais aussi entre l’âme et le corps, entre la passion et l’énergie dynamique nécessaire à toute entreprise (prothumia).

6Le mérite de l’explication de A. Hobbs est de rendre compte des enjeux réels de la tripartition, préférant à l’explication génétique à partir d’un héritage historique un examen problématique de la validité de la théorie de l’éducation platonicienne. Celui de Frère réside moins dans ses conclusions sur la République que dans un souci d’appréhender la tripartition comme « doctrine  » dans la totalité des dialogues, ce qui permet sans doute d’étendre l’enquête sur le thumos non plus au seul domaine de l’anthropologie politique, mais aussi à celui de la psychologie de l’action. Les deux ouvrages sont en ce sens complémentaires : l’étude de J. Frère fournit une bonne introduction sur les enjeux psychologiques de l’introduction du thumos dans la République, que les analyses d’A. Hobbs éclairent en reconnaissant dans le problème de l’andreia et plus largement celui de la vertu une des raisons de ce rappel platonicien d’une notion homérique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Renaut, « J. Frère Ardeur et colère, Le thumos platonicien, et A. Hobbs, Plato and the Hero, Courage, Manliness and the Impersonal Good », Études platoniciennes, 2 | 2006, 372-375.

Référence électronique

Olivier Renaut, « J. Frère Ardeur et colère, Le thumos platonicien, et A. Hobbs, Plato and the Hero, Courage, Manliness and the Impersonal Good », Études platoniciennes [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/1083

Haut de page

Auteur

Olivier Renaut

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org