Navigation – Plan du site
Bulletin platonicien IV
Commentaires aux dialogues de Platon

M. Fattal, (éd.), La Philosophie de Platon, tome 1

Annie Larivée
p. 375-378
Référence(s) :

Fattal, Michel (éditeur), La Philosophie de Platon, tome 1, Paris, L’Harmattan, coll. « L’ouverture philosophique », 2001, 416 p.

Texte intégral

1Ce recueil rassemble quatorze textes d’auteurs français et étrangers portant sur divers aspects de la philosophie de Platon. Les thématiques abordées sont très variées comme en témoignent les titres des sept parties de l’ouvrage : 1. Écriture, lecture et oralité : poésie et philosophie, 2. Art et imitation, 3. Du plaisir et de la science, 4. Logos et dialectique, 5. Philosophie et politique, 6.Théorie de la Forme et Idée du Bien, 7. Quels sont les principes herméneutiques d’une lecture historique et analytique de Platon ? La plupart des contributions sont de grande qualité, mais les quatre textes suivants, qui se démarquent par leur originalité, nous ont semblé plus particulièrement dignes d’attention : « Ulysse et le personnage du lecteur dans la République : réflexions sur l’importance du mythe d’Er pour la théorie de la mimêsis » de D. Bouvier, « Entendre le vrai et passer à côté de la vérité. La poétique implicite de Platon » de M. Erler, « Le règne philosophique » de M.Vegetti et « L’Idée du Bien en tant qu’archê dans la République de Platon » de Th. A. Szlezák.

2Le titre du texte de M. Erler étant plutôt hermétique, précisons que cet article porte sur les risques qu’implique la transmission orale de la connaissance. En s’appuyant sur divers dialogues, l’A. montre de manière convaincante que Platon aurait cherché à remplacer « l’oralité akousmatique traditionnelle » par « l’oralité dialectique » (85). Signalons au passage que certaines erreurs se sont apparemment glissées dans la traduction française du texte de M. Erler. Ainsi, à la page 79, à propos de la Lettre VII, il est question de « l’examen dialectique des instruments du langage » qui aurait lieu en « gommant » le nom, la définition et l’image. Évidemment, au lieu de « en les gommant », il faudrait plutôt lire « en les frottant ». De même, à la p. 80, on lit, à propos de Rép. 435a : « ... l’image de l’‘‘effacement’’ et de la ‘‘flamme’’ est également présente, en même temps que la conviction que c’est par cet ‘‘effacement’’ que la connaissance de la justice pourrait être établie et confirmée ». Ici encore il faudrait lire « frottement » et non « effacement ».

3Portant également sur le thème de l’oralité, mais dans un perspective différente, le texte de Th. A. Szlezák cherche à montrer qu’« il n’y a pas d’opposition entre la théorie socratique du principe [c’est-à-dire l’analogie entre le Bien et le soleil de la Rép.] et la théorie des principes de la tradition indirecte » (357). Suivant l’A., ce que Socrate explique dans la République constituerait simplement une « version abrégée de la théorie orale des principes » (359). Quoi que l’on pense, par ailleurs, des thèses de l’École de Tübingen-Milan, on ne peut que se réjouir à l’idée qu’un nouveau texte de Th. A. Szlezák soit traduit en français. À l’exception de M.-D. Richard (qui est responsable de la présente traduction), les platoniciens francophones se sont, dans l’ensemble, montrés farouchement hostiles à l’interprétation dite « ésotériste » de Platon. Cependant, mis à part les efforts déployés par L. Brisson pour alimenter le débat (notamment par le biais du numéro des Études philosophiques qu’il a consacré à la question en janvier-mars 1998), il faut avouer que cette opposition est restée bien paresseuse. On rejette ce « nouveau paradigme » qui agace sans prendre la peine de le discuter. Il est permis d’espérer que les efforts déployés par M.-D. Richard pour rendre ces textes accessibles en français finiront par porter fruit.

4Toujours sur la République, la thèse défendue par M. Vegetti dans son article sur la question du « règne philosophique » peut sembler audacieuse, mais elle s’appuie sur de solides arguments textuels et a l’immense mérite d’affiner notre compréhension de l’œuvre. Suivant l’A., il conviendrait de distinguer nettement les phulakes-archontes des livres III-IV, les philosophes-rois des livres V-VI et les dialecticiens du livre VII. Il s’agirait là, en effet, de « trois profils bien distincts » puisque les philosophes-ro i s , apparus par quelque heureux hasard dans la cité actuelle, sont voués à disparaître après la constitution de la kallipolis, alors qu’archontes et dialecticiens seront « produits dans la cité future, après son instauration » (289). Voici les titres des dix autres contributions (suivi d’une brève description lorsque nécessaire) : « Le fuseau et le peson. Note sur la colonne lumineuse de République 616b » de A. Villani, « La musique et l’imitation » de R. Muller, « Le plaisir platonique. De Démocrite à Platon » de J. Frère, « Vérité et fausseté de l’onoma et du logos dans le Cratyle de Platon » de M. Fattal [texte déjà publié dans N.L. Cordero (éd.), Ontologie et dialogue, Paris, Vrin,2000, 17-35]. Dans « Platon et l’art austère de la distanciation », P. Rodrigo, en s’appuyant principalement sur les livres I, II, III et X de la République, insiste sur la « distanciation diégétique » et l’« artificialisme » propre à l’approche platonicienne de l’art, Platon s’opposant selon lui à l’« esthétique de l’illusion » (162) et exigeant, « face aux effets de réalité produits par la mimétique formelle, un surcroît d’artifice afin que l’œuvre se présente réellement pour ce qu’elle est » (163). Dans « Platon et la section d’or », J.-L. Périllié s’appuie sur la « boutade mathématique » du Politique (266a-b), sur le Résumé d’histoire de la géométrie d’Eudème et sur le Timée pour suggérer que Platon aurait connu la section d’or, c’est-à-dire la proportion incommensurable qui apparaîtra au livre VI des Éléments d’Euclide. Dans « La dialectique des hypothèses contraires dans le Parménide de Platon », J.-B. Gourinat insiste sur la spécificité de la dialectique mise en œuvre dans le Parménide, qui ne correspondrait pas à la dialectique telle que Platon l’entendait, mais à une forme « d’antilogie in utramque partem » qui « en viendra, quelques vingt-trois ou vingt-quatre siècles plus tard, chez Kant, Hegel ou Marx, à être identifiée à la dialectique » (261). Dans « Platon et Karl Popper : l’idée de démocratie », J.-F. Mattéi, qui revient ici sur une question abondamment débattue, s’appuie sur l’importance que Platon accorde à « l’Égal comme principe ontologique et cosmologique » (305) pour remettre en cause le portrait anti-démocratique et anti-égalitaire que Popper en a tracé. À son avis, si, chez Platon, « le principe de l’Égal joue un rôle majeur dans l’ordre du monde, il ne saurait être absent de l’ordre de la cité » (306). Les arguments présentés semblent flous et bien peu convaincants (pour une critique rigoureuse des interprétations « actualisantes » qui présentent Platon comme un champion de la démocratie, on consultera avec profit l’analyse critique que L. Brisson a récemment consacrée au livre de C. Bobonich sur les Lois : « Ethics and politics in Plato’s Laws », Oxford Studies in Ancient Philosophy 28, 2005, 93-121). Dans « L’interprétation antisthénienne de la notion platonicienne de ’forme’ (eidos, idea) », N.L. Cordero, qui tente de comprendre la conception platonicienne de la Forme en se reportant aux critiques d’Antisthène, va jusqu’à suggérer que ce sont peut-être ces critiques qui ont incité Platon à modifier le statut des Formes entre le Théétète, le Parménide et le Sophiste (344).

5Finalement, Y. Lafrance revient sur la question des diverses approches herméneutiques possibles des dialogues de Platon dans « Lecture historique ou lecture analytique de Platon ? », thème auquel il a déjà consacré de nombreux textes. Même s’il est vrai, comme la bien montré Pierre Hadot, que certaines erreurs d’interprétation ont pu s’avérer fécondes dans l’histoire de la philosophie, on ne peut qu’adhérer, dans un premier temps, à la critique qu’Y. Lafrance adresse aux approches philosophiques qui, « sur un mode majeur ou mineur », s’approprient les textes anciens sans chercher à les comprendre dans leur spécificité (401). Dénonçant aussi bien l’approche anachronique qu’adoptent certains interprètes analytiques que celle de ces grands philosophes qui, comme Plotin, ont voulu s’approprier les textes sous un mode philosophique (401), l’A. vante les mérites d’une lecture philologico-historique reposant sur une forme de « désappropriation » (402). Cependant, les limites d’un tel idéal d’objectivité historique apparaissent clairement lorsque l’A. cède lui-même à l’anachronisme en décrivant les Formes intelligibles à l’aide d’un vocabulaire kantien. Est-il légitime, en effet, de décrire – sans plus d’explication –, les Formes platoniciennes comme des Formes « transcendantales » (402-3) ? En vérité, il est à craindre, comme l’a bien montré H.-G. Gadamer, que le mythe de l’objectivité historique totale, loin de contribuer à accroître la « désappropriation » dont Y. Lafrance se fait, à juste titre, le défenseur, ne contribue en fait qu’à re l â cher notre vigilance herméneutique face à ces préjugés modernes qui orientent inévitablement notre compréhension des textes anciens.

6Signalons, en terminant, la piètre qualité d’impression de ce livre qui en rend la lecture pénible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Larivée, « M. Fattal, (éd.), La Philosophie de Platon, tome 1 », Études platoniciennes, 2 | 2006, 375-378.

Référence électronique

Annie Larivée, « M. Fattal, (éd.), La Philosophie de Platon, tome 1 », Études platoniciennes [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 29 mai 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/1086

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org