Navigation – Plan du site
Bulletin platonicien IV
Commentaires aux dialogues de Platon

K. Gaiser, Gesammelte Schriften

Francisco L. Lisi
p. 378-381
Référence(s) :

Gaiser, Konrad, Gesammelte Schriften. Herausgegeben von Thomas Alexander Szlezák unter Mitwirkung von Karl-Heinz Stanzel. Sankt Augustin, Academia Verlag, 2004, 918 p.

Texte intégral

1Les travaux de K.G. ont nettement contribué, de façon directe ou indirecte, à une révolution dans le champ de la recherche platonicienne dans la seconde moitié du siècle passé. Ses études sur la "doctrine non écrite" de Platon étaient liées à une compréhension de l’art littéraire du philosophe qui a eu une influence au-delà des limites de l’école de Tübingen et de Milan. L’importance qu’a acquis la question de la forme du dialogue dans les recherches actuelles est peut-être la conséquence directe de l’œuvre de K. G.

2Dix-sept ans après sa mort, son successeur à la chaire de philologie grecque de l’Université de Tübingen a entrepris de publier quelques-uns de ses travaux. Le volume, divisé en neuf parties, est ordonné selon un critère thématique, et chaque partie inclut des travaux d’importance bien différente. L’absence d’ordre chronologique, au niveau de l’ensemble ainsi que dans la majorité des sections, indique que l’esquisse de la personnalité intellectuelle de K.G. ne figurait pas parmi les objectifs des éditeurs. La première partie, ’Zur Hermeneutik der platonischen Dialoge’ s’ouvre sur ce qui semble être la version allemande des conférences données par K. G. à l’Istituto Italiano per gli Studi Filosofici et publiées sous le titre Platone come scrittore filosofico. Saggi sull’ermeneutica dei dialoghi platonici. Les éditeurs n’ont pas estimé nécessaire d’expliquer au lecteur le rapport entre les deux textes. Voilà qui est vraiment regrettable, car ce petit livre est peut-être la contribution la plus importante de K. G. à la compréhension de la forme des dialogues, son apport le plus original. Deux contributions bien différentes suivent, dont le rapport avec la première est bien lâche : l’introduction de K. G. à la réimpression du livre de Stenzel, Platon der Erzieher (1961), et son introduction à la collection de travaux qu’il a publiée sous le titre Das Platon-Bild. Le premier essai est un bon exemple de ce qu’on doit attendre de l’éditeur des travaux d’un autre érudit. La deuxième partie, qui inclut diverses interprétations sur la métaphysique platonicienne, réunit également des travaux assez divers, qui vont des observations non publiées sur la théorie des idées (1982) jusqu’au dernier article sur la théorie non écrite de Platon, ’Platons esoterische Lehre’ (1988). On est un peu étonné de trouver dans cette section un article publié en 1984 sur la critique contemporaine de la philosophie politique de Platon, où les faiblesses philosophiques de K. G. sont bien visibles. La section se poursuit avec des articles qui ont aussi des rapports divers avec le titre de la section. Une hypothèse sur l’origine platonicienne de la notion idéaliste de nature est suivie par une étude sur le rôle des sciences mathématiques dans la métaphysique platonicienne (’Platons Zusammenschau der mathematischen Wissenschaften’). La section s’achève avec une contribution sur le sens actuel de la dialectique platonicienne et un travail philologique sur la tradition indirecte des doctrines non écrites (’Quellenkritische Probleme der indirekten Platonüberlieferung’). Une spéculation sur la conférence platonicienne sur le bien, et un exposé de l’hypothèse tubingeoise sur la théorie des principes de Platon achèvent la première partie. La deuxième section, consacrée aux interprétations des écrits platoniciens, est ordonnée selon une chronologie peu cohérente.

3Elle commence avec une production tardive de K.G. : la version posthume d’une introduction au Ion pour une traduction italienne du dialogue, qui est suivie par un des travaux les plus méritoires de K.G., son exégèse du Ménon (1964).Viennent ensuite deux articles sur la République : le premier sur la réception de l’allégorie de la caverne, écrit plus de vingt ans après, puis une interprétation du difficile passage du discours des Muses, au commencement du livre VIII (1974). La contribution sur la théorie platonicienne des couleurs dans le Timée (1965) et son dernier article (1989) sur la conclusion du Phèdre permettent de mesurer l’acribie interprétative de G. à deux époques bien différentes de sa vie. Deux comptes rendus, l’un du livre de R. Weil, L’archéologie de Platon (1961) et l’autre du Beiträge zur Interpretation von Platons Nomoi de H. Görgemanns (1960) ferment cette section.

4La quatrième section, qui réunit des travaux sur la biographie et la doxographie platoniciennes, contient quatre articles, cette fois ordonnés de façon chronologique. Le premier analyse la version de la doctrine platonicienne d’Alkimos que conserve Diogène Laërce (III 9-17), pour arriver à la conclusion qu’il utilise des matériaux qui proviennent de l’Académie et non seulement les dialogues. Plus spéculatif, un article publié en 1979 cherche à identifier le Platon mentionné par Aristote en Rhet. I 15, 1376a7-11 avec le philosophe, contre l’opinion la plus courante. La contribution suivante, consacrée à la lettre 13 de Platon, propose de considérer Aristophane de Byzance comme le philologue qui l’a incorporée au corpus platonicien. Le dernier article est un des travaux préparatoires à l’édition de sa grande œuvre, Philodems Akademika. Die Berichte über Platon und die Alte Akademie in zwei herkulanensischen Papyri. Stuttgart-Bad Carnstat 1988. Gaiser y étudie la version de la libération de Platon par l’athénien Annichèris, contenue dans le papyrus Herculanensis 1021 de Philodème.

5La section cinquième contient des travaux relatifs à d’autres aspects de la philosophie ancienne (Aischines, Aristoteles, Kleanthes). S’y distinguent l’article ’Das zweifache Telos bei Aristoteles’ publié en 1969, où K. G. trouve, déjà préfigurées dans le De philosophia aristotélicien, la doctrine de la cause finale présente dans les traités conservés, en particulier dans le livre XII de la Métaphysique. Quatre travaux de G. sur différents aspects de la culture grecque ont été choisis pour illustrer ses recherches au-delà de la philosophie ancienne. Das Staatsmodell des Thukydides, un petit livre apparu dans 1975, qui propose une analyse très fine de l’épitaphe de Périclès afin de réfuter l’interprétation de H. Flashar, est la contribution la plus notable de cette section. La section finale consiste dans le discours prononcé par K.G. à l’occasion de son élection à la Heidelberger Akademie der Wissenschaften, ainsi que son épitaphe pour W. Schadewaldt. Une bibliographie de K. G. et un index locorum ferment le volume. Ce volume présente une sélection d’articles d’un des philologues allemands les plus importants de la seconde moitié du XXème siècle. Pourtant, le lecteur regrette l’absence de ses contributions sur la pensée historique de Platon, en particulier Platon und die Geschichte (Stuttgart 1963), ainsi que celle d’une introduction sur sa vie et sa méthodologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francisco L. Lisi, « K. Gaiser, Gesammelte Schriften », Études platoniciennes, 2 | 2006, 378-381.

Référence électronique

Francisco L. Lisi, « K. Gaiser, Gesammelte Schriften », Études platoniciennes [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/1087

Haut de page

Auteur

Francisco L. Lisi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études Platoniciennes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org