Navigation – Plan du site
Bulletin platonicien IV
Tradition platonicienne : éditions, traductions et littérature secondaire

Plotin, Traité 53 (I, 1), traduction, introduction, notes et commentaire par Gwenaëlle Aubry

Matthieu Guyot
p. 389-391
Référence(s) :

Plotin, Traité 53 (I, 1), traduction, introduction, notes et commentaire par Gwenaëlle Aubry, Paris, Les Éditions du Cerf, 2004, 396 p.

Texte intégral

1La traduction que propose Gwenaëlle Aubry du premier traité de l’édition porphyrienne des Ennéades (« Qu’est-ce que l’animal ? Qu’est-ce que l’homme ? ») fait incontestablement honneur à la collection dirigée par P. Hadot, ainsi qu’au traité de Plotin. L’auteur, qui travaille sur ce traité depuis longtemps, en donne une lecture tout aussi « acribique » que synoptique. Le commentaire est attentif aux détails du texte et n’élude aucune difficulté du traité 53, qui est ici saisi dans sa singularité. Mais il s’attache aussi à dégager les articulations de son argumentation et de ses différents moments, ainsi qu’à en restituer la progression et l’unité globales.

2Grâce, en outre, à une grande « vigueur » philosophique, G. Aubry révèle de manière très convaincante la richesse et l’intérêt remarquables de ce traité. Elle montre, notamment, que sur plusieurs questions délicates, le traité 53 produit des réponses précises et nettes, qui en font un exposé essentiel et particulièrement abouti de la psychologie plotinienne.

3Ainsi, Plotin commence par se demander comment le phénomène de la passion pourrait se concilier avec l’impassibilité de l’âme, ce qui le conduit à s’interroger sur la nature des rapports de l’âme et du corps. G. Aubry montre qu’il adopte ici une solution qui se démarque à la fois de l’instrumentalisme de l’Alcibiade et de l’immanentisme, stoïcien ou aristotélicien (p. 150). Sans choisir entre la séparation et l’union, Plotin fait paradoxalement du caractère absolu de la séparation, la condition même de l’union. C’est ici la notion de « puissance émanée » qui permet de penser conjointement l’impassibilité de l’âme supérieure, l’animation du corps et les passions qui affectent le vivant. Or, c’est précisément parce que l’âme supérieure demeure séparée que peut procéder d’elle ce « reflet » – l’âme inférieure –, qui anime le corps tout entier.

4La seule réserve que suscite sur ce plan les analyses de l’auteur concerne l’identification du problème ici abordé par Plotin avec celui de la « communication des substances » (p. 211), tel qu’il sera posé au XVIIe s. On pourrait objecter en effet que la solution de Plotin ne règlerait en rien ce problème puisque l’âme émanée est elle aussi une âme et qu’on ne voit pas plus que pour l’âme séparée comment elle peut interagir avec le corps. Mais Plotin, en fait, ne se pose pas du tout, comme le fera Descartes, la question de savoir comment quelque chose d’immatériel peut agir sur un corps et par exemple mouvoir ses membres. Si le problème de l’interaction de deux substances hétérogènes a pu être pensé dans l’Antiquité c’est bien plutôt par les stoïciens, dont l’auteur cite du reste un fragment significatif (p. 171).

5Mais la question centrale du traité, selon G. Aubry, est celle du sujet, du « nous » (hêmeis). Ce sujet, montre-t-elle, n’est ni un « sujet-substance », ni même un « sujet-conscience », mais la puissance, antérieure à la conscience, qui détermine l’orientation de cette dernière et, par là, le niveau éthique de notre vie : c’est « un sujet sans identité et une pure puissance d’identification » à l’âme séparée ou, inversement, au corps animé (p. 18). Corrélativement, l’auteur montre que si l’on peut parler de conscience chez Plotin, celle-ci ne peut être néanmoins pensée, à la manière des modernes, comme le principe réflexif de l’identité et de l’unité du moi, mais, au contraire, comme attention sélective, focalisée, donc, sur l’un ou l’autre des niveaux de l’âme (p. 293).

6La question du mal et de la responsabilité, enfin, s’en trouve elle aussi éclairée. G. Aubry met en lumière que le traité 53 apporte sur ce point une réponse sans doute plus tranchée que les traités antérieurs : l’âme supérieure, y affirme Plotin, quelque mal que nous fassions, demeure absolument « impeccable » (p.326). La responsabilité du mal incombe au seul « nous », lequel est, fondamentalement, « puissance de choix ».

7Exemplaire, ce commentaire apparaît comme un complément incontournable au Plotinus’ Psychology de H. J. Blumenthal, dont il conteste du reste certaines thèses (ainsi sur la question de l’existence de Formes des individus, p. 237), et s’il n’est pas moins rigoureux sur le plan historique, il apparaît plus incisif et plus approfondi sur le plan philosophique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthieu Guyot, « Plotin, Traité 53 (I, 1), traduction, introduction, notes et commentaire par Gwenaëlle Aubry », Études platoniciennes, 2 | 2006, 389-391.

Référence électronique

Matthieu Guyot, « Plotin, Traité 53 (I, 1), traduction, introduction, notes et commentaire par Gwenaëlle Aubry », Études platoniciennes [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/1099

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études Platoniciennes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org