Navigation – Plan du site
Bulletin platonicien IV
Tradition platonicienne : éditions, traductions et littérature secondaire

Plotin, Traité 54 (I, 7), traduction, introduction, notes et commentaire par Agnès Pigler

Matthieu Guyot
p. 391-392
Référence(s) :

Plotin, Traité 54 (I, 7), traduction, introduction, notes et commentaire par Agnès Pigler, Paris, Les Éditions du Cerf, 2004, 194 p.

Texte intégral

1Comme les autres volumes de cette collection dirigée par P. Hadot, l’ouvrage qu’Agnès Pigler consacre au dernier traité de Plotin (« Du premier bien et des autres biens ») est divisé en trois sections. Le traité 54 étant très bref (trois pages dans l’édition Henry-Schwyzer), c’est, plus que la traduction, l’introduction et le commentaire qui retiennent l’attention.

2L’introduction se concentre sur l’un des thèmes du traité : la question de l’immortalité et de la séparation de l’âme et du corps.

3Pigler décèle sur ce plan une différence nette entre Platon et Plotin : tandis que le premier espère en une immortalité qui serait personnelle, Plotin la regarderait, lui, comme une immortalité impersonnelle, qui fait l’objet d’un véritable s avoir (dans la mesure où nous en faisons l’expérience ici bas dans l’union à l’Un). Bien qu’éclairante, une telle opposition paraît ici présentée ici d’une manière très dogmatique (ce que l’on pourrait reprocher du reste à l’ensemble de l’ouvrage d’A. Pigler, qui fait peu de place aux difficultés et aux nuances). À l’appui du premier point l’auteur rappelle en effet les mythes platoniciens qui mentionnent les châtiments des âmes individuelles, ce qui supposerait que l’âme conserve sa personnalité. Mais que dire alors de la reprise de ces mythes par Plotin lui-même, qui évoque également de tels châtiments, y compris dans le traité 54 (chap. 3, li. 13) ? Inversement, Platon ne définissant pas ce qui fonde l’identité de l’âme affranchie du corps, il n’est pas sûr que la personnalité de l’âme séparée soit pour lui aussi obvie que l’auteur le dit, d’autant que le statut du discours mythique présente dans les Dialogues les difficultés que l’on connaît.

4Le commentaire proprement dit sollicite abondamment les autres traités pour développer les grands thèmes qui sont succinctement exposés dans le traité 54. Il est notable, à cet égard, qu’A. Pigler, ne relève aucune évolution de la pensée plotinienne jusqu’à ce dernier traité. On sait qu’elle est en cela tacitement d’accord avec la plupart des commentateurs, mais il eût peut-être été heureux d’aborder ici cette question de manière plus frontale.

5Ce qui paraît remarquable à cet égard c’est que Plotin, jusqu’à la fin, dialogue abondamment avec Aristote, non seulement dans le premier chapitre (qui part de l’Éth. Nic. 1177a12-17), mais encore, sans doute, dans le dernier, qui affronte l’aporie suivante : procédant de « l’archi-vie » de l’Un, la vie est un bien, mais la séparation est pour l’âme humaine un bien supérieur. Or, il semble que Plotin se souvient ici aussi d’Aristote, car l’expression du chap. 3, li. 1 (ei dè zôè agathon) paraît renvoyer aux passages du Corpus où il est dit dans les mêmes termes que « la vie est un bien » (Éthic. Nic. 1170b2 ; cf. ibid. 1170a25-26 ; Gén. An 731b30 ; Pol. 1278b25-26). On est surpris, d’autre part, que l’auteur, tout en évoquant la question corrélative du suicide philosophique (p.144) ne renvoie ni au Phédon (60c-62c) ni, surtout, au traité 16 (I, 9), qui en traitent et le condamnent expressément.

6Le moins convaincant est peut-être l’appendice qui clôt l’ouvrage. Reprenant les thèses de son précédent ouvrage (Plotin. Une métaphysique de l’amour), A. Pigler y présente la matière « précosmique » comme un principe d’entropie pour le vivant, et « cite » alors à deux reprises le terme grec d’entropè (p. 140 et 148), qu’elle comprend à la fois au sens d’involution (terme introduit par J. Trouillard dans le commentaire plotinien) et d’entropie. Le problème – méthodologique à tout le moins – est que le terme entropè n’est jamais employé par Plotin (l’on pourrait faire la même remarque pour le terme d’hupertheôria « cité » p. 75).

7On déplorera, enfin, les innombrables « coquilles » qui émaillent les passages donnés en grec, au point d’en compromettre l’intelligibilité : ainsi, dans les « Modifications au texte grec » (lesquelles, non justifiées, paraissent d’ailleurs assez hasardeuses : voir ad 3, 11), on ne compte pas moins de trois erreurs pour cinq modifications.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthieu Guyot, « Plotin, Traité 54 (I, 7), traduction, introduction, notes et commentaire par Agnès Pigler », Études platoniciennes, 2 | 2006, 391-392.

Référence électronique

Matthieu Guyot, « Plotin, Traité 54 (I, 7), traduction, introduction, notes et commentaire par Agnès Pigler », Études platoniciennes [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/1100

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org