Navigation – Plan du site
Bulletin platonicien IV
Tradition platonicienne : éditions, traductions et littérature secondaire

L. Brisson (dir.), Porphyre, Sentences

Alexandra Michalewski
p. Pagination
Référence(s) :

Porphyre, Sentences, études d’introduction, texte grec et traduction française, commentaire, bibliographie, suivi d’une introduction anglaise par J. Dillon, publié sous la direction de L. Brisson, Paris, Vrin, 2005, 2 volumes, 381 p. et 383 p.

Texte intégral

1Ce recueil des Sentences de Porphyre fait suite au travail déjà réalisé dans la même collection concernant la Vie de Plotin. Ce texte qui tout à la fois condense, systématise et parfois transforme la pensée de Plotin est, comme le rappelle L. Brisson dans l’Avant-Propos, « l’un des ouvrages les plus difficiles que nous a transmis la tradition philosophique grecque ». Les difficultés tiennent tant à la forme du texte composé de 44 Sentences qui forment un genre hybride puisqu’elles sont présentées tantôt de manière axiomatique, tantôt sous forme de longs développements, qu’à son contenu qui est une interprétation parfois volontairement déformée des Ennéades. L’ampleur des problèmes qui surgissent à la lecture de ces Sentences nécessitait un traitement à la mesure des difficultés et des enjeux que ce texte, première interprétation des Ennéades proposée par celui-là même qui les a éditées, peuvent présenter. L’ouvrage collectif réalisé par les membres de l’UPR 76 du CNRS répond pleinement à cette attente en offrant plusieurs études introductives aux Sentences, le texte grec, sa traduction française en regard (tome I), plus de 400 pages de notes qui constituent un véritable commentaire de chaque sentence et une traduction indépendante de J. Dillon en anglais (tome II).

2Le tome I comporte plusieurs Études introductives que l’on peut classer selon quatre types d’approche : cerner le genre auxquels appartiennent les Sentences intitulées par Porphyre - Aphormai pros ta noeta -, en examiner le contenu philosophique, mettre ce texte en perspective dans l’histoire du néoplatonisme, et enfin, étudier le manuscrit lui-même et sa transmission.

3Deux articles R. Goulet « Le titre de l’ouvrage » (11-16) et M.-O. Goulet-Cazé « Le genre littéraire des Sentences » (17-30) interrogent la signification de ces Aphormai pros ta noeta. Le premier fait tout d’abord un historique du terme aphormai, attesté depuis la fin du Vème siècle avant J.-C. dans des ouvrages essentiellement rhétoriques où il signifie « lieu commun de l’argumentation, canevas ». Porphyre, en signalant le but que ces aphormai se proposent d’atteindre les intelligibles indique la fonction instrumentale de l’ouvrage : fournir à l’esprit des « points de départs » pour pénétrer au cœur de la doctrine. Ces indications conduisent l’A. à affirmer que la lecture des Aphormai est un exercice spirituel permettant une remontée vers le principe. Le second article part du problème posé par la forme des Sentences dont les premières sont aphoristiques, tandis que les dernières (à partir de la S. 29) sont constituées de développements beaucoup plus longs. L’A. s’attache surtout, dans cet article aporétique, à montrer le genre bâtard du texte qui n’est pas identifiable à une isagogè, un manuel, ou une épitomè. Les hypothèses respectives de Creuzer et de Richter, selon lesquelles ces Aphormai seraient soit des commentaires ou des sommaires, soit des épichérèmes, n’emportent pas la conviction de l’A. qui conclut à l’impossibilité de classer le texte dans quelque genre que ce soit.

  • 1 Traité 11 (V, 2), 2, 20-21.trad. Bréhier.

4Après cette introduction, le long article intitulé « Le système philosophique de Porphyre dans les Sentences » (31-138) aborde l’analyse du contenu philosophique des Sentences. Ces dernières ne présentant pas de plan ni de progression argumentative, l’étude procède de manière synthétique en suivant deux parties. L’une traite de la métaphysique (M.-O. Goulet-Cazé) et l’autre, de la physique (L. Brisson). Le fil directeur qui organise l’ensemble est le rappel de deux principes fondamentaux de la pensée porphyrienne : la distinction entre le corporel et l’incorporel, la loi énoncée dans la S. 10 selon laquelle « toutes choses sont en toutes, mais sur un mode approprié à l’essence de chacune ». L’intention générale de cet article est de montrer comment la métaphysique des Sentences s’inscrit dans le prolongement des Ennéades, et comment cette lecture, faite sur un mode quasiment dogmatique, abandonne l’aspect dynamique de la recherche si caractéristique de Plotin. L’espace du compte rendu ne nous permettant pas de présenter en détail ce travail qui traite de chaque niveau de réalité de l’Un jusqu’à son extrême exténuation, la matière, nous vo u d rions attirer l’attention sur le début de cet article qui consacre de nombreuses pages à l’étude de la procession. L’analyse de la procession, qui s’effectue par dépendance causale, est l’occasion de montrer la manière dont Porphyre reprend le problème plotinien de la causalité des incorporels. Si l’effet est toujours présent dans la cause, la cause « est partout et nulle part » dans son effet. Cette juxtaposition des contraires est exprimée dans la S. 31 : « Dieu est partout, parce que nulle part, l’intellect est partout, parce que nulle part, l’âme est partout, parce que nulle part ». Dans cette S., Porphyre systématise des éléments d’analyse présents dans divers Traités qui caractérisent la causalité l’Un ou des intelligibles : l’omniprésence de la cause à ses effets, et son absolue transcendance. L’A. semble voir dans ce traitement de la causalité comme une évolution de Plotin qui aurait d’abord utilisé la formule pantakhou kai oudamou au sujet l’Un cause de toutes choses et absolument irréductible à la somme des êtres engendrés et l’aurait ensuite étendue à l’intellect puis à l’âme. Selon l’A., la formule de Porphyre s’inspire du paradoxe énoncé au § 4 du Traité 13 (III, 9) à propos du type de causalité exercée par l’Un, puis « dans un traité postérieur (IV, 4, 22), Plotin reprend la question à propos cette fois de l’intelligible à qui il prête une omniprésence collective compatible avec le fait qu’il reste séparé » (p. 38). Or affirmer que Plotin « reprend » la question d’une cause à la fois présente et séparée a de quoi surprendre. En effet, dès le Traité 11 (V, 2), Plotin emploie cette formule à propos de l’intellect et de l’âme : « L’âme n’est nulle part ; elle est en un être qui, n’étant nulle part, est partout. »1.

  • 2 On peut songer par exemple à la reprise de cette hiérarchie par Proclus. Cf. Marinus, Proclus ou su (...)

5La seconde partie de l’article « passe une frontière » en s’intéressant au monde des corps. Celle-ci, nécessairement plus brève (106138), traite dans un premier temps de la physique en rappelant les différences qui existent chez Plotin comme chez Porphyre entre hylè (la matière sans détermination), ógkos (la masse dépourvue de qualité), sôma (le corps pourvu de qualités). Un second moment analyse les actions de l’âme dans le corps : la connaissance, la sensation, l’imagination, la mémoire, et enfin l’éthique, où l’A. met en lumière l’originalité de la S. 32 qui présente le pro gramme d’une éthique typiquement porphyrienne. Cette S., radicalisant les perspectives ouvertes dans le Traité 19 (I, 2), dresse une typologie stricte des vertus civiques, purificatrices, contemplatives, paradigmatiques qui correspondent aux différents moments du retour de l’âme vers son origine. On pourra toutefois regretter que l’originalité de cette S. ne soit étudiée qu’en « amont », par rapport aux Ennéades, tandis que la « fortune considérable » (131) que connaîtront les « innovations » introduites par Porphyre (la hiérarchie des vertus et leur plus ou moins grande importance dans le processus de purification) n’est qu’allusivement mentionnée.2

6Le travail de C. D’Ancona « Les sentences de Porphyre entre les Ennéades de Plotin et les Éléments de théologie de Proclus » (140-274) a un double objectif : montrer la dette de Porphyre à l’égard de Plotin en dressant une typologie des relations textuelles entre les Sentences et les Ennéades, sentence par sentence, (qu’il s’agisse d’un emprunt littéral ou doctrinal, ou d’un mélange des deux, donnant lieu à ce que l’A. appelle des « sentences mixtes », classées en a, b, c), mais aussi mettre en évidence l’importance de Porphyre qui fut l’intermédiaire nécessaire dans la réception scolaire de Plotin chez les néoplatoniciens plus tardifs.

7Dans un premier temps, l’A. rappelle et résume le contenu de 3 études majeures, celles de Henry, Schwyzer et Hadot sur cette question, ce qui lui permet de présenter la propre originalité de son travail. Puis les p. 152 à 185 examinent à travers un repérage rapide quelles sont les sentences classées en a, b, c. Ce survol où l’on voit tantôt une dépendance doctrinale, littérale, ou combinée, permet à l’A. de constater la naissance d’un procédé, celui de la « création de lois », dans lequel elle voit la marque d’une attitude typiquement porphyrienne. Par exemple, la S.1 présente le motif plotinien de la non-localisation de l’incorporel sous la forme d’un axiome. Ces remarques permettent à l’A. d’affirmer que Porphyre ne se borne pas à résumer la pensée du maître, mais que, la reformulant sous forme d’axiomes, il développe une philosophie originale qui deviendra le bien commun du courant néoplatonicien. La troisième partie de cette étude examine l’influence exercée par Porphyre sur la formation du néoplatonisme ultérieur notamment sur Proclus. Cette influence est étudiée à trois niveaux : à travers la forme de l’écriture qui dégage des « lois » de la procession, puis à travers l’adoption de tournures stylistiques, enfin à travers les aspects doctrinaux eux-mêmes. Or l’A. ne se borne pas à montrer la similarité entre Proclus et Porphyre, mais étudie avec beaucoup de minutie la manière dont les emprunts doctrinaux sont retravaillés. Elle montre ainsi, par exemple, comment la loi du panta en pasin, qui est une invention de Porphyre, est reprise dans les Éléments de théologie, mais pour ne s’appliquer qu’aux seules triades du monde intelligible. L’article se clôt par un relevé systématique ligne à ligne, sentence par sentence, des emprunts ad verbum et ad sensum faits aux Ennéades (198 à 274). Ce travail qui couvre presque 80 pages est un outil de travail tout à fait précieux, un guide permettant de repérer immédiatement non seulement les sources de Porphyre, mais également l’utilisation qui en est faite dans son travail de réécriture et de réinterprétation de la pensée du maître.

8Le volet des études introductives s’achève sur deux articles concernant le manuscrit lui-même et sa transmission : T. Dorandi, « La tradition manuscrite » (275 à 284), et J.-M. Flamand, « Édition et traductions des Aphormai. », qui recense toutes les éditions et les traductions des Sentences imprimées, depuis la traduction de Ficin destinée à Laurent le Magnifique (1497) jusqu’à nos jours (285-300).

9La traduction anglaise de J. Dillon permet d’engager un dialogue avec la traduction française. Même si, sur certains points, les choix de traduction de J.D. peuvent s’avérer discutables - par exemple, dans la S. 40, l’A. refuse de traduire un membre de phrase (l. 74) en affirmant y voir la trace d’une « glose chrétienne » (p. 828), quand bien même l’étude du manuscrit ne permet pas d’affirmer qu’il s’agisse d’un ajout postérieur ou d’une altération quelconque du texte - cette collaboration vient enrichir la perception du texte de Porphyre. Notons, pour ne mentionner qu’elle, la traduction du titre. Insistant, à la suite de R. Goulet, sur l’idée selon laquelle ce texte est comme un instrument permettant à l’âme de se frayer une voie jusqu’à l’intelligible, J. D. choisit de traduire aphormai pros ta noeta par Pathways to the Intelligible, la dynamique impliquée par le terme de pathway donnant une vision tout à fait fidèle de la dynamique spirituelle recherchée par Porphyre.

10Ce volume constitue donc un véritable ouvrage de référence : ses nombreuses études proposent non seulement un commentaire approfondi du texte de Porphyre d’un point de vue tant philologique que philosophique, mais également une mise en perspective de la transmission de philosophie plotinienne dans la tradition platonicienne ultérieure. Il présente, à cet égard, un double intérêt, celui de mettre en lumière un texte qui fut la première interprétation des Ennéades et dans lequel se retrouve le travail propre de l’éditeur, et de montrer comment Porphyre fut non seulement un épigone, mais aussi un philosophe à part entière qui joua un rôle décisif dans l’histoire du néoplatonisme.

Haut de page

Notes

1 Traité 11 (V, 2), 2, 20-21.trad. Bréhier.

2 On peut songer par exemple à la reprise de cette hiérarchie par Proclus. Cf. Marinus, Proclus ou sur le bonheur, ed. H. D. Saffrey et A.-Ph. Segonds, Paris, les Belles Lettres, 2001, § 17.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Michalewski, « L. Brisson (dir.), Porphyre, Sentences », Études platoniciennes, 2 | 2006, Pagination.

Référence électronique

Alexandra Michalewski, « L. Brisson (dir.), Porphyre, Sentences », Études platoniciennes [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/1102

Haut de page

Auteur

Alexandra Michalewski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org