Navigation – Plan du site
Bulletin platonicien IV
Tradition platonicienne : éditions, traductions et littérature secondaire

Plutarque, Œuvres morales, tome XV, 1

Thomas Vidart
p. 397-398
Référence(s) :

Plutarque, Œuvres morales, tome XV, 1ère partie (traité 70, Sur les contradictions stoïciennes et traité 71, Synopsis du traité « Que les Stoïciens tiennent des propos plus paradoxaux que les poètes »), texte établi par M. Casevitz, traduit et commenté par D. Babut, Paris, Les Belles Lettres, 2004

Texte intégral

1La parution de cet ouvrage fait suite à celle, en 2002, du traité intitulé Sur les notions communes, contre les Stoïciens qui est en réalité postérieur dans l’ordre des Œuvres morales de Plutarque. Les deux volumes, qui sont le fruit de la collaboration entre D. Babut et M. Casevitz, ont d’ailleurs en commun la bibliographie et les index : on les trouvera dans Sur les notions communes, contre les Stoïciens, respectivement aux pages 41 à 48 et 385 à 464. La traduction des deux traités, élégante et précise, est suivie par un ensemble de notes très développées : ces analyses approfondies et érudites éclairent en particulier les enjeux de l’argumentation de Plutarque, proposent des orientations bibliographiques, justifient les choix effectués dans la construction grammaticale des phrase, etc. Dans les notes relatives au traité Sur les contradictions stoïciennes, D. Babut insiste souvent sur le fait que Plutarque, qui avait selon lui accès aux œuvres mêmes de Chrysippe, se révèle être un adversaire de bonne foi, même quand il reproche à ce dernier une conception relative au monde, celle suivant laquelle « sa nourriture lui vient de sa propre consomption » (1052 D) qu’il trouve aussi dans le Timée de Platon. Le commentateur n’hésite pas à se prononcer sur la pertinence de la critique formulée par Plutarque : il montre alors que celle-ci repose sur une compréhension fautive de la pensée des Stoïciens, ou au contraire qu’elle porte sur un point essentiel de leur philosophie, comme c’est le cas à propos du chapitre 12 qui évoque la notion d’appropriation (oikeíosis). C’est même parfois à son insu que Plutarque donne des précisions décisives qui permettent de reconstituer la pensée des anciens Stoïciens.

2D’une manière plus générale, le traité Sur les contradictions stoïciennes constitue une source extrêmement importante pour la connaissance de la doctrine philosophique de l’ancien stoïcisme, principalement dans les domaines de l’éthique, de la théologie et de la physique. Plutarque confronte en effet entre eux des propos tenus par des Stoïciens, et tout particulièrement par Chrysippe, dans le but de souligner leur absence de cohérence. Le reproche qu’il adresse aux Stoïciens est d’autant plus grave que, comme le note D. Babut dans sa notice, ces derniers mettent l’accent sur l’exigence de cohérence, qui est « le mot d’ordre et comme le slogan de leur système » (p. 7-8). Plutarque est dans cette perspective conduit à mettre en avant un très grand nombre de citations de Chrysippe, en indiquant le texte dont elles sont issues. Son témoignage nous apporte donc des renseignements extrêmement précieux puisque les ouvrages évoqués sont perdus : pour ne prendre qu’un exemple, la citation qu’il propose du traité Sur la dialectique, dans le chapitre 24, est la seule qui nous reste.

3Ce traité Sur les contradictions stoïciennes permet également d’apercevoir, de façon ponctuelle, que Plutarque s’indigne des attaques menées par les Stoïciens contre la philosophie platonicienne. Il reproche en effet à Chrysippe sa critique des positions soutenues par Platon, par exemple en ce qui concerne la justice et l’injustice (chapitres 15 et 16). Il souligne ainsi l’audace dont Chrysippe fait preuve quand il s’attaque à Platon et à Aristote, qui sont à ses yeux « deux des plus grands philosophes » (1041 A). Les propos que tient Plutarque sur l’exercice qui consiste à soutenir des thèses contradictoires, dans le chapitre 10, permettent pour leur part de préciser le rapport de Chrysippe avec les tenants de la suspension du jugement qui forment la Nouvelle Académie. Il apparaît en effet que Chrysippe a défendu contre l’expérience commune et les sensations des thèses avec lesquelles il était en désaccord, mais qu’il a étayées avec plus de talent que celles auxquelles il adhérait, et qui ont pu inspirer Carnéade.

4Quant au bref texte intitulé Synopsis du traité « Que les Stoïciens tiennent des propos plus paradoxaux que les poètes », il ne présente pas le même intérêt que le précédent : D. Babut souligne en ce sens « le caractère plus rhétorique que philosophique de notre opuscule » (p. 100). Son intention est d’établir que le sage stoïcien manifeste des paradoxes plus importants que certains héros mis en scène par les poètes : Caenée, Iolaos, Ulysse et Héraclès. Notons cependant que cet ensemble formé de six chapitres est dans le prolongement du traité Sur les contradictions stoïciennes, dans la mesure où c’est ici aussi la notion de cohérence qui est au centre du développement. Parmi ceux que nous possédons, il s'agit d’ailleurs du troisième et dernier ouvrage consacré par Plutarque à la polémique contre les stoïciens que nous possédons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Vidart, « Plutarque, Œuvres morales, tome XV, 1 », Études platoniciennes, 2 | 2006, 397-398.

Référence électronique

Thomas Vidart, « Plutarque, Œuvres morales, tome XV, 1 », Études platoniciennes [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/1103

Haut de page

Auteur

Thomas Vidart

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org