Navigation – Plan du site
Bulletin platonicien IV
Tradition platonicienne : éditions, traductions et littérature secondaire

A. Neschke-Henschke, Platonisme Politique et Théorie du Droit naturel. Contributions à une archéologie de la culture politique européenne, volume II

Arnaud Macé
p. 405-407
Référence(s) :

Ada Neschke-Henschke, Platonisme Politique et Théorie du Droit naturel. Contributions à une archéologie de la culture politique européenne, volume II : Platonisme politique et jusnaturalisme chrétien. D’Auguste d’Hippone à John Locke, Louvain – Paris – Dudley, Peeters, 2003, 745 p.

Texte intégral

1Ce deuxième volume de Platonisme Politique et Théorie du Droit naturel prend la suite d’une première étude consacrée en 1995 au platonisme politique dans l’Antiquité, en suivant l’histoire de cette tradition d’Augustin jusqu’à Locke. Un troisième volume annoncé poursuivra cette histoire jusqu’à la postérité de la révolution française. L’ampleur du travail a nécessité le travail de plusieurs chercheurs aux côtés de l’auteur (en particulier depuis 1998 de Catherine König-Pralong, auteur de l’Avènement de l’aristotélisme en terre chrétienne. L’essence et la matière : entre Thomas d’Aquin et Guillaume d’Ockham, Paris, Vrin, Etudes de philosophie médiévale, 2005, sous presse), notamment pour contribuer à rassembler les soixante-dix pages d’une bibliographie dont la clarté et l’ordre rendront l’usage facile, à réaliser les cinquante pages de traductions inédites de Marsile Ficin, de Jean de Serres, d’Hugo Grotius (textes latins et traductions), des tableaux d’occurrences platoniciennes dans les oeuvres de Suarez, et autres annexes.

2Le premier volume était consacré à Platon lui-même et à une élaboration, à partir d’une lecture du Gorgias, de la République, du Politique et des Lois, des caractéristiques fondamentales de la politique platonicienne : avoir pour objectif, sur le fondement d’une connaissance de la nature de l’homme, la direction des âmes et la production de la vertu. Le « naturalisme » platonicien consiste précisément dans le fait de fonder la communauté politique dans une référence à une norme transcendante de la justice, saisie par la raison, et en déterminant la place de chaque chose « selon sa nature ». L’Idée de la justice naturelle se confond avec la proportion, l’égalité géométrique qui rend à chacun selon la nature et soumet la Cité au gouvernement des plus vertueux. Le second volume entreprend de suivre, à travers l’histoire de l’occident chrétien, la transmission de ce dispositif à travers ses métamorphoses, dont Cicéron, Calcidius et le premier Augustin sont les relais à travers l’Antiquité. C’est ensuite, selon Ada Neschke-Henschke (désormais ANH), deux visions politiques qui s’affrontent, d’Augustin à Locke : la vision théocratique du dernier Augustin contre l’humanisme rationaliste du premier, dont le platonisme politique est le « soutien théorique », soit à travers la tradition indirecte d’Augustin à Thomas d’Aquin (en passant par Guillaume de Conches et les décrétistes du XIIIe siècle), soit à travers la tradition platonicienne retrouvée à partir de Marsile Ficin, qui lègue à Jean Bodin, Jean de Serres et Francisco Suarez la défense de cet humanisme contre un augustinisme religieux revigoré par la réforme. L’un des effets des guerres de religion est une laïcisation de la pensée politique qui s’accentue au XVIIe, tandis que le platonisme politique se métamorphose encore chez Grotius, Hobbes, Pufendorf et Locke , dernière réalisation, selon l’auteur, de la « pensée chrétienne de la Cité ».

3Du point de vue des études platoniciennes, la question soulevée par cette volumineuse entreprise, dont nous venons de faire un trop rapide survol, est celle de l’identité du platonisme ainsi attribué, à travers ses métamorphoses, à un ensemble considérable d’auteurs appartenant à des courants philosophiques et des horizons culturels pour le moins divers, sans que l’on puisse d’ailleurs toujours se prévaloir d’une revendication directe de platonisme chez ceux-ci. Il faut que ce que l’on appelle ici platonisme politique puisse survivre à la disparition de certains marqueurs habituels de l’Etat platonicien tel qu’il a été perçu dans l’histoire de la philosophie, ainsi dès Aristote : le « communisme » des femmes et des enfants chez les gardiens ou encore le gouvernement des savants. Seule une interprétation structurale du platonisme permettait de se lancer dans un tel parcours. C’est ainsi celle qui se dégage du tableau annexe à la leçon 2.1 (p. 641-642) : les éléments du dispositif peuvent changer, les rapports structurels demeurent et définissent une manière platonicienne de fonder la communauté politique. C’est là une méthode déjà éprouvée dans le cadre d’une histoire du platonisme (ainsi l’histoire de « la transformation de la structure ontologique du Timée » par Luc Brisson, Le Même et l’Autre dans la structure ontologique du Timée, Paris, 1974, p. 528) – et il est possible qu’il y ait là en effet une spécificité du platonisme, d ’ avoir constitué, dans son histoire , un ensemble de transformations d’une même matrice ; mais un tel procédé peut-il survivre à son extension hors de la tradition platonicienne directe ? C’est le pari fait par ANH. On indiquera en ce sens un autre parrainage à cette entreprise. La possibilité d’étendre les frontières du platonisme politique tient aussi à la façon qu’à l’auteur de placer le coeur de celui-ci dans la justice distributive exprimant l’ordre naturel, en définissant la Forme du Juste comme ce qui s’exprime dans l’égalité géométrique, et en suivant à travers l’histoire l’incorporation de ce motif. Or, ce souci des formes d’ordre et de configuration (kosmos, taxis, cf. Gorgias 503e-504d) dans lesquels les Formes, chez Platon, se traduisent, lorsque les choses viennent à y participer, rappelle en particulier Stenzel, particulièrement attentif à ce niveau de réalité (voyez le chapitre deuxième des Studien zur Entwickung der Platonischen Dialektik von Sokrates zu Aristoteles, Aretè und Diairesis, Breslau, 1917). C’est donc un double dispositif qu’ANH utilise comme matrice du platonisme politique : un système vertical de principes, un lecture horizontale des formes d’ordre dans lesquelles ils se traduisent, double grille permettant à ce platonisme-là de se modifier profondément à travers ses métamorphoses (p. 538).

4On attend la confirmation de la méthode par le troisième volet, qui, s’éloignant probablement plus encore des relais d’une tradition platonicienne explicite, devra d’autant plus manifester la consistance de son objet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Macé, « A. Neschke-Henschke, Platonisme Politique et Théorie du Droit naturel. Contributions à une archéologie de la culture politique européenne, volume II », Études platoniciennes, 2 | 2006, 405-407.

Référence électronique

Arnaud Macé, « A. Neschke-Henschke, Platonisme Politique et Théorie du Droit naturel. Contributions à une archéologie de la culture politique européenne, volume II », Études platoniciennes [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/1107

Haut de page

Auteur

Arnaud Macé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org