Navigation – Plan du site
Bulletin platonicien IV
Tradition platonicienne : éditions, traductions et littérature secondaire

T. Gontier, Descartes et la causa sui

Edouard Mehl
p. 412-413
Référence(s) :

Gontier, Thierry , Descartes et la causa sui, Paris,Vrin (Philologie et Mercure), 2005

Texte intégral

1Par le biais de considérations sur les précédents historiques de la « causa sui » (haition héautou), de Plotin à Ficin, cet ouvrage entreprend de réviser fondamentalement la lecture heideggerienne de l’histoire de la philosophie. Faisant suite à une discussion jadis ouverte par J.-M. Narbonne, l’auteur veut montrer que 1/ le thème de la causa sui n’est pas une innovation cartésienne des Primae Responsiones mais signale chez lui un héritage néo-platonicien dans lequel la médiation de Ficin est jugée décisive (« Non qu’il s’agisse en aucune façon de plaider en faveur d’un Descartes néoplatonicien, mais bien plutôt afin de poser les bases d’un dialogue entre Descartes et le néoplatonisme » [p. 44]) 2/ faute d’avoir une connaissance exacte de ces antécédents de la causa sui cartésienne, ses commentateurs contemporains (J.-L. Marion principalement) en auraient profondément manqué le sens, et 3/ auraient surtout manqué le fait que la causa sui peut s’entendre de la liberté humaine en tant qu’elle est proprement créatrice (« Pour Descartes comme pour Ficin, la liberté humaine implique ainsi une libération de la tutelle du Principe, donnant lieu à un véritable recommencement dans l’exercice de la puissance » [p. 146]). Sans conteste, cet ouvrage ne manque pas d’ouvrir des perspectives (sur l’essence divine, la liberté, l’humanisme, la technique, le Gestell, etc.) mais si vastes que le regard a tôt fait de s’y perdre. La mise en perspective des thèses cartésiennes, tant sur la causa sui que sur la création des vérités éternelles (les deux questions étant liées en ce qu’elles supposent toutes deux la qualification de l’essence divine comme puissance infinie), n’est pas sans gommer certains de leurs aspects spécifiques. On ne saurait ramener la thèse cartésienne de la « dépendance » des vérités éternelles à une thèse sur la « production » divine des essences, qui n’a effectivement rien d’original, comme l’auteur n’a pas de mal à le démontrer. De même il paraît difficile d’interpréter l’argument des Premières Réponses en termes de « préséance de la puissance sur l’essence » [p. 73], sans tenir compte de ce que Spinoza en avait quant à lui presque directement conclu : « La puissance de Dieu est son essence même » (Spinoza, Ethique, I, prop. 34). Enfin on voit mal comment la liberté humaine pourrait s’entendre comme causa sui à moins de ne donner à ces termes, causa et sui, qu’un sens très vague, métaphorique et définitivement paradoxal.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Edouard Mehl, « T. Gontier, Descartes et la causa sui », Études platoniciennes, 2 | 2006, 412-413.

Référence électronique

Edouard Mehl, « T. Gontier, Descartes et la causa sui », Études platoniciennes [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/1111

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org