Navigation – Plan du site
Bulletin platonicien
Commentaires aux dialogues de Platon

Gabriele Cornelli & Francisco L. Lisi (eds.), Plato and the City

Aikaterini Lefka
p. 187-190
Référence(s) :

G. Cornelli & F. L. Lisi (eds.), Plato and the City, « Collegium Politicum, Contributions to Classical Political Thought », vol. 4, Academia Verlag, Sankt Augustin, 2010, 146 p.

Texte intégral

1Comme le soulignent à juste titre les deux éditeurs de ce recueil d’essais en langue anglaise, Gabriele Cornelli et Francisco Lisi, dans leur préface intitulée « La relation ambiguë de Platon avec la cité » (p. 6-9), l’ouvrage ne saurait prétendre à une étude exhaustive de ce sujet vaste et complexe : ils n’ont d’autre ambition que de présenter quelques idées nouvelles sur certains aspects de celui-ci, toujours sujets à de nombreuses controverses. En effet, les auteurs de ces onze articles apportent une contribution non négligeable au débat autour des problèmes spécifiques que chacun choisit de traiter – même si leurs positions respectives peuvent évidemment être discutées –, et ouvrent parfois des perspectives originales pour l’actualité de la pensée politique de Platon.

2Dans le premier article, A. Borges de Araújo (p. 11-20) reprend l’interprétation bien connue selon laquelle Platon aurait changé de position dans les Lois par rapport au projet de cité qu’il élabore dans la République, en mettant à la fin de sa vie l’accent sur la législation qui doit former tous les citoyens, d’une manière plus démocratique que celle, plus élitiste, de la Kallipolis, fondée sur l’excellence des philosophes-gouverneurs. Loin de se contenter d’une utopie purement théorique, Platon serait donc devenu plus pragmatique, en désirant présenter un modèle de cité plus proche à la nature humaine, afin que celui-ci puisse être plus facilement réalisé. On peut néanmoins rappeler que dans les Lois aussi la législation est établie prioritairement par des personnes hautement qualifiées, sans oublier que le « collège de veille » n’abandonne pas la direction de la cité à un gouvernement égalitaire. Il nous semble dès lors que les différences constatées sont moins significatives que ne le pense l’A.

3F. L. Lisi (p. 21-31) livre une analyse approfondie de l’opposition entre les notions du « public » et du « privé » dans la cité classique, deux sphères que les penseurs politiques contemporains considèrent souvent comme confondues dans l’Antiquité. Il faut noter que ce sujet ne fait pas souvent l’objet de l’attention des historiens de la philosophie. L’auteur établit que Platon n’innove pas vraiment en prônant que l’intérêt personnel devrait céder devant le bien commun, mais plutôt en radicalisant cette position par l’abolition totale de l’individualisme dans ses cités idéales. Le philosophe exige une cohérence idéologique absolue, en contrôlant toutes les normes imposées aux citoyens, depuis le début de leur vie et de leur éducation. F. L. Lisi affirme à juste titre que la question, posée par Platon, de l’effet sur l’éducation des conflits d’intérêts entre sphère privée et sphère publique est toujours d’actualité.

4G. Cornelli (p. 47-58) explore cette opposition sous un autre angle, celui de la pleonexia et du philopolis, chez différents auteurs de l’Athènes classique jusqu’à Platon. La nature humaine est profondément et tragiquement marquée par l’avidité, aux conséquences néfastes pour la communauté. Pour tenter de limiter ces dernières, Platon insiste sur l’amour de la cité, comme si celle-ci était la mère de tous les citoyens. Dans une cité qui n’est pas guidée par ce principe salvateur, le philosophe, aimant lui-même son pays, doit se maintenir à une certaine distance pour préserver sa sécurité et étudier la situation en attendant le kairos propice pour intervenir de façon décisive dans les affaires publiques, comme Platon semble l’avoir fait avec l’Académie, malgré l’accusation courante que son travail théorique trahissait son manque d’intérêt pour la vie politique.

5N. Notomi (p. 113-123) se penche de façon minutieuse sur la question de la datation de l’écriture et de l’action de la République, afin d’établir la nature inextricable du lien entre cette œuvre platonicienne et la vie politique de son temps. D’après l’auteur, si l’on considère que ce dialogue a été écrit vers 370, tandis qu’Athènes avait retrouvé une certaine stabilité, et relate des événements qui avaient eu lieu en 411, un an avant la révolution avortée des 400 oligarques, on peut mieux comprendre la critique exprimée par Platon contre les conceptions courantes soutenues par les démocrates autant que par les aristocrates de la génération précédente, à travers l’opposition des notions de « nature » (physis) et de « loi » (nomos). Ces conceptions sont en effet significatives de l’esprit d’une époque qui court au désastre de la destruction d’Athènes après la guerre du Péloponnèse ; au contraire, Platon tente d’établir « les natures des êtres humains et de la cité comme la base la plus fondamentale et la plus universelle » d’une vie politique réussie. Pour cela, l’éducation du philosophe auquel on doit confier l’organisation de la cité est primordiale, et c’est justement cet objectif que poursuit Platon au sein de l’Académie.

6L’actualité des problèmes traités dans la République est mise en exergue par F. Trabattoni (p.33-45), qui voit dans ce dialogue une analyse politique et non, comme l’ont soutenu certains commentateurs, dont J. Annas, un simple traité d’éthique. La République prolongerait la réflexion éthique du Gorgias par la mise en scène d’un modèle de cité où tous les individus méneront une vie juste et heureuse. Le fait que Platon ait recours à une analyse théorique du sujet et non, d’après l’auteur, à un programme politique concret, n’enlève rien de sa valeur. D’après Platon, la théorie est supérieure à la pratique, autant dans le domaine de l’éthique que dans celui de la politique, étant donné que l’action devrait s’accorder aux principes rationnellement établis au préalable.

7M. Carvalho (p. 73-80) traite de la fameuse digression du Théétète (173 c 6-177 c 5), un passage selon lui souvent négligé dans les discussions sur la pensée politique de Platon. Il affirme que le passage traite de l’attitude du philosophe envers sa cité, en décrivant la nature critique du rapport entre la pensée en quête de vérité et la vie pratique. Le savoir du sophiste, qui a l’apparence de la sagesse aux yeux de la multitude, est opposé par Platon à la sagesse vraie du philosophe, qui ne semble pas avoir entièrement sa place dans la cité. Pourtant, le bien-être de celle-ci dépend de la sagesse du philosophe.

8Il faut noter globalement que la plupart des auteurs de ce volume soutient le sérieux et la dimension pratique des modèles politiques élaborées par Platon, contraitement aux interprétations contemporaines inspirées par L. Strauss. C’est encore le cas de G. Casertano (p. 59-66), qui se concentre sur une analyse détaillée des « trois vagues », correspondant aux innovations d’esprit « communiste » proposées par Socrate dans la République, en vue d’appliquer dans la cité l’idée originale que le bonheur de l’individu dépend de celui de l’ensemble. Cette idée n’implique pas, contrairement à ce qui a souvent été soutenu, une oppression totale de chaque citoyen : il s’agit plutôt de la réalisation d’un équilibre harmonieux, suivant la juste mesure, aussi bien au profit des individus que de l’ensemble de la cité. Platon serait donc moins « totalitaire » qu’on ne le prétend parfois. H. Benoît (p. 67-72) se tourne aussi contre la qualification de Platon comme ennemi de la démocratie et des poètes : l’A. remarque que Platon est lui-même un poète et un fondateur de cités, avant d’établir un lien audacieux entre la pensée du philosophe et la création de Brasilia par des architectes-poètes contemporains, inspirés de la vision ancienne d’une cité idéale.

9M. Aparecida de Paiva Montenegro (p. 97-104) pense aussi que les accusations contre Platon en ce qui concerne son rejet de la poésie sont entièrement infondées, en insistant sur la forme dialectique et dramatique de ses œuvres. Cette auteur semble même estimer que le philosophe ne désire pas introduire une théorie métaphysique et épistémologique claire et structurée lorsqu’il semble déprécier la mimesis poétique, mais plutôt inciter ses lecteurs à l’exercice du dialogue et au travail interprétatif personnel destiné à saisir les divers aspects d’un sujet. Si l’option de Platon d’emprunter une forme du genre « poétique » pour ses propres écrits est certainement une preuve de la grande importance qu’il accorde à la poésie, ainsi que de son exigence que les œuvres poétiques facilitent plutôt qu’elles entravent l’accès à la vérité, il semble néanmoins exagéré d’en déduire que le philosophe n’avait aucune doctrine personnelle métaphysique à transmettre par l’intermédiaire des personnages de ses dialogues.

10Enfin, quelques aspects intéressants, souvent ignorés, concernant la réception de la pensée politique de Platon par Plotin et par les Stoïciens sont traités respectivement dans les contributions de M. Pagotto Marsola (p. 105-111) et de M. D. Boeri (p. 81-95).

11L’ouvrage contient également une bibliographie (p. 125-131), un index thématique (p. 133-134), un index des noms cités (p. 135-136) et un index locorum (p. 137-143).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aikaterini Lefka, « Gabriele Cornelli & Francisco L. Lisi (eds.), Plato and the City », Études platoniciennes, 9 | 2012, 187-190.

Référence électronique

Aikaterini Lefka, « Gabriele Cornelli & Francisco L. Lisi (eds.), Plato and the City », Études platoniciennes [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 01 mars 2014, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/294

Haut de page

Auteur

Aikaterini Lefka

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org