Navigation – Plan du site
Platon et la technè

Progrès ou décadence de la technè médicale selon [Hippocrate], Ancienne Médecine et Platon, République

Progress or decay of medical techne in Ancient Medicine and Plato’s Republic
Paul Demont

Résumé

Le traité hippocratique Ancienne Médecine construit l’histoire du progrès de l’art médical depuis une première médecine (la transformation des céréales en alimentation humaine générale) jusqu’à la médecine diététique actuelle des malades, soucieuse de rétablir leur « crase », en passant par la gymnastique, technique appliquée aux bien-portants. Dans la République, la médecine diététique du maître de gymnastique est la marque de la décadence de la cité par rapport à l’époque de la première nourriture et par rapport à la médecine des premiers Asclépiades attestée chez Homère. La pharmacopée traditionnelle de certains traités hippocratiques montre comment le rapprochement entre première alimentation humaine et médecine a pu naître.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. en général Ancient Histories of Medicine. Essays in Medical Doxography and Historiography in Cl (...)
  • 2 L’analyse en est grandement facilitée par l’édition récente de J. Jouanna (Hippocrate, T. II (1ère (...)

1La façon dont les Anciens, et notamment les penseurs de l’époque classique, se représentaient l’histoire de la médecine a fait l’objet de plusieurs études récentes1. On se limitera ici à une comparaison entre la reconstruction du traité hippocratique De l’ancienne médecine2 et celle que propose Platon dans le livre III de la République.

  • 3 Cf. A. Kleingünther, Πρῶτος εὑρέτης, Philologus Suppl. XXVI, 1, 1934, qui ne parle pas du traité hi (...)
  • 4 Cf. F. Heinimann, « Eine vorplatonische Theorie der Techne », Museum Helveticum, 18, 1961, p. 105-1 (...)

2Le traité De l’ancienne médecine compare la médecine actuelle à ce qu’il appelle « l’ancienne médecine ». Un trait caractéristique de la technè est, dans la Grèce du cinquième siècle, d’avoir fait l’objet d’une « découverte » que l’on attribue, si possible, à un premier inventeur3, ou que l’on reconstitue sinon par la vraisemblance4. C’est la méthode par la vraisemblance qui est adoptée dans l’Ancienne médecine. L’auteur du traité hippocratique, pour montrer la valeur de la médecine actuelle, qui soigne les malades par un régime approprié à chacun, mode de soin qu’il juge être sa découverte majeure, lui trouve un ancêtre incontestablement utile et même indispensable, à savoir la découverte du régime alimentaire humain en général, au lieu du régime bestial et sauvage, qui prévalait auparavant et devait conduire à la disparition de l’espèce humaine.

En remontant encore plus haut [c’est-à-dire plus haut que la découverte de la médecine soignant les malades], j’estime pour ma part que même le régime et la nourriture des gens bien portants dont on use actuellement n’auraient pas été découverts s’il avait été tout à fait suffisant pour l’homme de manger et de boire les mêmes choses que le bœuf, le cheval, et tous les animaux en dehors de l’homme, comme par exemple, les produits de la terre, fruits, broussailles et fourrages ; car, grâce à ces produits, ils se nourrissent, s’accroissent et vivent à l’abri des souffrances sans nul besoin d’un autre régime. Et à vrai dire, je crois pour ma part qu’à l’origine, l’homme aussi a usé d’une telle nourriture. Quant au régime actuellement découvert et élaboré avec art, il a fallu une longue période de temps, à mon avis, pour qu’il soit ce qu’il est. En effet, comme les gens éprouvaient bien des souffrances terribles par suite d’un régime fort et bestial, du fait qu’ils ingéraient des aliments crus, intempérés et dotés de qualités fortes (…), dès lors, pressés par ce besoin, ces gens-là, à mon avis, cherchèrent une nourriture adaptée à leur nature et découvrirent celle dont nous usons actuellement (…) Or, à cette découverte et à cette enquête, quel nom plus juste ou plus adéquat pourrait-on donner que celui de médecine, puisqu’il s’agit d’une découverte faite pour la santé, le salut et la nourriture de l’homme, en remplacement de ce régime-là qui était à l’origine des souffrances, des maladies et de la mort ? (c. III, trad. J. Jouanna).

  • 5 C’est la raison pour laquelle J. Jouanna [cf. n. 2] revient à la leçon διὰ τὴν χρείην de M en III, (...)
  • 6 Dans son édition du traité De l’art, p. 185.

3De cette construction historique, le lecteur doit nécessairement conclure à une appréciation positive de la nouvelle médecine, celle que pratique l’auteur, la médecine diététique, non moins nécessaire à la santé des hommes que la première découverte, mais plus spécialisée, puisqu’elle vaut désormais pour les malades et non pas pour l’ensemble des humains. Ainsi, pour le médecin d’Ancienne médecine, il y a une progression, par paliers successifs, vers le mieux, dont la médecine diététique est le dernier maillon, susceptible encore, dit-il, d’être amélioré. Le premier maillon était incontestablement utile et même indispensable, en vertu de cette notion de « besoin » et de « nécessité » qui est si importante dans l’explication de la découverte des arts au cinquième siècle grec5. Le lien établi entre ce premier maillon et la suite des découvertes impose au lecteur la conclusion que la nouvelle médecine diététique est non moins nécessaire. Ce schéma historiographique a de plus, comme le signale Jacques Jouanna6, une spécificité remarquable, qui n’a pas beaucoup d’équivalent dans l’antiquité, et qui est de présenter une évolution positive de la médecine, par élargissement progressif, du cas le plus facile (le régime général des hommes) au cas le plus difficile (le régime des malades), d’une façon « ouverte » sur l’avenir. Cet aspect apparaît particulièrement bien, comme il le dit, par contraste avec la description « fermée » de la médecine comme découverte réalisée une fois pour toutes dans un autre traité hippocratique, le traité De l’art. Voici le passage le plus caractéristique de l’Ancienne médecine à cet égard :

La médecine est en possession depuis longtemps de tous ses moyens, d’un point de départ et d’une voie qui ont été découverts ; grâce à ces moyens, des découvertes en grand nombre et de belle qualité ont été faites au cours d’une longue période de temps et les découvertes restantes seront faites, pourvu que, joignant à des dons suffisants la connaissance des découvertes acquises, on les prenne pour point de départ de la recherche (II, 1, trad. Jouanna).

  • 7 P. 36 et 50-54.

4Cependant, le raisonnement du médecin ne va pas sans difficulté. Comme Jacques Jouanna le souligne, l’auteur du traité « s’est mis dans une position épistémologique délicate », en voulant montrer que la médecine moderne du régime se situe dans le prolongement de la pratique ancienne du régime alimentaire humain, et qu’elle suit les mêmes méthodes. Je le cite : « Alors que le régime des malades est un art véritable parce qu’il a un nom, la médecine (c. 5, 123, 19 ὄνομα, et des spécialistes, les médecins (c. 5, 124, 1 τεχνίτας), le régime des gens en santé, lui, n’a pas de spécialistes à proprement parler, puisque tout le monde est savant (c. 4, 123, 10 sq.), et l’auteur se garde bien d’attribuer à cette activité le nom auquel tout le monde pense, celui de ‘cuisine’ (ἡ ὀψοποιική), car, dans son esprit, elle mériterait de s’appeler ‘médecine’ ». En évitant de parler de ‘cuisine’, l’auteur peut ainsi souligner la similitude de la méthode rationnelle (ὁδς) dans le régime alimentaire humain (par opposition au régime animal) et dans la ‘médecine’, à savoir, l’art d’adapter la « force » des aliments à la nature humaine dans le premier cas, à la nature du malade dans le second cas7.

  • 8 M. Schiefsky [n. 2] e.g. p. 180 : « The author compares the discovery of medicine with the discover (...)
  • 9 Le Gorgias joue en tout cas un rôle essentiel dans les propositions de datation du traité que propo (...)

5Commentons un instant cette référence à la cuisine. Jacques Jouanna, comme aussi Mark Schiefsky8, estiment que tout lecteur pense immédiatement à la « cuisine » dans cette description de la découverte du régime alimentaire humain. Cette opinion est peut-être marquée implicitement par la polémique du Gorgias de Platon, qui, elle, oppose frontalement et explicitement la « cuisine » à la « médecine », en appelant la cuisine par le nom d’ὀψοποιική, et aussi, et surtout, en opposant la simple « routine », ou « expérience » de la cuisine à la techne de la médecine9. Mais dans Ancienne Médecine, l’invention qui a assuré le salut des hommes est décrite ainsi :

A partir des grains de blé, après les avoir mouillés, mondés, moulus, tamisés, pétris et cuits (βρέξαντές σφας καὶ πτίσαντες 
καὶ καταλέσαντές τε καὶ διασήσαντες καὶ φορύξαντες καὶ 
ὀπτήσαντες), ils confectionnèrent le pain, et à partir des grains d’orge, la galette. En procédant à bien d’autres opérations pour préparer cette nourriture, ils firent bouillir et rôtir, mêlèrent et tempérèrent (ἥψησάν τε καὶ ὤπτησαν καὶ ἔμιξαν καὶ ἐκέρασαν) les substances fortes et intempérées à l’aide de substances plus faibles, façonnant tout en conformité avec la capacité naturelle de l’homme (III, 5 texte et trad. Jouanna).

6Il ne s’agit donc pas exactement de ce que nous entendons par « cuisine », mais plutôt de toutes les techniques de transformation des céréales —mentionnées ici d’une façon tout à fait exceptionnelle dans la littérature grecque— pour faire le pain et la galette, qui étaient les nourritures de base des hommes, fabriquées presque dans chaque domaine paysan. Certes le cuisinier Archestratos de Géla peut mentionner dans son Hèdupatheia divers pains ou galettes particulièrement réputés, mais il se borne, lui, à l’étape proprement culinaire, tandis qu’ici, le raisonnement est général et mentionne principalement les étapes antérieures à la cuisine proprement dite, étapes qu’on ne pourrait pas résumer sous le mot grec d’ὁψοποιική.

  • 10 M. Schiefsky [n. 2] p. 172.

7Cela dit, l’auteur du traité médical souligne lui-même la difficulté évoquée par Jacques Jouanna, qui, comme l’observe justement M. Schiefsky10, correspond exactement au problème posé dans le début du Protagoras.

Εἰ δὲ μὴ τέχνη αὕτὴ νομίζεται εἶναι, οὐκ ἀπεοικός· ἧς γὰρ μηδείς ἐστιν ἰδιώτης, ἀλλὰ πάντες ἐπιστήμονες διὰ τὴν χρῆσίν τε καὶ ἀνάγκην, οὐ προσήκει ταύτης οὐδένα τεχνίτην καλεῖσθαι. Ἐπεὶ τό γε εὕρημα μέγα τε καὶ πολλῆς σκέψιός τε καὶ τέχνης· ἔτι γοῦν καὶ νῦν οἱ τῶν γυμνασίων τε καὶ ἀσκησίων ἐπιμελόμενοι ἀεί τι προσεξευρίσκουσι κατὰ τὴν αὐτὴν ὁδὸν ζητέοντες ὅ τι ἔδων τε καὶ πίνων ἐπικρατήσει τε αὐτοῦ μάλιστα καὶ ἰσχυρότατος αὐτὸς ἑωυτοῦ ἔσται.

Si cela ne passe pas communément pour un art, ce n’est pas sans raison ; car dans un domaine où personne n’est profane, mais où tout le monde est savant par le fait de l’usage et de la nécessité, dans un tel domaine, personne ne mérite le nom de spécialiste de l’art (IV, 1, texte et trad. Jouanna).

8Il manque donc à l’ancienne médecine un des critères de la technè, celui qui est développé de façon particulièrement insistante au début du Protagoras de Platon à propos de l’enseignement de la vertu politique (319 a-d), le fait d’être un savoir spécialisé, non ouvert à tous les hommes. On comprend alors pourquoi il avait soigneusement évité le mot technè dans les phrases précédentes (bien que le chapitre 3 tout entier ait commencé par « la technè de la médecine »). Mais, après cette concession, l’auteur revient à son argumentation principale, en reprenant son mot clef, avec un léger jeu sur le sens du mot technè, employé non plus au sens de « developed art or science », mais au sens de « artful contrivance or invention », comme le souligne M. Schiefsky (j’adopte ici la ponctuation choisie par Festugière, Jouanna et Schiefsky) :

  • 11 Cette distinction entre deux sens de technè, « developed art or science » et « artful contrivance o (...)

De fait, effectivement, la découverte est importante, et réclame beaucoup d’observation et de technè11 : d’ailleurs encore maintenant, ceux qui s’occupent des exercices et de l’entraînement des athlètes ajoutent sans cesse quelque nouvelle découverte en appliquant la même méthode dans leur recherche pour déterminer quels sont les aliments et les boissons dont l’athlète triomphera au mieux et grâce auxquels il sera au summum de sa force (trad. J. Jouanna modifiée).

9Observons qu’ici le raisonnement du médecin n’est pas à deux termes, cuisine (ou plutôt préparation des céréales) vs médecine, mais à trois termes : alimentation humaine générale (pain et galette, inventés autrefois comme une sorte de première médecine, mais sans spécialistes), médecine du régime salutaire (pour les malades, inventée récemment, avec des spécialistes), et gymnastique (technè reconnue, qui utilise aussi le régime, mais pour des gens non malades, les athlètes, et qui a ses spécialistes). Dans ce raisonnement, la gymnastique sert de moyen terme, en apportant une confirmation du caractère « technique » de la découverte de l’alimentation humaine générale, puisqu’elle forme incontestablement, en tant que gymnastique, une technè qui prolonge cette découverte, pour les bien-portants, par des progrès incessants.

10Dans la reconstruction de l’histoire de la médecine à laquelle se livre le médecin, il faut encore ajouter deux éléments. Le premier est la polémique contre les médecins qui sont inspirés par la « philosophie », polémique qui ouvre le traité, et sur laquelle l’auteur revient à plusieurs reprises implicitement ou explicitement. Dans le premier chapitre, l’auteur critique d’emblée ceux qui parlent de médecine ou écrivent sur la médecine à partir de « postulats » tels que « le chaud, le froid, l’humide, le sec », « simplifiant la cause originelle des maladies et de la mort des hommes ». Le progrès de la médecine présente donc des anomalies, dues à des erreurs théoriques. En quoi consiste leur correction ? La critique est explicitement développée aux chapitres XIII et XIV du traité. Ces chapitres font intervenir aussi le second élément, à savoir l’existence d’hommes, quelques Grecs, mais surtout des Barbares, qui échappent pour ainsi dire, au progrès de l’espèce humaine et de la médecine, en raison du choix qu’ils font du plaisir et non de la santé. Lisons un extrait du chapitre XIV (§ 3-6).

Comme [les premiers découvreurs de l’ancienne médecine] ont fait leurs découvertes au moyen de recherches bien menées et selon un raisonnement correct en considération de la nature humaine, ils ont même jugé que l’art [de la médecine] était digne d’être attribué à un dieu —et c’est la croyance générale. Ils ont considéré que ce n’était pas le sec ou l’humide, le chaud ou le froid ni rien de ce genre qui était dommageable, et que l’homme n’avait besoin particulier de rien de cela, mais que ce qui nuit, c’est la violence de chaque élément, son caractère trop fort par rapport à la nature humaine, qui se trouve incapable de le dominer, et ils ont cherché à l’éliminer. Le plus violent, dans le doux, c’est le plus doux, dans l’amer, le plus amer, bref, pour chacun des éléments internes, son maximum. Ils ont vu que ces éléments étaient dans l’homme et causaient du dommage à l’homme. Car il y a dans l’homme du salé, de l’amer, du doux, de l’acide, de l’acerbe, du fade et mille autres éléments avec des qualités multiples du point de vue de la quantité et de la force : quand ils sont mélangés entre eux et tempérés les uns par les autres, on ne les voit pas et ils ne causent pas de dommage à l’homme, mais quand l’un d’entre eux se sépare et devient autonome, alors on le voit et il cause du dommage à l’homme. D’autre part, dans les aliments, tous ceux qui nous sont impropres et qui font du tort à l’homme en entrant en lui, sont, chacun en ce qui le concerne, ou amer et intempéré, ou salé, ou acide, ou tout autre élément intempéré et violent, et c’est pourquoi nous sommes incommodés par eux, comme par ceux qui se séparent dans le corps. Mais tout ce que l’homme mange ou boit, les aliments habituels, manifestement, participent très peu à une telle humeur intempérée et dominante, par exemple le pain, la galette, et tout ce que l’homme a l’habitude d’utiliser en abondance et régulièrement, à l’exclusion de ceux qui sont assaisonnés et préparés pour le plaisir et le superflu : ils ont beau entrer en très grande quantité dans l’homme, ils produisent très peu de trouble, et très peu de séparation des qualités concernant le corps, au contraire ils produisent au plus haut point force, croissance et nourriture, pour la seule raison qu’ils sont bien tempérés, n’ont rien d’intempéré ni de violent, qu’ils forment un seul ensemble simple (Trad. personnelle).

11L’auteur n’est certainement pas le premier à proposer une telle théorie de l’équilibre interne, ou crase, assurant la santé, mais il lie de façon remarquable cet équilibre à l’alimentation humaine autant qu’à la médecine. Alcméon de Crotone, dont H. Diels et W. Kranz présentent ainsi le témoignage, qu’ils éditent comme témoignage authentique B 4 à partir de la reconstruction d’Aétius par H. Diels, aurait notamment élaboré la théorie de l’isonomie des dunameis.

AET. v 30 1 (D. 442) ’Α. τῆς μὲν ὑγιείας εἶναι συνεκτικὴν 
τὴν ἰσονομίαν τῶν δυνάμεων, ὑγροῦ, ξηροῦ, ψυχροῦ, θερμοῦ, 
πικροῦ, γλυκέος καὶ τῶν λοιπῶν, τὴν δ’ ἐν αὐτοῖς μοναρχίαν νόσου 
ποιητικήν· ϕθοροποιὸν γὰρ ἑκατέρου μοναρχίαν. καὶ νόσον συμπίπτειν ὡς μὲν ὑϕ’ οὗ ὑπερβολῆι θερμότητος ἢ ψυχρότητος, ὡς δὲ 
ἐξ οὗ διὰ πλῆθος τροϕῆς ἢ ἔνδειαν, ὡς δ’ ἐν οἷς ἢ * αἷμα ἢ μυελὸν 
ἢ ἐγκέϕαλον. ἐγγίνεσθαι δὲ τούτοις ποτὲ κἀκ τῶν ἔξωθεν αἰτιῶν, 
ὑδάτων ποιῶν ( ?) ἢ χώρας ἢ κόπων ἢ ἀνάγκης ἢ τῶν τούτοις παραπλησίων. τὴν δὲ ὑγείαν τὴν σύμμετρον τῶν ποιῶν κρᾶσιν. Vgl. Hipp. d. prisc. med. 14. I 16, 2 Kühlew. Plato Symp. 186 CD ( = DK 24 B 4).

Alcméon dit que l’isonomie des qualités est cause constitutive de la santé, isonomie de l’humide et du sec, du froid et du chaud, de l’amer et du doux, etc., et que la monarchie de l’une d’entre elles est ce qui crée la maladie ; car la monarchie de l’un des deux principes est destructrice. Et que la maladie se produit, du point de vue de la cause, par excès de chaud ou de froid, du point de vue de l’origine, par abondance ou manque de nourriture, du point de vue du lieu, <dans> le sang, la moelle ou le cerveau. Et qu’elle se produit pour eux parfois aussi à partir de causes externes, eaux ou lieux d’un certain type ( ?), fatigues, nécessité ou autres choses de ce genre. Et que la santé est un mélange (une crase) modéré des qualités.

12Un autre médecin comparable, comme le signale aussi H. Diels, pourrait être le médecin mis en scène par Platon dans le Banquet, Eryximaque, qui définit ainsi la médecine 186c-d).

La médecine, pour dire l’essentiel, est la science des phénomènes amoureux relativement à la réplétion et à l’évacuation. Et le meilleur médecin est celui qui diagnostique en eux l’amour qui est beau et celui qui est laid, et qui fait changer de façon à acquérir l’un au lieu de l’autre. Quand on sait l’insuffler chez ceux chez qui il est absent, bien qu’il soit nécessaire, ou le chasser, quand il est présent, on est sûrement un bon spécialiste. Il faut en effet être capable de rendre amis, dans le corps, et amoureux, les éléments les plus hostiles. Les plus hostiles, ce sont les plus contraires, le froid et le chaud, l’amer et le doux, le sec et l’humide, etc. C’est parce qu’il savait créer un amour et une concorde entre eux que notre ancêtre Asclépios, comme le disent nos poètes et comme j’en suis convaincu, a constitué notre savoir.

  • 12 Le témoignage est très fortement imprégné d’aristotélisme, mais l’opposition isonomie / monarchie p (...)

13Alcémon et Eryximaque définissent la médecine comme le moyen de faire coexister les principes, définis par paires opposées. Alcméon, au tout début du cinquième siècle, utilise dans sa description une métaphore politique, celle de l’isonomie opposée à la monarchie12, Eryximaque, à la fin du siècle, une métaphore politico-morale, celle de la concorde, opposée implicitement à la stasis, et que Platon peut rapprocher plus aisément du thème du Banquet, l’amour. Le médecin d’Ancienne Médecine n’utilise aucune de ces images et critique l’appel à la notion-même de principe séparé, en employant néanmoins un vocabulaire en partie politique, celui de la "domination". On ne peut identifier un principe ou un postulat que s’il est séparé et visible, et dans ce cas il est trop violent pour que la nature humaine le domine. La véritable médecine, l’ancienne, puis la nouvelle, consiste donc à mettre en place un régime alimentaire, puis à préparer des remèdes, par des opérations techniques qui réalisent une crase dans laquelle il devient impossible d’identifier un élément dominant. Il se crée dans le pain ou la galette une totalité simple, le médecin plus tard a découvert comment préserver la crase de chaque être humain.

14Dans le cours de sa démonstration, le médecin ajoute un élément adventice, relatif aux hommes qui mangent des aliments préparés non pas en vue du régime souhaitable, mais en vue du « plaisir » et du koros, terme difficile à traduire, « satiété » ou « trop-plein ». Il avait déjà fait cette critique auparavant, en termes plus violents, mais seulement à propos de la médecine diététique moderne : « Encore de nos jours, tous ceux qui n’utilisent pas la médecine [il faut entendre, la médecine moderne], les Barbares et quelques Grecs, ont le même régime que les gens bien portants, en vue du plaisir, et ils ne s’abstiennent de rien de ce qu’ils désirent ni n’en réduisent la quantité » (c. V, traduction personnelle). Dans le chapitre XIV, la critique est envisagée non plus du point de vue des hommes, mais du point de vue des aliments. Un double excès, l’excès dans le choix des nourritures qui détruit la crase, et l’excès d’un élément dans la nourriture qui la rend trop violente, explique les désordres dans la santé de certains hommes.

15Cela nous conduit à l’analyse platonicienne de l’histoire de la médecine dans le livre III de la République, qui, par rapport à ce modèle de la médecine diététique, adopte une position bien différente. Il est impossible de savoir si Platon connaît le traité médical, ou les thèses qu’il met en forme, de même qu’il est impossible aussi de savoir si le traité médical connaît les thèses platoniciennes, qui sont peut-être en partie socratiques et peuvent donc remonter à la seconde moitié du cinquième siècle, sur l’histoire de la médecine. L’interaction entre les deux textes en tout cas mérite l’attention.

  • 13 Schiefsky [n. 2], p. 166

16Le premier état, non corrompu, de la cité que fonde Socrate dans la République connaît un régime simple qui évoque ce que le médecin appelle l’ancienne médecine13 :

Ils se nourriront en préparant de la farine d’orge à partir de l’orge et de la farine de froment à partir du blé, ils les feront cuire ou les pétriront, pour en faire des galettes et des pains de qualité, servis sur du chaume ou sur des feuilles bien propres (II, 372b2-5, trad. personnelle).

17La réaction de Glaucon est immédiate : « C’est sans assaisonnement (ἄνευ ὄψου), semble-t-il, que tu les fais banqueter, ces gens-là ! ». Si, répond Socrate ! Ils auront de l’ὄψον, mot difficile à traduire, qui peut référer à de nombreux aliments (et ainsi donner en composition le mot qui signifie « cuisine », ὀψοποιική) ou dénoter simplement les assaisonnements apportés à la nourriture. En l’occurrence, Socrate l’emploie, semble-t-il, de façon ironique, pour parler, explique-t-il, du sel, des olives, du fromage, des légumes cuits, et tout ce genre de choses. Le régime initial est donc distingué de la « cuisine » proprement dite. Mais même avec ces éléments, cette cité serait une « cité de pourceaux », selon la formule fameuse de Glaucon, et elle ne saurait convenir aux interlocuteurs de Socrate, malgré la félicité dans laquelle, selon Socrate, y vivent les habitants. Il faut donc quitter la cité saine, en santé, et passer à une cité « inflammatoire » ou « gonflée d’humeurs » (φλεγμαίνουσαν, 372e), où l’on trouvera désormais « les opsa et les desserts que nos contemporains ont », c’est-à-dire vraiment le monde de la cuisine (372e), que condamne le Gorgias.

18Plus loin dans sa description, au livre III de la République, Platon en arrive au comble de cet état maladif, la situation actuelle des cités, et il s’agit en premier lieu d’Athènes, chacun le comprend aisément. Un signe indubitable en est le trop grand nombre des juges —voilà ce qui est typiquement athénien— et de plus, ce qui nous concerne davantage aujourd’hui, le trop grand nombre des médecins, et c’est alors qu’il reconstruit l’évolution de la médecine.

  • 14 Il existe un traité hippocratique περ φυσῶν (Cf. J. Jouanna, Hippocrate, Des vents, De l’art, Pari (...)
  • 15 Platon transforme ici quelque peu les données de l’Iliade (XI, 624).
  • 16 Jugement comparable dans Aristote, Rhétorique I, 5, 1361b4-6.
  • 17 L’adjectif παιδαγωγικῇ introduit l’image du « pédagogue », cet esclave qui accompagne la croissance (...)
  • 18 Thème similaire dès Euripide, Suppliantes, v. 1109-1113.
  • 19 Avec un jeu de mots sur γῆρας et γρας.

— Avoir besoin de la médecine pour autre chose que pour des blessures ou des épidémies de maladies saisonnières, et forcer les Asclépiades raffinés, parce qu’on s’est rempli, comme un marécage, d’écoulements et de gaz, à appliquer aux maladies les noms de ‘vents’ (φύσας14) et de ‘catarrhes’, n’est-ce pas une honte ? — Ah oui, dit-il, ce sont vraiment des noms de maladies nouveaux et étranges. — Tels, dis-je, qu’il n’y en avait pas, je pense, au temps d’Asclépios. J’en veux pour preuve que ses enfants, à Troie, n’ont pas émis de blâme à l’égard de la femme qui a donné à boire à Eurypyle blessé ‘du vin de Pramnos saupoudré de force farine et fromage rapé’, ce qui est bien connu comme étant inflammatoire, ni n’ont fait de reproche à Patrocle pour cette façon de soigner15. — C’est vrai, dit-il, que c’est une étrange boisson pour quelqu’un dans cet état. — Non, dis-je, pas du tout, si tu considères que les Asclépiades, jusqu’à l’arrivée d’Hérodicos16, n’avaient pas recours à cette médecine actuelle d’accompagnement servile des maladies (τῇ παιδαγωγικῇ τῶν νοσημάτων ταύτῃ τῇ νῦν ἰατρικῇ)17. C’est Hérodicos, pédotribe tombé malade, qui mêla la gymnastique à la médecine pour commencer par s’étriller lui-même avant d’en étriller ensuite beaucoup d’autres. — Et comment ? dit-il. — En prolongeant sa mort, répondis-je. Il accompagna sa maladie, qui était mortelle, sans pouvoir, je pense, se guérir lui-même, et vécut toute sa vie à se soigner, sans aucun loisir pour quoi que ce soit d’autre, subissant le moindre écart par rapport son régime habituel comme un coup d’étrille : et il parvint à la vieillesse grâce à son habileté à force d’avoir du mal à mourir [δυσθανατῶν]18. — Le bel apanage19vraiment, dit-il, qu’il a reçu de la médecine ! — Tel qu’on pouvait l’attendre, répondis-je. Il ne savait pas que ce n’était pas par ignorance ni par inexpérience qu’Asclépios n’avait pas montré à ses descendants cet aspect de la médecine. Il savait, lui, qu’une tâche est prescrite dans la cité à tout homme soumis à de bonnes lois, qu’il doit accomplir, et que personne n’a le loisir de passer sa vie à être malade et à se soigner (III, 405a1-406c5, trad. personnelle).

19Et Platon revient un peu plus loin sur le même thème, en allant jusqu’à faire l’éloge du refus de soin à l’égard des malades perpétuels :

  • 20 Il y a en grec une rupture de construction que j’ai tenté de garder.

Donc, étant donné ces conclusions, affirmons que ce sont les hommes ayant leur corps en santé, par constitution naturelle et par leur régime, tout en ayant une maladie isolée en eux, que c’est pour eux et pour ce type d’état20 qu’Asclépios a exposé la médecine, pour chasser leurs maladies par des évacuants et des incisions, tout en leur prescrivant leur régime habituel afin d’éviter tout dommage à l’Etat ; qu’en revanche, les gens au corps intérieurement continûment et complètement malade, il n’entreprenait pas de les ponctionner et de les remplir petit à petit par des régimes pour leur donner une vie longue et misérable et leur faire engendrer, vraisemblablement, des rejetons du même genre qu’eux. Quiconque était incapable de vivre pendant la période de temps usuelle, il ne fallait donc pas, pensait-il, le soigner, car il n’était utile ni à lui ni à la cité (III, 407c6-e2, trad. personnelle).

  • 21 Aristophane emploie en 404 dans les Grenouilles à propos de la poésie d’Euripide une métaphore médi (...)

20Ce texte de Platon construit une histoire de la médecine dans laquelle la diététique, comprise comme un ensemble de prescriptions de longue durée ayant recours à des ponctions et à des remontants21, est décrite comme une invention récente, et condamnable, symptôme d’une crise morale et politique, liée à un état maladif du régime de la société humaine, et contrastant avec la médecine des fils d’Asclépios, qui, selon Socrate commentant Homère, traitait seulement par le fer et par les drogues, supposés guérir seulement les malades qui méritent de vivre.

  • 22 M. Grmek, Les maladies à l’aube de la civilisation occidentale, Paris, Payot, 1983, p. 18.
  • 23 Protagoras 316 e, Phèdre 227 d.
  • 24 Rhétorique I, 5, 1361b4-6.
  • 25 Epidémies VI, 3, 18 (V 302 Littré, p. 68-72 Manetti-Roselli). L’Anonyme de Londres mentionne deux H (...)
  • 26 Cf. J. Jouanna, Hippocrate, Paris, 1992, p. 22-23.

21D’une certaine façon, cette médecine ancienne est, selon les termes de M. Grmek22, une rationalisation du mythe de l’âge d’or, sans maladie, que décrit Hésiode. Inversement, la diététique moderne correspond à la multiplication des traités sur le régime et à la fréquence de la mention du régime à suivre, à l’époque de Platon, dont témoignent, entre autres, les traités hippocratiques du Régime et du Régime des maladies aiguës, mais aussi le traité de l’Ancienne Médecine. Un certain Hérodicos est dit être l’initiateur de ce mouvement de perdition, que Platon mentionne à plusieurs reprises dans ses œuvres, en l’appelant une fois « Hérodicos de Sélymbrie »23. Aristote en parle en termes très proches24, c’est probablement lui qui apparaît même, d’une façon exceptionnellement polémique, dans la Collection hippocratique25. Mais Platon évoque aussi les Asclépiades en général, c’est-à-dire, au sens strict, une famille de médecins et, en un sens plus large, l’ensemble des médecins26 : selon lui, ils ont tous été contraints de suivre ce mouvement, de se mettre au service de la lente croissance des maladies comme les esclaves accompagnateurs sont au service de la lente croissance des jeunes enfants, et d’inventer des noms étranges, dont l’un évoque le traité hippocratique περὶ φυσῶν et la notion de « vents » qui est liée dès l’école aristotélicienne au nom d’Hippocrate, pour les traitements relatifs aux infirmités permanentes.

22L’appel à la gymnastique, qui assurait dans l’Ancienne Médecine, le lien « technique » entre ancienne et nouvelle médecine, dans la continuité absolue d’une histoire elle aussi « technique » de l’alimentation humaine, jette, pour le Platon de la République, avec Hérodicos tous les hommes fréquentant le gymnase dans les bras corrompus de la médecine diététique, et les éloigne de la seule médecine acceptable, rejetée dans un lointain passé. Le choix du plaisir dans la nourriture, origine de la corruption qui exige ensuite l’intervention massive des médecins diététiques pour Platon, est en revanche pour le médecin ce qui caractérise les hommes incultes, ignorants de l’art, depuis l’époque de l’ancienne médecine jusqu’à l’époque actuelle.

  • 27 p. 52.
  • 28 Nature de la femme, 32.71, 7.360 Li, 38 Bourbon.
  • 29 Nature de la femme, 32.54, 7.356 Li, 35 Bourbon.
  • 30 Nature de la femme, 105, 7.418-420 Li, 86 Bourbon.

23La reconstruction historique du traité Ancienne Médecine peut susciter une dernière observation. Jacques Jouanna a analysé la façon dont le médecin unifiait ce qu’il appelle la première médecine, et la médecine diététique qu’il défend, par la définition rigoureuse d’une « méthode » identique. Il commente en particulier le « parallèle » établi par lui entre les deux inventions : « supprimer ce qu’il y a de trop fort dans la nourriture », « par diverses opérations dont les deux principales sont le mélange (...) et la cuisson »27. Le parallélisme entre les opérations des inventeurs de l’alimentation humaine et les opérations des médecins hippocratiques peut être précisé. Les verbes décrivant la découverte de l’alimentation humaine sont, de fait, fréquemment employés pour décrire l’activité médicale elle-même dans d’autres traités de la Collection hippocratique. Je choisis délibérément un traité qui pourrait sembler fort loin d’Ancienne médecine, le traité gynécologique Nature de la femme, parce qu’il offre un très riche catalogue de recettes thérapeutiques. Or parmi les verbes qui sont énumérés dans Ancienne médecine, « mouiller » (βρέχειν), « monder » (πτίσσειν), « moudre » (καταλεῖν), « tamiser » (διασηθεῖν), « pétrir » (φορύσσειν) et « cuire » (ὀπτᾶν), « bouillir » (ἕπτειν) et « rôtir » (ὀπτᾶν), plusieurs se retrouvent dans les préparations, ou plutôt, dans les recettes, de la pharmacopée médicale. Soit une recette d’application « âcre » pour attirer le sang : il faut la faire « macérer (βρέξας) avec du parfum blanc d’Egypte ou du parfum aux roses » avant d’appliquer28. Voulez-vous une potion qui purge : « Une grenade douce, que vous aurez fait rôtir (ὀπτήσας) et dont vous aurez broyé (τρίψας) une drachme dans du vin : donnez à boire », ou encore : « Blé et orge sèche, que vous aurez broyés, fait rôtir et réduits en farine (τρίψας, φρύξας καὶ ἄλητα ποιήσας), dans du vin noir : donnez à boire »29. Voici deux recettes de fomentations : « Ivraie que vous aurez grillée et moulue (φώξας καὶ καταλέσας) ; faites cuire dans un oxycrat particulièrement pur ; quand vous l’aurez fait cuire complètement, après l’avoir nouée dans un linge, fomenter. Autre : lentilles que vous aurez grillées, pilées (φώξας καὶ περιπτίσας) et réduites en une farine bien grumeleuse ; après avoir laissé cuire dans de l’eau et noué dans un linge, appliquez » (Trad. F. Bourbon)30.

  • 31 Laurence M.V. Totelin, Hippocratic Recipes. Oral and Written Transmission of Pharmacological Knowle (...)
  • 32 Marie Plastira-Valkanou, « Medicine and fine cuisine in Plato’s Gorgias », L’Antiquité classique, 6 (...)

24On a beaucoup discuté la nature des ces opérations de fabrication des médicaments dans les traités gynécologiques. Après les interprétations, marquées par l’histoire du « genre » (« gender »), insistant sur le caractère domestique, voire féminin, de ces préparations, où Aline Rousselle voyait par exemple la « cuisinière à son fourneau » suivant des traditions féminines ancestrales, « most scholars adopted a more nuanced picture of the respective role of men and women », comme le dit L. Totelin dans ses Hippocratic Recipes31. Le rapprochement des verbes avec ceux qui sont employés dans Ancienne Médecine pour le premier état de l’alimentation humaine encourage cette vue nuancée, me semble-t-il. Mais je voudrais insister sur un autre point. Comme on le voit, la reconstruction de l’origine de la technè médicale par la définition de l’alimentation humaine comme étant une ancienne médecine, dans Ancienne médecine, n’est pas éloignée d’une partie du présent de la thérapeutique attestée dans un texte comme Nature de la femme. La pharmacopée la plus traditionnelle de la Collection hippocratique, celle des traités gynécologiques, repose pour une part sur des opérations techniques qu’Ancienne Médecine met aux origines de l’art médical. Ces éléments peuvent être ajoutés aux rapprochements déjà observés entre médecine et cuisine à partir de recettes attestées dans la Collection hippocratique pour la confection de plats variés, lentilles, plats rôtis, bouillis, ou aux remarques médicales sur les différents types de pains32.

25Cela justifie encore, mais à l’intérieur même de la Collection hippocratique, le tableau de la continuité que ce traité propose, et qui contraste avec le tableau platonicien de la discontinuité.

Haut de page

Notes

1 Cf. en général Ancient Histories of Medicine. Essays in Medical Doxography and Historiography in Classical Antiquity, ed. Ph. J. van der Eijk, Brill (Studies in Ancient Medicine), Leiden-Boston-Köln, 1999. Sur Hippocrate et Galien, I. M. Lonie, « Hippocrates and the Historians. Cos versus Cnidus and the historians », History of Science, 16, 1978, p. 42-75 et 77-92, W. D. Smith, « Galen on Coans versus Cnidians », Bulletin of History of Medicine, 47, 1973, p. 569-585 ; The Hippocratic Tradition, Ithaca and London, Cornell UP, 1979. Pour une défense contemporaine de la distinction entre une école médicale de Cos et une école de Cnide, voir J. Jouanna, Hippocrate : Pour une archéologie de l’école de Cnide, Paris, Les Belles Lettres, 1974 (avec un complément dans la deuxième édition, 2009). Du même, voir aussi « La naissance de l’histoire de la médecine en Grèce à l’époque classique », Histoire des Sciences Médicales, (Centenaire de la Société Française d’Histoire de la Médecine, 1902-2002, Paris, 29 et 30 novembre 2002), t. 37, n° 3 (2003), p. 319-329. J’ai abordé aussi des questions similaires dans « L’ancienneté de la médecine hippocratique : un essai de bilan », Advances in Mesopotamian Medicine from Hammurabi to Hippocrate, ed. A. Attia, G. Buisson, M. J. Geller, Brill (Cuneiform Monographs 37), Leiden, Boston, 2009, p. 129-149.

2 L’analyse en est grandement facilitée par l’édition récente de J. Jouanna (Hippocrate, T. II (1ère partie), De l’ancienne médecine, Paris, Les Belles Lettres [CUF], 1990), et par la traduction commentée de M. Schiefsky (Hippocrates, On Ancient Medicine, transl. with introd. and comm. by M. J. Schiefsky, Leiden, Brill, 2005). De Jacques Jouanna, voir aussi « La naissance de l’histoire de la médecine… » [n. 1].

3 Cf. A. Kleingünther, Πρῶτος εὑρέτης, Philologus Suppl. XXVI, 1, 1934, qui ne parle pas du traité hippocratique, comme l’ont noté P. Lain Entralgo, « El Escrito ‘De prisca medicina’ y su valor historiografico », Emerita, XII, 1944, p. 3 n. 2 [non vidi] et J. Jouanna dans : Hippocrate, t. II, 1ère partie, L’ancienne médecine, texte établi et traduit par Jacques Jouanna, Paris, Les Belles Lettres (CUF), 1990, p. 40 n. 2.

4 Cf. F. Heinimann, « Eine vorplatonische Theorie der Techne », Museum Helveticum, 18, 1961, p. 105-130 et J. Jouanna [n. 2], p. 44-45.

5 C’est la raison pour laquelle J. Jouanna [cf. n. 2] revient à la leçon διὰ τὴν χρείην de M en III, 4 (I, 576,22 Littré), cf. sa note 3 p. 163 et ses remarques p. 41-42.

6 Dans son édition du traité De l’art, p. 185.

7 P. 36 et 50-54.

8 M. Schiefsky [n. 2] e.g. p. 180 : « The author compares the discovery of medicine with the discovery of cooking ».

9 Le Gorgias joue en tout cas un rôle essentiel dans les propositions de datation du traité que proposent les deux auteurs. J. Jouanna fait le point sur le rapprochement avec Platon (p. 74-85) : il estime, comme d’autres, que l’absence de distinction entre τέχνη et ἐμπειρία dans le traité médical suppose qu’il soit antérieur au Gorgias. Cette observation donne à mon sens une importance peut-être excessive au dialogue de Platon dans l’histoire des idées, car le fondement empirique de l’art ne cesse pas d’être reconnu dans toute l’antiquité. Il suggère une datation dans les années 420-410, sans aborder la question des rapports avec le Théétète. M. Schiefsky exclut tout rapprochement avec le relativisme de Protagoras. Conscient de la difficulté que nous évoquons, il consacre un appendice à la différence entre l’empirisme du traité et l’empirisme médical ultérieur, qui suppose Platon et Aristote (p. 345-359). Il note cependant, avec raison, que « Aristotle, like Plato, often treats τέχνη and ἐμπειρία as virtual synonyms in non-specialized contexts » et qu’Aristote « sometimes connects knowledge and experience as closely as the author of VM » (p. 354), ce qui montre que cette opposition a surtout chez Platon une fonction polémique (dont je pense qu’elle vise principalement Isocrate), et qu’on pouvait, à l’époque de Platon, ou après Platon, continuer d’écrire et de penser indépendamment d’elle. Sur divers rapprochements entre le traité médical et l’interprétation platonicienne de la pensée de Protagoras dans le Protagoras et dans le Théétète, voir mon étude, « L’efficacité en politique selon le Protagoras de Platon », dans Protagoras of Abdera. The Man, His Measure, edd. J. M. van Ophuijsen, M. van Raalte, P. Stork, Leiden, Brill, 2013, p. 113-138. Sur la polémique du Gorgias contre Isocrate, et la réplique de celui-ci dans le Sur l’échange, cf. « Y a-t-il une science du politique ? Les débats athéniens de l’époque classique », L’Homme et la ScienceActes du XVIe Congrès international de l’Association Guillaume Budé, Textes réunis par J. Jouanna, M. Fartzoff et B. Bakhouche, 2011, p. 183-193.

10 M. Schiefsky [n. 2] p. 172.

11 Cette distinction entre deux sens de technè, « developed art or science » et « artful contrivance or invention » (cf. LSJ) est utilisée par l’auteur, selon M. Schiefsky [n. 2] p. 173, pour résoudre le « paradoxe » selon lequel la découverte de la technè est le résultat de la technè.

12 Le témoignage est très fortement imprégné d’aristotélisme, mais l’opposition isonomie / monarchie peut remonter à Alcméon.

13 Schiefsky [n. 2], p. 166

14 Il existe un traité hippocratique περ φυσῶν (Cf. J. Jouanna, Hippocrate, Des vents, De l’art, Paris, Les Belles Lettres, Collection des Universités de France, 1988, p. 39-49, qui ne cite pas ce texte de la République), dont certaines thèses sont attribuées à Hippocrate lui-même par l’Anonymus Londiniensis (V, 35-36, p. 10 Manetti).

15 Platon transforme ici quelque peu les données de l’Iliade (XI, 624).

16 Jugement comparable dans Aristote, Rhétorique I, 5, 1361b4-6.

17 L’adjectif παιδαγωγικῇ introduit l’image du « pédagogue », cet esclave qui accompagne la croissance du jeune enfant comme les nouveaux médecins, qui se veulent libres, mais sont esclaves en fait, accompagnent la croissance de la maladie.

18 Thème similaire dès Euripide, Suppliantes, v. 1109-1113.

19 Avec un jeu de mots sur γῆρας et γρας.

20 Il y a en grec une rupture de construction que j’ai tenté de garder.

21 Aristophane emploie en 404 dans les Grenouilles à propos de la poésie d’Euripide une métaphore médicale qui joue de façon similaire sur les traitements par le régime, tantôt amaigrissants, tantôt destinés à faire grossir (v. 939-944).

22 M. Grmek, Les maladies à l’aube de la civilisation occidentale, Paris, Payot, 1983, p. 18.

23 Protagoras 316 e, Phèdre 227 d.

24 Rhétorique I, 5, 1361b4-6.

25 Epidémies VI, 3, 18 (V 302 Littré, p. 68-72 Manetti-Roselli). L’Anonyme de Londres mentionne deux Hérodicos, un Hérodicos de Cnide, proche mais distinct d’Euryphon, pensant que les maladies viennent du régime alimentaire, et un autre Hérodicos, où l’on a voulu reconnaître Hérodicos de Sélymbrie, sans grand fondement. Cf. An. Lond. IV, 26-V, 34 (p. 8-10 Manetti) pour Hérodicos de Cnide, IX, 20 pour le second Hérodicos, avec la note de D. Manetti ad loc. sur l’identification (« valde dubium ») ; il faut noter que la médecine des qualités joue un grand rôle dans la présentation d’Hérodicos de Cnide, ainsi que la notion de séparation (exprimée dans le vocabulaire aristotélicien des perissomata).

26 Cf. J. Jouanna, Hippocrate, Paris, 1992, p. 22-23.

27 p. 52.

28 Nature de la femme, 32.71, 7.360 Li, 38 Bourbon.

29 Nature de la femme, 32.54, 7.356 Li, 35 Bourbon.

30 Nature de la femme, 105, 7.418-420 Li, 86 Bourbon.

31 Laurence M.V. Totelin, Hippocratic Recipes. Oral and Written Transmission of Pharmacological Knowledge in Fifth- and Fourth-Century Greece, Leiden, Brill, 2009, p. 112.

32 Marie Plastira-Valkanou, « Medicine and fine cuisine in Plato’s Gorgias », L’Antiquité classique, 67 (1998) p. 195-201, en particulier p. 199-201.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Demont, « Progrès ou décadence de la technè médicale selon [Hippocrate], Ancienne Médecine et Platon, République », Études platoniciennes [En ligne], 10 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/365 ; DOI : 10.4000/etudesplatoniciennes.365

Haut de page

Auteur

Paul Demont

Université Paris-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org