Navigation – Plan du site

Éditorial

Luc Brisson

Texte intégral

1Ce numéro des Études Platoniciennes est le premier d'une série consacrée au thème "Platon et ses prédécesseurs", qui fut l'objet des recherches présentées au Séminaire d'Études Platoniciennes de 2009 à 2012.

2Ce numéro a pour thème la τέχνη ; quel rôle la τέχνη, représentée ici par la médecine et la musique, joue-t-elle dans l’Antiquité sur la pensée philosophique, notamment celle de Platon ?

3Chez Platon, la τέχνη peut être définie avec une précision assez grande. Il s’agit d’un savoir touchant le sensible et possédé par des spécialistes. Ce savoir ne se réduit pas à la reconnaissance de chaines particulières de causes et d’effets, mais implique l’établissement et l’usage de règles générales qui dirigent l’action. Ces règles intéressent une classe de choses sensibles : le discours pour la rhétorique, le bon état du corps pour la médecine, les voyages en mer pour le pilote de navire, etc. Elles ont pour but de produire certains effets précis : la séduction des auditeurs pour la rhétorique, la santé pour le médecin et la sécurité pour le pilote de navire. Le spécialiste qui maitrise une technique met en œuvre les règles qui sont propres à cette technique ou les enseigne, mais dans tous les cas, il fait payer ses prestations.

4Platon s’oppose à la τέχνη en faisant valoir que la connaissance qu’elle implique n’a pas pour objet la réalité véritable, c’est-à-dire l’intelligible, et donc qu’elle n’arrive pas à rendre raison de ses règles. De plus, il reproche à la τέχνη d’exiger un salaire pour sa pratique et la transmission de ses règles, alors que l’intelligible perçu par l’âme dans un passé plus ou moins lointain doit être réactivé en un processus de réminiscence qui par voie de conséquence n’implique aucune rémunération ; or, pour Platon, comme pour les aristocrates de l’époque, celui dont la vie dépendait d’un salaire perdait sa liberté.

5Et pourtant, la τέχνη exerce une forte influence sur la pensée philosophique qui cherche à s’en affranchir ; et cela aussi bien sur le plan de l’ontologie, de la cosmologie, de l’épistémologie et donc de l’éthique et de la politique. Voilà ce que les articles qui suivent tentent de montrer en ce qui touche la médecine et la musique.

6Dans le corpus hippocratique, on retrouve cette idée que le λόγος du médecin tient en sa capacité de raisonner et de trouver des connexions causales que le patient n’a pas remarquées. Connaissant le passé du patient, le médecin peut prévoir son futur, et ainsi justifier la thérapie qu’il propose. Cela dit, la τέχνη n’est pas opposée frontalement à l’ἐμπειρία qui est une connaissance directe fondée sur l’observation intentionnelle d’événements qui se répètent, et qui est utile même si elle ne mène à aucune conceptualisation de ses résultats. Dans le Gorgias en revanche, Platon oppose τέχνη à ἐμπειρία, en faisant de la médecine une τέχνη et en abaissant la rhétorique à n’être qu’une ἐμπειρία, réduite à une activité qui ne peut rendre compte d’elle-même et qui n’a pour but que le plaisir. Une telle opposition donne à la médecine considérée comme une τέχνη un statut véritable, mais indépendamment de toute ἐμπειρία.

7Par ailleurs, force est de reconnaitre que Platon est au fait de l’histoire que de son temps on attribue à la médecine. Le traité De l’Ancienne médecine distingue en effet trois phases dans l’histoire de la médecine : médecine de l’alimentation humaine générale (pain et galette, inventés autrefois comme une sorte de première médecine, pour tout le monde et sans spécialistes), médecine du régime salutaire (pour les malades, inventée récemment, avec des spécialistes), et gymnastique (τέχνη reconnue, qui utilise aussi le régime, mais pour des gens qui ne sont pas malades, les athlètes, et qui a ses spécialistes). Or, dans les livres II et III de la République, Platon suit le même itinéraire historique. Après avoir fait l’éloge du régime simple qui était celui de l’ancienne médecine (République II 372b2-5), il critique violemment la médecine de son temps qui propose de suivre un régime destiné à guérir ceux que l’excès de nourriture a rendu malades (République III 405a1-406c5 ; 407c6-e2), et couplé, pour parvenir à ce but, à la gymnastique (Protagoras 316e ; Phèdre 227d) associée au nom d’Hérodicos de Sélymbrie.

8Même si Platon critique la médecine de son temps fondée sur l’adoption d’un régime impliquant nourriture et exercice, une section du Timée reprend certaines idées exposées par l’auteur du traité hippocratique Du Régime. Ce dernier est persuadé qu’il ne peut aborder ce sujet sans connaître la nature de l’homme qui se trouve associée à celle de l’univers. Voilà pourquoi il consacre tout le premier livre de son ouvrage (chapitres 1-36) à l’exposé d’une anthropologie mise en rapport avec des considérations cosmologiques. Or, cette étude débouche sur une théorie de la perception sensible qui présente des parallèles frappants avec une longue section du Timée (61c-69a). Sur ce point, le Timée donne en effet de l’âme et de la sensation une description qui présente de nombreux traits « corporalistes » et « mécanistes ». On est dès lors amené à se demander si cette section du Timée ne serait pas l’œuvre d’un médecin fréquentant l’Académie et participant, sous la direction de Platon, à la rédaction d’une section spécialisée de ce dialogue.

9Dans un certain nombre de dialogues antérieurs au Phèdre, Platon utilise des images médicales. Les médecins et le philosophe partagent surtout certaines métaphores politiques : l’âme saine du philosophe vit comme dans un état de concorde, tandis que l’âme méchante ou malade vit dans le désordre, qui est une certaine forme de στάσις pathologique, qu’on trouve étudiée dans les écrits médicaux. Par ailleurs, l’âme apparaît dans certains passages comme un lieu où des éléments se constituent, gonflent, et croissent. En particulier, un passage du Phèdre (250e1-252 c3) décrit ce qui passe à l’intérieur de l’âme quand elle est affectée par l’amour. Cette description s’inspire des textes médicaux évoquant l’éjaculation, la conception et la gestation de l’enfant, et notamment De la génération et De la nature de l’enfant.

10Avec Damon, nous passons à un autre type de τέχνη, la musique. Associé à Prodicos, et se situant dans la mouvance sophistique, Damon est considéré essentiellement comme un spécialiste de la musique considéré comme une τέχνη chez Platon. Mais, aussi bien dans la République que dans les Lois, la musique est tenue pour un instrument politique. Souvent liée à la danse, la musique est associée au mythe, cette parole qui produit, dans la partie inférieure de l’âme, du plaisir et de la peine et qui, par le moyen de la persuasion et non du raisonnement, modifie l’âme du citoyen dans une direction qui n’est pas forcément la bonne. Parce qu’il peut associer tel type de musique à tel type de comportement, Damon intervient dans le domaine politique. C’est en quelque sorte un ingénieur de l’âme qui utilise cet instrument qu’est la τέχνη musicale pour exercer une influence sur la cité.

11Ce premier ensemble de textes qui portent sur la τέχνη est complété par trois articles, l’un sur Numénius et les deux autres sur Plotin.

12Replacé dans son contexte, le fragment 43 des Places de Numénius apparaît sous un jour nouveau. Jamblique, qui en est la source, oppose ceux qui situent la responsabilité de l’incarnation dans l’âme rationnelle à ceux qui, tels Numénius et Cronius, Harpocration, Plotin et Porphyre, en attribuent la cause à un élément extérieur à l’âme rationnelle, à savoir respectivement la matière, le corps, la nature et la vie irrationnelle. De ce fait, la pensée de Numénius s’intègre dans la mouvance platonicienne, sans qu’il soit besoin de la rapprocher de celle de Basilide le gnostique. En plus de proposer une analyse rigoureuse du contenu d’un texte important pour l’historien de la philosophie, cet article pose des problèmes de méthode essentiels pour qui travaille sur ce genre de texte : il faut absolument revoir la distinction entre fragments et témoignages, et même introduire une troisième catégorie pour les paraphrases mêlées de courtes citations ; et surtout il faut tenir compte du contexte pour découper les morceaux de textes pertinents.

13Déjà dans la Métaphysique de Théophraste, on trouve une critique du premier moteur d’Aristote. Mais chez Plotin qui relance la polémique, cette critique se fait non plus dans le cadre d’une discussion sur la motricité des corps céleste, mais sur un plan métaphysique. Puisqu’il pense, l’Intellect est déjà multiple et ne peut donc tenir lieu de principe, qui doit être unité absolue. Le Principe, qui ne peut plus être la pensée, suscite bien un désir universel, mais ce désir est une quête de l’origine (ce qui désire, désire ce dont il provient) ; issu de l’Un-Bien, l’Intellect recherche le bien dont il porte la trace. En tant que pensée de la pensée, le Premier moteur passe du statut de désiré à celui de désirant.

14La question du sujet, qui n’a cessé de ressurgir depuis la Renaissance, est devenue une préoccupation de premier ordre pour les sciences sociales en général, et pour la philosophie en particulier. Existe-t-il un sujet réel, auteur de ses pensées et responsable de ses actes, ou convient-il de ramener l’identité au niveau de l’existence, coupée de l’ordre de la métaphysique ? C’est à la lumière de ce débat que, ces dernières années, a été abordée la question du « nous » plotinien, qui présente l’avantage de proposer de l’identité une définition complexe. Plotin, qui se veut fidèle à Platon, dépend par ailleurs du Stoïcisme. Voilà pourquoi l’identité se déploie à trois niveaux : l’homme reste attaché à l’intelligible par son intellect (νοῦς) ; par sa pensée rationnelle (διάνοια), il arrive à établir un lien entre l’intelligible et le sensible ; et par son corps animé par la partie inférieure de son âme il revendique son individualité. Et tout naturellement, c’est par la partie supérieure de son âme, la pensée rationnelle (διάνοια), point d’équilibre entre l’intelligible et le sensible, qui est son « nous » que l’homme peut revendiquer sa véritable identité qui s’enracine ainsi dans l’ontologie et qui est susceptible d’un jugement éthique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Brisson, « Éditorial », Études platoniciennes [En ligne], 10 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/380

Haut de page

Auteur

Luc Brisson

CNRS, UPR 76 - Centre Jean Pépin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org