Navigation – Plan du site
Bulletin platonicien
Sur un dialogue, ou un groupe de dialogues, en particulier

Hubertus Neuhausen, Der Zweite Alkibiades

Luc Brisson
p. 181-182
Référence(s) :

Hubertus Neuhausen, Der Zweite Alkibiades. Untersuchungen zu einem pseudoplatonischen Dialog, W. de Gruyter, Berlin/New York, 2010, 278 p.

Texte intégral

1Le second Alcibiade est placé par Thrasylle dans la quatrième tétratologie, selon Diogène Laërce qui le considère comme authentique (III, 57). Mais déjà dans l’Antiquité (voir Athénée, Athénée XI, 506, citant Nicias de Nicée) le doute planait. Aujourd’hui, on ne croit plus à son authenticité. Dans le second Alcibiade (141a-b et 145b-c), l’auteur cherche à broder à partir de passages du premier Alcibiade (104e-106a et 107d-108a).

2Le dialogue s’engage de façon abrupte entre Alcibiade qui va prier un dieu pour une affaire qui semble importante, et Socrate qui lui demande alors s’il a bien réfléchi, car l’exemple d’Œdipe montre que la prière peut entraîner de terribles malheurs, parce que l’on se méprend sur ce que l’on demande. S’engage alors une discussion entre Alcibiade et Socrate sur la connaissance et l’ignorance qui mène à cette conclusion : il faut donc qu’Alcibiade reste tranquille, en attendant qu’un maître l’instruise.

3Hubertus Neuhausen vient de faire paraître un commentaire complet sur ce dialogue auquel il a déjà consacré un article (Der pseudo-platonische Alkibiades II und die socratisches Alkibiadesdialogue», dans Pseudoplatonica, éd. par Klaus Döring, M. Erler et S. Schorn, Franz Steiner Verlag, Stuttgart, 2005, 175-184). Ce commentaire prend le relais la seule dissertation consacrée à ce dialogue, celle de Heinrich Brünnecke rédigée il y a près d’un siècle, en 1912, à Göttingen : De Alcibiade II qui fertur Platonis.

4Le commentaire que propose Hubertus Neuhausen suit fidèlement la structure du dialogue. Le second Alcibiade s’ouvre sur un prologue (138a1-8) qui présente les personnages et expose le thème. Suit un premier échange portant sur la réflexion et le manque de réflexion, assimilé à la folie (138c9-140e9). Socrate explique alors comment la prière, lorsqu’elle est faite dans un état d’ignorance, peut entraîner les pires maux, et équivaloir à une imprécation (140e10-143b5). Suit un second échange (143b6-147e4) qui se conclut ainsi : il faut que toute cité et tout individu s’attache à acquérir la science de ce qui vaut le mieux. Alcibiade doit avouer à Socrate son ignorance relativement aux conséquences que pourrait entraîner la prière qu’il voudrait faire (147e5-148b4). Socrate reprend alors la parole (148b5-150b7) ; la pire chose est de croire que l’on sait, alors même que l’on ne sait pas. Les Lacédémoniens qui en étaient conscients adressaient aux dieux leurs prières en conséquence. D’où cette conclusion sur la nécessité de remettre la prière à plus tard.

5À la suite de ce commentaire, Hubert Neuhausen s’interroge sur les sources de ce dialogue. Il trouve des passages parallèles chez Platon bien sûr, dans le premier Alcibiade, dans le Gorgias et dans le Protagoras. Il repère d’autres passages parallèles dans le dialogue pseudo-platonicien Les Rivaux, et surtout dans les Mémorables de Xénophon. Il exhume enfin chez Dion Chrysostome des traces d’un logos sokratikos, que l’on peut rapprocher du second Alcibiade.

6Cela l’amène à situer la composition du dialogue entre 312/311, date de l’arrivée à Rome de Zénon de Citium, parce qu’on décèle dans le second Alcibiade une polémique contre le Stoïcisme, et 269/270 qui marque le début du scholarchat d’Arcésilas, parce qu’on n’y trouve pas trace de scepticisme.

7Ce travail représente ce que l’on fait de mieux dans le monde de l’érudition allemande. Il suit toutes les règles d’une recherche rigoureuse en histoire et en philologie. Et sa réalisation matérielle est impeccable. Conclusion : un instrument de travail indispensable pour qui s’intéresse au second Alcibiade.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Brisson, « Hubertus Neuhausen, Der Zweite Alkibiades  », Études platoniciennes, 8 | 2011, 181-182.

Référence électronique

Luc Brisson, « Hubertus Neuhausen, Der Zweite Alkibiades  », Études platoniciennes [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 16 décembre 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/476

Haut de page

Auteur

Luc Brisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org