Navigation – Plan du site
Dossier Platon et la psychè

Editorial

Platon et la psychologie de ses prédécesseurs
Olivier Renaut

Texte intégral

  • 1 Burnet J., The Socratic doctrine of the soul, Pub. for the British Academy by H. Milford, Oxford Un (...)

1Dans un article fondateur, J. Burnet affirme que Socrate marque dans l’histoire de la psychologie grecque un véritable tournant. À propos de l’Apologie, 29d4-30a7 où Socrate exhorte les Athéniens à prendre soin de leur « âme », J. Burnet souligne que ψυχή prend un sens inédit, cette chose capable de connaître et d’atteindre le bien et le juste, et invente, pour ainsi dire, la réalité de cette chose1.

  • 2 Claus D. B., Toward the soul : An Inquiry into the Meaning of Psyche before Plato, New Haven, Yale (...)

2Cette affirmation, en un siècle d’études et de découvertes sur la psychologie des prédécesseurs de Platon, a été critiquée, infirmée, nuancée, en particulier concernant les présocratiques2. Le terme même de « psychologie » est problématique. F. Solmsen a montré que le concept de ψυχή chez Platon devient un nouvel objet pour le philosophe, au carrefour de l’épistémologie, de l’éthique et de la politique, mais aussi de la physique et de la cosmologie, sans qu’aucun de ces domaines n’épuise la totalité des fonctions de l’âme. Les études sur le vocabulaire « psychologique » d’Homère à Platon ont montré comment l’entité ψυχή se charge, au fil des siècles et sous l’effet de leur mise en dialogue, de sens distincts. Il reviendrait ainsi à Platon, selon F. Solmsen, d’avoir articulé d’une nouvelle manière ces différents sens.

3Que Platon constitue une véritable rupture dans l’histoire de la psychologie grecque soulève un problème méthodologique important pour interpréter ses prédécesseurs, dont il demeure pour certains une des sources principales. Platon constitue assurément un point d’arrivée pour tout un ensemble de représentations sur l’âme, mais inaugure aussi un nouveau départ dans l’histoire de la psychologie. La raison pour laquelle la plupart des monographies consacrées à l’histoire de la psychologie grecque prennent Platon comme un repère pertinent est que notre auteur parvient à cristalliser tout un héritage, à témoigner de sa vitalité, et en même temps à le critiquer, à le transformer, à le « transposer ».

  • 3 Bernabé Alberto, « L’âme après la mort : modèles orphiques et transposition platonicienne », Études (...)

4Si l’on considère Platon comme un point d’arrivée, il faut parvenir à lire entre les lignes les inflexions qu’il fait subir à ses sources, qui deviennent pour nous d’autres sources : il s’agit donc de pister les « transpositions » établies par le texte platonicien sur Homère, la tradition orphique, les pythagoriciens, certains présocratiques comme Héraclite, Anaxagore ou Empédocle. Ces modalités des transpositions, dont A. Bernabé a dressé une typologie à travers l’exemple des sources orphiques dans les dialogues, sont multiples : omission, addition, recontextualisation, exégèse déformante par étymologie, par allégorie, ironie3. Reconstituer un ensemble de témoignages à partir de ces différentes modalités de transpositions est une piste interprétative possible et féconde pour mieux reconnaître les effets de reconstitutions ultérieures de la psychologie, si l’on peut employer ce terme, de ses prédécesseurs ; elle peut même parvenir à reconnaître de faux emprunts, qu’une tradition postérieure invente. Mais cette entreprise de reconstitution demeurerait périlleuse si elle aboutissait à une exégèse en cercle vicieux, reconstituant un supposé héritage grâce à celui-là même qui en est le dépositaire parfois facétieux.

5Si l’on inverse la perspective, c’est-à-dire si, au lieu de considérer Platon comme une source pour telle ou telle psychologie anté-platonicienne, nous concevons son texte comme un système de références croisées, de théories, de représentations populaires et religieuses, nous faisons face à de nouveaux problèmes : comment rendre compte de la variété des sources employées ? quelle transformation Platon fait-il subir à telle source en particulier afin d’établir sa propre « psychologie » ? comment Platon utilise-t-il tel élément d’héritage plutôt que tel autre pour élaborer une stratégie qui lui est propre ?

6Le pari de ce numéro, second d’une série consacrée au thème « Platon et ses prédécesseurs » qui fut l’objet des recherches présentées au Séminaire d’Études Platoniciennes entre 2009 et 2012, est de donner des réponses aux deux perspectives énoncées : celle, d’une part, de reconnaître dans le texte platonicien une source potentielle de connaissance de la psychologie des prédécesseurs de Platon, et d’autre part d’expliquer et de comprendre les raisons d’un usage transposé de ses prédécesseurs pour éclairer d’un nouveau jour le programme philosophique platonicien. Les six études qui forment le dossier suivent la chronologie supposée des auteurs convoqués par Platon dans l’édification de sa psychologie. Cet ordre, arbitraire, ne doit pas nous faire supposer que l’apparent éloignement dans le temps d’un ensemble d’éléments de représentation de l’âme, ou plutôt de ce que Platon reconnaît être une âme ou une de ses propriétés, signifie un éloignement doctrinal. Dans les dialogues, Homère dialogue aussi bien avec la tradition orphique qu’avec Anaxagore ou Empédocle, qu’il s’agisse du problème du rapport entre l’âme et le corps, de l’âme et de la personne, de l’âme dans ses fonctions cosmologiques et physiques. À travers ce volume se dessinent ainsi les gestes qui ont conduit à reconnaître sous le terme de « psychologie » un ensemble de savoirs et de croyances dont Platon hérite, qu’il véhicule, et contribue à transformer.

Haut de page

Notes

1 Burnet J., The Socratic doctrine of the soul, Pub. for the British Academy by H. Milford, Oxford University Press, 1916, p. 12-13.

2 Claus D. B., Toward the soul : An Inquiry into the Meaning of Psyche before Plato, New Haven, Yale University Press, 1981. Voir également la courte présentation suggestive d’H. Lorenz, « Ancient Theories of Soul », [en ligne] http://plato.stanford.edu/entries/ancient-soul/index.html , et son supplément http://plato.stanford.edu/entries/ancient-soul/supplement.html [Accédé : 9 avril 2015].

3 Bernabé Alberto, « L’âme après la mort : modèles orphiques et transposition platonicienne », Études Platoniciennes IV, Les puissances de l’âme selon Platon, 2007, p. 25-44, en particulier p. 41-44 pour la typologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Renaut, « Editorial », Études platoniciennes [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/583

Haut de page

Auteur

Olivier Renaut

Université Paris Ouest – Nanterre-La Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org