Navigation – Plan du site
Bulletin platonicien IX
Sur un dialogue, ou un groupe de dialogues, en particulier

Christian Glasmeyer, Platons Sophistes. Zur Überwindung der Sophistik

Anne Merker
p. 249-250
Référence(s) :

Glasmeyer, Christian, Platons Sophistes. Zur Überwindung der Sophistik, Heidelberg, Universitätsverlag Winter, 2003, 123 p.

Texte intégral

1Le titre annonce le propos et en révèle l’ordre hiérarchique : plus qu’un ouvrage qui mettrait au premier plan une tentative de démontrer positivement en quoi et comment le Sophiste de Platon peut constituer un dépassement victorieux de la sophistique, ce livre est d’abord un exposé du dialogue de Platon, une sorte de tracé fidèle et conforme à l’original mais condensé, qui tente d’en mettre en relief les traits principaux. D’où apparaîtra, en filigrane seulement, la manière dont Platon surmonte ici au moins l’une des difficultés posées par la sophistique de son temps en ce qui concerne la question du vrai et du faux, entraînant la question de l’être et du non-être.

2L’ouvrage se compose de quatre parties de longueurs très inégales. Après une introduction, une première partie (p. 11-13) fait le point sur la double chronologie des dialogues, la chronologie dramatique (où l’on constate que la trilogie dramatique formée par la République, le Timée et le Critias n’est curieusement pas mentionnée par l’auteur) et la chronologie rédactionnelle. L’auteur retient des travaux de L. Bandwood (dont on aurait pu souhaiter que soient aussi exposées en clair les hypothèses de chronologie, auquel l’auteur se réfère, à côté des autres hypothèses dûment exposées) que le Sophiste aurait été rédigé après le Timée, le cas contraire signifiant selon l’auteur que les développements du Sophiste n’auraient été qu’une expérience de pensée sans conséquence sur la théorie platonicienne.

3La seconde partie (p. 15-51) est consacrée au contexte du Sophiste, entendre : à son contexte dramatique, soit le Théétète, dont le dialogue principal se situe la veille de celui du Sophiste, et l’Apologie de Socrate, le procès du philosophe étant annoncé à la fin du Théétète, contexte qui souligne la « dimension existentielle » (p. 15) du dialogue étudié, dont le propos est d’abord de distinguer la figure du sophiste de celles du philosophe et de l’homme politique. Le Théétète est parcouru ici linéairement par l’auteur, au fil de l’interrogation et des quatre réponses données à la question de savoir ce qu’est la science. L’auteur en note le point principal de rencontre avec le Sophiste : la question du faux.

4L’étude proprement dite du Sophiste commence avec la troisième partie (p. 53-109). L’accent est mis sur la méthode par divisions, sur la question de l’opinion fausse dans ses relations à l’être et au non-être, sur les multiples déterminations de l’étant du point de vue de son nombre et de sa qualité, sur la dialectique et enfin sur la figure du sophiste. Ces quatres points scandent une étude en réalité linéaire de l’œuvre, en des étapes où l’auteur rend à chaque fois fidèlement ce dont il est question, à l’aide d’éclairages historiques, faisant le point sur Parménide, pour qui « l’erreur est toutefois possible » (p. 73), rattachant les hypothèses sur l’étant à un ou plusieurs philosophes emblématiques. La forme générale de l’ouvrage ne prédisposait pas à des approfondissements conceptuels tels qu’on aurait pu en attendre, par exemple, sur la définition de l’étant comme puissance (notion abordée dans une simple note, p. 82). L’on pourra encore regretter de retrouver ici l’erreur conceptuelle consistant à prêter à Platon un monde des Idées (Welt der Ideen, p. 98).

5La conclusion constitue enfin une quatrième partie (111-113), qui revient en quelques lignes sur le sous-titre de l’ouvrage, Zur Überwindung der Sophistik.

6Dans l’ensemble, tous ceux qui souhaitent avoir un guide clair pour une première approche contextualisante du difficile dialogue qu’est le Sophiste de Platon pourront avec fruit recourir à ce livre synthétique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Merker, « Christian Glasmeyer, Platons Sophistes. Zur Überwindung der Sophistik », Études platoniciennes, 7 | 2010, 249-250.

Référence électronique

Anne Merker, « Christian Glasmeyer, Platons Sophistes. Zur Überwindung der Sophistik », Études platoniciennes [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/669

Haut de page

Auteur

Anne Merker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études Platoniciennes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org