Navigation – Plan du site
Bulletin platonicien IX
Tradition platonicienne : éditions, traditions et littérature secondaire

Plotino, Sui Numeri. Enneade VI 6 [34]

Luc Brisson
p. 256-257
Référence(s) :

Plotino, Sui Numeri. Enneade VI 6 [34]. Introduzione, testo, traduzione e commento a curi di Claudia Maggi. Prefazione di Franco Ferrari, Napoli (Università degli Studî Suor Orsola Benincasa - Disssetarzioni di Dottorato 2) 2009, 319 p.

Texte intégral

1L’ouvrage s’ouvre sur une Préface par Franco Ferrari. Après une introduction et le plan du traité vient le texte grec (H.S.2) et une traduction en Italien. Cette traduction est suivie par un commentaire ligne à ligne. Et le livre se termine sur une bibliographie très complète. Le livre est très bien imprimé, ce qui rend sa lecture matérielle facile. À partir de la section 3, l’introduction suit pas à pas le développement du traité. La traduction est claire et précise. Les notes toujours très pertinentes permettent de comprendre les choix de la traductrice. On insistera sur le fait que C. Maggi a lu presque toute la littérature secondaire sur le sujet, et cela en plusieurs langues.

2Claudia Maggi insiste beaucoup, par exemple dans les sections 3.2.2. et 3.2.3. puis 3.3.1., 3.3.2. et 3.3.3. sur l’influence qu’auraient eu les doctrines non-écrites sur Plotin. J’aurais là contre trois objections qui valent aussi contre Th. A. Szlezák, dans Platon und Aristoteles in der Nuslehre Plotins (1979), dont Claudia Maggi cite souvent la traduction italienne. Plotin fait référence aux textes d’Aristote sur les doctrines non écrites, mais par l’intermédiaire notamment d’Alexandre d’Aphrodise qui les a déjà interprétées ; voilà pourquoi on se trouve chez Plotin dans un contexte tout autre, où ce sont les textes des dialogues, notamment ceux du Sophiste, qui sont mis en avant. Pour Plotin, il ne s’agit pas d’expliquer la « génération » du monde intelligible à partir de principes, mais de montrer que l’Intelligible reste sous le contrôle du nombre qui le précède d’une façon mystérieuse, car le nombre n’a pas le rang d’hypostase. On notera aussi on ne retrouve pas dans le traité 34 (VI, 6) le vocabulaire des doctrines non écrites, et notamment l’expression ajovristo" duav".

3Comme j’ai cherché à le montrer dans ma traduction de ce traité, il faut d’abord replacer le point de vue de Plotin dans le contexte de sa polémique contre les gnostiques. Le traité 33 (II, 9) en effet, s’intitule Contre les gnostiques. Dans ce traité Sur les nombres, Plotin répond à deux exigences. La première correspond à la volonté reporter le nombre du sensible vers l’intelligible. La seconde consiste, en faisant du nombre la règle de déploiement des êtres, à garantir au sensible, sans entrer en contradiction avec la puissance illimitée de l’Un, une limite qui lui vienne de l’intelligible. En respectant cette seconde exigence, Plotin se montre fidèle à la leçon du Timée : c’est par la limite qui lui vient de l’intelligible que le sensible est accessible à l’homme qui peut le penser, en parler et y agir. De ce fait, les Gnostiques ont tort de mépriser le monde dans lequel nous vivons. C. Maggi admet cette vision des choses, même si, à mes yeux, elle n’insiste pas assez sur le fait que le traité est orienté par la polémique contre les Gnostiques.

4Ces remarques critiques ne modifient en rien mon jugement d’ensemble: il s’agit d’un excellent travail qui propose au lecteur une remarquable traduction commentée d’un traité de Plotin très difficile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Brisson, « Plotino, Sui Numeri. Enneade VI 6 [34] », Études platoniciennes, 7 | 2010, 256-257.

Référence électronique

Luc Brisson, « Plotino, Sui Numeri. Enneade VI 6 [34] », Études platoniciennes [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 29 juin 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/673

Haut de page

Auteur

Luc Brisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org