Navigation – Plan du site
Bulletin platonicien

Elizabeth S. Belfiore, Socrates’ Daimonic Art: Love for Wisdom in Four Platonic Dialogues

Jean-François Pradeau
Référence(s) :

Elizabeth S. Belfiore, Socrates’ Daimonic Art: Love for Wisdom in Four Platonic Dialogues, Cambridge et New York, Cambridge University Press, 2012, 304 pp

Texte intégral

1L’ouvrage d’Elizabeth Belfiore (EB par la suite) examine l’érotique socratique dans quatre dialogues platoniciens : Alcibiade, Banquet, Lysis et Phèdre. Cette relation amoureuse particulière qui lie Socrate aux jeunes garçons et dont il fait le moyen privilégié du chemin philosophique. L’ouvrage consacre un chapitre à chaque dialogue, composant ainsi quatre petites monographies successives, qui montrent, chacune à son tour, que l’érotique platonicienne a pour objet véritable non pas tant l’amour, qu’il soit abstrait ou représenté sous la forme du démon du Banquet, que Socrate amoureux, Socrate menant ses jeunes interlocuteurs aimés vers la sagesse.

2EB propose ainsi une analyse du discours socratique et de sa posture érotique particulière, celle d’un amour qu’EB dépeint comme affranchi de la sexualité et de la démesure. Et d’un amour qui s’exprime au travers de thèmes littéraires et de fictions dont elle s’efforce d’éclairer le contexte.

3C’est en effet la particularité et la richesse de cet ouvrage que de resituer l’érotique platonicienne dans son contexte littéraire. EB produit un nombre considérable de sources et de rapprochements, qui permettent à son lecteur de comprendre dans quel contexte (mythologique, tragique, épique) les figures platoniciennes (l’Eros démonique du Banquet, l’attelage du Phèdre) ont été élaborées et à quelles sources Platon a pu puiser.

4L’amour est bien une relation dialectique, puisque les dialogues développent leur argument, bien souvent, en creux d’une relation de séduction amoureuse qui voit Socrate démontrer par l’exemple ce que le Banquet, le Phèdre ou l’Alcibiade théorisent : la relation érotique est celle qui conduit l’aimé vers la réalité véritable.

5La dimension proprement spéculative de cette érotique platonicienne n’est pas l’objet de l’ouvrage d’EB, qui ne s’aventure pas, si l’on songe à ce précédent majeur, sur le même terrain que La théorie platonicienne de l’Amour de Léon Robin (1908). EB ne rapporte pas l’expérience érotique à ses enjeux ontologiques ; elle en reste à une histoire littéraire très bien informée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Pradeau, « Elizabeth S. Belfiore, Socrates’ Daimonic Art: Love for Wisdom in Four Platonic Dialogues  », Études platoniciennes [En ligne], 12 | 2015, mis en ligne le 15 février 2016, consulté le 29 mai 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/726

Haut de page

Auteur

Jean-François Pradeau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org