Navigation – Plan du site
Dossier : Socrate : vie privée, vie publique
I. La figure publique d'un homme qui ne méritait pas de sortir de l'espace privé : le Socrate d'Aristophane et d'Antiphon

Socrate et les punaises de Tourneboule

Charalampos Orfanos
p. 13-23

Texte intégral

1La figure de Socrate dans les Nuées est déterminée par la dialectique privé / public. En effet, si l’idée qu’Aristophane, notamment à travers sa pièce de 423, porte une part de responsabilité dans la condamnation de Socrate prononcée vingt-quatre ans plus tard est une idée récurrente, depuis Platon jusqu’à nos jours, une de ses variantes soutient que la raison principale pour laquelle le jury populaire de 399 décida la mise à mort de Socrate n’était pas qu’il était coupable de corrompre les jeunes et d’introduire des dieux nouveaux, mais que le sage homme avait fait preuve, toute sa vie durant, d’un mépris profond pour l’action publique, son attention ayant toujours été entièrement tournée vers l’individu.

  • 1 Aristophane n’était pas le premier à « honorer » Socrate en en faisant un κωµῳδούµενος, ni même le (...)

2C’est pourquoi je commencerai cet article par quelques réflexions sur les rapports entre le poète comique et sa cible, qui pourraient contribuer à mieux appréhender les Nuées, en éclairant ce qui me semble être une des facettes les plus intéressantes de l’antinomie étudiée dans ce volume : dans l’Athènes du dernier quart du Ve siècle avant notre ère, dans l’Athènes de Socrate et d’Aristophane, devenir un κωµῳδούµενος, une « cible des poètes comiques », est à la fois la preuve qu’un individu est sorti de l’espace privé de l’ἰδιώτης pour accéder à la sphère publique et un apport considérable à sa notoriété1. La pièce présentée par Aristophane aux Dionysies de 423 est donc à la fois constatative et performative : affirmer, devant quinze mille personnes, que Socrate est un charlatan, c’est aussi contribuer à ce que Socrate soit. La deuxième partie de l’article portera sur les dégoûtantes punaises de lit qui empêchent le héros comique de vivre, et sur leurs connotations métonymiques, avant d’étudier, enfin, la façon dont le héros d’Aristophane essaie de s’en débarrasser, ce qui constitue le thème comique traité dans les Nuées : s’adresser à un personnage public pour mettre fin à ses ennuis domestiques, c’est le ramener à des dimensions domestiques.

  • 2 Cf. Ch. Orfanos, « Ecclésia vs banquet », Pallas, 61, 2003, pp. 203-217.
  • 3  [Plutarque], De l’éducation des enfants, 10 c 12 – d 2. Sur le caractère apocryphe du traité, voir (...)

3Se non è vero, è ben trovato ! Une des meilleures illustrations anciennes de la relation entre Socrate et Aristophane est, me semble-t-il, l’anecdote faisant dire au philosophe qu’il ne prenait pas ombrage de ce qu’on disait de lui dans les Nuées, parce que, « quand on le moquait au théâtre, c’était comme dans un grand banquet »2. L’anecdote est tirée d’un célèbre traité d’inspiration plutarchéenne intitulé De l’éducation des enfants, où elle est censée illustrer l’importance du sang-froid comme qualité à inculquer aux enfants3 :

Ἀριστοφάνους δέ, ὅτε τὰς Νεφέλας ἐξέφερε, παντοίως πᾶσαν ὕβριν αὐτοῦ κατασκεδαννύντος, καί τινος τῶν παρόντων « κᾆτα τοιαῦτ᾽ ἀνακωµῳδοῦντος οὐκ ἀγανακτεῖς » εἰπόντος « ὦ Σώκρατες; » « µὰ Δί᾽ οὐκ ἔγωγ᾽, » ἔφησεν· « ὡς γὰρ ἐν συµποσίῳ µεγάλῳ τῷ θεάτρῳ σκώπτοµαι. »

Quand Aristophane présentait ses Nuées, en répandant tout un torrent d’insultes contre lui, un spectateur demanda : « Ben alors, Socrate ! Avec tout ce qu’il t’a brocardé, tu ne te mets pas en colère ? » Et Socrate de répondre : « Ma foi, pas du tout ! Quand on me moque au théâtre, c’est comme dans un grand banquet ».

4Il faut d’abord lire cette anecdote selon l’esprit édifiant du traité, cela va de soi : le personnage public qu’est Socrate subit des attaques publiques et sait y faire face dignement, sans s’en montrer affecté ; voilà une belle leçon, un bel exemple de maîtrise de soi à proposer aux enfants. Même dans l’adversité, même en position de κωµῳδούµενος, Socrate garde son sang froid et relativise les quolibets qui le prennent pour cible.

  • 4  Voir, sur ces normes, l’ouvrage remarquable de R. Saetta Cottone, Aristofane e la poetica dell’ing (...)

5Or, par-delà cette évidente leçon, l’anecdote me semble à même d’apporter une réponse au paradoxe des Nuées : comment se fait-il qu’Aristophane, que Platon présente dans le Banquet comme un ami de Socrate, l’ait choisi pour cible d’une si violente attaque ? Justement, si ses railleries répondent parfaitement aux normes de la ἰαµβικὴ ἰδέα, à la fois code poétique et code de comportement4, c’est qu’Aristophane est un ami de Socrate. Et, si le Socrate du De l’éducation des enfants assimile le théâtre comique à un banquet de quinze mille convives, c’est que le banquet était le cadre de cette loidoria de bonne société.

  • 5  Voir le bilan de O. Murray, « Sympotica – twenty years on », Pallas, 61, 2003, pp. 13-21.
  • 6  L’analogie, chez les Grecs, est proportionnelle, elle veut dire égalité sauf pour les dimensions. (...)
  • 7  « Public » au sens de « spectateurs », ce n’est bien sûr pas du grec, mais j’assume l’anachronisme (...)

6En effet, comme le montre la très riche bibliographie des trois dernières décennies5, le banquet formel est, dans le monde grec, l’occasion d’échanges culturels entre membres de l’élite, incluant musique, chant, poésie et joutes verbales de toute sorte, y compris sur le mode de la « vanne ». La phrase du De l’éducation des enfants pose donc une analogie6 entre le banquet, espace et temps essentiellement privé, et l’institution civique qu’est le théâtre, espace public par excellence. Pourquoi « par excellence » ? Parce que, à cette occasion, le public7 est solennellement appelé à contempler le domaine privé, à s’instruire de ce qui, dans la vie réelle, reste invisible derrière la porte de la maison. L’annulation de l’espace privé, soumis ainsi au regard de la foule, participe de la définition du théâtre ancien. En même temps, en tant qu’institution d’expression artistique ouverte et populaire (inclusive), le théâtre est une mise en commun du banquet, instance d’expression artistique privée (exclusive), réservée de fait à l’élite.

  • 8  Voir Platon, Apologie, 18 b 1 – d 2 ; 19 b 3 – c 5. Cf. 23 c 7 – d 9. Il joue aussi, très probable (...)
  • 9  Aristophane, Nuées, v. 992 : κἂν σκώπτῃ τις φλέγεσθαι.

7Si l’analogie théâtre-banquet me paraît pertinente (ben trovata), c’est donc qu’elle permet d’interroger sous un angle nouveau la contradiction entre le contenu du psogos comique des Nuées et ses échos dans le corpus platonicien – notamment dans l’Apologie – d’une part, et, d’autre part, l’image idyllique du poète inspiré qu’incarne Aristophane dans le Banquet, un texte qui est à la fois paradigme à nos yeux du banquet de l’élite et le texte fondateur du genre « banquet ». Platon, en dehors de ce qu’on peut déduire de son Banquet, ne semble pas prendre la λοιδορία des Nuées pour une vanne empreinte d’urbanité, comme le suggérerait l’anecdote du De l’éducation des enfants, loin s’en faut. Dans l’Apologie, en effet, la représentation des Nuées constitue, sinon le point de départ, du moins le moment le plus marquant de la longue campagne de dénigrement dénoncée par Socrate comme responsable de la mauvaise opinion qu’ont pour lui les Athéniens de 399, bien qu’ils ignorent tout de sa pensée et de son enseignement. Peut-être parce qu’il s’adresse à un jury populaire et qu’il joue le jeu rhétorique qui s’impose dans ces circonstances, sur ce point du moins8, le Socrate de l’Apologie se comporte, en s’indignant, de façon parfaitement conforme à la morale populaire telle qu’elle est exprimée, dans les Nuées, par l’Argument Juste : cette incarnation du bon sens le plus conservateur explique en effet que les jeunes gens éduqués à l’ancienne doivent « s’enflammer de rage quand on se moque d’eux »9. L’attitude qui s’impose à tout homme qui se respecte serait donc non pas le flegme du convive idéal célébré par l’anecdote, mais l’indignation spontanée et la colère face à la moquerie, en toute circonstance, que ce soit dans un banquet, dans le théâtre ou dans la rue.

8Il est clair que les deux attitudes, celle qui présente les Nuées comme une immense galéjade, comme une vanne entre amis, portée aux dimensions du théâtre de Dionysos d’un côté, et, de l’autre côté, celle qui présente les Nuées comme le premier mot de l’acte d’accusation ayant entraîné l’exécution de Socrate, sont inconciliables.

  • 10  Cl. Mossé, La Grèce ancienne, Points Histoire, Paris, 1986, p. 84.
  • 11  Boileau, L’art poétique, III, vv. 343-344 : « Et Socrate par lui, dans un chœur de nuées, / D’un v (...)
  • 12  Voltaire, Dictionnaire Philosophique (1764), Paris, 1994, p. 79, s.v. « Athée, athéisme ».
  • 13  Lamartine, Homère et Socrate, Paris, 1863, pp. 150-151.
  • 14  L. Strauss, Socrate et Aristophane, (Chicago 1966), Paris, 1993.
  • 15  En 423, Socrate avait tout de même quarante-six ans, vingt-six ans s’étaient écoulés depuis son av (...)
  • 16  A. Patzer, « Die Wolken des Aristophanes als philosophiegeschichtliches Dokument », in P. Neukam ( (...)
  • 17  Il est vrai qu’une grande partie du comique des Nuées relève du registre de l’initiation, notammen (...)
  • 18  M. Marianetti, Religion and Politics in Aristophanes’ Clouds, Hildesheim, 1992, pp. 130-132. En ef (...)

9Évidemment, je n’ai nullement l’intention d’entreprendre une révision du procès de Socrate, encore moins de reprendre l’enquête sur Aristophane comme responsable de la mort de Socrate. Malgré l’extrême complexité du dossier, j’ouvre néanmoins ici une courte parenthèse doxographique. L’idée d’un Aristophane assassin de Socrate se retrouve encore aujourd’hui sous des plumes sérieuses, par exemple celle de Claude Mossé10. En France, ce débat commence avec Boileau, en 167411, mais c’est Voltaire, au siècle suivant, qui sera l’accusateur le plus influent de l’homme « qui prépara de loin le poison dont les juges infâmes firent périr l’homme le plus vertueux de la Grèce »12. Un siècle plus tard, en 1863, le verdict de Lamartine condamne un Aristophane publiciste, abusant de la liberté comique, équivalent ancien de la liberté de la presse : « Aristophane fut ainsi le premier meurtrier de Socrate. Ce Camille Desmoulins d’Athènes, en livrant le sage au ridicule, le livrait d’avance au bourreau »13. Au vingtième siècle, on trouve, sous la plume de Leo Strauss14, la dernière tentative de lecture sérieusement philosophique des Nuées, lecture qu’il essaie même d’étendre à l’ensemble de l’œuvre d’Aristophane. L’idée de Strauss est que le portrait de Socrate brossé par Aristophane correspond non pas au Socrate que l’on connaît par Platon mais au jeune Socrate, indifférent à la vie publique, à la politique et à la morale, obnubilé qu’il était par la physique. Cette thèse d’un jeune Socrate suffisamment connu pour devenir un κωµῳδούµενος, bien qu’elle soit restée relativement isolée15, a néanmoins le mérite d’ouvrir la voie à une approche moins historiciste des Nuées. On n’essaie plus de lire cette comédie comme une pièce à conviction contre Socrate mais comme une pièce de théâtre, c’est-à-dire comme une œuvre de fiction créée dans un environnement intellectuel dont on peut essayer de tracer les contours. C’est la piste suivie plus récemment par Andreas Patzer16, pour qui le Socrate qu’Aristophane montrait à son public est un mystique pythagoricien, un « allumé » qui se croit grand prêtre d’un culte à mystères17, un physicien athée, un sophiste et le maître à penser d’Euripide, pas du tout le maître de Platon. Pour Marie Marianetti, l’image aristophanesque de Socrate n’est que « la condensation symbolique du relativisme éthique et du scepticisme religieux du mouvement sophistique »18, et non une image historique.

10En effet, les Nuées ne sont ni un document d’archives, tiré de quelque volumineux dossier judiciaire, ni même une œuvre littéraire au sens que le dix-neuvième siècle a donné à cette notion, mais le canevas d’un spectacle destiné à l’ensemble des habitants d’Athènes dans l’intention de les divertir sous prétexte de les instruire. Ainsi, la leçon des Nuées, l’opprobre qui frappe Socrate, est le prétexte d’un divertissement qui, en le portant aux nues, lui laisse au final un surplus de notoriété, ne serait-ce qu’en plaçant sa pensée et sa qualité de maître à penser au même niveau d’importance pour la société athénienne que l’activité des hommes politiques, qui en sont les cibles habituelles. Si la notoriété du κωµῳδούµενος est un cadeau empoisonné, elle ne peut tout de même pas être comparée à la ciguë !

* * *

  • 19  Aristophane, Nuées, v. 134.
  • 20  Aristophane, Nuées, v. 36 : στρέφεται τὴν νύχθ’ ὅλην.
  • 21  Aristophane, Nuées, v. 12-13 : ἀλλ᾽ οὐ δύναµαι δείλαιος εὕδειν δακνόµενος / ὑπὸ τῆς δαπάνης καὶ τῆ (...)

11Comme toutes les pièces d’Aristophane, les Nuées commencent dans une ambiance dysphorique. Le protagoniste a perdu le sommeil. C’est un vieil athénien, dont on apprendra un peu plus tard19 qu’il porte un nom parlant, dérivé du verbe στρέφω, « tourner » – « se retourner » : Στρεψιάδης, Tourneboule selon la traduction de Debidour. Le vieil homme est insomniaque, et la cause de son insomnie n’est pas son âge avancé. Tourneboule se retourne sans cesse dans son lit20 et n’arrive pas à dormir à cause de punaises de lit que l’on doit supposer à la fois réelles, mais aussi et surtout métaphoriques, et qui ne cessent de le ronger : le train de vie somptueux de son fils, qui dépense tout l’argent de la famille pour s’acheter et entretenir des chevaux de course et les lourdes dettes que ce passe-temps aristocratique entraîne pour sa maisonnée, comme il le dit à deux reprises dans la scène initiale de la pièce21.

  • 22  Artémidore, La clé des songes, 3, 8, trad. J.-Y. Boriaud, Paris, 1998, p. 206

12Il existe comme une synonymie entre les punaises de lit et les soucis. Les punaises qui empêchent Tourneboule de dormir sont certes surtout métaphoriques, mais la métaphore semble si convenue que le mot κόρις, « punaise de lit », n’a pas besoin d’être prononcé pour être entendu : le verbe δάκνοµαι, « se faire bouffer », suffit. En effet, les punaises de lit sont comme l’incarnation, la manifestation matérielle des soucis, à tel point que, quand on a des soucis, des φροντίδες, notamment des soucis domestiques, on peut rêver que son lit est infesté de punaises, qu’il le soit ou non ! Le témoignage est certes tardif – l’Onirocriticon d’Artémidore date du début du IIe siècle de notre ère  mais il pointe du doigt une obsession qui n’a rien d’extravagant, si l’on essaie d’imaginer les conditions de vie de l’époque22 :

Κόρεις δυσθυµιῶν καὶ φροντίδων εἰσὶ σηµαντικοί· ἐπίσης γὰρ ταῖς φροντίσι καὶ οὗτοι ἀύπνους ποιοῦσι· καὶ προσέτι πρός τινας τῶν οἰκείων, ὡς δὲ ἐπὶ τὸ πλεῖστον πρὸς γυναῖκας ἀηδίας καὶ δυσαρεστήσεις φέρουσι.

Les punaises sont signes de désagréments et de soucis : comme les soucis, elles provoquent des insomnies. Elles apportent également mécontentement et agacement à l’égard des proches, et surtout des épouses.

  • 23  La maison de Tourneboule est censée se trouver τηλοῦ ... τῶν ἀγρῶν (v. 138), bien qu’elle soit scé (...)
  • 24  Aristophane, Nuées, vv. 181-192.
  • 25  Aristophane, Nuées, vv. 225-234.
  • 26  Aristophane, Nuées, vv. 889 et suivants.
  • 27  Aristophane, Nuées, vv. 135-168.

13Or, les Nuées, c’est la pièce des soucis. Un rapide coup d’œil statistique suffit pour le prouver : il y a 31 occurrences de la famille de φροντίς dans les Nuées sur 58 dans l’ensemble du corpus ! Même si on ne tient pas compte des 11 occurrences du néologisme « phrontistère », qui désigne la maison-école de Socrate, et de ses dérivés (« phrontistes », « mérimnophrontistes »), cela reste très significatif : les Nuées contiennent 20 occurrences, contre 47 dans les onze pièces du corpus. Les soucis dont il s’agit sont, tout d’abord, les soucis domestiques de Tourneboule, sur lesquels s’ouvre la pièce. Au fil de la pièce, à ces soucis très concrets et pratiques s’ajouteront les spéculations théoriques de la porte à côté, les φροντίδες du phrontistère de Socrate23. Le rapport entre les deux types de soucis (contraste d’abord, fusion par la suite) est déterminant pour l’idée comique. Les deux premiers exemples de φροντίς socratique ont pour fonction d’assurer la transition entre les punaises du lit de Tourneboule et la spéculation philosophique. En effet, avant d’entrer dans les considérations citées dans l’Apologie, l’enquête sur ce qui est sous terre24, dans le ciel25 et, finalement, la joute des deux Arguments26, Socrate s’interroge sur la longueur du saut de la puce et sur la nature exacte du bourdonnement des cousins27.

  • 28  Aristophane, Nuées, v. 436.
  • 29  Aristophane, Nuées, v. 436 : τὸν ἀσκάντην.
  • 30  Aristophane, Nuées, v. 707-715 (trad. V.-H. Debidour modifiée). L’agonie anapestique se prolonge j (...)

14Après cette transition, pour ainsi dire « entomologique », entre soucis domestiques et spéculations philosophiques, Tourneboule est invité par les Nuées, divinités tutélaires du phrontistère, à rejoindre Socrate et leurs autres serviteurs28. Une fois accepté dans le phrontistère, Tourneboule est soumis à une procédure d’initiation qui fourmille d’allusions aux rituels éleusiniens et qui comporte, entre autres, l’obligation de se coucher sur un « grabat »29. Mais, comme Socrate et les siens ne sont pas très à cheval sur l’hygiène, le grabat s’avèrera infesté de punaises. Les punaises de lit deviennent ainsi l’élément commun entre le lit de sa maison, sur lequel il était couché pendant la scène initiale et le grabat que lui impose Socrate. La seule différence, c’est que les punaises de son propre lit étaient surtout métaphoriques (les dettes qui ne le laissaient pas dormir), tandis que celles du grabat du phrontistère sont bien réelles, à tel point qu’elles provoquent chez le protagoniste une véritable mutation dramaturgique : de héros comique qu’il était, il se transforme, pour quelques vers, en héros tragique, le temps de prononcer une lamentation en vers anapestiques typique des héros agonisants de la tragédie30 :

Στ. Ἀτταταῖ ἀτταταῖ.
Χο. Τί πάσχεις; τί κάµνεις;
Στ. Ἀπόλλυµαι δείλαιος. ἐκ τοῦ σκίµποδος
 δάκνουσί µ᾽ ἐξέρποντες οἱ Κορ-ίνθιοι,
 καὶ τὰς πλευρὰς δαρδάπτουσιν
 καὶ τὴν ψυχὴν ἐκπίνουσιν
 καὶ τοὺς ὄρχεις ἐξέλκουσιν
 καὶ τὸν πρωκτὸν διορύττουσιν,
 καί µ᾽ ἀπολοῦσιν.

Tourneboule : Aïe aïe aïe aïe !
Coryphée : Que t’arrive-t-il ? Quel est le problème ?
Tourneboule : Malheureux de moi ! je me meurs ! Du lit sortent
 et me rongent les verm-ennem-ines
 et elles me dévorent les flancs,
 et elles me sifflent le souffle
 et elles me scalpent les couilles
 et elles me fouillent le cul
 et elles me feront périr !

  • 31  Aristophane, Nuées, v. 718 : φροῦδα τὰ χρήµατα, « adieu mon argent ! »
  • 32  Au vers 1206, au premier vers de l’encomion que Tourneboule chante en l’honneur de lui-même, il se (...)
  • 33  Homère, Iliade XX, v. 248 : στρεπτὴ δὲ γλῶσσ‘ ἐστὶ βροτῶν, πολέες δ’ ἔνι µῦθοι παντοῖοι.
  • 34  Respectivement, Aristophane, Nuées, vv. 434 ; 450 ; 792 ; et Oiseaux, v. 1468. Avant d’être de nou (...)

15En fait, les punaises du grabat remplissent deux fonctions. Tout d’abord, en ramenant Tourneboule à sa condition initiale, quand il était bouffé par les punaises de son propre lit, elles lui servent de …piqûre de rappel : en effet, à la fin de son « agonie » tragique, le héros reviendra sur la cause initiale de son aventure31. Ensuite, en le faisant tournerbouler une seconde fois, les punaises du grabat apportent a posteriori une justification supplémentaire de son nom parlant. Le premier aition, prosaïque et exclusivement corporel (« se retourne dans son lit »), est à ce stade de la pièce complété d’un aition métaphorique, puisque Tourneboule se trouve couché sur le grabat pour s’initier aux techniques de « détournement » du langage. En effet, s’agissant de langage, στρέφω signifie aussi « détourner » et « dévoyer »32. Déjà chez Homère, « la langue des hommes est agile », στρεπτή, selon le mot d’Énée33. À l’époque des Nuées, ce sens prend une nette coloration judiciaire, dont témoignent des dérivés comme στρεψοδικῆσαι, « entortiller les juges » ; στρόφις, « retors » ; γλωττοστροφεῖν, « faire des moulinets de langue », jusqu’à l’extraordinaire στρεψοδικοπανουργίαν, qui se passe de traduction34.

  • 35  Aristophane, Nuées, v. 699.
  • 36  Aristophane, Nuées, vv. 1455-1456 : Αὐτὸς µὲν οὖν σαυτῷ σὺ τούτων αἴτιος / στρέψας σεαυτὸν εἰς πον (...)

16Mais Tourneboule n’est pas un homme prétentieux ! Il sait bien que les subtiles phrontides socratiques, ce n’est pas pour lui. Que, pour lui, les punaises seront juste sa punition pour avoir essayé d’être ce que son nom indique : en effet, se sachant incapable d’entortiller les juges, il craint d’être « jugé et condamné par les punaises » (δίκην δώσω τοῖς κόρεσι)35. Quand les Nuées du chœur changent de camp pour se retourner enfin contre Socrate, elles commencent à dévoiler leur véritable nature en commentant une dernière fois le nom parlant du protagoniste36.

  • 37  Aristophane, Nuées, v. 92, avec la Scholie ad loc. : καὶ τᾠκίδιον : τὸ οἰκίδιον. Ὑποκοριστικῶς δὲ (...)

17Le phrontistère de Socrate s’avère être en réalité un élevage industriel de punaises et un atelier de soucis ; aussi n’est-il pas très différent de la maison de Tourneboule. Le spectateur pensait sans doute, au départ, que la juxtaposition scénique des deux portes était une opposition, la maison de Tourneboule étant un espace privé et l’école de Socrate un espace public, ouvert par définition à tous ceux qui veulent apprendre, même si, dès le début, celui-ci est désigné par un diminutif dont la valeur dépréciative n’a pas échappé aux scholiastes anciens : οἰκίδιον, « petite maison »37. Il constatera, en même temps que Tourneboule, que ce n’est pas du tout le cas. Pour en avoir fait l’expérience, Tourneboule se retourne de nouveau, cette fois-ci pour reprendre le « bon chemin » et anéantir, à la fin de la pièce, la subversion que représente l’école de Socrate.

* * *

  • 38  Aristophane, Nuées, v. 184 : ποδαπὰ τὰ θηρία, « d’où ils sortent, ces animaux-là ? »
  • 39  Aristophane, Nuées, v. 186 : τοῖς ἐκ Πύλου ληφθεῖσι, τοῖς Λακωνικοῖς. « On dirait les Spartiates, (...)
  • 40  Aristophane, Nuées, vv. 506-508 : εἰς τὼ χεῖρέ νυν / δός µοι µελιτοῦτταν πρότερον, ὡς δέδοικ᾽ ἐγὼ (...)
  • 41  Aristophane, Nuées, vv. 198-199 : ἀλλ᾽ οὐχ οἷόν τ᾽ αὐτοῖσι πρὸς τὸν ἀέρα / ἔξω διατρίβειν πολὺν ἄγ (...)

18Nous examinerons maintenant, pour finir, la « faune »38 qui peuplait le phrontistère avant l’arrivée du héros. Quand la porte s’ouvre et que Tourneboule voit pour la première fois les habitants de la « maison à soucis », il les décrit comme étant aussi pâles et aussi mal en point que les prisonniers que Cléon avait amenés de Sphactérie et qui sont en captivité à Athènes depuis plus de deux ans39. L’assimilation des socratiques avec ces prisonniers – démenti vivant de la robustesse des homoioi – est problématique. Dans quelles circonstances le public athénien avait-il pu se faire lui-même une idée de leur état de santé ? Les prisonniers étaient-ils exposés, comme l’étaient leurs boucliers, à la vue de tous et à la gloire des hoplites qui les avaient capturés ? Quelle que soit la réponse à cette question, l’allusion rend totale la réclusion de Socrate et de ses disciples. Plus enfermées que des femmes, les ombres qui hantent l’espace socratique n’habitent pas une maison ordinaire, un intérieur athénien banal. Cet espace n’est pas simplement privé, il est secret, enfoui, dissimulé, presque une caverne souterraine. En effet, au moment d’y pénétrer, Tourneboule demande qu’on lui donne un gâteau au miel, parce qu’il a l’impression de descendre dans le souterrain sacré de Trophonios, célèbre lieu de culte peuplé de serpents qu’il fallait apaiser par des offrandes de ce type40. Le Socrate aristophanesque s’avère être un reclus, de même que ses élèves, car « il ne leur est pas permis de traîner trop longtemps dehors, en plein air »41.

  • 42  Aristophane, Nuées, v. 504 : ἡµιθνής, « à moitié mort ». Chéréphon (PA 15203), « numéro deux » du (...)
  • 43  Aristophane, Nuées, v. 1145 : παῖ, ἡµί, παῖ, παῖ.
  • 44  Aristophane, Nuées, vv. 132-133 ; cf. Sommerstein, ad loc. 

19Les socratiques sont des enfants de l’ombre, pâles comme le plus caractéristique d’entre eux, Chéréphon, l’éternel mourant42, parce qu’ils sont casaniers, prisonniers de l’ οἰκία comme des femmes ou des domestiques, et non pas maîtres d’un οἶκος, comme l’est tout Athénien adulte présent sur les gradins du théâtre de Dionysos. Ce n’est pas un hasard si c’est Socrate lui-même et non un esclave qui vient ouvrir quand Tourneboule frappe à la porte en criant « petit ! petit ! »43. Il ne s’agit pas de gagner du temps, il s’agit d’un raccourci significatif. La « maison » de Socrate n’a même pas les moyens d’avoir un esclave. Déjà au début de la pièce, c’était un disciple qui répondait au même appel44.

  • 45  Aristophane, Nuées, vv. 431-434 (trad. Debidour modifiée).

20Si l’on tentait de faire ce que Platon faisait au début de l’Apologie, c’est-à-dire reformuler en termes sérieux le comique des Nuées, on pourrait dire que Socrate y est « accusé » de vouloir enfermer la place publique dans sa petite maison, en renonçant lui-même, par sa réclusion volontaire, aux privilèges de son statut d’homme public voire de citoyen, et en rendant casaniers et inutiles les gens qui le suivent, loin du grand air, loin de tout confort et de tout plaisir. Les deux compères des Nuées, Socrate et son vieil élève, privatisent l’espace public. L’orientation exclusivement privée de la démarche est confirmée dans l’échange avec les Nuées, où Tourneboule rejette le don que lui proposent les déesses – le pouvoir de persuasion accordé à toute idée politique (γνώµη) qu’il pourrait concevoir et formuler –, au profit d’un savoir pratique et entièrement privé (ἐµαυτῷ), susceptible de lui rembourser ses innombrables dettes hippiques45 :

Χο. : Ἀλλ’ ἔσται σοι τοῦτο παρ᾽ ἡµῶν, ὥστε τὸ λοιπόν γ᾽ ἀπὸ τουδὶ
 ἐν τῷ δήµῳ γνώµας οὐδεὶς νικήσει πλείονας ἢ σύ.
Στ. : Μή µοι γε λέγειν γνώµας µεγάλας· οὐ γὰρ τούτων ἐπιθυµῶ,
 ἀλλ᾽ ὅσ᾽ ἐµαυτῷ στρεψοδικῆσαι καὶ τοὺς χρήστας διολισθεῖν.

Coryphée : Soit, c’est la grâce que tu recevras de nous : à l’avenir et dorénavant, dans les débats devant le peuple, nul ne fera triompher ses idées plus souvent que toi !
Tourneboule : Mais il ne s’agit pas de grandes idées ! Je n’en veux pas ! Je veux juste de quoi entortiller les juges à mon profit et esquiver mes créanciers.

  • 46  Aristophane, Nuées, v. 1484 : τὴν οἰκίαν τῶν ἀδολεσχῶν. Cf. vv. 1489, 1496, 1497. 

21Sur un conseil confidentiel d’Hermès (représenté sur scène par une stèle hermaïque, accessoire typique du décor), Tourneboule décide d’incendier la « maison » de Socrate et des autres « bavards »46. Ainsi, la fin de la pièce le trouve sur le toit de la maison scénique, en train de mettre le feu avec beaucoup de sang-froid et de professionnalisme, en commençant par le toit et en ne brûlant que ce qui est inflammable (de toute façon, une maison sans toit n’est pas habitable). On ne connaît pas les détails scéniques de l’incendie, mais on en voit assez clairement le symbolisme : la maison-prison est détruite, qui renfermait tant de jeunes gens comme Phidippide, enfants de bonne famille égarés dans leur quête de culture politique. Est-ce pourtant au profit de l’espace public ? En détruisant la maison de Socrate, le protagoniste des Nuées fait-il à son insu ce que Platon voulait faire, d’après l’analyse de Luc Brisson, dans ce même volume ? Détruire l’oikos pour laisser toute la place à l’espace public ?

  • 47  Aristophane, Nuées, v. 547 : καινὰς ἰδέας σοφίζοµαι. « Comme un sophiste j’invente des idées nouve (...)

22La réponse n’est pas évidente. Je pense que la destruction de la philosophie dans les Nuées est en même temps une glorification de la comédie. Le poète, toujours innovant et toujours courageux, n’a pas failli à la mission qu’il s’était imposée et n’a jamais trahi les spectateurs. Toujours innovant47 : ces « idées nouvelles » signifient que la comédie politique pénètre dans le domaine privé de la spéculation philosophique et qu’elle y substitue l’espace public du théâtre.

Haut de page

Notes

1 Aristophane n’était pas le premier à « honorer » Socrate en en faisant un κωµῳδούµενος, ni même le seul à l’avoir mis en scène cette année-là. Dans un fragment d’Ameipsias, Socrate est accueilli sur scène dans des termes qui ressemblent beaucoup à ceux des Nuées. La pièce s’intitulait Connos, du nom du maître de musique de Socrate, son chœur était composé de sophistes (de φροντισταί, selon le mot d’Athénée, Deipnosophistes, V, 59, 15) et avait valu à Ameipsias le second prix aux Dionysies de 423, là où Aristophane n’avait été que troisième.

2 Cf. Ch. Orfanos, « Ecclésia vs banquet », Pallas, 61, 2003, pp. 203-217.

3  [Plutarque], De l’éducation des enfants, 10 c 12 – d 2. Sur le caractère apocryphe du traité, voir la notice de J. Sirinelli, Plutarque, Œuvres Morales, t. I1, Traités 1 et 2, CUF, Paris, 1987, pp. 24-26.

4  Voir, sur ces normes, l’ouvrage remarquable de R. Saetta Cottone, Aristofane e la poetica dell’ingiuria. Per una introduzione alla λοιδορία comica, Rome, 2005. Le sujet n’est pas nouveau : tant en Italie qu’aux États-Unis, tout un courant de pensée s’est développé autour de l’idée que les vannes font partie des échanges verbaux habituels entre philoi. Cf. R. Rosen, Making Mockery : The Poetics of Ancient Satire, Oxford, 2007, pp. 3-42 notamment.

5  Voir le bilan de O. Murray, « Sympotica – twenty years on », Pallas, 61, 2003, pp. 13-21.

6  L’analogie, chez les Grecs, est proportionnelle, elle veut dire égalité sauf pour les dimensions. Le rapport posé par ce Socrate fragmentaire entre l’espace privé du banquet et l’espace public du théâtre (comique) est bien de l’ordre de l’analogon ou ana logon, si essentiel dans la pensée platonicienne : « comme dans un grand banquet » est une phrase qui sent clairement son Platon, beaucoup plus que les autres anecdotes et adages du traité, que l’on retrouve parfois cités à l’identique ailleurs dans le corpus plutarchéen.

7  « Public » au sens de « spectateurs », ce n’est bien sûr pas du grec, mais j’assume l’anachronisme lexical. 

8  Voir Platon, Apologie, 18 b 1 – d 2 ; 19 b 3 – c 5. Cf. 23 c 7 – d 9. Il joue aussi, très probablement, sur la formulation mi-juridique, mi-morale, de cet acte d’accusation imaginaire. En effet, il associe la formule technique avec ἀδικεῖ suivi d’une série de participiales complétives pour l’énoncé du délit, mais en intercalant καὶ περιεργάζεται, synonyme populaire de πολυπραγµονεῖ : « il est coupable …et s’occupe de ce qui ne le regarde pas ». Il existe un seul parallèle de la tournure adikei kai … : Démosthène, 25, 70 : ἀλλ᾽ ἀδικεῖ καὶ δεινὰ ποιεῖ τὰ κοινὰ δίκαι᾽ ἀφανίζειν ἐπιχειρῶν. Quant au terme περιεργάζοµαι, s’il n’a jamais de valeur juridique précise, il apparaît associé à πολυπραγµονῶ dans une loi sacrée athénienne d’époque romaine (Ier siècle de notre ère) : IG II² 1366, l.15.

9  Aristophane, Nuées, v. 992 : κἂν σκώπτῃ τις φλέγεσθαι.

10  Cl. Mossé, La Grèce ancienne, Points Histoire, Paris, 1986, p. 84.

11  Boileau, L’art poétique, III, vv. 343-344 : « Et Socrate par lui, dans un chœur de nuées, / D’un vil amas de peuple attirer les huées.

12  Voltaire, Dictionnaire Philosophique (1764), Paris, 1994, p. 79, s.v. « Athée, athéisme ».

13  Lamartine, Homère et Socrate, Paris, 1863, pp. 150-151.

14  L. Strauss, Socrate et Aristophane, (Chicago 1966), Paris, 1993.

15  En 423, Socrate avait tout de même quarante-six ans, vingt-six ans s’étaient écoulés depuis son aventure scientifique dont il parle dans la partie autobiographique du Phédon : voir Platon, Phédon, 96a 1 – 97e 3, avec la précision νέος ὤν, en 96a 6. Cf. E. Wilson, The Death of Socrates, Cambridge Mass., 2007.

16  A. Patzer, « Die Wolken des Aristophanes als philosophiegeschichtliches Dokument », in P. Neukam (éd.), Klassische Sprachen und Literaturen, Band 27 : Motiv und Motivation, Munich, 1993, pp. 72-93 ; idem « Sokrates in den Fragmenten der Attischen Komödie », in A. Bierl et P. von Möllendorff (éds.), Orchestra. Drama, Mythos, Bühne [Festschr. für H. Flashar], Stuttgart & Leipzig, 1994, pp. 50-81.

17  Il est vrai qu’une grande partie du comique des Nuées relève du registre de l’initiation, notamment aux Mystères d’Éleusis, et que la symbolique initiatique a pu constituer un élément important de la vulgate sur Socrate ; voir Platon, Théétète, 155 e ; Euthydème 277 e ; Banquet, 209 e – 210 a. Cf. S. Byl, « Parodie d’une initiation dans les Nuées d’Aristophane », RBPh 58, 1980, pp. 5-21 ; A. W. H. Adkins, « Clouds, Mysteries, Socrates and Plato » Antichthon 4, 1970, pp. 13-24.

18  M. Marianetti, Religion and Politics in Aristophanes’ Clouds, Hildesheim, 1992, pp. 130-132. En effet, les Nuées, aussi longtemps qu’elles sont les patronnes de Socrate, sont aussi l’inspiration des sophistes et de toute l’intelligentsia d’Athènes, autrement dit, les « grandes déesses des fainéants » (Νεφέλαι, µεγάλαι θεαὶ ἀνδράσιν / ἀργοῖς : Aristophane, Nuées, v. 316), celles qui leur « font gagner leur croûte », comme on ferait d’un troupeau de bêtes ou d’une « équipe » de prostituées (Nuées, vv. 331-334 : Οὐ γὰρ µὰ Δί᾽ οἶσθ᾽ ὁτιὴ πλείστους αὗται βόσκουσι σοφιστάς, / Θουριοµάντεις, ἰατροτέχνας, σφραγιδονυχαργοκοµήτας· / κυκλίων τε χορῶν ᾀσµατοκάµπτας, ἄνδρας µετεωροφένακας, / οὐδὲν δρῶντας βόσκουσ᾽ ἀργούς, ὅτι ταύτας µουσοποιοῦσιν. « Par Zeus, ne sais-tu pas que ce sont elles qui font gagner leur croûte à tout un tas de sophistes, de marabouts, de faux toubibs, de bons-à-rien-chevelus-porteurs-de-bagues-précieuses, de tournicoteurs-de-ritournelles-dithyrambiques, d’astronomes-imposteurs ? Elles leur font gagner leur croûte parce qu’ils en font leurs muses et qu’ils ne font que ça ! »). D’après Dover, comm. ad v. 331, il s’agit là sans doute de la « première occurrence de “sophiste” au sens de maître de choses inutiles et indésirables » ; cf. P. Green, « Strepsiades, Socrates and the abuses of intellectualism » GRBS 20, 1979, pp. 15-25. Sur les connotations de βόσκω, voir Ch. Orfanos, Les sauvageons d’Athènes, Paris, 2006, pp. 37, 94, 170. Sans recul par rapport aux conventions de la comédie, James Colaiaco revient sur une position d’avant Leo Strauss, qui consiste à ne retenir comme authentiquement socratique que l’attitude du Socrate de l’Apologie. En voici la thèse principale : « Aristophane n’aurait pas introduit dans sa pièce un Socrate que le public ne pourrait pas reconnaître ! Le portrait de Socrate qu’on trouve dans les Nuées a beau être une caricature, c’était tout de même un portrait partagé par l’opinion publique. Comme tout intellectuel, Socrate représentait une menace pour l’Athénien moyen. Et le Socrate qu’on voit dans les Nuées représentait tout ce que détestait le grand nombre qui redoutait le renversement des valeurs traditionnelles : la rhétorique trompeuse, le relativisme moral, la dangereuse recherche scientifique et l’athéisme » : J. Colaiaco, Socrates against Athens. Philosophy on Trial, New York et Londres, 2001, p. 43. La thèse n’est pas neuve ; elle avait été formulée de façon nuancée par Th. Gelzer, « Aristophanes und sein Sokrates », M.H. 13, 1956, pp. 65-93, qui s’interrogeait sur le caractère prophétique du portrait comique de Socrate, sur sa curieuse ressemblance avec celui dressé par l’accusation lors du procès. Pour expliquer cette ressemblance, on a même soutenu que les Nuées sont une sorte d’avertissement amical adressé par le Poète à Socrate : B. Vancamp, « Réflexions sur l’attitude de Platon, d’Aristophane et de Xénophon envers Socrate », in S. Byl et L. Couloubaritsis, Mythe et Philosophie dans les Nuées d’Aristophane, Bruxelles, 1994, pp. 174-190 ; cf. B. Decharneux, « Images de Socrate », op. cit., pp. 216-245.

19  Aristophane, Nuées, v. 134.

20  Aristophane, Nuées, v. 36 : στρέφεται τὴν νύχθ’ ὅλην.

21  Aristophane, Nuées, v. 12-13 : ἀλλ᾽ οὐ δύναµαι δείλαιος εὕδειν δακνόµενος / ὑπὸ τῆς δαπάνης καὶ τῆς φάτνης καὶ τῶν χρεῶν : « je n’arrive pas à dormir, je me fais bouffer par les dépenses, par la mangeoire, par les dettes » ; v. 37 : Δάκνει µέ τις – δήµαρχος ἐκ τῶν στρωµάτων : « Je me fais bouffer par une bestiole … Ah ! c’est un huissier qui sort du … matelas ! ».

22  Artémidore, La clé des songes, 3, 8, trad. J.-Y. Boriaud, Paris, 1998, p. 206

23  La maison de Tourneboule est censée se trouver τηλοῦ ... τῶν ἀγρῶν (v. 138), bien qu’elle soit scéniquement mitoyenne du φροντιστήριον ; voir Sommerstein, commentaire ad loc.

24  Aristophane, Nuées, vv. 181-192.

25  Aristophane, Nuées, vv. 225-234.

26  Aristophane, Nuées, vv. 889 et suivants.

27  Aristophane, Nuées, vv. 135-168.

28  Aristophane, Nuées, v. 436.

29  Aristophane, Nuées, v. 436 : τὸν ἀσκάντην.

30  Aristophane, Nuées, v. 707-715 (trad. V.-H. Debidour modifiée). L’agonie anapestique se prolonge jusqu’au v. 422 ; cf. K. J. Dover, commentaire ad loc.

31  Aristophane, Nuées, v. 718 : φροῦδα τὰ χρήµατα, « adieu mon argent ! »

32  Au vers 1206, au premier vers de l’encomion que Tourneboule chante en l’honneur de lui-même, il se trompe sur le vocatif de son propre nom – ce qui est linguistiquement improbable : en s’adressant à lui-même le barbarisme ὦ Στρεψίαδες (au lieu de ὦ Στρεψιάδη), il fait de son nom un adjectif qui se déclinerait comme le nom de Socrate (ὦ Σώκρατες). Par ce rapprochement, le héros souligne puissamment la pertinence de son nom parlant. Dès l’Antiquité, Hérodien avant remarqué qu’il s’agissait là d’un « jeu comique » : Hérodien, De la déclinaison des noms, 3, 2, 690 Ξέρξης Ξέρξου ὦ Ξέρξη, Τέννης Τέννου ὦ Τέννη. […] τὸ γὰρ Στρεψιάδης Στρεψιάδου ὦ Στρεψιάδη καὶ Ἡρακλείδης Ἡρακλείδου ὦ Ἡρακλείδη γενόµενα Στρεψίαδες καὶ Ἡράκλειδες παρὰ τοῖς κωµικοῖς παιγνίου χάριν ἐλέχθη οἷον παρὰ Ἀριστοφάνει ἐν Νεφέλαις. Cf. Marzullo, « Strepsiade », Maia 6, 1953, pp. 99-124 ; contra Dover, ad loc. ; cf. Sommerstein ad 36.

33  Homère, Iliade XX, v. 248 : στρεπτὴ δὲ γλῶσσ‘ ἐστὶ βροτῶν, πολέες δ’ ἔνι µῦθοι παντοῖοι.

34  Respectivement, Aristophane, Nuées, vv. 434 ; 450 ; 792 ; et Oiseaux, v. 1468. Avant d’être de nouveau attaqué par les punaises du grabat, Tourneboule avait été invité par le chœur à « retourner dans tous les sens ramassé sur lui-même » (Nuées, v. 702 : στρόβει πυκνώσας).

35  Aristophane, Nuées, v. 699.

36  Aristophane, Nuées, vv. 1455-1456 : Αὐτὸς µὲν οὖν σαυτῷ σὺ τούτων αἴτιος / στρέψας σεαυτὸν εἰς πονηρὰ πράγµατα. « Tu es toi-même la cause de tout ce qui t’est arrivé, / parce que tu t’est tourné vers des choses ignobles ! ».

37  Aristophane, Nuées, v. 92, avec la Scholie ad loc. : καὶ τᾠκίδιον : τὸ οἰκίδιον. Ὑποκοριστικῶς δὲ εἶπε κατασµικρύνων καὶ τὴν φιλοσοφίαν. « La petite maison : il utilise là un hypocorisme, pour rapetisser la philosophie aussi ».

38  Aristophane, Nuées, v. 184 : ποδαπὰ τὰ θηρία, « d’où ils sortent, ces animaux-là ? »

39  Aristophane, Nuées, v. 186 : τοῖς ἐκ Πύλου ληφθεῖσι, τοῖς Λακωνικοῖς. « On dirait les Spartiates, tu sais, les prisonniers de Pylos ».

40  Aristophane, Nuées, vv. 506-508 : εἰς τὼ χεῖρέ νυν / δός µοι µελιτοῦτταν πρότερον, ὡς δέδοικ᾽ ἐγὼ / εἴσω καταβαίνων ὥσπερ εἰς Τροφωνίου. « Passe-moi un gâteau au miel pour les fantômes d’abord ; j’ai peur de descendre là-bas, c’est tout comme la caverne de Trophonios ».

41  Aristophane, Nuées, vv. 198-199 : ἀλλ᾽ οὐχ οἷόν τ᾽ αὐτοῖσι πρὸς τὸν ἀέρα / ἔξω διατρίβειν πολὺν ἄγαν ἐστὶν χρόνον.

42  Aristophane, Nuées, v. 504 : ἡµιθνής, « à moitié mort ». Chéréphon (PA 15203), « numéro deux » du phrontistère (son nom apparaît sept fois dans les Nuées), est un des rares démocrates convaincus du cercle de Socrate. À la différence de Socrate, il semble avoir été exilé par les Trente en 404, pour ne revenir à Athènes qu’après la restauration de la démocratie (Platon, Apologie, 21a). Voir Sommerstein, comm. ad v. 104. Dans les Oiseaux, il sera assimilé à une chauve-souris (Aristophane, Oiseaux, vv. 1296 ; 1564).

43  Aristophane, Nuées, v. 1145 : παῖ, ἡµί, παῖ, παῖ.

44  Aristophane, Nuées, vv. 132-133 ; cf. Sommerstein, ad loc. 

45  Aristophane, Nuées, vv. 431-434 (trad. Debidour modifiée).

46  Aristophane, Nuées, v. 1484 : τὴν οἰκίαν τῶν ἀδολεσχῶν. Cf. vv. 1489, 1496, 1497. 

47  Aristophane, Nuées, v. 547 : καινὰς ἰδέας σοφίζοµαι. « Comme un sophiste j’invente des idées nouvelles ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charalampos Orfanos, « Socrate et les punaises de Tourneboule », Études platoniciennes, 6 | 2009, 13-23.

Référence électronique

Charalampos Orfanos, « Socrate et les punaises de Tourneboule », Études platoniciennes [En ligne], 6 | 2009, mis en ligne le 15 avril 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/760 ; DOI : 10.4000/etudesplatoniciennes.760

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org