Navigation – Plan du site
Notes et lectures critiques
Bulletin platonicien VIII
Sur un dialogue en particulier

Létitia Mouze, Le législateur et le poète

Laetitia Monteils-Laeng
p. 229-231
Référence(s) :

Létitia Mouze, Le législateur et le poète, une interprétation des Lois de Platon, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2005, 448 p.

Texte intégral

  • 1 Notamment celle de Christopher Bobonich, « Persuasion, Compulsion and Freedom in Plato’s Laws », Th (...)

1Dans son ouvrage Le législateur et le poète, une interprétation des Lois de Platon, Létitia Mouze défend la thèse selon laquelle les Lois font du poète leur figure centrale, posant ainsi une opposition forte avec la République où les poètes sont davantage marginalisés. Contre certaines interprétations1, Létitia Mouze montre que c’est, non pas le discours rationnel, mais bien le discours poétique qui se situe à l’horizon de la législation des Lois.

  • 2 Létitia Mouze s’inscrit ainsi dans la ligne interprétative ouverte par R. Collingwood, « Plato’s Ph (...)
  • 3 Christopher Gill, « Platon on Falsehood – not Fiction », Lies and Fiction in Ancient World, ed. C. (...)
  • 4 Elisabeth Belfiore, « A Theory of Imitation in Plato’s Republic », Transactions of the American Phi (...)

2Le premier chapitre de son ouvrage (« Les poètes chassés de la cité ») est consacré au contraste interne à la République quant au statut des poètes dans la cité idéale de Platon : là où les livres II et III démontrent la dangerosité morale des poètes, excluant ceux dont les œuvres risquent de favoriser chez leurs auditeurs la prolifération des passions, le livre X, sur la base de l’infériorité ontologique, et donc épistémique, de la mimèsis en général, semble chasser l’ensemble des imitateurs. Ce contraste s’explique, selon Létitia Mouze, par une différence de perspective2 : si dans les livres II et III il s’agit de sélectionner quels sont les mythes et histoires qu’une âme d’enfant peut écouter sans dommage en vue d’une bonne éducation des affects, dans le livre X il est question de l’éducation des gardiens destinés au pouvoir, et dans ce cas la poésie, parce que sa nature est étrangère à la vérité n’a pas droit de cité. Létitia Mouze approfondit en cela les analyses de Christopher Gill3, en montrant que le changement d’attitude de Platon à l’égard des poètes s’explique par la division de l’âme opérée au livre IV qui met en lumière la spécificité de la raison et du savoir, dont les exigences sont fort éloignées de celles de la poésie entachée par le mensonge et l’ignorance. Cette approche semble toutefois gommer ce que les livres III et X de la République ont en commun, ce qu’Elizabeth Belfiore a souligné dans son article « A Theory of Imitation in Plato’s Republic »4 où elle défend une vision plus complémentaire des livres III et X.

  • 5 Létitia Mouze, Le législateur et le poète, p. 71.
  • 6 Ce qu’ont souligné L. Moss, « Plato and the Poetics » Philological Quarlertly 50, 1971, p. 533-542  (...)

3A partir du chapitre II, Le législateur et le poète, qui comporte six chapitres, ainsi qu’une annexe consacrée à « la gymnastique dans le livre VII des Lois », est entièrement dévolu à une analyse spécifique des Lois qui fait fond sur une approche non unifiée de la pensée platonicienne, puisque Létitia Mouze développe l’idée selon laquelle les Lois sont davantage dévolues à l’éducation des affects que la République qui laisse de côté cet aspect de l’éducation, d’où la réhabilitation de la figure du poète qui devient alors « l’interlocuteur privilégié du législateur »5. L’homme est en grande partie mené par ses affects, et la loi ne saurait être efficace si elle ne prenait en compte les ressorts de l’agir que sont le plaisir et la peine qui doivent être éduqués, ce qu’illustre l’articulation préambule/loi, puisque le préambule doit persuader d’obéir à la loi, en faisant l’économie de la coercition. L’éducation, et principalement celle des affects, occupe le devant de la scène, puisque des citoyens non éduqués ne sauraient obéir aux lois. Horizon de la loi, l’éducation est aussi la condition de son effectivité. Cette interprétation semble toutefois laisser de côté le fait que dès le livre X de la République, les conditions sous lesquelles les poètes peuvent être réintroduits dans la Cité sont énoncées par Platon, conditions qui peuvent apparaître similaires à celles que décrivent les Lois. Dans la République en 607a, certaines formes d’imitation comme les hymnes et les encomia sont bel et bien acceptées6.

  • 7 Christopher Bobonich, op.cit.
  • 8 Julia Annas, Platonic Ethics. Old and New, Ithaca, Cornell University Press, 1999.
  • 9 Daniel Russell, Plato on Pleasure and the Good Life, Oxford, Clarendon Press, 2005, p. 9 sqq.

4D’une manière plus générale, dans Le législateur et le poète, Létitia Mouze expose une vision développementaliste de l’esthétique mais aussi de l’éthique platonicienne, puisque sa thèse se fonde sur l’idée que les Lois proposent un rapprochement entre plaisir et vertu inédit dans l’œuvre de Platon, dont le poète, véritable instrument au service du législateur, est le promoteur. L’union du plaisir et de la vertu ne pouvant toutefois être rationnellement démontrée, on a recours à l’epôidè (incantation) du poète. Contre Christopher Bobonich7, Létitia Mouze montre que l’epôidè mise en œuvre dans les Lois est irrationnelle, elle s’adresse aux affects et doit persuader la partie irrationnelle de notre âme du caractère agréable de la vertu. Ce que Platon forge à travers la figure du poète, c’est un véritable jugement esthétique : il faut éprouver du plaisir à l’endroit de ce qui est beau et bon. Car l’homme a tendance à imiter ce qu’il aime, il faut donc qu’il se trouve un bon modèle. Que le plaisir et la vertu ne soient pas exclusifs l’un de l’autre est une idée que l’on peut trouver cependant bien avant les Lois, contrairement à ce qu’avance Létitia Mouze. A la suite de Julia Annas8 qui pose les premiers jalons d’une théorie platonicienne du plaisir unifiée et non hédoniste, Daniel Russel9, dans un récent ouvrage, Plato on Pleasure and the Good Life, démontre que, tout au long de son œuvre, Platon considère le plaisir comme un bien conditionnel, qui joue un rôle légitime dans la vie de l’homme vertueux quand il est soumis aux exigences de l’intelligence. On peut donc attribuer une conception unifiée du plaisir à Platon, quand on distingue chez lui une conception du bonheur dite directive qui dépend de l’acquisition de la seule sagesse à même d’ordonner notre vie et de nous apprendre à faire bon usage des choses, d’une conception du bonheur appelée addictive qu’il rejette où celui-ci dépend de l’accumulation de biens extérieurs comme la santé et la richesse, le plaisir, la satisfaction des désirs.

  • 10 Frédérique Woerther, L’èthos aristotélicien, Genèse d’une notion rhétorique, Paris, Vrin, 2007, p.  (...)
  • 11 Létitia Mouze, op.cit., p. 271.
  • 12 Luciana Romeri, Philosophes entre mots et mets, Plutarque, Lucien et Athénée autour de la table de (...)

5Létitia Mouze souligne l’inscription politique du poète dans les Lois, inscription qui y est plus marquée que dans la République, qui se traduit par une analyse des fêtes et des banquets. Le recours aux fêtes et aux banquets s’explique par l’inévitable corruption qui vient entamer l’éducation que les citoyens ont reçue durant leur enfance. Comme l’a montré à maintes reprises André Laks, mais aussi récemment, Frédérique Woerther10, chez Platon, la majeure partie des hommes restent des enfants que la cité a à charge d’éduquer tout au long de leur vie. Les fêtes permettent non seulement aux hommes de se reposer de leur labeur, mais aussi de restaurer ce que la vie quotidienne a endommagé. Létitia Mouze analyse avec une attention particulière l’usage que la cité fait du vin, usage symptomatique de la politique des plaisirs prônée par Platon : « De même que les banquets sont une métaphore de la cité, de même le vin est une métaphore des moyens dont le législateur use et doit user. Il s’agit de passer de l’ordre de la contrainte à celui du plaisir, de l’action sur les affects. Le vin adoucit l’âme et rend les gens plus disposés à écouter le législateur et à obéir à la loi. Il remplit ainsi une fonction analogue à celle des préambules, dont le but est de rendre les citoyens eupeithestatous, disposés à obéir aux lois. »11 Ce chapitre vient compléter l’ouvrage de Luciana Romeri, Philosophes entre mots et mets12 qui s’attarde davantage sur le Banquet dont elle analyse la structure dans sa dimension littéraire et philosophique. L’usage du vin semble y être diamétralement opposé à celui qui en est fait dans les Lois, puisque celui-ci est banni du banquet philosophique qui est purifié de tout élément de divertissement au profit du seul logos.

6L’ouvrage de Létitia Mouze souligne la relation privilégiée qui s’instaure dans les Lois entre le législateur et le poète en montrant que le législateur a besoin de l’appui du discours poétique, au point de se faire lui-même poète. La poésie est une force de persuasion qu’il faut canaliser, et le discours politique doit lui-même se poétiser.

Haut de page

Notes

1 Notamment celle de Christopher Bobonich, « Persuasion, Compulsion and Freedom in Plato’s Laws », The Classical Quarterly, 1991, n° 2, p. 365-388.

2 Létitia Mouze s’inscrit ainsi dans la ligne interprétative ouverte par R. Collingwood, « Plato’s Philosophy of Art », Mind, n.s. 34, 1925, p. 163-164, p. 163-164, suivie par A. Nehamas, « Plato on Imitation and Poetry in Republic 10 », dans Plato on Beauty, Wisdom, and Art, eds. J. Moravscik et P. Temko, Totowa, N.J., 1982, p. 47-78.

3 Christopher Gill, « Platon on Falsehood – not Fiction », Lies and Fiction in Ancient World, ed. C. Gill et T.P. Wiseman, Exeter, 1993, p. 38-87.

4 Elisabeth Belfiore, « A Theory of Imitation in Plato’s Republic », Transactions of the American Philological Association 114, 1984, p. 121-146, p. 122 met en parallèle les passages suivants, au livre X 595a-608b explicite par exemple ce qui est dit au livre III entre 392c-398b ; 393c5-6 et 394b-c sont repris et développés au livre X en 595a2-5. Belfiore se propose de procéder à une classification des types d’imitation, à l’image de ce que fait Platon lui-même dans le Sophiste, de manière à mettre en valeur la cohérence de sa conception de l’imitation, à partir des remarques que Platon fait entre 392c-398b au livre III, et 595a-608b au livre X.

5 Létitia Mouze, Le législateur et le poète, p. 71.

6 Ce qu’ont souligné L. Moss, « Plato and the Poetics » Philological Quarlertly 50, 1971, p. 533-542 et T. Gould, « Plato’s Hostility to Art », Arion 3, 1964, p. 70-91.

7 Christopher Bobonich, op.cit.

8 Julia Annas, Platonic Ethics. Old and New, Ithaca, Cornell University Press, 1999.

9 Daniel Russell, Plato on Pleasure and the Good Life, Oxford, Clarendon Press, 2005, p. 9 sqq.

10 Frédérique Woerther, L’èthos aristotélicien, Genèse d’une notion rhétorique, Paris, Vrin, 2007, p. 113-114

11 Létitia Mouze, op.cit., p. 271.

12 Luciana Romeri, Philosophes entre mots et mets, Plutarque, Lucien et Athénée autour de la table de Platon, Grenoble, Editions Jérôme Million, 2002, principalement les pages 61 à 106.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laetitia Monteils-Laeng, « Létitia Mouze, Le législateur et le poète », Études platoniciennes, 6 | 2009, 229-231.

Référence électronique

Laetitia Monteils-Laeng, « Létitia Mouze, Le législateur et le poète », Études platoniciennes [En ligne], 6 | 2009, mis en ligne le 15 avril 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/796

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org