Navigation – Plan du site
Notes et lectures critiques
Bulletin platonicien VIII
Tradition platonicienne

Mauro Bonazzi, Carlos Lévy, Carlos Steel (dir.), A Platonic Pythagoras : Platonism and Pythagoreanism in the Imperial Age

Jean-François Pradeau
p. 237-239
Référence(s) :

Mauro Bonazzi, Carlos Lévy, Carlos Steel (dir.), A Platonic Pythagoras : Platonism and Pythagoreanism in the Imperial Age, Turnhout, Brepols, 2007, 248 pp.

Texte intégral

  • 1 Cet ouvrage constitue le deuxième volet de cet ensemble, dont le troisième fait l’objet d’un compte (...)

1Le point de départ de cet ouvrage collectif est un colloque organisé par les Universités des trois co-éditeurs en 2005 ; un colloque qui s’inscrit dans un projet plus vaste, dont l’objet est d’observer la manière dont la tradition platonicienne s’est trouvée confrontée aux autres traditions scolaires des époques hellénistique puis impériale1. C’est dans ce projet plus vaste que les neuf études du présent volume s’inscrivent, en recouvrant toutefois un intervalle chronologique plus tardif, puisque les premières études portent sur Philon d’Alexandrie et la dernière sur Proclus.

2La table des matières compte successivement deux études sur Philon (C. Lévy, F. Calabi), deux études sur Plutarque (D. Babut, P. Donini), une étude sur l’Introduction arithmétique de Nicomaque (C. Helmig), une étude sur le thème de la musique des sphères dans l’antiquité tardive (D. O’Meara) et enfin trois études consacrées à Proclus (E. Gritti, A. Linguiti et C. Steel).

3Chacune de ces études rencontre à sa façon deux sortes de difficultés. Celles qui tiennent en premier lieu au possible pythagorisme de Platon : l’historien de la philosophie est mis dans l’obligation de reconstituer d’abord une pensée ou une doctrine pythagoricienne avant de se demander ensuite quelle influence elle a éventuellement exercé sur la pensée de Platon. Celles qui tiennent en second lieu à la manière dont l’on doit apprécier le regain d’intérêt manifeste pour le nom, sinon pour la doctrine, de Pythagore au début de l’ère impériale et dans la tradition néoplatonicienne. L’écheveau est dense, il l’est d’autant plus que l’existence d’un corpus doctrinal pythagoricien ancien est difficile à attester et que le pythagorisme plus tardif est pour beaucoup, sinon entièrement, un artefact forgé sous influence doctrinale platonicienne.

4De ce point de vue très général, il n’est pas certain que le volume nous éclaire grandement sur la question de savoir exactement ce qu’est au juste, ou bien s’il est même possible de parler au singulier de « pythagorisme ». Ce n’est pas son propos. Et les éditeurs comme les auteurs n’ont pas entrepris de poser cette épineuse question, si disputée. La lecture du recueil montre du reste que les pythagorismes des différents auteurs examinés divergent considérablement.

5Le propos des études est bien davantage de montrer comment, chez différents auteurs de la tradition platonicienne, la référence pythagoricienne tient lieu, comme l’écrit Carlos Lévy dans sa propre étude sur « La question de la dyade chez Philon d’Alexandrie », « d’adjuvant exégétique » (p. 28), qui permet à la fois de se réclamer d’un certain platonisme et de prendre position dans des débats exégétiques (où les platoniciens, contre les stoïciens ou contre d’autres formes antérieures de platonisme, défendent par exemple une cosmologie arithmologique). Comme le rappellent C. Lévy et plusieurs des auteurs du volume, le recours à cet « adjuvant » pythagoricien a une actualité et des enjeux particulièrement aigus chez les médioplatoniciens qui entendent s’opposer aux autres écoles philosophiques de leur temps mais aussi et surtout à cette tradition platonicienne que l’on a pris l’habitude de désigner comme la « Nouvelle Académie » en la caractérisant principalement par son orientation sceptique.

6Les différentes pièces de l’ouvrage rendent sensible à ce que l’on pourrait appeler la plasticité de la doctrine platonicienne. Non pas de la tradition platonicienne, mais bien de la doctrine platonicienne. Car les œuvres anciennes ici évoquées ne sont pas seulement des œuvres qui invoquent l’autorité philosophique de Platon et qui en outre « pythagorisent » (ou « scepticisent », ou « stoïcisent »), mais ce sont des œuvres qui veulent transmettre tout ou partie d’une même doctrine, celle de Platon, et qui se mettent à cet effet dans l’obligation de présenter cette doctrine, de l’unifier comme telle, et de l’inscrire dans une histoire ou une généalogie doctrinale. Deux études centrales dans ce volume (elles occupent plus d’un quart de l’ensemble et font de l’ombre à quelques unes de leurs voisines) donnent corps à la nuance qu’on vient d’indiquer. Ce sont les deux chapitres que Daniel Babut et Pierluigi Donini consacrent à Plutarque. Tous deux montrent comment Plutarque éprouve sa fidélité platonicienne au contact d’arguments sceptiques mais aussi de l’engouement pythagoricien de son temps, et montrent encore comment une certaine forme de néopythagorisme a pu constituer une manière de réponse à l’orientation sceptique de l’Académie. D. Babut explique notamment toute l’importance, au IIème siècle de notre ère, des généalogies philosophiques où l’on veut inscrire Platon, et l’importance dans cette perspective de la filiation pythagoricienne, qui lorsqu’elle est retenue afin de proposer une généalogie de la philosophie qui fait se succéder Pythagore, Platon puis Aristote, tend à objecter à la généalogie que promouvait la Nouvelle Académie et qui faisait pour sa part se succéder Socrate, Platon et Arcésilas. Ce sont en quelque sorte deux histoires de la philosophie platonicienne, et deux histoires de la philosophie tout court qui sont ainsi défendues par les platoniciens anciens. Voilà qui éclaire la place, sinon d’un corpus doctrinal pythagoricien, du moins de la référence à Pythagore, dont on voit bien, lisant D. Babut et P. Donini, comment elle met en scène une défiance à l’encontre de la Nouvelle Académie, et comment encore ce qui est ainsi en conflit chez Plutarque est tranché par exemple chez Numénius, qui assume pour sa part entièrement la généalogie pythagoricienne, au point de faire de Platon un pur et simple pythagoricien dont la descendance académique est condamnée par lui comme entièrement illégitime.

7Les trois études qui sont, dans ce volume, consacrées à Proclus (par Elena Gritti, Alessandro Linguiti et Carlos Steel) montrent également d’une autre manière comment, plus de deux siècles après Plutarque, Proclus dessine en quelque sorte le portrait d’un Platon « pythagorisant » pour mieux le resituer philosophiquement et l’affranchir d’une partie de son hérédité illégitime. Mais la position de Proclus ne s’apprécie guère que par rapport aux platoniciens qui le précèdent et qui, on vient de mentionner Numénius mais on songe surtout à Porphyre et plus encore à Jamblique, avaient choisi de faire de Platon un pythagoricien othodoxe. Voilà sans doute la lacune de ce recueil, qui ne comporte aucune étude sur Jamblique ou sur les thèses néoplatoniciennes antérieures à Proclus (l’article de Dominic O’Meara, qui porte sur l’harmonie des sphères, concerne Jamblique, mais de façon restreinte et rapide), alors même que son titre et sont objet le laissaient à espérer. Voilà qui par contraste aurait permis de mieux comprendre, par exemple, ce que les dernières études du volume mettent en lumière chez Proclus, en l’espèce d’une déliaison entre des thèses pythagoriciennes et des thèses platoniciennes.

Haut de page

Notes

1 Cet ouvrage constitue le deuxième volet de cet ensemble, dont le troisième fait l’objet d’un compte-rendu dans ce même bulletin, par Angelo Giavatto (voir ci-après), qui rappelle les titres des trois volumes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Pradeau, « Mauro Bonazzi, Carlos Lévy, Carlos Steel (dir.), A Platonic Pythagoras : Platonism and Pythagoreanism in the Imperial Age  », Études platoniciennes, 6 | 2009, 237-239.

Référence électronique

Jean-François Pradeau, « Mauro Bonazzi, Carlos Lévy, Carlos Steel (dir.), A Platonic Pythagoras : Platonism and Pythagoreanism in the Imperial Age  », Études platoniciennes [En ligne], 6 | 2009, mis en ligne le 15 avril 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/802

Haut de page

Auteur

Jean-François Pradeau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org