Navigation – Plan du site
Notes et lectures critiques
Bulletin platonicien VIII
Tradition platonicienne

Erik Eliasson, The Notion of That Which Depends on Us in Plotinus and its Background

Laurent Lavaud
p. 250-251
Référence(s) :

Erik Eliasson, The Notion of That Which Depends on Us in Plotinus and its Background, Leiden, Brill, 2008, 253 p.

Texte intégral

1Le projet de ce livre est de passer en revue les différentes significations philosophiques du concept de tò eph’ hemîn, « ce qui dépend de nous » depuis ses origines aristotéliciennes jusqu’à son utilisation plotinienne. Sont ainsi recensées et commentées les différentes occurrences du terme non seulement chez Aristote, mais aussi chez ses commentateurs (Aspasius et Alexandre d’Aphrodise), les stoïciens (avec une analyse de l’évolution du concept depuis Chrysippe jusqu’au stoïcisme romain), dans le médio-platonisme (Philon d’Alexandrie, Plutarque, Alcinoos, Maxime de Tyr…), et enfin dans différents traités plotiniens.

2Le développement de l’analyse est méthodique et fermement mené. L’auteur fait preuve en particulier d’un solide esprit de synthèse et d’une capacité à dégager avec maîtrise les traits les plus saillants de la notion dans ses différents contextes. Le principe de la recherche est pertinent : il s’agit de faire la synthèse des significations que prend le terme chez chaque nouvel auteur considéré, en proposant une analyse plus détaillée pour certains passages décisifs.

3Quatre thèses particulièrement saillantes peuvent être mises en avant. La première est de souligner l’équivocité de la notion de tò eph’ hemîn. On trouve chez Aristote, en particulier, deux usages distincts de la notion. Le premier donne à la notion un sens large (inclusive notion) en identifiant « ce qui dépend de nous » à la situation où « l’origine d’une action est dans l’agent, et que cela dépend de lui de l’accomplir ou non » (Ethique à Nicomaque, 1110a15-18). Le second, restreint (exclusive notion), limite le tò eph’ hemîn à ce qui se trouve accompli par un agent rationnel. Dans le premier cas, un certain nombre d’actions peuvent être dites « dépendre de nous » sans impliquer l’usage de la raison ; dans le second, seuls les actes rationnels dépendent de nous. L’auteur souligne par ailleurs que, dans la tradition stoïcienne (et, en particulier, chez Chrysippe) c’est plutôt le sens restreint qui domine : si c’est l’assentiment qui dépend de nous, celui-ci se trouve réservé à l’activité rationnelle de l’âme (p. 97).

4La seconde thèse est relative à l’évolution de la notion au sein du stoïcisme. E. Eliasson souligne que dans l’ancien stoïcisme le tò eph’ hemîn concernait aussi bien l’activité intérieure que les actions extérieures. Et la plupart des auteurs médio-platoniciens tombent en accord avec cette vue. Dans le stoïcisme romain en revanche, la notion subit une radicale intériorisation. Désormais, tout ce qui est extérieur à l’âme échappe au champ du tò eph’ hemîn.

5Par ailleurs (et c’est là la troisième thèse), durant cette période du dernier stoïcisme, la notion change radicalement de champ d’application. Dans son origine aristotélicienne, le tò eph’ hemîn était rattaché à la problématique sociale de l’éloge ou au blâme : il s’agissait de déterminer dans quelle mesure quelqu’un pouvait être dit responsable d’une action digne de louange ou de réprobation. L’usage chrysippien de la notion se situe dans la même ligne. Dans le stoïcisme romain en revanche, c’est l’idée morale de bonheur qui devient décisive : l’usage correct de nos représentations, qui seul dépend de nous, est rattaché à l’idée de liberté qui est le pivot central du bonheur.

6Enfin, la dernière thèse concerne Plotin. L’apport décisif de ce dernier est, dans le traité 39 (VI, 8), de transposer le tò eph’ heautôi, « ce qui dépend de soi », chez les dieux, c’est-à-dire non seulement dans l’Intellect, mais aussi en l’Un. E. Eliasson avance l’idée que c’est de bout en bout la perspective théologique qui gouverne l’analyse de la notion en ce qui concerne l’âme humaine. À ce niveau en effet, « ce qui dépend de soi » se trouve, de façon parfaitement originale, référé à la vertu contemplative de l’âme. Cette idée que seule l’âme contemplative a la capacité de dépendre d’elle-même est une sorte d’anticipation de la transposition, opérée dans la suite, du traité 39, du tò eph’ heautôi dans les principes premiers.

7L’ensemble de l’argumentation de l’auteur est donc instructive et convaincante. La démarche aurait pu cependant être parfois poussée plus avant, aussi bien sur le terrain de l’analyse philologique que sur celui de la réflexion philosophique. Ainsi, par exemple, le parti pris de juxtaposer les analyses, en passant en revue les différentes écoles de pensée, a certes le mérite de la clarté mais interdit une confrontation plus serrée et plus précise des textes. En ce sens, le nœud problématique extrêmement complexe qui, dans le premier chapitre du traité 39 (VI, 8), met aux prises Plotin avec les textes de l’Ethique à Nicomaque d’une part, et avec le Traité sur le destin Alexandre d’Aphrodise d’autre part, en ce qui concerne le partage entre le volontaire et l’involontaire, et l’articulation entre l’hekoúsion et le tò eph’ hemîn, exigeait une analyse plus fouillée et attentive des textes.

8Par ailleurs, l’idée forte selon laquelle c’est la perspective de la libre disposition de soi en l’Un qui régit l’approche de « ce qui dépend de soi » en l’âme aurait mérité de plus amples développements. De façon générale, l’auteur reste un peu court sur la méditation plotinienne relative à la liberté au niveau des deux premiers principes. C’est pourtant dans cette articulation anthropo-théologique de la liberté et dans l’affirmation que la maîtrise de soi de l’âme trouve sa racine en l’Un, principe de toutes choses, que le génie spéculatif de Plotin donne toute sa mesure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Lavaud, « Erik Eliasson, The Notion of That Which Depends on Us in Plotinus and its Background », Études platoniciennes, 6 | 2009, 250-251.

Référence électronique

Laurent Lavaud, « Erik Eliasson, The Notion of That Which Depends on Us in Plotinus and its Background », Études platoniciennes [En ligne], 6 | 2009, mis en ligne le 15 avril 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/814

Haut de page

Auteur

Laurent Lavaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org