Navigation – Plan du site
Varia

Plotin et Atticus

Richard Dufour
p. 119-136

Texte intégral

  • 1 Vie de Plotin 14, 10-12.
  • 2 Atticus, Fragments, texte établi et traduit par Édouard des Places, Paris, Belles Lettres, 1977.
  • 3 Ibid., p. 24.
  • 4 Vie de Plotin, 14, 4-5.
  • 5 Voir à ce sujet, R. Dufour, « Plotin et les stoïciens », Études Platoniciennes III, L’âme amphibie, (...)

1Plotin, dit Porphyre, se faisait lire pendant ses cours les commentaires de Sévère, Cronius, Numénius, Gaius et Atticus1. Il est difficile d’estimer dans quelle mesure les traités plotiniens empruntent ou s’opposent à ces platoniciens, car leurs œuvres n’existent plus, au mieux, que sous forme de fragments. La question demeure malgré tout d’un grand intérêt et nous nous intéresserons ici au médioplatonicien Atticus, dont les fragments ont été rassemblés par Édouard des Places2. Celui-ci note dans son introduction que « Plotin ne cite nulle part Atticus »3. Il est vrai que le nom d’Atticus ne figure jamais dans les traités plotiniens. C’est pour cela que Plotin ne sert à rien pour qui souhaite établir une édition des fragments d’Atticus. Il n’en reste pas moins que Plotin, même s’il ne cite jamais Atticus ni ne mentionne son nom, peut malgré tout cacher dans ses écrits des doctrines d’Atticus ou peut secrètement s’opposer à lui. Pensons à la manière dont Plotin reprend plus ou moins tacitement des enseignements stoïciens et péripatéticiens4. Quand bien même il ne mentionne jamais le nom de l’école stoïcienne ou de l’un de ses représentants, Plotin se nourrit de leurs spéculations et il apporte maintes informations sur la philosophie du Portique, lesquelles sont en partie corroborées par d’autres témoignages sur les stoïciens5. Il pourrait en aller de même, quoique dans des proportions plus modestes, pour Atticus.

  • 6 Sur la vie d’Atticus et sur sa philosophie en général, voir la notice de É. des Places à son éditio (...)
  • 7 Πρὸς τοὺς διὰ τῶν Ἀριστοτέλους τὰ Πλάτωνος ὑπισχνουμένους. Sur la traduction correcte du titre, voi (...)

2Atticus vécut au deuxième siècle après J.-C.6 Son acmé se situerait en 176, vers la fin du règne de Marc-Aurèle (161-180). Atticus fut le maître du lexicographe Harpocration. Sa philosophie se démarque de celle de son époque par son refus de tout éclectisme : on ne peut selon lui concilier Aristote et Platon. Son principal ouvrage s’intitule en effet « Contre ceux qui prétendent comprendre les œuvres de Platon à l’aide de celles d’Aristote »7. Des fragments de cette œuvre ont été préservés par Eusèbe de Césarée, dans sa Préparation évangélique, alors que diverses informations ont été consignées par Proclus, Stobée, Énée de Gaza, Jean Philopon, Syrianus, Simplicius et Olympiodore.

  • 8 Plotini opera, Oxford, Oxford University Press, 1964-1982. Abrégé en H.-S. par la suite.
  • 9 Tome III, p. 338.
  • 10 Museum Helveticum (44, 3), 1987, p. 191-210.

3Plotin, né en Égypte en 205 et mort en Campanie en 270, écrivit ses traités de 254 à 270, des décennies après la mort d’Atticus. L’editio minor des œuvres de Plotin, réalisée par P. Henry et H.-R. Schwyzer8, donne trois références à Atticus dans son index fontium9 : fr. 4, 95 des Places = II, 1 (40), 1, 2 ; fr. 5, 71-74 des Places = II, 5 (25), 3, 18 ; fr. 8, 18-19 des Places = III, 1 (3), 4, 1. Seule la référence au traité 25 (II, 5) figure dans l’apparat des sources du traité concerné. Les deux autres ne sont mentionnées que dans l’index fontium. Notons que H.-R. Schwyzer n’inclut aucune nouvelle mention à Atticus dans son article « Corrigenda ad Plotini textum »10, dont une partie est un supplément à l’index fontium publié dans l’editio minor. Il semble de bonne méthode de commencer notre enquête par les trois fragments mentionnés par H.-S.

  • 11 Les traductions du grec au français, à moins d’avis contraire, sont les nôtres. Pour Atticus, nous (...)
  • 12 Nous reprenons la traduction parue dans R. Dufour, Plotin, Sur le ciel [Ennéade II, 1 (40)], Paris, (...)
  • 13 Voir les explications dans R. Dufour, op. cit., p. 107-109.

4Le fragment 4, 93-95 d’Atticus se lit comme suit : « Mais pour la préservation des choses engendrées, il n’y a pas de lien plus fort que la volonté du dieu (τῆς τοῦ θεοῦ βουλήσεως) »11. Le début du traité 40 (II, 1) de Plotin commence ainsi : « Lorsque nous disons que le monde a toujours existé dans le passé et qu’il existera toujours dans l’avenir, même s’il a un corps, si nous rapportions la cause de cette permanence à la volonté du dieu (τὴν βούλησιν τοῦ θεοῦ), tout d’abord nous dirions sans doute la vérité, mais nous ne fournirions aucune explication claire. » (1, 1-4)12. La « volonté du dieu » est évidemment le point qu’ont en commun les deux passages, qui renvoient au discours que le démiurge platonicien adresse aux dieux célestes et aux dieux traditionnels : « Pour ces raisons, puisque vous avez été engendrés, que vous n’êtes pas immortels ni tout à fait indissolubles, vous ne serez nullement dissous et vous ne prendrez pas même part à la mort, parce que vous participez à mon vouloir (βουλήσεως), qui est un lien encore plus puissant et plus imposant que ceux qui vous lièrent, lorsque vous êtes nés. » (Timée 41 b2-6 Rivaud). Le démiurge ne souhaitera jamais détruire ce qu’il a produit, car il est bon et ses œuvres sont belles. Même si le monde sensible est né et corruptible, le démiurge ne veut pas que le monde périsse : il maintient éternellement en vie ses produits, car il veut qu’il en aille ainsi. Sa volonté est le lien le plus puissant qui soit. Comme l’ont noté É. des Places et H.-S. dans l’apparat de leurs éditions respectives, Atticus et Plotin pensent au Timée lorsqu’ils évoquent la volonté de dieu. Mais Plotin pense-t-il aussi à Atticus dans ce contexte ? Sans doute pas. Platon lui-même mentionne le dieu, la volonté et le lien qui est donné par dieu à ses rejetons. Atticus s’en tient au Timée sans le critiquer, alors que Plotin évoque la même doctrine afin d’en souligner les difficultés. Plotin estime en effet que la volonté de dieu constitue un argument valable pour défendre l’immortalité du monde, mais que cette explication n’est pas claire (40 (II, 1), 1, 3-4). Étant donné l’écoulement perpétuel des corps, la volonté divine pourrait ne pas maîtriser totalement le sensible et n’imposer qu’une même forme tantôt à une chose, tantôt à une autre, sans préserver la permanence individuelle de son produit (1, 7-10). Plotin ajoute que le lien dont parle Platon, c’est en réalité l’âme du monde : par sa puissance merveilleuse, qu’elle tient de sa contemplation sans faille de l’intelligible, elle assure la préservation du monde sensible (4, 14-25)13. Que Plotin fasse ici référence à Atticus est donc peu probable.

5Le fragment 5, 71-74, concerne la théorie aristotélicienne du cinquième corps, l’éther :

  • 14 On peut aussi considérer les lignes 29-34 du même fragment, où Atticus accuse Aristote d’avoir reti (...)

« S’il est quelque chose d’impassible, ce corps doit être quitte et libre du fait de pâtir. Dès lors, il serait séparé de la matière et, s’il en est séparé, on accordera qu’il est nécessairement incorporel. »14.

6La même conclusion figure dans un traité plotinien :

« Aristote affirme que son cinquième corps est immatériel. » (25 (II, 5), 3, 18-19).

  • 15 Voir par exemple J. Igal, Plotino, Enneadi, Madrid, Gredos, vol. 1, 1982, p. 446, n. 21.

7Plotin ne donne malheureusement aucun détail sur le sujet et même le contexte dans lequel s’insère cette remarque n’éclaire en rien ce qu’elle a d’énigmatique. Certains commentateurs pensent qu’il s’agit d’une glose inepte insérée dans le texte15. L’argumentation d’Atticus s’appuie sur le fait que le cinquième corps, de l’aveu même d’Aristote, est impassible :

  • 16 Du ciel I, 3, 270b1-4 Bekker.

« Pour quelles raisons le premier corps [l’éther] est éternel, qu’il ne possède ni accroissement ni diminution, mais qu’il est sans vieillissement, inaltérable et impassible, cela est évident à partir des choses qui viennent d’être dites, si l’on fait confiance aux principes qui ont été posés. »16

  • 17 Fr. 14, 69 des Places.
  • 18 C’est aussi l’avis de P. Moraux : « Attikos’ Extrapolation ist trotzdem legitim (...) » (Der Aristo (...)
  • 19 Métaphysique  5, 1044b27-29 ; 6, 1071b21 et  2, 1088b14-28.
  • 20 Métaphysique  1, 1042b6-7 et 8, 1050b20-28.
  • 21 Pour d’autres raisons qui expliquent que l’éther aristotélicien serait immatériel, voir J. Wilberdi (...)
  • 22 L’accord de Plotin et d’Atticus sur ce point est relevé par P. Merlan, The Cambridge History of Lat (...)
  • 23 Seconds académiques 11, 30.
  • 24 Contre Celse 4, 56, 19.
  • 25 Sur la théologie, discours 28, 8, 11.
  • 26 Exposition de la foi 4, 15.
  • 27 Théologie, opuscule 50, 6 ; 57 ; 67.

8Or, Atticus considère que « le corps ne saurait jamais être impassible »17. L’impassibilité du cinquième corps implique selon lui que ce prétendu corps est incorporel. Cette analyse, même d’un point de vue aristotélicien, se défend18. Aristote maintient en effet que seuls les êtres susceptibles de génération et de corruption possèdent une matière19. Or, le cinquième corps ne naît ni ne se corrompt : il ne possède pas le type de matière qui permet à un corps de passer d’une forme à une autre. Il s’agit de la distinction aristotélicienne entre la matière topique, relative au changement de lieu, et celle qui est le siège de la génération et de la corruption20. Le cinquième corps, immuable et éternel, est donc en ce sens immatériel, car il n’est pas fait de la matière d’ici-bas. Il n’en reste pas moins qu’Aristote n’affirme nulle part, dans les œuvres qui existent encore de lui, que le cinquième corps est immatériel21. Lorsque Plotin lui assigne une telle doctrine, peut-être s’inscrit-il dans une tradition médioplatonicienne dont Atticus est un maillon22. Car Atticus n’est pas le seul à assigner au Stagirite la théorie d’un cinquième corps immatériel. La première occurrence remonte à Cicéron, qui laisse entendre que le cinquième corps est immatériel23. Le chrétien Origène, de vingt ans l’aîné de Plotin, reprend cette opinion24. Celle-ci réapparaît après Plotin chez Grégoire de Nazianze25, Jean Damascène26 et Michel Psellus27. L’éther en tant que corps immatériel est donc attesté dès le premier siècle avant J.-C. (Cicéron), puis revient au deuxième (Atticus) et au troisième (Origène) siècles pour être à nouveau consigné chez Plotin. Ces maigres données indiquent que l’école platonicienne, dont Cicéron, Atticus et Origène sont des témoins, tient pour acquis que l’éther est selon Aristote incorporel. Ce mouvement de fond empêche donc d’assigner à Atticus une influence particulière sur Plotin à propos de la nature de l’éther.

9Le fragment 8, 17-20 défend l’existence de l’âme du monde :

  • 28 Phédon 99c6.

« Car s’il n’existait pas une puissance unique et animée, qui s’étend à travers l’univers et ‘qui lie et unit’28 toutes choses, l’univers ne pourrait être gouverné selon la raison et de belle manière. »

10Plotin écrit à propos du destin, en 3 (III, 1), 4, 1-3 :

  • 29 Dans Plotin, traités 1-6, sous la direction de L. Brisson et J.-F. Pradeau, Paris, GF Flammarion, 2 (...)

« Mais est-ce alors une âme unique qui s’étend à travers l’univers, qui accomplit tout, chaque chose étant mue de la façon dont l’univers la meut, comme une partie ? » (trad. A. Petit, légèrement modifiée)29.

11Les deux passages ont comme point commun qu’Atticus évoque « une puissance unique et animée qui s’étend à travers l’univers » (μία τις δύναμις διήκουσα διὰ τοῦ παντὸς), alors que Plotin mentionne une « âme unique qui s’étend à travers l’univers » (μία τις ψυχὴ διήκουσα διὰ παντὸς). Le texte d’Atticus évoque lui aussi l’âme du monde, car le début du fragment rappelle qu’il existe chez Platon une « âme qui organise l’univers et qui s’étend à travers l’univers (διήκουσα διὰ πάντων) » (fr. 8, 1-2 des Places).

12Platon, dit Atticus, affirme qu’une âme unique gouverne le monde sensible, qu’elle correspond à la nature et que toutes choses qui se conforment à la nature se conforment à la providence (fr. 8, 1-8). C’est contre une vue semblable, qui paraît soumettre toutes choses à la providence, voire au destin, que Plotin réagit en 3 (III, 1), 4, 1-3 : peut-on définir le destin comme l’action qu’exerce l’âme de l’univers sur toutes choses ? Atticus pourrait être l’adversaire visé ici par Plotin. Mais les choses ne sont pas si claires, car la doctrine d’Atticus au début du fragment 8 doit être mise en regard d’un fragment stoïcien :

  • 30 Stoicorum Veterum Fragmenta, II, 1029 Arnim = Chrysippe, fr. 1037 Dufour.

« Ces derniers [Zénon et Chrysippe] ont supposé que le dieu est le principe de toutes choses, étant le corps le plus pur, et que sa providence pénètre toutes choses (διὰ πάντων δὲ διήκειν τὴν πρόνοιαν αὐτοῦ). »30.

13Or, dans son traité Du destin (3 (III, 1)), Plotin mentionne cette doctrine stoïcienne parmi les diverses théories antiques sur le destin :

« D’autres, remontant au principe de l’univers, en font tout descendre ; pour eux, c’est une cause qui se répand (φοιτήσασαν) en toutes choses et qui n’est pas seulement cause motrice, mais aussi cause productrice de chaque chose. C’est cette cause qui est pour eux destin et cause absolument souveraine, puisqu’elle est, elle-même, toutes choses » (3 (III, 1), 2, 17-22, trad. A. Petit).

  • 31 Sur l’âme du monde chez les stoïciens, voir SVF II, 633, 774, 776, 821 Arnim = Chrysippe, fr. 639, (...)
  • 32 Atticus affirme que « Platon rattache toutes choses au dieu et fait tout venir de lui » (fr. 3, 16 (...)

14Les stoïciens admettent en effet que le dieu produit l’univers en se répandant lui-même dans la matière et que l’univers entier n’est qu’un état provisoire dans la vie même du dieu qui en contrôle tous les aspects. Or, au moment de réfuter les allégations stoïciennes, Plotin dévie de leur doctrine en parlant de l’âme qui se répand dans l’univers entier (3 (III, 1), 4, 1-3). D’aucun pourrait certes alléguer que Plotin ne travestit pas la pensée stoïcienne, car les disciples du Portique admettent eux aussi une âme du monde, qui n’est autre que le dieu31. Mais ce serait sans doute trop simple. On peut se demander si, au lieu de réfuter aisément les stoïciens en rejetant leur conception d’un dieu qui se mêle à la matière et qui fait partie intégrante de l’univers sensible, Plotin ne s’attaque pas à la version platonico-stoïcienne, celle qui assigne ce rôle à l’âme du monde. Atticus semble penser que l’âme du monde, parce qu’elle se répand en toutes choses, gouverne l’univers et que rien n’échappe à sa providence32. Aux yeux de Plotin, la difficulté fait plus de sens dans un contexte platonicien.

  • 33 Le verbe διήκειν (traverser, pénétrer) est caractéristique de la physique stoïcienne et il figure d (...)

15Plotin, en 3 (III, 1), 4, 1-3, ferait donc allusion à Atticus. Le parallèle textuel donnait déjà à réfléchir, mais la manière dont Plotin teinte de platonisme la doctrine stoïcienne donne du poids à cette hypothèse. Atticus utilise le vocabulaire stoïcien33 afin d’assigner à l’âme du monde une providence sur l’univers sensible : l’âme du monde se répand en chaque chose et c’est ainsi que s’exerce sa providence. Telle est la doctrine que Plotin réfute au chap. 4 du traité 3, s’adressant à la fois aux stoïciens et à Atticus.

16Voilà donc ce qu’il en est des trois occurrences où Plotin, selon H.-S., évoque Atticus. Il faut maintenant considérer s’il y en a d’autres. Commençons par un passage tiré du traité 6 (IV, 8), où Plotin, après avoir soutenu que les âmes humaines tendent, les unes, à se tourner vers l’intelligible, les autres, à se tourner vers la vie d’ici-bas, relie cette doctrine à Platon : « C’est bien là ce que laisse un peu entrevoir Platon, lorsqu’il divise ce qui est issu du second cratère et qu’il en fait des parts » (4, 35-36, trad. L. Lavaud). La référence « maladroite » au Timée ne laisse pas de surprendre, car Platon ne parle jamais d’un second cratère. Il affirme en vérité que le démiurge, après avoir fabriqué l’âme du monde dans un cratère, retourne à ce même cratère pour réaliser un second mélange, celui duquel naissent nos âmes intellectives (41d). Plotin, en d’autres occasions, ne commet pas cette erreur. Par exemple : « D’ailleurs, Platon rend son point de vue particulièrement clair dans le Timée, où le démiurge, une fois l’âme du monde venue à l’existence, produit ensuite les autres âmes à partir d’un mélange réalisé dans le même cratère dont il avait également tiré l’âme du monde, faisant l’autre sorte d’âmes de la même espèce que l’âme du monde, mais lui assignant comme différence d’être produite à partir d’ingrédients de deuxième ou de troisième rang. » (27 (IV, 3), 7, 8-12, trad. L. Brisson). Plotin fait-il donc preuve de laxisme ou de maladresse dans le traité 6 ? Tel n’est peut-être pas le cas, si l’on considère le fragment 14 d’Atticus : « J’ai moi-même [Proclus] été étonné lorsque j’ai découvert que le très laborieux Atticus parle quelque part d’un cratère double, cela bien qu’il ait la forte habitude de s’en tenir à la lettre du texte. Néanmoins, il mentionne aussi ce double cratère lorsqu’il fait l’exégèse du Phèdre ». Atticus aurait donc défendu l’existence de deux cratères. Il est le premier, à notre connaissance, qui ait proposé une telle lecture du Timée, mais il n’est pas le dernier.

  • 34 Commentaire sur le Timée III, 246, 32-247, 6 Diehl. C’est à tort que P. Merlan attribue cette exégè (...)
  • 35 Ibid., 247, 6-11.
  • 36 L’antre des nymphes dans l’Odyssée 31.
  • 37 M. Baltes pense qu’Atticus assignait probablement la production de l’âme du monde au premier cratèr (...)

17Le compte rendu que fait Proclus d’une doctrine similaire chez Théodore d’Asiné, un néoplatonicien du IVe siècle et disciple de Jamblique, donne quelques indices. Avant de consigner l’opinion d’Atticus à propos du cratère, Proclus décrit celle de Théodore34 : il y aurait un cratère double, c’est-à-dire deux cratères. Le premier serait l’âme-en-soi ; le second, l’âme au sens universel. Proclus s’insurge bien sûr contre une telle lecture du Timée35. Platon ne parle que d’un seul cratère dans lequel le démiurge mélange et fabrique toutes les âmes. Il ne mentionne jamais un second cratère ni aucun mélange qui se ferait dans un autre cratère. Pourquoi, demande Proclus, le démiurge aurait-il eu besoin d’un second cratère, puisque le premier suffisait à la génération de nos âmes ? Porphyre, sans entrer dans les détails, découvre lui aussi plusieurs cratères chez Platon36. Quoi qu’il en soit de l’allusion ambiguë de Porphyre ou de l’interprétation extravagante que Théodore fait du Timée, la notion des deux cratères fait écho aux deux étapes qui scandent la production des âmes dans le Timée. L’âme du monde naît d’un premier mélange (premier cratère), alors que nos âmes intellectives naissent d’un second mélange (second cratère), lorsque le démiurge se remet au travail sur les ingrédients qui sont restés de trop lors de la production de l’âme du monde (41d)37. Les ingrédients, qui étaient purs au début, ne le sont plus autant au moment de produire nos âmes, ce qui explique qu’elles soient de deuxième et de troisième rang. Or, si l’on revient au texte cité plus haut du traité 6 (IV, 8), 4, 35-36, Plotin lie justement le second cratère au fait que nos âmes sont de deux types : celles qui regardent davantage vers là-haut, et celles qui regardent plutôt ici-bas. Il s’agit de la division en âmes de deuxième rang et en âmes de troisième rang, conformément au second mélange ou au second cratère.

  • 38 P. Merlan arrive à la même conclusion : « But it is all the more remarkable that we find traces of (...)

18Plotin ne s’explique jamais à propos de ce « second cratère », ni dans le traité 6, ni dans ses autres traités. Aucune certitude n’est donc possible à ce sujet. Mais la doctrine sur un second cratère aurait affaire avec le second mélange par lequel le démiurge platonicien produit nos âmes, qui sont de deuxième ou de troisième rang. Le traité 6 (IV, 8), 4, 35-36 s’interprète en ce sens. Mais d’où Plotin tire-t-il cette notion ? Il l’a trouvée chez Atticus38. D’autres platoniciens antérieurs à Plotin ont pu se rallier à pareille exégèse du Timée, mais c’est peu vraisemblable : Proclus, qui joue au doxographe, ne mentionne qu’Atticus, aucun document n’attribue cette doctrine à d’autres platoniciens antérieurs à Plotin et, surtout, cette doctrine ne pouvait qu’être marginale, puisqu’elle s’écarte trop du Timée. Mais pourquoi Proclus n’inclut-il pas Plotin parmi ceux qui croient en l’existence d’un second cratère ? Parce qu’il s’agit chez Plotin d’un lapsus sans conséquence. Sur ce point, Plotin défend partout ailleurs une exégèse orthodoxe du Timée, dans lequel il n’existe qu’un seul cratère. L’intérêt de ce lapsus, c’est qu’il provient sans doute de la lecture des traités d’Atticus. Si la question d’un cratère double a été débattue à l’école de Plotin ou si un texte où Atticus en parle a été lu à la même époque que celle de la rédaction du traité 6, un glissement de sens entre un second cratère et un second mélange dans un même cratère s’explique bien.

  • 39 Voir 5 (V, 9), 5 ; 7 ; 7 (V, 4), 2, 45-48 ; 13 (III, 9), 1 ; 24 (V, 6), 2, 5 ; 30 (III, 8), 9, 6-11 (...)
  • 40 Pour le témoignage sur ces deux auteurs, voir Longin, fr. 19 Brisson-Patillon = Proclus, Commentair (...)
  • 41 Alcinoos, Enseignement des doctrines de Platon IX et X ; Philon, La création du monde 19-20. C’est (...)
  • 42 Voir 5 (V, 9), 7 et 34 (VI, 6), 6.

19Les textes qui touchent au rang des intelligibles, notamment la question de savoir si les intelligibles sont à l’extérieur de l’intellect démiurgique, doivent retenir notre attention. Plotin juge que les intelligibles se trouvent dans l’Intellect39. Il s’oppose ainsi à Longin et à Porphyre (du temps où ce dernier était disciple de Longin), qui estiment que les intelligibles résident hors du démiurge : pour Longin, les intelligibles se trouvent sous le démiurge, alors que pour Porphyre, les intelligibles résident au-dessus du démiurge40. Plotin se range donc aux côtés d’Alcinoos et de Philon d’Alexandrie, qui placent les intelligibles en dieu41. Ces derniers admettent toutefois que les idées sont les pensées du dieu, ce que Plotin refuse42. Mais où Atticus se situe-t-il dans ce débat ? Le fragment 9, 39-42, recueilli chez Eusèbe, donne un premier élément de réponse :

« Donc, les pensées du dieu sont identiques aux plus anciennes des réalités, aux modèles incorporels et intelligibles des choses engendrées, lesquels se comportent toujours de la même façon et de la même manière ».

20Atticus aurait donc joint les autres médioplatoniciens et il aurait considéré que les intelligibles sont des pensées du dieu. Mais Proclus dépeint Atticus sous d’autres traits :

« Atticus était embarrassé par ce passage [Timée 30d-31a] et il se demandait si le démiurge est lui aussi enveloppé par le vivant intelligible. (...) Étant dans l’embarras, il a admis avec légèreté que le démiurge se trouve au-dessus du Vivant-en-soi » (fr. 34 des Places).

21On peut ajouter aussi le fragment 28, toujours tiré de Proclus :

« Et il y a ceux qui introduisent des idées qui existent par soi et à l’extérieur de l’intellect, les rendant faibles et semblables aux empreintes qu’ont à l’esprit les fabricants de statuettes. » (lignes 5-7).

  • 43 Fr. 23, 26, 35 des Places. La traduction du fr. 28 par É. des Places est trompeuse, car elle introd (...)

22Atticus semble visé, non seulement parce que Proclus lui assigne ailleurs une telle doctrine, mais parce que la suite du fragment 28 parle de ceux qui admettent qu’une âme privée de raison existe avant la production du monde par le démiurge et que c’est elle qui meut le chaos pré-cosmique ; or, telle est la doctrine d’Atticus43.

  • 44 Voir la note complémentaire 5 au fr. 9 (p. 86). Elle est reprise en abrégé par L. Brisson dans Long (...)
  • 45 M. Baltes rejette cette interprétation de É. des Places, op. cit., p. 41, n. 20). Il estime que le (...)
  • 46 Les commentateurs modernes ont toujours eu de la difficulté, d’ailleurs, à intégrer ce témoignage a (...)

23Eusèbe, qui prétend se tenir près des paroles d’Atticus, lui assigne donc la doctrine que les intelligibles sont des pensées de l’intellect, alors que Proclus affirme le contraire, à savoir que selon Atticus les intelligibles existent par soi et hors de l’intellect. Les deux positions sont difficiles à concilier. La façon la plus simple de réduire l’écart qui les sépare est de suivre l’interprétation adoptée par É des Places44 : le paradigme se trouve après le démiurge et hors de lui ; mais puisque le démiurge, selon Timée 28a, regarde le modèle intelligible, il pense le modèle et reçoit en lui les Idées, qui deviennent ses pensées45. En d’autres mots, les intelligibles existent séparément du démiurge, mais ils se trouvent en lui dans la mesure où le démiurge contemple le modèle et pense les intelligibles. Il n’en reste pas moins qu’une certaine confusion transparaît chez les doxographes qui décrivent le statut des idées selon Atticus. Syrianus en témoigne malgré lui quand il rapporte que « nous n’imiterons pas sur ce point les platoniciens Plutarque, Atticus et Démocrite, car ils estiment que les idées sont des raisons universelles qui existent éternellement dans la substance de l’âme » (fr. 40 des Places). Voilà maintenant que les idées siègent en l’âme46. En dépit de toute cette confusion, Plotin s’oppose vraisemblablement à Atticus, que ce dernier ait adopté l’une ou l’autre des positions mentionnées par Proclus et Eusèbe. Plotin refuse en effet que les intelligibles soient les pensées de dieu ou qu’ils soient hors de l’Intellect. D’une manière ou de l’autre, Atticus a tort aux yeux de Plotin.

  • 47 Cette tradition remonte au début de l’Académie, avec Speusippe, Xénocrate et Crantor. Voir J. Dillo (...)

24Il faut maintenant considérer la question de la naissance de l’univers sensible. Le mythe du Timée raconte que le démiurge, afin de produire le monde sensible, prend en main tout ce qui est visible (30a). Tout ce visible qui se meut de manière désordonnée, il l’amène du désordre à l’ordre pour en faire un vivant doué d’une âme et d’un intellect (30b). Ce monde, dit Platon, a été engendré, puisqu’il est tangible et visible ; il a un corps qui vient nécessairement à l’être (28b-c). Même s’il est engendré et corruptible, il ne périra pas, car telle est la volonté du dieu (41a). La majorité des platoniciens s’accordent pour dire que Platon, en s’exprimant par le biais d’un mythe, n’attribue pas de réelle naissance au monde sensible47. Seul le discours mythique découpe en étapes et selon une séquence temporelle ce qui, en fait, a toujours existé et existera toujours, ce qui n’est jamais né et ne périra jamais. Plotin adopte lui aussi cette interprétation, sur laquelle il insiste à plusieurs reprises et dans des termes explicites :

  • 48 Cette expression équivaut à celle utilisée par Platon : « mythe vraisemblable » (Timée 29d2). Sur l (...)

« Car ces choses qui se trouvent dans la nature de l’univers, le discours hypothétique48 les engendre et les produit, introduisant selon une séquence dans l’exposé ces choses qui adviennent et qui existent toujours de la même manière. » (6 (IV, 8), 4, 40-42) ;

  • 49 Voir aussi 50 (III, 5), 9, 24-29 sur le rôle du mythe et sur la façon qu’a le mythe d’assigner une (...)

« Mais il faut bien comprendre que les termes ‘entrée’ et ‘animation’ sont utilisés dans cet exposé dans un but d’enseignement et de clarté. En effet, à aucun moment le monde ne s’est trouvé dépourvu d’âme, à aucun moment son corps n’a existé en l’absence d’une âme, à aucun moment non plus la matière ne s’est trouvée privée d’ordre. En revanche, dans le cadre d’un exposé, il est possible de concevoir l’âme et le corps en les séparant l’un de l’autre ; il est permis dans le discours et par la pensée d’isoler les termes du composé où ils forment un tout. » (27 (IV, 3), 9, 13-20)49.

  • 50 Ils considèrent que le monde est engendré : SVF II, 574, 575, 586 Arnim = Chrysippe, fr. 581, 582, (...)
  • 51 Plotin leur reproche de faire naître l’univers. Voir 33 (II, 9), 3, 7-11 ; 7, 1-2 ; et aussi 31 (V, (...)
  • 52 Selon lui, le Timée pose un univers engendré mais incorruptible : Sur le ciel I, 10, 280a29-32. La (...)
  • 53 P. Merlan remarque que Plotin serait en désaccord avec Atticus à ce sujet (The Cambridge History of (...)
  • 54 Les doctrines de la génération du monde chez Plutarque et chez Atticus sont considérées comme total (...)
  • 55 Sur la génération de l’âme dans le Timée 1013D-E.
  • 56 Plutarque défend la même exégèse dans les Questions platoniciennes 4, 1003A.
  • 57 Voir fr. 29, 31, 37, 38a-b.
  • 58 Voir les citations du Timée au fr. 4, 19-29 des Places.

25Contre qui Plotin affirme-t-il et réaffirme-t-il que le monde sensible n’est pas né ? Cinq adversaires viennent à l’esprit : les stoïciens50, les gnostiques51, Aristote52, Atticus53 et Plutarque54. Plutarque se moque en effet des platoniciens, car ceux-ci tremblent à l’idée que le monde et l’âme qui le gouverne soient nés et n’aient pas existé de toute éternité55. En vérité, affirme Plutarque, le démiurge engendre le monde lorsqu’il donne ordre et mesure au chaos pré-cosmique, qui est un corps désorganisé et doté d’une âme aux mouvements irrationnels (1014A-C). Cette âme désordonnée, Platon la nomme « nécessité » (1014C-1014E), et la cause du mal ici-bas, c’est l’âme irrationnelle qui gouverne la matière avant que le démiurge ne la mette en ordre (1015C-1015F). L’âme inengendrée du Phèdre correspond à l’âme pré-cosmique, alors que l’âme engendrée du Timée est l’âme mise en ordre par le démiurge (1016C-1017B). Contrairement à ce que prétendent les platoniciens, ce n’est pas de manière purement théorique que le monde et son âme, chez Platon, sont engendrés (1017B)56. Atticus adopte la même attitude exégétique que Plutarque. Atticus prétend que Platon ne laisse planer aucune ambiguïté sur la naissance du monde et que « ce n’est pas par énigmes ni à des fins de clarté qu’il admet la génération [de l’univers] » (fr. 4, 23-24 des Places). Plusieurs fragments attestent que le monde sensible, selon Atticus, est engendré57. Il s’appuie sur les passages du Timée que nous avons mentionnés plus haut58. Selon lui, « ‘ce qui se meut sans mesure et sans ordre’ est inengendré, alors que le monde est engendré à un moment du temps » (fr. 20, 2-3) ; « une matière désordonnée existe avant la génération [du monde] et une âme malfaisante existe aussi, qui meut ce qui est ‘sans ordre’« (fr. 23, 3-5). Plutarque et Atticus prennent donc le Timée au pied de la lettre, de sorte que le monde sensible serait né, selon Platon, lorsque le démiurge a mis en ordre une matière qui était jusque-là chaotique (fr. 28, 9-11).

  • 59 Voir 33 (II, 9), 6.

26Parmi ces adversaires, Atticus et Plutarque occupent un statut particulier, puisque la difficulté provient d’un milieu platonicien. Les stoïciens, les gnostiques et Aristote représentent un moindre danger. Plotin n’admet pas en effet les principes de la physique stoïcienne. Quant aux gnostiques, même s’ils se piquent de platonisme, ils ne comprennent rien à Platon et c’est en calomniant les anciens qu’ils tentent de se former une doctrine à eux59. Aristote, pour sa part, se montre sans doute de mauvaise foi, prêt à ridiculiser Platon pour mieux imposer sa propre doctrine. Restent néanmoins deux adversaires, platoniciens ceux-là, qui lisent le Timée comme le fait Aristote et qui bafouent l’« orthodoxie » selon laquelle Platon s’exprime par mythe et sans assigner de véritable naissance à l’univers. On peut supposer que Plotin, même s’il connaissait peut-être des œuvres de Plutarque, vise spécialement Atticus dont les écrits étaient lus à l’école de Plotin.

27Il faut ensuite revenir au cinquième corps aristotélicien. Le Stagirite divise en effet l’univers en deux régions : sublunaire et supralunaire. Alors que la région sublunaire se compose des quatre éléments traditionnels (terre, eau, air et feu), la région supralunaire contient un cinquième corps, l’éther (Sur le ciel I, 2-3). Aristote introduit ce corps afin de justifier la nature particulière du ciel. Car c’est à cause de son corps que le ciel se meut en cercle, qu’il ne connaît ni dépérissement ni accroissement, et qu’il persiste éternellement, inaltérable et impassible (ibid. I, 3, 270b1-4). Lorsque Plotin étudie, dans le traité 40 (II, 1), la permanence du ciel, il se demande comment les astres parviennent à demeurer toujours les mêmes si leurs corps se composent des quatre éléments, qui ne persistent pas toujours dans le même état. Plotin remarque « que pour Aristote, il n’y aurait là aucune difficulté, si l’on approuvait les hypothèses qu’il a faites sur le cinquième corps, mais, pour que ceux qui ne font pas cette hypothèse, si le corps du ciel est fait de ces éléments dont les vivants d’ici-bas sont aussi constitués, la question se pose : comment possédera-t-il l’individualité ? » (40 (II, 1), 2, 12-16). Plotin rejette ici sans procès la doctrine de l’éther et il n’y revient jamais dans ses autres traités. Or, l’on remarque qu’Atticus est un vigoureux détracteur de la théorie du cinquième corps, comme l’atteste le long fragment 5 dont voici un extrait :

« Aristote, à ce qu’il semble, ayant espoir de paraître d’une intelligence supérieure s’il ajoutait un corps supplémentaire, ajouta une cinquième essence aux quatre corps visibles, traitant la nature avec magnificence et générosité, car il ne voit pas que le philosophe de la nature ne doit pas dicter des lois, mais qu’il doit chercher à connaître les lois de la nature elle-même. » (fr. 5, 9-15 des Places).

  • 60 À propos des péripatéticiens, nous reprenons les indications fournies par P. Moraux dans son articl (...)
  • 61 Sur Xénarque, voir P. Moraux, « Xenarchos [5] », Paulys Realencyclopädie des classischen Altertumsw (...)
  • 62 Voir p. 13, 14, 20, 21, 23-26, 42, 50, 55, 70, 286 Heiberg.
  • 63 Pour une analyse détaillée des arguments de Xénarque, voir le résumé de P. Moraux, op. cit., col. 1 (...)

28Peut-on en déduire que Plotin, lorsqu’il rejette l’éther, prend le parti d’Atticus ? Oui et non. Oui, car Atticus et lui sont du même avis. Non, car parmi les prédécesseurs de Plotin, Atticus est loin d’être le seul à critiquer la doctrine du cinquième corps aristotélicien. Certains successeurs d’Aristote à la tête du Lycée contestèrent l’existence de l’éther60. Théophraste, le successeur immédiat d’Aristote, semble en effet défendre la nature ignée du ciel dans son traité Sur le feu. Il se demande de quelle manière le ciel, s’il n’est pas fait de feu, pourrait être lumineux et pourrait diffuser de la chaleur. Straton de Lampsaque, le second dirigeant du Lycée après Aristote, soutient lui aussi que le ciel se compose de feu. De toutes les attaques dirigées contre l’éther aristotélicien, la plus systématique vint d’un autre péripatéticien, Xénarque de Séleucie, qui rédigea au premier siècle avant J.-C. un traité intitulé Contre la cinquième essence61. Cette œuvre désormais perdue a été en partie préservée par Simplicius dans son Commentaire sur le traité Sur le ciel62. Xénarque s’attaquait aux démonstrations présentées par Aristote dans le second chapitre du premier livre du traité Sur le ciel. Il prétend par exemple, contre le Stagirite, que la ligne droite et la ligne circulaire ne sont pas les seules lignes géométriques simples, que le mouvement circulaire n’est pas naturellement le mouvement d’un corps simple, ou que le mouvement rectiligne n’est pas le seul mouvement naturel des quatre éléments63. Ces arguments de Xénarque visent à renverser la thèse aristotélicienne afin de rendre au feu la place qui est la sienne dans le ciel. Quelle que soit la valeur réelle des objections mises de l’avant par Xénarque, l’opposition que manifeste ce dernier à l’encontre de la doctrine aristotélicienne de l’éther est très significative. Elle indique que les péripatéticiens eux-mêmes s’insurgèrent contre l’un des principes fondamentaux de la cosmologie aristotélicienne.

  • 64 Voir SVF II, 417, 527, 571, 580 Arnim = Chrysippe, fr. 434, 543, 579, 585 Dufour. Voir aussi P. Mor (...)
  • 65 Voir Timée 40a.
  • 66 Voir les explications et citations chez Philopon, De l’éternité du monde contre Proclus 481, 13-17 (...)
  • 67 Sur le visage qui apparaît à la surface de la lune 928E-929A Pohlenz. P. Moraux mentionne Plutarque (...)

29Si des péripatéticiens d’importance renoncèrent à la doctrine de l’éther, qu’en est-il des philosophes des autres écoles ? Les stoïciens nient l’existence d’un cinquième corps. S’ils utilisent parfois le terme « éther », c’est pour désigner le feu particulier qui compose les astres et le ciel entier64. Parmi les platoniciens, la majorité s’en tient à la doctrine du Timée, selon laquelle le ciel se compose surtout du feu65. Taurus prend un soin particulier à réfuter l’éther aristotélicien66, alors que Plutarque, sans entrer dans les détails, souligne que l’hypothèse du cinquième corps soulève une myriade d’apories67. C’est donc dans une atmosphère de contestation que Plotin hérite à son tour de la question de l’éther. Tant les péripatéticiens, les platoniciens que les stoïciens ont attaqué cette théorie. Il est donc difficile de penser que Plotin s’inspire d’Atticus plus que de l’ambiance philosophique générale, qui se montre hostile au cinquième corps. On peut cependant supposer que Plotin prit connaissance de la position d’Atticus et qu’il s’y montra favorable.

  • 68 Sur l’unité individuelle (par le nombre) et l’unité par l’espèce, voir R. Dufour, Plotin, Sur le ci (...)

30Le traité 40 (II, 1) mérite derechef notre attention. Plotin y montre « que le ciel et toutes les choses qui sont en lui ont une permanence individuelle, tandis que les choses qui se trouvent sous la sphère de la lune ont une permanence selon l’espèce » (2, 2-3). En d’autres termes, tout astre subsiste à jamais en tant qu’individu particulier, alors que les vivants d’ici-bas périssent tour à tour, sans toutefois que leurs espèces disparaissent : il y aura toujours des hommes et des chevaux, mais ce ne seront pas les mêmes (1, 19-27)68. Selon Plotin, l’une des raisons pour lesquelles le corps des astres ne périt pas, c’est qu’aucune partie du feu céleste ne quitte la région sublunaire, pas plus qu’un autre corps n’y entre (3, 13-30 ; 8, 1-15). Puisque aucun écoulement ne les affecte, les astres n’ont pas besoin de se « nourrir » pour compenser les pertes qu’occasionnerait le départ de certaines de leurs parties corporelles (8, 15-28). De la sorte, croit Plotin, le ciel et ce qu’il contient restent en tout point identiques à ce qu’ils ont toujours été.

31À quels philosophes Plotin pense-t-il lorsqu’il emploie cette argumentation ? Il y a d’abord les stoïciens, selon lesquels les astres se nourrissent des exhalaisons qui émanent de la région sublunaire :

  • 69 SVF II, 652 Arnim = Chrysippe fr. 657 Dufour.

« Pour Chrysippe, le soleil est un combustible intelligent, rassemblé à partir de l’exhalaison qui s’échappe de la mer (…) »69 ;

  • 70 SVF II, 663 Arnim = Chrysippe fr. 666 Dufour.

« Les stoïciens disent que le soleil est allumé et nourri par la mer, tandis que pour la lune, ce sont les courants d’eau de sources et de marais qui font monter une exhalaison douce et agréable. »70 ;

  • 71 SVF II, 677 Arnim = Chrysippe fr. 680 Dufour.

« ... en effet la lune elle-même, comme le soleil, même si elle est un vivant igné et qu’elle est constituée d’une plus grande quantité de terre, ils [les stoïciens] disent qu’elle se nourrit des eaux qui sont sur la terre et qu’il en va de même pour les autres astres qui sont en nombre infini. »71 ;

  • 72 SVF II, 690 Arnim = Chrysippe fr. 693 Dufour. Voir aussi Cicéron, Sur la nature des dieux II, XV, 4 (...)

« Héraclite et les stoïciens disent que les astres se nourrissent de l’exhalaison qui vient de la terre. »72. Il semble donc que pour certains stoïciens les astres profitent des exhalaisons qui s’échappent de la région sublunaire pour se nourrir.

32Il y a ensuite les présocratiques, qu’Aristote critique dans ses Météorologiques :

« C’est aussi pourquoi tous nos prédécesseurs qui supposent que le soleil est nourri par l’humidité sont ridicules. » (II, 2, 354 b 33-34).

33En se basant sur le feu visible, qui nécessite de l’humidité pour se soutenir, ils pensent que des exhalaisons se rendent jusqu’aux feux célestes afin de les nourrir. Ils vont même jusqu’à prétendre que le soleil change de direction parce que les mêmes endroits ne peuvent lui fournir sans cesse de la nourriture (II, 2, 354b33-355a4). Peu de fragments permettent de juger de l’opinion des présocratiques à propos de la nourriture des astres. Héraclite semble être celui qui a le plus clairement défendu cette doctrine. Diogène Laërce soutient que, selon Héraclite, la mer et la terre produisent des exhalaisons qui alimentent le feu céleste :

« Des exhalaisons proviennent de la terre et de la mer. Les unes sont brillantes et pures, alors que les autres sont obscures. Le feu est augmenté par celles qui sont brillantes, et l’humide, par les autres. » (Vies IX, 9). Lorsqu’il y a davantage d’exhalaisons brillantes, c’est le jour ; et lorsque les exhalaisons obscures dominent, c’est la nuit (IX, 11).

  • 73 Héraclite, fr. A 11 DK.

34Aétius maintient que « pour Héraclite, les astres se nourrissent de l’exhalaison qui émane de la terre. »73

35Il y a enfin, et c’est le plus important, Atticus. Ce dernier expose une doctrine qui ressemble à celle à laquelle s’oppose le traité 40 (II, 1). Atticus attribue à Platon la doctrine suivante :

« De plus, parce qu’il ne concède à tous les astres qu’une incorruptibilité selon l’espèce, [Platon] affirme que certaines de leurs parties s’échappent et que d’autres viennent s’ajouter de manière proportionnelle. Voici ce qui le force à tenir un tel discours : les déperditions résultent des rayons du soleil et de la chaleur qui s’en écoule, alors que les ajouts s’expliquent par le fait que la lumière qui vient du soleil reste égale sur toute la grandeur du soleil, car [Platon] n’admettrait pas que des corps paraissent rester égaux s’ils n’acquièrent rien pour compenser ce qu’ils perdent. » (fr. 6, 11-18 des Places).

36Atticus poursuit en rappelant l’opinion d’Aristote à ce sujet :

« Mais Aristote souhaite que les astres conservent en tous points la même substance, puisque rien ne s’échappe d’eux ni ne vient s’y ajouter. » (fr. 6, 18-21).

37On retrouve dans ce fragment la doctrine que Plotin combat, à savoir que les astres n’auraient de permanence que par l’espèce, car des parties de leurs corps leur échapperaient et seraient remplacées par d’autres. Quand bien même cette thèse était défendue par les présocratiques et par les stoïciens, Plotin pouvait sans doute l’ignorer. Mais dès qu’un platonicien l’eut attribuée à Platon, il fallait réagir. Atticus fait vraisemblablement partie des adversaires de Plotin dans le traité 40 (II, 1).

38En ce qui concerne l’éthique, Plotin adopte le point de vue selon lequel la vertu suffit au bonheur : même si nous subissons le destin de Priam et que nous connaissons les plus grands malheurs, notre félicité restera d’autant plus intacte que nous sommes sages et vertueux (46 (I, 4), 5 et 7). Le bonheur ne dépend, dit-il, ni des honneurs, ni des charges de magistrat, ni de la royauté. Le bonheur du sage n’est pas non plus altéré par ce que les hommes du commun considèrent comme des désastres : la mort de ses proches, sa propre mort, la destruction d’une cité, l’absence de sépulture et la mise en esclavage de sa famille. Sachant que ce genre d’événements ont lieu ici-bas, le sage ne s’en étonne pas. Il accepte les faits et il ne laisse pas son bonheur dépendre des biens et des maux qui affectent son entourage ou sa propre personne.

  • 74 Voir Diogène Laërce, V, 30 : « Il [Aristote] affirme que la vertu ne suffit pas au bonheur, car il (...)
  • 75 Voir J. Dillon, op. cit., p. 138-142.
  • 76 Alcinoos, Enseignement des doctrines de Platon 27, 180, 40-41 Whittaker ; Atticus, fr. 2 des Places (...)

39Une telle doctrine se conforme aux exigences de l’éthique stoïcienne, qui considère elle aussi que la vertu suffit au bonheur et que le bonheur du sage qui subit le sort de Priam reste inaltéré (SVF III, 585). Les stoïciens et Plotin s’en prennent ainsi au Stagirite, qui estime que le bonheur ne résisterait pas aux malheurs qui affligèrent Priam et que la vertu seule ne suffit pas au bonheur, car il faut un minimum de biens matériels (Éthique à Nicomaque I, 10, 1100a5-9)74. Mais Plotin est-il influencé uniquement par les stoïciens ? Non. Les platoniciens interprètent l’éthique de Platon d’un point de vue tantôt aristotélicien, tantôt stoïcien. Xénocrate, par exemple, estime que la vertu seule ne fait pas le bonheur, mais qu’il faut en outre une certaine quantité de biens corporels et de biens extérieurs75. À l’inverse, Alcinoos et Atticus affirment que, selon Platon, la vertu suffit au bonheur76. Les propos d’Atticus ressemblent à ceux de Plotin. Il s’en prend à Aristote selon lequel « celui qui partage les mauvaises fortunes de Priam ne pourrait être heureux ni atteindre la félicité » (fr. 2, 86-87 des Places). Et il ajoute :

« la vertu est quelque chose de fort et de tout à fait beau, car elle n’est jamais en manque de bonheur et rien ne peut le lui enlever ; en fait, même si la pauvreté, la maladie, le discrédit, la torture, la poix, la croix et tous les malheurs de la tragédie s’abattent en même temps, le juste est encore heureux et plein de félicité. » (fr. 2, 113-118).

  • 77 Cette similitude est mentionnée par P. Merlan, op. cit., p. 75.

40Atticus et Plotin tombent vraisemblablement d’accord sur l’impassibilité du sage face à l’adversité77. C’est avec une même emphase qu’ils énumèrent les pires malheurs qui pourraient assaillir le sage sans le troubler. Puisque ce thème est cher aux stoïciens et qu’il n’est pas étranger à certains platoniciens, on ne peut soutenir qu’Atticus eut une influence particulière sur Plotin à cet égard et qu’il contribua à raffermir la position plotinienne sur l’autarcie de la vertu.

  • 78 Voir aussi le fr. 37, où le premier dieu est celui qui a fabriqué l’univers sensible.
  • 79 Plotin penche en faveur de Numénius, qui distingue lui aussi le premier dieu, le Bien, et le second (...)
  • 80 Plutarque, Sur Isis et Osiris 53, 372E-F et Alcinoos, Enseignement des doctrines de Platon 10. Les (...)

41Mentionnons, pour finir, deux autres points sur lesquels il y a peu de choses à dire, mais qui impliquent Atticus. En premier lieu, le Bien de la République est, selon Plotin, le dieu suprême et premier, alors que le démiurge du Timée, c’est-à-dire l’Intellect, vient en second. Atticus, pour sa part, « rend d’emblée le démiurge identique au Bien » (fr. 12, 1-2) et il considère que « le démiurge est le tout premier dieu » (fr. 28, 7-8)78. Plotin s’oppose donc à Atticus sur ce point79, mais il pourrait aussi viser Plutarque et Alcinoos80, qui identifient le Bien au démiurge. En second lieu, Plotin réfute longuement la position aristotélicienne selon laquelle l’âme serait une entéléchie (2 (IV, 7), 85). Même si Atticus ne présente aucun argument à l’encontre de cette doctrine, il condamne la définition de l’âme comme « entéléchie du corps naturel doté d’organes » (fr. 7bis des Places). Atticus et Plotin unissent donc leurs voix pour décrier la définition aristotélicienne de l’âme.

  • 81 M. Baltes reconnaît que c’est à tout le moins la doctrine où l’on peut conclure à une influence d’A (...)

42Telles sont donc les principales doctrines plotiniennes qui s’opposent ou se rallient à celles d’Atticus. Le constat qui se dégage de cette étude, c’est qu’un seul passage, celui sur le second cratère, implique presque nécessairement Atticus81. Dans les autres cas, étant donné l’absence de citations d’Atticus et la possibilité que Plotin vise d’autres adversaires ou s’allie à d’autres philosophes, on suppose qu’Atticus est aussi en cause. Plotin s’associe donc à Atticus pour décrire l’éther aristotélicien comme incorporel, pour rejeter l’hypothèse d’un cinquième corps, pour donner à la volonté de dieu la responsabilité de l’immortalité du monde, pour rendre le sage inaccessible aux malheurs d’ici-bas et pour refuser que l’âme soit une entéléchie. Contre Atticus, toutefois, Plotin fait valoir que l’âme du monde, même si elle se répand à l’univers entier, n’y impose pas un destin rigide ou une providence implacable, que le monde sensible n’est pas né, que les astres ne subissent aucun écoulement, et enfin que le Bien n’est pas identique au démiurge. Seul le thème de l’immanence des intelligibles dans l’Intellect n’a pu être rattaché clairement à Atticus, dont les fragments se contredisent à ce sujet.

Haut de page

Notes

1 Vie de Plotin 14, 10-12.

2 Atticus, Fragments, texte établi et traduit par Édouard des Places, Paris, Belles Lettres, 1977.

3 Ibid., p. 24.

4 Vie de Plotin, 14, 4-5.

5 Voir à ce sujet, R. Dufour, « Plotin et les stoïciens », Études Platoniciennes III, L’âme amphibie, Études sur l’âme selon Plotin, Paris, Belles Lettres, 2006, p. 177-194.

6 Sur la vie d’Atticus et sur sa philosophie en général, voir la notice de É. des Places à son édition d’Atticus, puis C. Moreschini, « Attico : una figura singolare del medioplatonismo », Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, Band 36.1, Teil II, Berlin, New York, De Gruyter, 1987, p. 477-491. Sur les prises de position d’Atticus envers Aristote, voir P. Moraux, Der Aristotelismus bei den Griechen, von Andronikos bis Alexander von Aphrodisias, Bd. II, Berlin, New York, De Gruyter, 1984, p. 564-582.

7 Πρὸς τοὺς διὰ τῶν Ἀριστοτέλους τὰ Πλάτωνος ὑπισχνουμένους. Sur la traduction correcte du titre, voir G. Bechtle, « La problématique de l’âme désordonnée chez Plutarque et Atticus », Études de philosophie ancienne et de phénoménologie, F. Dastur, C. Lévy (éds), Paris, l’Harmattan, 1999, p. 16-17. Sauf mention contraire, toutes les traductions du grec au français sont les nôtres.

8 Plotini opera, Oxford, Oxford University Press, 1964-1982. Abrégé en H.-S. par la suite.

9 Tome III, p. 338.

10 Museum Helveticum (44, 3), 1987, p. 191-210.

11 Les traductions du grec au français, à moins d’avis contraire, sont les nôtres. Pour Atticus, nous utilisons le texte grec édité par É. des Places et, pour Plotin, celui de l’editio minor de H.-S. L’expression « la volonté du dieu » apparaît aussi au fr. 25, 7 des Places.

12 Nous reprenons la traduction parue dans R. Dufour, Plotin, Sur le ciel [Ennéade II, 1 (40)], Paris, Vrin, 2003, p. 47, qui se base sur le texte de l’editio minor.

13 Voir les explications dans R. Dufour, op. cit., p. 107-109.

14 On peut aussi considérer les lignes 29-34 du même fragment, où Atticus accuse Aristote d’avoir retiré à l’éther toutes les qualités qui appartiennent aux corps (le lourd, le léger, le mou, le dur, l’humide et le sec). Un corps qui ne possède aucune de ces qualités, dit-il, n’est un corps que de nom : il est en réalité un non-corps.

15 Voir par exemple J. Igal, Plotino, Enneadi, Madrid, Gredos, vol. 1, 1982, p. 446, n. 21.

16 Du ciel I, 3, 270b1-4 Bekker.

17 Fr. 14, 69 des Places.

18 C’est aussi l’avis de P. Moraux : « Attikos’ Extrapolation ist trotzdem legitim (...) » (Der Aristotelismus bei den Griechen, von Andronikos bis Alexander von Aphrodisias, Bd. II, p. 573).

19 Métaphysique  5, 1044b27-29 ; 6, 1071b21 et  2, 1088b14-28.

20 Métaphysique  1, 1042b6-7 et 8, 1050b20-28.

21 Pour d’autres raisons qui expliquent que l’éther aristotélicien serait immatériel, voir J. Wilberding, Plotinus’ Cosmology : A Study of Ennead II.1 (40), Text, Translation, and Commentary, Oxford, Oxford University Press, 2006, p. 125-126.

22 L’accord de Plotin et d’Atticus sur ce point est relevé par P. Merlan, The Cambridge History of Later Greek and Early Medieval Philosophy, Cambridge, Cambridge University Press, 1967, p. 75. Merlan fait toutefois référence, en note, au traité 14 (II, 2), ce qui est peu convaincant.

23 Seconds académiques 11, 30.

24 Contre Celse 4, 56, 19.

25 Sur la théologie, discours 28, 8, 11.

26 Exposition de la foi 4, 15.

27 Théologie, opuscule 50, 6 ; 57 ; 67.

28 Phédon 99c6.

29 Dans Plotin, traités 1-6, sous la direction de L. Brisson et J.-F. Pradeau, Paris, GF Flammarion, 2002. Les traductions de Plotin qui ne sont citées qu’avec le nom du traducteur ont été publiées chez GF Flammarion.

30 Stoicorum Veterum Fragmenta, II, 1029 Arnim = Chrysippe, fr. 1037 Dufour.

31 Sur l’âme du monde chez les stoïciens, voir SVF II, 633, 774, 776, 821 Arnim = Chrysippe, fr. 639, 775, 777, 829 Dufour.

32 Atticus affirme que « Platon rattache toutes choses au dieu et fait tout venir de lui » (fr. 3, 16 des Places).

33 Le verbe διήκειν (traverser, pénétrer) est caractéristique de la physique stoïcienne et il figure dans des dizaines de fragments stoïciens selon lesquels dieu s’étend à toute la matière, aux éléments, à l’univers, et ainsi de suite.

34 Commentaire sur le Timée III, 246, 32-247, 6 Diehl. C’est à tort que P. Merlan attribue cette exégèse à Atticus (op. cit., p. 77).

35 Ibid., 247, 6-11.

36 L’antre des nymphes dans l’Odyssée 31.

37 M. Baltes pense qu’Atticus assignait probablement la production de l’âme du monde au premier cratère, et celle des âmes individuelles au second cratère (« Zur Philosophie des Platonikers Attikos », p. 53). Rien ne permet de savoir avec certitude sur quel fondement s’appuyait Atticus à ce sujet (ibid., p. 52). Cette doctrine est d’autant plus surprenante qu’Atticus s’en tient généralement à la lettre du texte platonicien (ibid., p. 39).

38 P. Merlan arrive à la même conclusion : « But it is all the more remarkable that we find traces of the two-bowls interpretation in Plotinus. It is difficult to escape the conclusion that in his early writing Plotinus was influenced by an interpretation peculiar to Atticus. » (op. cit., p. 77). M. Baltes approuve Merlan, op. cit., p. 52, n. 78).

39 Voir 5 (V, 9), 5 ; 7 ; 7 (V, 4), 2, 45-48 ; 13 (III, 9), 1 ; 24 (V, 6), 2, 5 ; 30 (III, 8), 9, 6-11 ; 32 (V, 5), 1-2.

40 Pour le témoignage sur ces deux auteurs, voir Longin, fr. 19 Brisson-Patillon = Proclus, Commentaire sur le Timée I, 322, 20-24 Diehl ; pour Porphyre, voir aussi I, 431, 20-21. Suite à une polémique soutenue avec Amélius, autre disciple de Plotin, Porphyre finira par accepter que les intelligibles sont dans l’intellect démiurgique (voir Vie de Plotin 18, 8-19).

41 Alcinoos, Enseignement des doctrines de Platon IX et X ; Philon, La création du monde 19-20. C’est la solution adoptée par la majorité des médioplatoniciens (voir M. Baltes, op. cit., p. 41).

42 Voir 5 (V, 9), 7 et 34 (VI, 6), 6.

43 Fr. 23, 26, 35 des Places. La traduction du fr. 28 par É. des Places est trompeuse, car elle introduit le nom d’Atticus alors qu’il ne figure nulle part explicitement dans le fragment et que Proclus utilise le pluriel : « ceux qui introduisent... »

44 Voir la note complémentaire 5 au fr. 9 (p. 86). Elle est reprise en abrégé par L. Brisson dans Longin, fragments ; Rufus, Art Rhétorique, texte établi et traduit par M. Patillon et L. Brisson, Paris, Belles Lettres, 2001, p. 31-32.

45 M. Baltes rejette cette interprétation de É. des Places, op. cit., p. 41, n. 20). Il estime que le démiurge possède selon Atticus un intellect et une âme, que les Idées sont dans l’âme du démiurge et au-dehors de l’intellect démiurgique, et enfin que les Idées sont séparées non pas du démiurge, mais de son intellect. Le monde intelligible naît de la pensée du démiurge et il acquiert un rang postérieur à l’intellect démiurgique. Sur tout cela, voir l’exposé de Baltes, ibid., p. 41-43 et 49-50. Cette reconstruction demeure conjecturale, car les fragments ne disent jamais que le démiurge a une âme. Le fragment 34 évoque simplement le démiurge sans préciser qu’il s’agit seulement de son intellect, et les témoignages peuvent renvoyer à l’intellect démiurgique sans faire de distinction entre une âme et un intellect qui appartiendraient au démiurge. Cela dit, que l’on choisisse l’interprétation de É. des Places ou de M. Baltes, Plotin serait tout aussi en désaccord avec Atticus.

46 Les commentateurs modernes ont toujours eu de la difficulté, d’ailleurs, à intégrer ce témoignage au reste de la philosophie d’Atticus (voir M. Baltes, « Zur Philosophie des Platonikers Attikos », p. 48 et n. 61). Il ne pourrait s’agir ni de l’âme du monde, ni de l’âme irrationnelle qui meut la matière désordonnée, mais seulement de l’âme du démiurge (ibid., p. 49). Selon un principe platonicien, un intellect ne peut exister sans une âme (Timée 30b ; Philèbe 30c). Or, le démiurge est un intellect et doit, prétend Atticus, avoir aussi une âme (voir M. Baltes, op. cit., p. 42-43 et 49).

47 Cette tradition remonte au début de l’Académie, avec Speusippe, Xénocrate et Crantor. Voir J. Dillon, The Heirs of Plato, A Study of the Old Academy, Oxford, Clarendon Press, 2003, p. 220-221 et Proclus, Commentaire sur le Timée I, 290, 3-17 Diehl.

48 Cette expression équivaut à celle utilisée par Platon : « mythe vraisemblable » (Timée 29d2). Sur le sens de cette expression, voir L. Brisson, Le Même et l’Autre dans la structure ontologique du Timée de Platon, Sankt Augustin, Academia Verlag, 1998 [Paris, Klincksieck, 1974], p. 104-106.

49 Voir aussi 50 (III, 5), 9, 24-29 sur le rôle du mythe et sur la façon qu’a le mythe d’assigner une naissance aux choses qui n’en ont pas.

50 Ils considèrent que le monde est engendré : SVF II, 574, 575, 586 Arnim = Chrysippe, fr. 581, 582, 590 Dufour.

51 Plotin leur reproche de faire naître l’univers. Voir 33 (II, 9), 3, 7-11 ; 7, 1-2 ; et aussi 31 (V, 8), 12, 15-22, qui vise sans doute les gnostiques.

52 Selon lui, le Timée pose un univers engendré mais incorruptible : Sur le ciel I, 10, 280a29-32. La plus grande partie du chapitre 10 montre qu’un univers engendré ne saurait devenir incorruptible (279b17-280a11).

53 P. Merlan remarque que Plotin serait en désaccord avec Atticus à ce sujet (The Cambridge History of Later Greek and Early Medieval Philosophy, Cambridge, Cambridge University Press, 1967, p. 77).

54 Les doctrines de la génération du monde chez Plutarque et chez Atticus sont considérées comme totalement équivalentes par Proclus. Un examen approfondi des textes montre cependant que cette impression est trompeuse, car certains indices donnent à penser que Proclus n’a pas lu Plutarque, mais qu’il se base sur ce qu’il trouve à son sujet chez Atticus. Voir M. Baltes, Die Weltentstehung des platonischen Timaios nach den antiken Interpreten I, Leiden, Brill, 1976, p. 44-45 et G. Bechtle, op. cit., p. 35.

55 Sur la génération de l’âme dans le Timée 1013D-E.

56 Plutarque défend la même exégèse dans les Questions platoniciennes 4, 1003A.

57 Voir fr. 29, 31, 37, 38a-b.

58 Voir les citations du Timée au fr. 4, 19-29 des Places.

59 Voir 33 (II, 9), 6.

60 À propos des péripatéticiens, nous reprenons les indications fournies par P. Moraux dans son article « Quinta essentia », Paulys Realencyclopädie des classischen Altertumswissenschaft, XXIV, col. 1171-1263, plus particulièrement col. 1231-1232, 1237 et 1243-1244.

61 Sur Xénarque, voir P. Moraux, « Xenarchos [5] », Paulys Realencyclopädie des classischen Altertumswissenschaft, IX, A2. Sur l’attaque de Xénarque contre Aristote, voir S. Sambursky, The Physical World of Late Antiquity, London, Routledge & Kegan Paul, 1962, chap. 5 : « Celestial physics, I. Xenarchus against the aether ».

62 Voir p. 13, 14, 20, 21, 23-26, 42, 50, 55, 70, 286 Heiberg.

63 Pour une analyse détaillée des arguments de Xénarque, voir le résumé de P. Moraux, op. cit., col. 1424-1426, et celui de Sambursky, op. cit., p. 126-130.

64 Voir SVF II, 417, 527, 571, 580 Arnim = Chrysippe, fr. 434, 543, 579, 585 Dufour. Voir aussi P. Moraux, « Quinta essentia », col. 1232-1234.

65 Voir Timée 40a.

66 Voir les explications et citations chez Philopon, De l’éternité du monde contre Proclus 481, 13-17 et 520, 4-25 Rabe.

67 Sur le visage qui apparaît à la surface de la lune 928E-929A Pohlenz. P. Moraux mentionne Plutarque dans « Quinta essentia », col. 1238, mais il ne dit mot sur Taurus ou Atticus.

68 Sur l’unité individuelle (par le nombre) et l’unité par l’espèce, voir R. Dufour, Plotin, Sur le ciel [Ennéade II, 1 (40)], p. 74-75.

69 SVF II, 652 Arnim = Chrysippe fr. 657 Dufour.

70 SVF II, 663 Arnim = Chrysippe fr. 666 Dufour.

71 SVF II, 677 Arnim = Chrysippe fr. 680 Dufour.

72 SVF II, 690 Arnim = Chrysippe fr. 693 Dufour. Voir aussi Cicéron, Sur la nature des dieux II, XV, 40 et Diogène Laërce VII, 145.

73 Héraclite, fr. A 11 DK.

74 Voir Diogène Laërce, V, 30 : « Il [Aristote] affirme que la vertu ne suffit pas au bonheur, car il faut y ajouter les biens du corps et les biens extérieurs (...) ». En ce qui concerne l’éthique aristotélicienne, P. Moraux estime qu’Atticus puise ses informations dans un ou des ouvrages doxographiques, sans doute les mêmes qu’utilise Arius Didyme (Der Aristotelismus bei den Griechen, Bd. II, p. 568-569 et n. 26). Rien ne prouve qu’Atticus ait, en général, consulté les textes mêmes d’Aristote (p. 580).

75 Voir J. Dillon, op. cit., p. 138-142.

76 Alcinoos, Enseignement des doctrines de Platon 27, 180, 40-41 Whittaker ; Atticus, fr. 2 des Places. Diogène Laërce pense que telle est la position de Platon (III, 78) et le stoïcien Antipater « montre que selon Platon la vertu suffit au bonheur et que Platon adopte beaucoup d’autres doctrines qui sont en accord avec celles des stoïciens » (fr. 56 Arnim). Atticus aurait été influencé par les stoïciens (voir E. Zeller, Die Philosophie des Griechen in ihrer geschichtlichen Entwicklung, t. III, vol. 1, 5e édition révisée par W. Nestle, Leipzig, Reisland, 1923, p. 839-940 ; et P. Moraux, op. cit., p. 565, n. 6).

77 Cette similitude est mentionnée par P. Merlan, op. cit., p. 75.

78 Voir aussi le fr. 37, où le premier dieu est celui qui a fabriqué l’univers sensible.

79 Plotin penche en faveur de Numénius, qui distingue lui aussi le premier dieu, le Bien, et le second dieu, le démiurge (fr. 16 des Places). Il refuse toutefois de faire du premier dieu un intellect, contrairement à Numénius.

80 Plutarque, Sur Isis et Osiris 53, 372E-F et Alcinoos, Enseignement des doctrines de Platon 10. Les interprètes ne s’entendent pas toutefois sur la doctrine d’Alcinoos à ce sujet. Certains estiment que le dieu premier n’est pour Alcinoos qu’une cause finale, alors que l’âme du monde fait office de démiurge. Voir P.L. Donini, « La connaissance de Dieu et la hiérarchie divine chez Albinos », dans Knowledge of God in the graeco-roman World, Leiden, Brill, 1988, p. 122-131 et D. O’Meara, Structures hiérarchiques dans la pensée de Plotin, Leiden, Brill, 1975, p. 29.

81 M. Baltes reconnaît que c’est à tout le moins la doctrine où l’on peut conclure à une influence d’Atticus sur Plotin (« Zur Philosophie des Platonikers Attikos », p. 57).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Dufour, « Plotin et Atticus », Études platoniciennes, 5 | 2008, 119-136.

Référence électronique

Richard Dufour, « Plotin et Atticus », Études platoniciennes [En ligne], 5 | 2008, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 19 août 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/848 ; DOI : 10.4000/etudesplatoniciennes.848

Haut de page

Auteur

Richard Dufour

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org