Navigation – Plan du site
Bulletin platonicien VII
Editions et traductions des dialogues de Platon

Rainer Knab, Platons Siebter Brief. Einleitung, Text, Übersetzung, Kommentar

Luc Brisson
p. 140
Référence(s) :

Platons Siebter Brief. Einleitung, Text, Übersetzung, Kommentar von Rainer Knab, Hildesheim / Zürich / New York, Georg Olms Verlag, 2006, VIII-337 p. ISBN 3-487-13168-4

Texte intégral

1Cette traduction commentée de la septième Lettre attribuée à Platon est un objet étrange. On y trouve imprimé le texte édité par Burnet en 1905, mais on ne trouve rien sur l’édition de Souilhé aux Belles Lettres en 1926 ni celle de J. Moore-Blunt chez Teubner en 1985. De surcroît, la bibliographie qui clôt le volume fait montre d’incroyables faiblesses en ce qui concerne les traductions et les commentaires utilisés.

2Dans l’introduction, R. Knab admet, mais sans apporter d’arguments nouveaux, l’authenticité de cette lettre dont il décrit la structure. Sa traduction est tout à fait acceptable, même si on peut la contester sur tel ou tel point. Son commentaire reste assez superficiel. En fait, ce qui intéresse R. Knab, c’est la digression philosophique (342a-345c) interprétée, suivant l’interprétation ésotériste qui est celle notamment de H.J. Krämer, K. Gaiser et d’A. Szlezák, comme faisant référence à la leçon sur le Bien évoquée par Aristote suivant le tèmoignage d’Aristoxène. Le passage essentiel qui sert d’introduction à la digression philosophique est le suivant: «Pourtant, il y a au moins une chose que je puis affirmer avec force, concernant tous ceux qui ont écrit ou qui écriront, eux qui tous se déclarent compétents sur ce qui fait l’objet de mes préoccupations (spoudazô), soit qu’ils en aient entendu parler par moi ou par d’autres, soit qu’ils prétendent en avoir fait eux-mêmes la découverte ; ces gens, c’est du moins mon avis, ne peuvent rien comprendre en la matière. Là-dessus, en tout cas, de moi en tout cas, il n’y a aucun ouvrage écrit (súggramma), et il n’y en aura même jamais, car il s’agit là d’un savoir qui ne peut absolument pas être formulé de la même façon que les autres savoirs, mais qui, à la suite d’une longue familiarité avec l’activité en quoi il consiste, et lorsqu’on y a consacré sa vie, soudain, à la façon de la lumière qui jaillit d’une étincelle qui bondit, se produit dans l’âme et s’accroît désormais tout seul» (341b7-d2, ma traduction). En donnant, comme A. Szlezák un sens très large à súggramma, c’est-à-dire «tout écrit en prose», R, Knab voit dans le passage considéré une critique radicale de l’écriture, qui s’oppose au spoudazô que l’on trouve au début du passage, et qui ferait référence au contenu des doctrines non écrites. Mais sur l’un et l’autre termes, le commentaire se borne à renvoyer à ce qu’a dit A. Szlezàk. Bref ce travail n’est pas mauvais, mais il manque d’originalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Brisson, « Rainer Knab, Platons Siebter Brief. Einleitung, Text, Übersetzung, Kommentar », Études platoniciennes, 5 | 2008, 140.

Référence électronique

Luc Brisson, « Rainer Knab, Platons Siebter Brief. Einleitung, Text, Übersetzung, Kommentar », Études platoniciennes [En ligne], 5 | 2008, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 22 mars 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/852

Haut de page

Auteur

Luc Brisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org