Navigation – Plan du site
Bulletin platonicien VII
Commentaires aux dialogues de Platon

M. van Ackeren (éd.), Platon Verstehen. Themen und Perspektiven

Francisco L. Lisi
p. 149-151
Référence(s) :

van Ackeren, Marcel (éd.), Platon Verstehen. Themen und Perspektiven. Wissenschaftliche Buchgesellschaft, Darmstadt, 2004, 316 p. ISBN 3-534-17442-9

Texte intégral

1Le volume édité par van Ackeren présente 14 articles en langue allemande qui considèrent la philosophie platonicienne à partir de différentes approches de recherche (Forschungsperspektiven, p. 7). L’éditeur souhaitait ainsi offrir un panorama sur la philosophie platonicienne qui propose une mosaïque des différentes interprétations de Platon. À l’époque du ‘politiquement correct’, il est naturel qu’apparaisse aussi dans le champ des sciences humaines l’idée que toutes les interprétations sont possibles et également acceptables. Ce n’est plus la critique, mais le consensus et la tolérance qui sont maintenant les valeurs en vogue. On peut se demander si une image de Platon forgée à partir d’interprétations contradictoires ne risque pas d’être un miroir déformé, voire de manquer de l’unité qu’exige sa simple existence. Assurément, le ‘politiquement correct’ ne coïncide pas avec le philologiquement ou le scientifiquement correct. Cela ne signifie certes pas qu’il faille censurer, comme c’est souvent le cas, les interprétations qui ne s’accordent pas avec la sienne propre, et cela n’interdit pas non plus que ces mêmes interprétations ne puissent être une étape de grande importance dans le processus d’élaboration de ses propres hypothèses. Voilà qui ne signifie pas pour autant que toutes les interprétations soient également valides et que la sélection entre celles-ci soit davantage une question de goût que de vérité (bien que ce mot désigne une réalité d’une grande complexité). Ces observations sur un aspect très important de la recherche platonicienne sont certes incidentes au moment d’examiner le présent volume, mais elles permettent toutefois d’expliquer son manque d’unité.

2À peu d’exceptions, la majorité des travaux ici présentés adhère à une vision des dialogues très en vogue dans la recherche anglo-saxonne et selon laquelle les dialogues constitueraient autant de témoins de la biographie intellectuelle de Platon. Les trois premières contributions sont consacrées à l’analyse de trois dialogues de la première période. Le volume s’ouvre sur un article de E. Heitsch sur l’Euthyphron (11-21). Selon H., la définition de la piété comme ce qui est aimé des dieux est exemplifiée dans l’Apologie par l’attitude de Socrate qui exhorte les hommes à la conscience de leur propre imperfection. D. Cürsgen pense que l’Euthydème esquisse des sujets qu’on trouvera dans l’œuvre postérieure : la recherche du vrai bien et de l’art politique (22-38). E. Halper (39-56) analyse le rapport entre la forme narrative et l’argument du Protagoras et souligne que l’action des personnages a aussi une valeur dans l’argumentation. Dialogue et argument se trouvent indissolublement unis et expriment une vérité qui est une agrégation de contradictions.

3Quatre articles considèrent trois dialogues de la période de la maturité : le Banquet, la République et le Phèdre. O. F. Summerell (69-91) ajoute sa contribution à l’histoire des interprétations de la fameuse comparaison de la transmission du savoir avec l’écoulement du liquide d’un verre plein à un autre vide par le moyen d’un fil de laine 175d3-e6 : elle exprime à ses yeux la fonction de l’amour dans la réalité comme fil qui trame le tissu des rapports humains et de la connaissance. Dans l’un des deux articles consacrés à la République, l’éditeur du volume (93-110) examine la différence entre connaissance et opinion, exposée au cinquième livre. Van Ackeren plaide pour ce qu’il appelle une version non dogmatique de l’interprétation traditionnelle, fondée sur la théorie des deux mondes. Comme les Formes valent aussi bien pour l’être que pour le devenir, on peut en faire usage dans la vie pratique. Pourtant, v. A. croit que Platon n’avait pas trouvé de solution à ce problème dans les dialogues de la période de la maturité. Il est par conséquent tout à fait surprenant que Platon ait écrit l’œuvre la plus importante de sa philosophie politique en la fondant sur un problème qu’il n’était pas encore capable de résoudre avec certitude. La contribution la plus intéressante est celle de B. Strobel (111-134) qui fait un développement critique de l’interprétation de G. Santas et arrive à la conclusion qu’il est possible de trouver dans les livres centraux de la République l’identification entre le Bien et l’Un qu’Aristote et la tradition indirecte attribuent à Platon. B. Effe analyse un aspect secondaire du Phèdre, l’amour homosexuel et la pédérastie (135-146). Pour E., le passage de 256b-d présente une exception au refus de Platon des pratiques homoérotiques habituelles dans la société grecque. E. utilise le passage pour tirer des conclusions sur les rapports entre Platon et Dion. E. est conscient que son interprétation biographique du passage peut être considérée comme anachronique et discutable. En plus d’avoir de grandes réserves sur la rectitude de l’exégèse qu’E. fait du passage, l’auteur de ce compte-rendu fait partie de ceux qui considèrent que de telles interprétations ignorent complètement le contexte historique dans lequel les dialogues ont été écrits.

4Deux contributions sont consacrées à la période « tardive » : l’article de D. Frede sur la dialectique de Platon dans cette période (147-167) et le travail de Ch. Horn sur le socratisme de l’excursus sur les fondements du droit pénal du neuvième livre des Lois (168-182). L’article de Frede appartient aussi aux interprétations fortement anachroniques des dialogues de Platon. Même si est elle très répandue, particulièrement depuis le XIXe siècle, l’étude des dialogues comme témoignage sur les questions que Platon n’aurait pas résolues et comme tentative d’esquisser un développement sur le fondement de ces lacunes reste erronée. Ainsi, l’interprétation de l’âme du monde comme entrelacement des concepts fondamentaux (‘fundamentale Reflexionsbegriffe’, 160) dans leur forme pure, les Idées de l’Être, de l’Identité et de la Différence et de leur application aux objets du monde sensible peut difficilement trouver une base textuelle. L’objection la plus claire que l’on peut faire à cette version réductrice de l’interprétation traditionnelle est que le mot Idée n’apparaît point dans le passage en question et on ne semble pas y trouver non plus d’allusion aux objets sensibles. Il se peut que le mot «Ideenschau» ait une couleur mystique qui ne plaise pas à Mme Frede, mais il reste qu’elle est la traduction littérale d’une expression dont Platon fait un usage très fréquent pour exprimer le contact de l’intellect avec les Idées, et surtout avec le principe suprême : il est très difficile d’expliquer cela comme un simple «Begriff». La contribution de Horn veut également indiquer un décalage entre thèses du Protagoras qu’on suppose ‘intellectualistes’ et la théorie des Lois qui serait le résultat de l’adaptation de la doctrine à la praxis pénale. H. répète la thèse habituelle selon laquelle Platon n’a pas un vrai principe de volonté qui peut expliquer le mal dans l’action éthique.

5Les trois articles suivants scrutent des sujets en rapport avec l’éthique, la rhétorique et la connaissance Platon. J. Szaif (183-209), dans une contribution remarquable, examine le rapport entre vérité et intellect dans la doctrine de la vertu platonicienne, sur la base de deux passages du livre VI de la République et la psychologie du Timée. Il met en rapport la vérité avec la mesure (enmetria). M. M. Meyer (210-235) considère Platon comme l’inventeur du terme ‘rhétorique’ : ceci lui aurait permis d’une part de considérer comme un tout le corpus des orateurs et de critiquer leur auteurs et, d’autre part, de fonder une rhétorique philosophique. J. Hardy (236-262) décrit le processus par lequel Socrate et ses compagnons parviennent à la connaissance des Idées comme connaissance parfaite. Enfin, dans un article destiné à clarifier les rapports de la doctrine non écrite avec la tradition platonicienne, J. Halfwassen considère Platon comme le fondateur de la tradition hénologique et de la théologie négative.

6Ce volume présente des travaux très divers, de valeur inégale, consacrés à des sujets trop variés et pas assez centraux pour offrir un panorama des différents courants d’interprétation relativement aux principes problèmes. Sa intérêt réside néanmoins dans le fait qu’il procure, dans plusieurs cas, une présentation condensée d’opinions que les auteurs ont déjà exprimées ailleurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francisco L. Lisi, « M. van Ackeren (éd.), Platon Verstehen. Themen und Perspektiven  », Études platoniciennes, 5 | 2008, 149-151.

Référence électronique

Francisco L. Lisi, « M. van Ackeren (éd.), Platon Verstehen. Themen und Perspektiven  », Études platoniciennes [En ligne], 5 | 2008, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/861

Haut de page

Auteur

Francisco L. Lisi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études Platoniciennes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Revues.org