Navigation – Plan du site
Bulletin platonicien VI
Commentaires aux dialogues de Platon

P. Pontier, Trouble et ordre chez Platon et Xénophon

Arnaud Macé
p. 383-387
Référence(s) :

Pierre Pontier, Trouble et ordre chez Platon et Xénophon, Paris, Vrin, 2006, 528 p

Texte intégral

1Par delà la question socratique et les thèmes bien connus autour desquels se joue depuis deux siècles la comparaison des œuvres de Platon et Xénophon en vue de l’évaluation de leurs témoignages respectifs sur l’homme qui fut leur commun mentor, le présent ouvrage prouve la fécondité qu’il y a ouvrir des chantiers comparatistes beaucoup plus larges à propos de ces deux auteurs – y compris du reste pour renouveler l’étude de la question socratique. Pierre Pontier entreprend de faire apparaître la place prépondérante du thème de l’ordre et du désordre chez les deux auteurs, en procédant à l’analyse précise du vocabulaire où se traduisent ces idées. Les convergences lexicales, minutieusement établies, donnent une assise solide à l’entreprise, qui parvient à établir de multiples convergences et divergences circonstanciées entre les deux œuvres, stimulant ainsi le dialogue entre celles-ci.

2Première convergence : la richesse et la récurrence du vocabulaire du désordre chez les deux auteurs manifestent la source de la philosophie de l’ordre qui anime les deux corpus : la perception de l’omniprésence du trouble, du tumulte, à laquelle la première partie de l’ouvrage est consacrée. L’enquête de l’auteur trouve, au premier chapitre, son fondement lexical dans l’analyse de l’emploi de θόρυβος, ταραχὴ, ἀταξία, ἀκοσμία, et des termes apparentés. Θόρυβος dit le désordre des groupes humains, leur tapage, que Platon perçoit d’abord dans les assemblées démocratiques et Xénophon, le soldat, dans les armées. La ταραχὴ désigne le versant passif de ces mêmes phénomènes, le trouble subit par les foules qui s’agitent ; l’auteur marque la caractère plus visuel de ce terme, par contraste avec le caractère plus auditif du θόρυβος. L’ἀταξία et l’ἀκοσμία s’opposent l'une à l'autre comme l’expression d’un désordre concret à celle d’un désordre plus abstrait : le premier manifeste la débandade de l’armée chez Xénophon, les infractions et les troubles civiques chez Platon ; le second, peu attesté avant nos deux auteurs, désigne notamment l’indiscipline. Les relations de ces termes avec le vocabulaire de l’affection (πάθη, πάθημα, παθήματα), de la maladie (νόσος, νόσημα), de l’impureté, de la souillure (μίασμα), permettent d’éclairer le contexte médical de l’emploi de ces termes à l’époque où Platon et Xénophon en font usage. Platon et Xénophon ont recours au vocabulaire de la purification (κάθαρσις, καθαρμός) pour désigner le retour à l’ordre après le trouble.

3Le deuxième chapitre se tourne vers un aspect important du constat du trouble chez les deux auteurs, dans leur description de l’histoire de leur société. Xénophon, dans les Helléniques, décrit trois formes de trouble, correspondant aux trois étapes de l’ouvrage : la stasis athénienne des deux premiers livres (le terme apparaît au début du livre III pour désigner la guerre civile athénienne), le malheur (πάθος) des désastres militaires qui marquent l’histoire spartiate qui débute au livre III (jusqu’à la défaite de Leuctres), le trouble (ταραχὴ) politique qui résulte de la prise de Cadmée et de Mantinée. L’A. suit parallèlement la description par Platon du trouble dans le cadre du récit historique : à travers le constat pessimiste de la corruption généralisée dans la lettre VII, la récit de la grandeur et de la décadence d’Athènes et de la Perse au livre III des Lois, le récit atlante (voir p. 75-80 la description de la traduction géographique du désordre historique, la corruption du paysage traduisant la décadence politique). La suite du chapitre se concentre sur l’analyse de la guerre civile et sa description en termes de désordre et de trouble, dans les Helléniques et dans les révolutions platoniciennes, notamment au livre VIII de la République – où les troubles des luttes intestines se lit non seulement dans les cités mais encore dans les âmes tiraillées des citoyens. Enfin, l’A. expose la façon dont Platon et Xénophon lient la discussion des types de régimes politiques à la question de leur instabilité et de leur vulnérabilité à la corruption. Chez les deux auteurs la démocratie, l’oligarchie et la tyrannie présentent l’instabilité la plus grande. La description platonicienne de la société démocratique ait particulièrement riche en formes de désordre.

4Le troisième chapitre manifeste une autre convergence entre les deux auteurs : la recherche, la désignation et la description des fauteurs de troubles. Il s’agit soit de groupes sociaux (ainsi le rôle de la jeunesse au livre VIII de la République, de la populace et de son dérèglement, décrite et stigmatisée par les deux auteurs, et aussi celui des femmes – même si le propos est plus modéré eu égard à celles-ci, là encore chez les deux auteurs) ou éthniques (l’étranger, les vices des différents peuples), soit de groupes professionnels (bien sûr les sophistes chez Platon, mais aussi la philosophie présocratique accusée dans le Phédon de jeter l’âme dans le trouble), ou des figures (le tyran) et des personnages : ainsi tout particulièrement Ménon et Alcibiade, figures par qui le désordre arrive chez les deux auteurs. La démonstration de cette première partie est convaincante : sans forcer les convergences, sans masquer les divergences et les nuances, Pierre Pontier établi le souci commun qui s’impose aux deux auteurs sous la forme du constat de l’omniprésence du désordre dans la société de leur temps et dans l’histoire récente de leur cité. L’auteur remarque en outre une évolution dans l’expression de ce constat : Platon témoigne d’une virulence moins grande entre le portrait de la démocratie athénienne de la République et celui, plus distant, du tumulte de la « théâtrocratie » dans les Lois. L’A. a la prudence de ne pas en tirer de conclusions directes sur une évolution de la pensée politique de Platon, que l’étude linguistique ne suffirait pas en effet à motiver : il faudrait pour cela étudier la philosophie politique platonicienne pour elle-même. L’A. rapporte plutôt, avec justesse, la virulence de la République et la vive perception du désordre des Helléniques à l’empreinte de l’histoire : ces deux oeuvres résonnent du tumulte des événements qui ont secoué Athènes à la fin du Ve siècle, tandis que la Cyropédie et les Lois marquent un élargissement des notions et l’approfondissement d’une pensée de l’ordre, à même de répondre à l’omniprésence du désordre qui envahissait sur un mode plus pressant les oeuvres précédentes.

5Les deux parties qui suivent mettent en oeuvre la réponse des deux auteurs à ce constat. La deuxième partie décrit le fait que Platon et Xénophon présentent tous deux l’héritage de leur maître Socrate comme une méthode qui permet à la fois de faire état du désordre, de déployer un « discours de l’ordre », et même une « rhétorique de l’ordre », consistant à mettre en avant les critères d’un nouvel ordre possible. La troisième partie décrit l’instauration de cette ordre nouveau : dans le mythe, d’abord, et dans la cité ensuite.

6Ce n’est pas le moindre des bénéfices de cette enquête sur l’ordre et le désordre à travers les deux corpus que de donner de nouveaux éléments d’unité à la perception du personnage de Socrate chez les deux auteurs. On a affaire à un nouveau paradoxe socratique : Socrate, dans les deux oeuvres, trouble le partage entre ordre et désordre, apparaissant tout à la fois comme facteur de trouble et restaurateur de l’ordre. Le premier chapitre de la deuxième partie commence par un constat parallèle, malgré les divergences, entre les deux oeuvres. L’extériorité de Socrate à la société de son temps, son manque de manières, son ἀτοπία (belle analyse des emplois de ce terme peu utilisé au Ve et dont l’usage platonicien marque bien l’extravagance socratique et le caractère inattendu de ses interventions, voir de ses apparitions), sont sources de trouble chez ses interlocuteurs. Les deux Apologies soulignent, chacune à leur manière, ce fait. Tandis que Xénophon s’en tient à enregistrer l’animosité suscitée par son maître, Platon approfondit, dans ses dialogues, la confusion que Socrate suscite : il le montre ainsi accusé de malveillance, de vouloir nuire au raisonnement de son interlocuteur – il provoque même la défiance chez les proches qui l’accompagnent dans sa dernière nuit, dans le Phédon. Ce même chapitre tend le paradoxe en parcourant la façon dont les deux auteurs marquent la capacité de Socrate à résister au désordre : à la pression de la foule lors de l’affaire des Arginuses ou de son procès, à la débandade de l’armée (c’est Platon, cette fois, qui insiste sur la sereine bravoure militaire de Socrate sur le champ de bataille, son impassibilité protectrice ; le soldat Xénophon est plus discret sur les faits d’armes de son maître). Deux stratégies différentes se déploient alors sur la base de ce commun constat : Platon insiste sur l’ἀτοπία de Socrate, en fait une extériorité féconde, celle qui le rend capable d’aiguillonner la cité (Apo. 30a), tandis que Xénophon tente de le remettre au centre de la cité, insistant sur le fait que Socrate a toujours agit « au grand jour », aimant le peuple, et se faisant dans tous les cas, ainsi encore dans l’affaire de Léon de Salamine, l’incarnation de la loi au milieu du désordre général. Ce chapitre s’achève ensuite sur la description de la dialectique socratique, par Platon et Xénophon, comme procédure conduisant du désordre (qu’elle sait elle-même susciter) à l’ordre.

7Sur le fondement de l’analyse lexicale des occurrences de κόσμος et de τάξις ainsi que de leurs dérivés, les deux autres chapitres de cette partie suivent la mise en place d’un discours de l’ordre, tout particulièrement dans le Gorgias et dans l’Economique (ch. V), avant de suivre le développement d’un véritable manifeste de l’ordre, dans les Lois et dans la Cyropédie (ch. VI) – nouvel ordre fondé sur le discours militaire et l’homme providentiel chez Xénophon, sur l’ordre que le philosophe-roi lui-même ordonné par son éducation peut instaurer, chez Platon. La dernière partie de l’ouvrage permet de suivre pas à pas l’instauration d’un nouvel ordre : par l’éducation (chapitre VII), par le mythe (VIII), par la réforme politique (IX). La maîtrise de l’espace apparaît, malgré les divergences, comme un élément commun à la réalisation de l’ordre, s’il on suit le jeu de références croisées qui s’établissent entre la République, qui ne situe sa cité dans aucun espace physique précis, la Cyropédie qui en prend le contre-pied, et les Lois, qui, tout en critiquant la Cyropédie au livre III, en prolongent l’insistance sur la mise en ordre spatiale. Cyrus maîtrise l’espace, prend possession de l’espace public, maîtrise la foule au centre de laquelle il apparaît en lui imposant un ordre nouveau – il marque même de son empreinte le paysage : ainsi l’organisation des jardins, le faste de robes et des défilés incarnent le nouvel ordre. C’est la conception militaire de l’ordre qui s’impose à la cité : d’une part à travers la logistique à laquelle est soumise le territoire en vue de la maîtrise des ressources et qui inspire la réorganisation administrative du pays vaincu, et d’autre part, de manière très significative, à travers la nécessité de rendre visible l’ordre et le désordre : la maîtrise de l’espace public fait immédiatement apparaître celui qui n’est pas là où il devrait être. Le pouvoir se configure alors comme surveillance, à travers le modèle de « l’œil du Roi ». L’auteur voit dans le modèle développé dans la Cyropédie une « utopie », mais retrouve dans les Poroi les mêmes principes appliqués à un projet de réforme pour Athènes, avec l’insistance sur la prise en compte concrète de l’espace, l’ordre de la cité reflétant celui de son armée. L’A. trace les éléments similaires dans les Lois : la maîtrise de l’espace et sa distribution, le remodelage de l’espace public pour réglementer davantage la vie privée, le recours aux activités qui donnent une visibilité à l’ordre politique, comme la danse et la gymnastique (on pourrait ainsi parler, chez les deux auteurs, d’une forme de politisation du sensible), enfin l’importance du modèle de la surveillance. A travers cette discussion, l’A. parachève en outre un fil tramé à travers l’ensemble de l’ouvrage : le dialogue des deux auteurs avec la forme d’ordre inspiré de Sparte, forme privilégiée mais avec laquelle une certaine distance est aussi prise dans les deux grandes oeuvres productrices d’ordre, la Cyropédie et les Lois.

8Pierre Pontier met une analyse sûre et patiente du lexique et des contextes d’usage des termes au service d’une vaste enquête qui fait la preuve du dialogue effectif des écritures platoniciennes et xénophontiennes : toutes deux animées d’une intuition commune sur le désordre qui les entourent, elles trament, chacune à leur manière, une perspective ordonnatrice qui innerve et unit des régions très diverses de chacune des oeuvres. L’effet de sens global est significatif – précisément aussi parce que l’A. a la prudence de ne pas le prolonger au-delà du raisonnable et d’en tirer des conclusions hâtives. Il démontre en tout cas la fécondité de ce thème et d’une telle méthode de comparaison entre les oeuvres de ces deux disciples de Socrate. Ce n’est peut-être pas là une mauvaise manière de renouveler la fameuse question socratique – notons ici que nous prenons nous-mêmes la liberté de poser une question sur laquelle l’A. reste quant à lui très prudent : et si c’était par une commune préoccupation pour de tels partages habités de manière paradoxale par Socrate, ainsi entre ordre et désordre, et pour les projets de réforme qu’ils sont susceptible d’inspirer, que se disait le mieux l’empreinte laissée par le vieil athénien sur ces deux ambitieux jeunes gens ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Macé, « P. Pontier, Trouble et ordre chez Platon et Xénophon  », Études platoniciennes, 4 | 2007, 383-387.

Référence électronique

Arnaud Macé, « P. Pontier, Trouble et ordre chez Platon et Xénophon  », Études platoniciennes [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 30 mars 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/931

Haut de page

Auteur

Arnaud Macé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org