Navigation – Plan du site
Bulletin platonicien VI
Commentaires aux dialogues de Platon

A. Eckl, Sprache und Logik bei Platon. Erster Teil : Logos, Name und Sache im Kratylos

Anne Merker
p. 399-400
Référence(s) :

Andreas Eckl, Sprache und Logik bei Platon. Erster Teil : Logos, Name und Sache im Kratylos, Würzburg, Königshausen & Neumann, 2003, 254 p.

Texte intégral

1L’ouvrage d’Andreas Eckl, qui livre là sa thèse d’habilitation, consiste en une étude linéaire du Cratyle, suivant pas à pas la progression de la double argumentation socratico-platonicienne envers le conventionnalisme et le naturalisme en matière de langage. L’auteur insiste sur l’intention de Socrate de dépasser et surmonter la radicalité de l’opposition des thèses représentées par Hermogène et Cratyle, si bien que les arguments déployés contre le conventionnalisme ne sont pas des arguments en faveur du naturalisme (p. 22), et qu’on ne saurait classer Platon dans l’un ou l’autre camp, ce que, selon l’auteur, les lecteurs du Cratyle auraient méconnu (p.19-20). A. Eckl tente de dégager la présence implicite dans le Cratyle d’une théorie du langage qui serait explicitement développée dans le Sophiste (p. 13), et dont on suppose, au vu de la n. 4 p. 13, qu’elle fera l’objet du tome II de l’étude entamée ici.

2L’introduction nous amène au texte du Cratyle par la considération que l’acte même de nommer, en dépit des apparences, n’est pas neutre, et imprime une première marque prédicative sur les choses ainsi qualifiées, ce que l’auteur illustre en note par une longue citation de Günther Anders analysant la dénomination «  arme atomique  » (Atomwaffe, n. 1, p. 9). L’auteur amène par là l’attention du lecteur sur le rôle que joue la norme et sa représentation au sein de l’acte de nommer, et l’importance d’une réflexion critique sur ce point.

3Le premier chapitre, «  Exposition du problème  », étudie le prologue du dialogue (pages 383-384 du Cratyle), et se livre à un rapprochement entre les termes μαντεία et μαθεῖν, μάθημα (p. 18) et entre σκώπτειν et σκοπεῖν, «  dont la ressemblance phonétique souligne l’opposition sémantique  » (p. 19). La tentative est séduisante dans la mesure où il s’agit du Cratyle, toutefois, la manière dont ces termes, ici extraits, sont inclus dans la totalité du passage relativise beaucoup la pertinence de ce rapprochement, qui est plus accidentel que l’effet d’une composition.

4Le second chapitre, «  La marque, différenciée en terme de vérité, imposée aux choses étantes au moyen de la désignation linguistique  » («  die Wahrheitsdifferente Prägung der “seienden Dinge” durch die sprachliche Bezeichnung  ») étudie le dialogue entre Socrate et Hermogène (pages 385 à 427 du Cratyle), en les complétant par deux incursions dans le Théétète et l’Euthydème. L’auteur essaie de montrer comment, selon lui, Socrate fait passer l’analyse d’une structure à deux termes, nom - chose, à une structure à trois termes, logos - nom - chose. Étant donnée l’importance accordée à la notion de logos, on peut s’étonner que l’auteur ait choisi résolument de laisser le terme dans l’indétermination, au prétexte que le Cratyle ne contient pas encore une théorie développée du logos (p. 13). Ce flou finit au fil des pages par être préjudiciable, surtout quand l’auteur met en œuvre une distinction entre logische Repräsentation et sprachliche Repräsentation (p. 231), où il semble assimiler rapidement logische à conceptuel (comme cela apparaît en particulier p. 244, «  den richtigen Begriff oder Logos des “Angelfischers”  »), alors que le terme logos, et ses dérivés par conséquent, signifie d’abord la parole, Sprache, et que le logos du pêcheur à la ligne est bien un énoncé sur ce pêcheur.

5Le troisième chapitre, «  La subordination de la marque linguistique à la détermination logique des “choses étantes”  » («  Die Unterordnung der sprachlichen Prägung unter die logische Bestimmung der “seienden Dinge”  ») étudie le dialogue entre Socrate et Cratyle (pages 428 à 440 du Cratyle), et montre la nécessaire limitation du naturalisme, en miroir de celle du conventionnalisme.

6La conclusion jette un bref aperçu sur la perspective qui s’ouvre à partir du Cratyle. Celui-ci, selon l’auteur, affirme à la fin de l’entretien, que pour la détermination de la relation qu’entretiennent la logique et le langage, une théorie doit être développée dans laquelle les conditions des représentations logiques seront prises pour thèmes, et cette théorie aurait été développée par Platon dans le Sophiste, qui donnerait à ces conditions la forme de concepts, l’auteur interprétant les μέγιστα γένη comme die höchsten Begriffe.

7L’auteur cite régulièrement le texte en grec, comme il se doit pour une étude linéaire, et on appréciera la qualité matérielle de ces citations, indemnes de ces coquilles et fautes d’accentuation si fréquentes ailleurs. Mais on peut s’étonner qu’A. Eckl ne traduise jamais lui-même les extraits produits, ni même ne retouche les traductions qu’il cite, sans compter que les extraits grecs cités des dialogues sont ceux de l’édition d’Oxford, datant au plus tôt de 1900, tandis que la traduction du Cratyle reproduite par l’auteur est celle de F. Schleiermacher, parue en 1824.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Merker, « A. Eckl, Sprache und Logik bei Platon. Erster Teil : Logos, Name und Sache im Kratylos », Études platoniciennes, 4 | 2007, 399-400.

Référence électronique

Anne Merker, « A. Eckl, Sprache und Logik bei Platon. Erster Teil : Logos, Name und Sache im Kratylos », Études platoniciennes [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/944

Haut de page

Auteur

Anne Merker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org