Navigation – Plan du site
Bulletin platonicien VI
Commentaires aux dialogues de Platon

A. Laks, Médiation et coercition, Pour une lecture des Lois de Platon

Laetitia Monteils-Laeng
p. 411-413
Référence(s) :

André Laks, Médiation et coercition, Pour une lecture des Lois de Platon, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2005.

Texte intégral

1L’ouvrage d’André Laks se divise en deux grandes parties  : la première («  Clefs pour une lecture  ») est consacrée au déploiement de la problématique propre aux Lois, balançant, comme le dit le titre, entre médiation et coercition, la seconde («  Tyrannie, lois et préambules  »), elle, est dévolue à une application systématique des éléments de ce problème à quelques extraits des Lois, que l’auteur compare à d’autres textes de Platon pour en révéler l’originalité. André Laks propose une lecture ayant pour but de produire du sens dans les méandres apparents que forment les Lois. L’ordre d’exposition se fait révélateur  : la «  médiation  » renvoie à la tentative de persuasion assumée par le préambule proposé avant la loi proprement dite, son pendant coercitif. Idéalement, la médiation assurée par le préambule devrait rendre inutile la coercition représentée par la loi, mais la coercition s’avère nécessaire.

2Le couple médiation/coercition rejoint le balancement entre «  noocratie  » et «  nomocratie  »  ; la cité dont parle Platon dans les Lois est habitée par des hommes que la raison ne peut gouverner spontanément. C’est à la lumière du rapport complémentaire entre intellect et loi que la position des Lois dans le corpus platonicien peut être déterminée  : si les Lois apparaissent comme le versant véritablement politique, se confrontant à la réalité de la cité, de la République et du Politique, elles ne présentent pas moins un glissement depuis le «  meilleur  » vers le «  meilleur par défaut  », ce qu’André Laks montre dans son chapitre «  Constitution et citoyenneté  ». La nouveauté des Lois est dans la prise en compte de l’assentiment du citoyen en politique et des ménagements que cela implique, d’où l’importance du préambule, en lequel Platon, de manière utopique, voit l’horizon d’une discussion rationnelle entre le législateur et le citoyen.

3La constitution telle qu’elle est pensée par Platon est traversée par deux exigences, épistémique et relationnelle  : la connaissance qui est fondement de la compétence des gardiens ne saurait se passer de l’assentiment des citoyens, ce qui n’est assumé que dans les Lois. C’est une liberté placée sous l’autorité authentique de la loi qui est celle du citoyen de Magnésie. Les principes de compétence et de représentation – qui garantit la participation du citoyen au pouvoir – traduisent l’association du compromis et de la contrainte qui traverse la législation platonicienne dans son ensemble. La même tension traverse l’éducation  : la persuasion-médiation est assurée par le préambule et elle fait écho à la loi-coercition. Parce qu’il est rationnellement impossible de légiférer sur toutes les actions possibles, et que cela peut s’avérer impertinent dans un domaine comme celui de la vie privée, Platon doit parfois substituer à la loi des énoncés intitulés «  les lois non écrites  », autrement appelées préambules. La justification du préambule est certes rhétorique, il agit sur les ressorts non-rationnels de l’âme par le biais de l’éloge et du blâme, mais elle est aussi philosophique, dans la mesure où les Lois sont traversées par une «  utopie législative  » qui fait de la législation, rappelons-le, l’horizon du dialogue philosophique. Néanmoins André Laks relativise cette utopie en mesurant l’écart qui existe entre la théorie du préambule et sa pratique  : en un sens le mythe dissout la frontière entre la menace et la persuasion car il reste essentiellement dissuasif par la violence qu’il suggère.

4La singularité des Lois est aussi dans les marques qu’y ont laissées les inflexions métaphysiques de Platon, qui tend à réduire le fossé entre l’être et le devenir, ainsi que l’épisode sicilien. Et pour André Laks, elles résident dans la remise en chantier d’une question laissée en grande partie inexplorée par la République, celle des conditions de possibilité de la cité juste.

  • 1 . Cette instance est localisée dans l’occurrence de logos dans les Lois en 644e4-6 : « Μιᾷ γάρ φησι (...)

5La politique de Platon est articulée à une anthropologie pessimiste et le texte de la marionnette (Lois, I, 644b6-645b3) placé en exergue de Médiation et coercition n’est pas sans le rappeler. André Laks choisit de lire la psychologie des Lois à la lumière de la tension entre contrainte et compromis qui semble sourdre dans la pensée politique de Platon  : c’est parce que l’homme est un rapport de force entre le rationnel et l’irrationnel qu’il est nécessaire de prendre en compte ce qu’il y a de proprement humain en lui, le plaisir. Et c’est pour cela que les Lois voient dans l’éducation le moyen de cultiver une possible convergence entre le rationnel et l’irrationnel (p. 48). André Laks pose la question d’une éventuelle évolution de la psychologie de Platon, dans l’appendice, «  sur la psychologie des Lois  »  : entre la République et les Lois, et propose, pour ce faire, une critique ciblée de l’ouvrage de Christopher Bobonich (Plato’s Utopia Recast. His later Psychology and Ethics, Oxford, Clarendon Press, 2002). Selon André Laks la position de Bobonich n’est pas sans poser de difficulté. Bobonich montre que la psychologie de Platon a subi une inflexion majeure dans les Lois, puisqu’il y abandonne la conception qui était celle de la République, où l’âme est tripartite et où chaque partie est dotée de fonctions psychiques propres. Dans les Lois le modèle «  homonculaire  » est laissé de côté, au profit d’un modèle faisant coexister des forces au sein de l’âme. Cette inflexion permet à Platon de penser quelque chose comme une conscience de soi1, instance qui permet à l’individu d’intervenir dans les conflits opposant les tendances de son âme. Mais pour André Laks cette instance n’est pas thématisée pour elle-même chez Platon, et pas plus dans les Lois que dans la République. Il en est de même pour le modèle «  homonculaire  »  : dans la République son emploi semble avoir une vocation simplement métaphorique, usage que Platon n’abandonne pas dans les Lois. Pour André Laks les Lois ne marquent pas un tournant radical dans la psychologie de Platon, dans la mesure où les forces ou les tractions «  sont fonctionnellement équivalents à des parties  » (p. 92). En cela, il s’inscrit dans la ligne d’interprétation qui est celle de Lloyd P. Gerson dans son article «  Akrasia and the divided soul in Plato’s Laws  » (Lloyd P. Gerson, «  Akrasia and the divided soul in Plato’s Laws  », Plato’s Laws  : from theory into practice, Proceedings of the VI Symposium Platonicum, edited by Samuel Scolnicov and Luc Brisson, International Plato Studies 15, Academia Verlag, Sankt Augustin, 2003, p. 149-154) qui critique lui-même l’article de Christopher Bobonich «  Akrasia and agency in Plato’s Laws and Republic  » (Archiv für Gerschichte der Philosophie 76, 1994, p. 3-36). Selon Christopher Bobonich, dans les Lois, les pathè agissent contre la raison, mais non à la manière qui est la leur dans la République, c’est-à-dire, «  agents like  », à la manière d’agents à part entière. Selon Lloyd P. Gerson ce qui désire en nous ce n’est pas l’epithumetikon mais la personne, qu’il s’agisse des Lois ou de la République. Pour Bobonich dans les Lois Platon abandonne ce qui était nécessaire à l’explication de l’akrasia dans la République, soit la partition de l’âme. Mais selon Gerson en plusieurs endroits les Lois (689a5-b7  ; 863e5-864b4) montrent que la partition de l’âme y est toujours d’actualité. L’identité de l’homme n’en reste pas moins concevable  : chacun d’entre nous est identique à son âme, le corps ou, bien plutôt, l’entité vivante, n’étant qu’un semblant de nous-même. Selon André Laks et Lloyd P. Gerson, il n’y a aucune raison valable de penser que Platon serait revenu dans les Lois sur la tripartition de l’âme incarnée, ainsi que sur l’identité de la personne avec la partie rationnelle.

Haut de page

Notes

1 . Cette instance est localisée dans l’occurrence de logos dans les Lois en 644e4-6 : « Μιᾷ γάρ φησιν ὁ λόγος δεῖν τῶν ἕλεων συνεπόmενον ἀεὶ καὶ mηδαmῇ ἀπολειπόmενον ἐκείνης, ἀνθέλκειν τοῖς ἄλλοις νεύροις ἕκαστον […] Il faut, déclare le raisonnement, que chacun obéisse constamment à une seule des tractions et ne la lâche en aucune circonstance, en résistant à la traction des autres nerfs. » (traduction Edouard des Places).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laetitia Monteils-Laeng, « A. Laks, Médiation et coercition, Pour une lecture des Lois de Platon », Études platoniciennes, 4 | 2007, 411-413.

Référence électronique

Laetitia Monteils-Laeng, « A. Laks, Médiation et coercition, Pour une lecture des Lois de Platon », Études platoniciennes [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/952

Haut de page

Auteur

Laetitia Monteils-Laeng

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org