Navigation – Plan du site
Bulletin platonicien VI
Tradition platonicienne : éditions, traductions et littérature secondaire

G. Aubry, Dieu sans la puissance, Dunamis et Energeia chez Aristote et chez Plotin

Alexandra Michalewski
p. 420-423
Référence(s) :

Gwenaëlle Aubry, Dieu sans la puissance, Dunamis et Energeia chez Aristote et chez Plotin, Paris, Vrin, «  Bibliothèque d’Histoire de la Philosophie  », 2007, 336p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est le premier volet d’une étude consacrée à l’histoire de la notion de puissance divine. Le parcours présenté ici, d’Aristote à Plotin, entend montrer la manière dont s’effectue la «  substitution  » de la «  puissance à l’acte dans la pensée du divin  » (p.12). Aristote y apparaît comme un moment fondateur, qui pose le Bien comme un principe sans puissance, tandis que Plotin, faisant du premier principe une « puissance de toutes choses  » (dunamis pantôn), représente un «  moment médian entre celui du bien sans puissance, et celui d’une puissance excédentaire au bien  » (p.13), comme ce sera le cas dans la pensée chrétienne d’un dieu créateur de valeurs. Selon l’A., la conception du divin «  sans puissance  » développée dans la Métaphysique repose sur une ontologie dont les concepts-clés sont ceux de l’«  en-puissance  » et de l’ «  en acte  »  : dans la mesure où ils permettent de penser tant la nature des substances sensibles que leur rapport au Premier Moteur, ils seraient au fondement d’une ontologie unifiée. L’examen du sens de la puissance est l’occasion de proposer une lecture des livres centraux de la Métaphysique, en montrant l’unité qui parcourt les livres Z H , mais aussi , présenté comme le point d’aboutissement de toutes les analyses menées antérieurement.

2La première partie de l’ouvrage, qui représente à elle seule les deux tiers de l’ouvrage, a pour projet de montrer que, dans la perspective aristotélicienne, l’ousia doit être comprise comme energeia et que ce concept est irréductible à celui de «  forme  » (eidos). Elle répond donc à un double enjeu  : faire la démonstration de l’unité théorique et philosophique de la Métaphysique, et l’inscrire comme un moment à part dans l’histoire du concept de puissance divine qui, définissant Dieu comme un acte pur, lui ôte toute forme de puissance. Cette perspective générale a un indéniable intérêt du point de vue de l’histoire de la philosophie, parce qu’elle permet de cerner le caractère tout à fait singulier et exceptionnel d’Aristote dans la pensée de la causalité divine. Elle a pourtant un revers, dans la mesure où l’A., au vu des contraintes éditoriales, est obligée de condenser la démonstration de plusieurs thèses importantes et de proposer sa lecture sans avoir toujours l’espace de la développer à partir des textes eux-mêmes.

3La définition de l’ousia comme energeia, qui apparaît au fil des livres centraux de la Métaphysique, constitue l’objet des chapitres II à V, où l’A. met en lumière l’unité et la cohérence des analyses aristotéliciennes. Le fil d’Ariane proposé est le suivant  : puissance et acte forment un couple conceptuel sur lequel repose l’unité de «  l’ousiologie  » aristotélicienne, à condition de les distinguer soigneusement de la matière et de la forme, l’hylémorphisme ne représentant qu’une étape encore imparfaite dans la pensée de l’unité de la substance. G. Aubry insiste sur deux différences qui existent entre l’acte et la forme  : l’acte peut exister à l’état séparé tandis que la forme est toujours liée à une matière (ce que souligne la fin du livre Z)  ; il possède une dimension axiologique qui apparaît véritablement au livre  (p. 64-65). L’acte, à la différence de la seule forme, permet de penser non seulement la détermination et la permanence, mais également le caractère individuel et séparé des substances (p. 87). La position de l’A. est originale  : la dunamis et l’energeia ne viennent pas simplement supplanter la matière et la forme, mais enrichir leur signification, et surtout, en montrer l’unité (p. 87)  : «  L’en-puissance c’est l’unité de la matière et de la forme vue du côté de la matière, l’acte, l’unité de la matière et de la forme vue du côté de la forme  » (p.86). Le présupposé de l’A. est que le concept de «  forme  », trop entaché de platonisme, est un point de vue «  abstrait  » sur l’ousia  ; il sert simplement de support à une élaboration philosophique qui prend en compte l’unité de la substance composée.

  • 1 D. Charles, «  Metaphysics  2  », in M. Frede, D. Charles (éditeurs), Aristotle’s Metaphysics Lamb (...)

4Une telle position apporte sans conteste une contribution intéressante au débat qui, depuis une vingtaine d’années, suscite à nouveau l’intérêt des spécialistes sur l’interprétation des «  livres centraux  » de la Métaphysique. Le concept de forme serait insuffisant pour rendre compte de l’unité de l’ousia sensible, mais également intelligible, puisque, comme le rappelle l’A. à de nombreuses reprises, jamais le Premier Moteur n’est qualifié de «  forme pure  ». Il est en revanche possible de penser un acte sans puissance. L’essentiel de la démonstration de G. Aubry repose sur l’analyse du livre  (objet du chapitre V)  : Le concept d’energeia, pouvant se dire aussi bien des substances sensibles que de la substance intelligible et permettant de penser le rapport causal du Bien à l’égard de celles-ci, joue comme un principe «  unificateur de l’ousiologie  » (p. 147). Cet aspect de l’analyse, qui est déterminant pour la cohérence de la première partie, aurait peut-être mérité le détour d’une confrontation avec des auteurs qui, tels David Charles1, ont tenté de montrer les limites de l’analogie comme mode d’unification.

5Le projet de la seconde partie est de montrer que la dunamis, qui a chez Plotin une double signification, est un concept clé pour comprendre l’unité du réel. Dans un premier moment, l’A. montre comment Plotin, revenant au sens de la dunamis qui est celui de République VI, comme puissance productrice, dissocie le Bien de l’acte en faisant de ce dernier le premier rejeton de la puissance infinie de l’Un-Bien (p. 224). Envisagé comme puissance productrice, le concept de dunamis, appliqué à l’Un, permet de résoudre les apories liées à la nature du principe, à la fois transcendant et cause. De la cause à l’effet, la puissance, comme une «  trace  » assure une continuité, en étant «  ce par quoi, sans s’incliner ni se perdre, le principe est présent dans son produit  » (p. 213). Ce modèle causal s’étend à l’ensemble de la procession, chaque réalité produisant une puissance dès lors qu’elle atteint son point de perfection. La dunamis de l’Un précède l’Intellect dont elle rend possible la genèse. La puissance apparaît alors comme «  un moment médian entre deux actes  »  : effet d’un «  acte premier et principe de l’acte second  » (p. 231). Or, l’A. fait remarquer à juste titre que Plotin refuse précisément de faire de l’Un un «  acte  » - préférant en parler en termes de dunamis pantôn - et propose de rebaptiser «  théorie des puissances  » ce que l’on appelle habituellement la «  doctrine des deux actes  » (p. 213). À partir de la p. 323, G. Aubry souligne la distinction qui existe entre le principe et sa puissance, cette dernière n’étant qu’un effet involontaire de la perfection principielle. Or, à ce propos, se pose un léger problème de terminologie. Tout en insistant sur cette différence, il arrive parfois à l’A. de désigner l’Un comme «  puissance  » - ainsi, au début de l’ouvrage (p. 12) alors qu’il est question de la «  caractérisation du Premier Principe comme dunamis pantôn   », il est dit que «  le premier principe, s’il est encore le Bien n’est plus acte, mais puissance  ». Cette incertitude s’enracine sans doute dans la philosophie de Plotin lui-même qui, précisément, n’établit pas systématiquement de séparation très nette entre l’Un et sa puissance, comme ce sera le cas chez les néoplatoniciens ultérieurs.

6Dans un second temps (chapitre VII), est examiné un autre sens de la dunamis, celui de l’en-puissance aristotélicienne, pour désigner l’activité non du producteur, mais du récepteur, à travers une analyse minutieuse et suivie du concept d’épitedeiotès qui est la «  réceptivité du participé à l’égard du participant  ». Rappelant que Plotin l’expose souvent à l’aide de l’image de la «  trace  » (qui servait également à dire l’effet de la puissance productrice), l’A. montre comment, au niveau de l’Intellect et de l’Âme, cette image porte en elle l’unité de ces deux «  moments  » (la procession et la conversion) que seule la pensée discursive et abstraite sépare pour les besoins de l’exposition.

7L’ouvrage donne à voir le passage, dans l’histoire de la notion de puissance divine, entre un «  dieu sans puissance  », qui n’est pas pour autant «  impuissant  » (p. 9), et un dieu au-delà de la puissance. Présentant en détail et avec précision la position aristotélicienne, l’A. nous rappelle qu’il faut cesser de croire que l’efficacité ne puisse être pensée que dans l’ordre de l’efficience (p. 207). Il existe une efficacité de l’acte, qui est d’être la fin de l’en-puissance. Est proposée ici une lecture de la Métaphysique qui lui restitue sa cohérence, et qui met au jour, à travers les concepts de l’ «  en-puissance  » et de l’ «  en acte  », les fondements une ontologie unifiée et axiologique. Au final, le premier volet de cette ambitieuse étude pose avec maîtrise et clarté les premiers jalons de l’histoire philosophique d’une notion fondamentale de la métaphysique occidentale.

Haut de page

Notes

1 D. Charles, «  Metaphysics  2  », in M. Frede, D. Charles (éditeurs), Aristotle’s Metaphysics Lambda, Oxford, Clarendon Press, 2000, p. 106.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Michalewski, « G. Aubry, Dieu sans la puissance, Dunamis et Energeia chez Aristote et chez Plotin », Études platoniciennes, 4 | 2007, 420-423.

Référence électronique

Alexandra Michalewski, « G. Aubry, Dieu sans la puissance, Dunamis et Energeia chez Aristote et chez Plotin », Études platoniciennes [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/958

Haut de page

Auteur

Alexandra Michalewski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org