Navigation – Plan du site
Bulletin platonicien VI
Tradition platonicienne : éditions, traductions et littérature secondaire

Plotino, Sulle virtú I 2 [19], Introduzione, testo greco, traduzione e commento di Giovanni Catapano

Richard Dufour
p. 423-425
Référence(s) :

Plotino, Sulle virtú I 2 [19], Introduzione, testo greco, traduzione e commento di Giovanni Catapano, Prefazione di John M. Rist, «  Greco, arabo, latino. Le vie del sapere  », 2, Pisa, Edizioni Plus, Pisa University Press, 2006, 246 p.

Texte intégral

1Spécialiste de l’éthique plotinienne, G. Catapano publie le premier commentaire suivi du traité Sur les vertus. Cet ouvrage comporte trois sections principales  : une introduction de cinquante pages, le texte grec et la traduction italienne, et enfin le commentaire de cent trente-sept pages. C’est un livre de qualité, où l’érudition et le souci du détail ne se démentent pas.

2L’introduction se divise en quatre parties. En premier lieu, elle détermine le contexte dans lequel le traité 19 fut écrit. Plotin l’aurait rédigé en 257 ou peu après. Puisque l’ordre chronologique des traités de Plotin, tel que le présente Porphyre, n’a pas lieu d’être mis en doute, Catapano examine brièvement les traités 17, 18, 20 et 21, afin de découvrir quelles étaient les préoccupations de Plotin à cette époque. Il en ressort que tous ces traités s’occupent de l’essence intelligible, surtout de la Forme et de son rapport avec l’âme. L’interprétation du traité 19 devra donc se faire, estime Catapano, à la lumière de ce contexte philosophique. En deuxième lieu, les structures thématique et argumentative du traité sont analysées. La problématique vient de Platon, Théétète 176a5-c2  : puisqu’il y aura toujours des maux ici-bas, il faut fuir là-bas, dans le monde divin, en se rendant semblable au dieu au moyen de la vertu. Plotin se demande alors quelle est la nature du dieu, c’est-à-dire si ce dieu possède lui-même la vertu. Il répond par la négative, car le dieu est au-delà de la vertu. La thèse que veut soutenir Plotin est donc que, grâce à la vertu, l’homme s’assimile à un dieu qui ne possède pas lui-même la vertu. Le principe de la participation n’est pas identique à ce qui en participe. En troisième lieu, Plotin se sert d’un certain nombre de sources au fil de son traité. Il y a d’abord les sources explicites, à savoir le Théétète et le Phédon, puis les allusions à la République et au Phèdre. Plotin répondrait notamment à l’objection du troisième homme, formulée en Parménide 132a-b, lorsqu’il soutient que le modèle n’est pas ce de quoi les copies participent, mais ce à cause de quoi ces copies participent d’une propriété commune  ; les copies s’assimilent au modèle, mais non vice versa. En quatrième et dernier lieu, la doctrine des degrés de vertu a connu une postérité éthique énorme dans le néoplatonisme et chez les médiévaux. Porphyre est le premier à l’avoir reprise dans ses Sentences. Jamblique, Proclus et Damascius l’ont aussi reprise, en y ajoutant des degrés. Chez les médiévaux, Thomas d’Aquin et Bonaventure s’en sont eux aussi servi.

3Un plan schématique et détaillé du traité précède le texte grec et la traduction italienne. Le texte traduit est celui de l’editio minor de P. Henry et H.-R. Schwyzer, avec certaines modifications tirées des Addenda à l’editior maior et minor, et de l’article de H.-R. Schwyzer («  Corrigenda ad Plotini textum  », Museum Helveticum, 44, 1987, p. 191-210). Cinq modifications ont été apportées au texte de l’editio minor (en 4, 3-5  ; 4, 26  ; 5, 2  ; 5, 24-25 et 7, 2). Elles ont toutes déjà été proposées par au moins un éditeur précédent. Un apparat critique complet est fourni, lequel est plus détaillé que celui de Henry-Schwyzer. Catapano a eu la patience de colliger les variantes défendues par les éditeurs, par les traducteurs et par les commentateurs modernes du traité 19. Un grand nombre d’indications ne figurent pas chez Henry-Schwyzer. La reproduction de l’apparat de l’editio minor est sans faute, à une exception près  : l’apparat au chapitre 3, lignes 1 à 18 fait défaut. Catapano a oublié les indications sur le début du chapitre 3, qui figurent au bas de la page 58 de l’editio minor. La traduction italienne est excellente. Elle suit de près le grec tout en restant agréable à lire. Peu de remarques peuvent lui être adressées. Le ­τούτῳ en 1, 9 renvoie au τῷ ἐν ταύτῃ ἡγουμένῳ de 1, 8  : nous nous assimilons à la partie directrice de l’âme du monde et non, comme Catapano le traduit, «  a questo dio  ». En 6, 12, les crochets obliques ne sont pas nécessaires dans la traduction, puisqu’ils ne correspondent à rien dans le texte grec. Soit on enlève ces crochets, soit on en ajoute de part et d’autre du καὶ φρόνησις.

4Le commentaire est très détaillé et complet. Catapano reprend le traité ligne à ligne, et souvent mot à mot. Le lecteur se trouve parfois submergé par la quantité d’informations, qui semble à l’occasion excessive. Par exemple, en 1, 1-5, le commentaire réfère à 182 pages de littérature secondaire et à deux articles entiers, auxquels s’ajoutent 22 passages chez Plotin. Il est heureux que ces excès demeurent relativement rares. La profusion des références peut quand même s’avérer utile, lorsque le commentaire devient une sorte d’index. Les notes à 1, 6  ; 1, 7-8 et à 4, 19, par exemple, recensent systématiquement la présence chez Plotin de certains thèmes  : les réalités que Plotin qualifie de «  dieux  », les différentes façon de dénommer l’âme du monde ou le type de réalités que contemple l’âme. L’abondance des références à la littérature secondaire forme, quant à elle, des micro-bibliographies, comme en 4, 1. C’est aussi dans le commentaire que se trouve, en 1, 19-21, la liste des hapax contenu dans le traité 19. Cela dit, Catapano a fait de l’excellent travail et son analyse est minutieuse. Son commentaire plaira notamment aux amants de la philologie. Chaque leçon est soupesée, chaque variante analysée, chaque construction grammaticale ambiguë décortiquée. L’usage constant et la critique occasionnelle de l’ouvrage de Sleeman-Pollet (J.H. Sleeman et G. Pollet, Lexicon Plotinianum, Leiden, Louvain, 1980) ressort particulièrement. Catapano est l’un des rares à avoir remarqué l’erreur d’accentuation commise par Henry-Schwyzer en 5, 19-20 (εἴ δ͂ͅ ἄρα). Une importante discussion sur l’adjectif προτυπής, un hapax dans la littérature grecque, figure dans le commentaire à 5, 20. La φαντασία προτυπής serait une représentation qui vient à l’esprit indépendamment de la volonté, car elle est induite par la condition particulière dans laquelle se trouve notre corps et elle suscite une réaction instinctive hors de notre contrôle. Catapano discute longuement un autre hapax, ἀυλότης, en 7, 5.

5Le livre se termine sur une vaste bibliographie, sur un index des manuscrits, puis sur trois index  : index des noms antiques et médiévaux, index des noms modernes, et index des passages cités.

  • 1 . Ce n’était pas le cas dans le premier volume de cette collection : Plotino, Che cos’è l’essere vi (...)

6On ne peut que féliciter Catapano pour cet ouvrage. Il est d’une grande qualité tant formelle que matérielle. Le livre en soi est magnifique, avec une mise en page aérée et très peu de coquilles. L’éditeur a eu la bonne idée, cette fois, d’insérer dans la traduction les numéros de ligne qui correspondent au texte grec1.

Haut de page

Notes

1 . Ce n’était pas le cas dans le premier volume de cette collection : Plotino, Che cos’è l’essere vivente e che cos’è l’uomo ? I 1 [53], Introduzione, testo greco, traduzione e commento di Carlo Marzolo, Prefazione di Cristina D’Ancona, « Greco, arabo, latino. Le vie del sapere  », 1, Pisa, Edizioni Plus, Pisa University Press, 2006, 207 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Dufour, « Plotino, Sulle virtú I 2 [19], Introduzione, testo greco, traduzione e commento di Giovanni Catapano », Études platoniciennes, 4 | 2007, 423-425.

Référence électronique

Richard Dufour, « Plotino, Sulle virtú I 2 [19], Introduzione, testo greco, traduzione e commento di Giovanni Catapano », Études platoniciennes [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/959

Haut de page

Auteur

Richard Dufour

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org