Navigation – Plan du site
Bulletin platonicien VI
Tradition platonicienne : éditions, traductions et littérature secondaire

J. Wilberding, Plotinus’ Cosmology : A Study of Ennead II.1 (40)

Richard Dufour
p. 425-428
Référence(s) :

James Wilberding, Plotinus’ Cosmology : A Study of Ennead II.1 (40), Text, Translation, and Commentary, Oxford, Oxford University Press, 2006, 269 p.

Texte intégral

1Cette traduction commentée du traité 40 de Plotin était, à l’origine, une thèse de doctorat que l’auteur défendit en 2002 à l’Université de Chicago. Comme Wilberding (W. par la suite) l’indique dans ses Acknowledgements, son projet de publication a été devancée par la parution en 2003 de notre ouvrage sur le même sujet  : R. Dufour, Plotin, Sur le ciel [Ennéade II, 1 (40)], texte grec, traduction et commentaire, Paris, Vrin. W. en était à la pénultième version de son manuscrit lorsque ce volume fut disponible et il ne put véritablement en tenir compte. Sept références à notre ouvrage ont été ajoutées à la dernière minute, sans qu’il y ait une discussion de fond de ses thèses. W. exprime en revanche son opinion sur cet ouvrage dans un compte rendu publié dans Archiv für Geschichte der Philosophie, 86, 2004, p. 322-329. Ces deux traductions commentées ne font cependant pas double emploi, car l’emphase n’est pas mise sur les mêmes points et leurs analyses se complètent plus qu’elles ne s’opposent.

2L’introduction présente en premier lieu les doctrines cosmologiques de Platon, d’Aristote et des stoïciens dont la connaissance est requise pour comprendre le traité 40. Au lieu de paraphraser les œuvres de ces philosophes, W. résume les thèses les plus pertinentes de leur cosmologie, ainsi que les interprétations ou les difficultés qu’elles ont suscitées chez les commentateurs modernes. Il rappelle ainsi des passages, pour Platon, du Timée, du Phédon et de l’Épinomis   ; pour Aristote, du traité De la génération et de la corruption, du traité Du ciel, de la Physique et de la Métaphysique   ; pour les anciens stoïciens, des fragments qui ont survécu. L’introduction présente en second lieu une vue d’ensemble du traité 40. Encore une fois, W. évite la paraphrase et divise sa présentation par thème. Il discute, par exemple, de la permanence de l’univers, du ciel et des corps célestes  ; du mouvement naturel des éléments et de la constitution matérielle du ciel. Son analyse souligne que le feu aurait pour Plotin deux mouvements naturels, l’un en ligne droite et l’autre en cercle (p. 66-68). En outre, selon Plotin, l’âme du monde aurait sa partie directrice (command centre) dans la région céleste (p. 50-57). La question est importante et W. montre bien que l’âme du monde, même si elle se trouve partout dans l’univers, a dans les sphères son point de départ et l’actualisation de sa puissance.

3Viennent ensuite le texte grec et la traduction anglaise. Nous aurions apprécié que l’auteur insère auparavant un plan général du traité. Le plan du traité a en effet été morcelé dans le commentaire, dans la première note à chaque nouveau chapitre. C’est aussi à cet endroit, et non en début de volume avant l’introduction (p. xii), que l’on s’attendrait à trouver la liste des modifications apportées au texte grec de P. Henry et de H.-R. Schwyzer (H.-S.). À ce sujet, W. s’est montré prudent et n’a que peu modifié le texte. Notons toutefois que ce tableau synoptique est incomplet, car la modification faite au chap. 4, 14-15 n’y apparaît pas. Le texte grec est magnifiquement édité, avec un apparat critique complet, qui prend pour base celui de l’editio minor, auquel s’ajoute des remarques issues de l’editio maior, des addenda, de J. Igal et de W. L’apparat critique est soigné, mais contient trois erreurs. En 1, 10, le «  Y  » doit être minuscule, car il s’agit de la famille «  y  » et non du manuscrit «  Y  » (qui n’existe d’ailleurs pas dans la nomenclature de H.-S.). La correction en 1, 36 du καί en κατά est en effet admise par Schwyzer, dans «  Corrigenda ad Plotini textum  », Museum Helveticum, 44, 1987, p. 196, mais ce dernier la reprend de J. Igal, ce que W. explique dans son commentaire (p. 112) mais qu’il n’indique pas dans son apparat critique. En 2, 27, il faut ajouter l’indication «  ωξΘ  » après le ἀλλά. L’apparat des sources reprend celui de l’editio minor, avec une erreur  : en 4, 31, il faut lire II.9.4.17-18 et non II.9.9.17-18.

4La traduction est excellente et elle marque une amélioration en plusieurs points sur celles qui ont précédé. Peu de critiques peuvent lui y être adressées. W. tend parfois à sur-traduire lorsqu’il veut rendre l’argument plus clair. Par exemple, en 4, 14, au lieu de traduire «  ... seeing that the soul moves next to the best things (...)  », il écrit «  ... seeing that in the heaven the soul moves next to the best things (...)  », même si le texte grec n’indique rien de tel. De même, il traduit en 4, 30  : «  ... for the cause of elemental change perists (sic)  », alors que Plotin dit  : «  ... for the cause of change persists  ». Il est heureux que W. mette généralement ce genre d’addition entre crochets droits pour indiquer qu’il ajoute au sens explicite du texte grec. Mais ce n’est pas systématiquement le cas, car l’expression «  by the World-Soul  » en 4, 6 aurait dû être mise entre crochets, car Plotin ne mentionne aucune âme à cet endroit  : il évoque seulement «  ce qui domine  ». L’identité de ce qui domine n’est révélée qu’aux lignes suivantes, où il s’agit effectivement de l’âme du monde. Seule la traduction de deux passages mérite d’être discutée. En 3, 13-14, W. traduit  : «  Fire is swift and quick because it does not remain down here, just as earth [is immobile and plastic] because it does not remain above.  » Le texte grec ne dit en fait que ceci  : «  Fire is swift and quick because it does not remain down here, just as earth, because it does not remain above.  » W. estime que Plotin ne peut soutenir que la terre soit vive et rapide. C’est pourquoi il ajoute «  is immobile and plastic  ». Nous sommes d’accord avec lui, mais nous ne comprenons pas pour quelle raison il ne fait pas l’addition nécessaire au texte grec, celle que Igal a déjà suggérée et que W. défend dans son commentaire (p. 143). Les addenda de H.-S. mentionnent l’addition de Igal, mais ils supposent qu’il appartient au lecteur de suppléer mentalement ce qui fait défaut. À cela W. rétorque  : «  Yet this is a great deal to supply mentally, and Igal’s suggestion (...) is tempting  ». Aussi bien alors insérer la correction dans le texte. Ensuite, en 8, 10, W. traduit  : «  For it [i.e. sublunar fire] would change direction by its downward force before that heavenly fire could suffer anything (...)  ». En fait, le texte grec n’évoque ici aucune force qui tire le feu sublunaire vers le bas. C’est un ajout que fait W. à partir de 7, 38-39. Plus encore, cette traduction suit en réalité une modification que W. souhaiterait faire au texte grec, mais qu’il n’ose pas adopter. Il voudrait lire ῥόπη (direction) au lieu de ­ῥύμη (vitesse). Il conserve le texte de H.-S. en traduisant toutefois comme si on lisait ῥόπη. À notre connaissance, ῥύμη ne peut avoir le sens que W. souhaite lui donner. La traduction de ce passage est  : «  Car étant donné sa vitesse, le feu céleste dépassera le feu sublunaire avant qu’il n’ait pu en pâtir  ».

5Le commentaire occupe la majeure partie du livre et compte cent quarante pages. Chaque ligne du traité y est analysée en profondeur et avec une maîtrise impressionnante de la littérature secondaire. Plotin est à chaque fois mis en rapport avec la tradition platonicienne et, en général, avec la philosophie grecque ancienne. W. a fait une recherche de première qualité. Nous sommes d’accord avec la majorité de ses analyses ou, à défaut, plusieurs interprétations seraient acceptables. Deux remarques méritent toutefois d’être faites. En premier lieu, W. confronte souvent sa traduction à celles de ses prédécesseurs. Il est dommage qu’il n’ait pas utilisé la traduction espagnole par J. Igal, qui compte parmi les meilleures traductions modernes de Plotin ou qui, à tout le moins, surpasse plusieurs de celles qu’a consultées W. Les deux seules références à Igal sont des corrections textuelles glanées de manière indirecte chez H.-S. En second lieu, l’interprétation que W. donne du chapitre 3, lignes 13-19 paraît indéfendable. Dans ce passage, Plotin affirme en effet que le feu sublunaire monte jusque dans le ciel, où il s’établit. Or, la suite du traité montre que le feu céleste est différent du feu d’ici-bas et que le feu d’ici ne monte pas plus haut que la sphère lunaire. Refusant d’y voir une contradiction, W. suppose que Plotin, lorsqu’il évoque la montée du feu sublunaire jusqu’au ciel, fait un exposé quasi-mythique dans lequel il parlerait presque d’une création du ciel et qui se comparerait un peu à l’état de chaos précosmique dont parle le Timée platonicien (p. 142 et 147). W. refuse le sens obvie du texte et, «  for consistency’s sake  », propose une interprétation qui obscurcit tout le traité. À notre avis, le chapitre 3 du traité 40, qui reprend d’ailleurs la doctrine du traité 14 (II, 2), implique réellement que le feu d’ici-bas monte dans le ciel. Jusqu’à ce point, Plotin se contente de cette théorie. Mais la suite de son exposé le mène à trancher nettement entre le feu supralunaire et le feu sublunaire. Aucun lecteur ne comprendra que Plotin parle ici de manière quasi-mythique ou d’une sorte de chaos pré-cosmique. Il faudrait supposer que c’était déjà le cas dans le traité 14. Rien ne porte à croire qu’il en va ainsi. L’interprétation de W. complique beaucoup plus qu’elle n’explique la difficulté qu’elle veut résoudre.

6Une longue bibliographie suit, laquelle ne se limite pas aux ouvrages cités dans l’Introduction et dans le Commentaire. Deux indices closent le volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Dufour, « J. Wilberding, Plotinus’ Cosmology : A Study of Ennead II.1 (40) », Études platoniciennes, 4 | 2007, 425-428.

Référence électronique

Richard Dufour, « J. Wilberding, Plotinus’ Cosmology : A Study of Ennead II.1 (40) », Études platoniciennes [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/961

Haut de page

Auteur

Richard Dufour

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org