Navigation – Plan du site
Plotin
2. L'âme dans le monde

Le rang de l’âme du monde au sein des réalités intelligibles et son rôle cosmologique chez Plotin

Richard Dufour
p. 89-102

Texte intégral

  • 1 La fonction cognitive de l’âme du monde n’est chez Platon qu’un avatar de sa fonction motrice ; voi (...)
  • 2 Timée 38c-e et 40a.
  • 3 De l’âme I, 3, 406b26-407b26. Le Stagirite se moque de Platon et lui demande, entre autres, pour qu (...)
  • 4 Voir Chrys. fr. 639, 775, 777 et 829. Les références aux fragments stoïciens se font à la nouvelle (...)
  • 5 Dans Le Néoplatonisme, colloque de Royaumont, 9-13 juin 1969, « Collection internationale du CNRS » (...)
  • 6 J.-M. Charrue, op. cit., Belles Lettres, Paris, 1978, p. 139-155.

1Platon introduisit en philosophie la notion d’âme du monde. D’après le Timée, le monde possède une âme qui a pour fonction principale de justifier les mouvements réguliers des corps célestes1. Deux cercles composent l’âme du monde selon Platon : le cercle du Même, qui contient les étoiles fixes, et le cercle de l’Autre, qui se divise en sept cercles portant chacun l’une des sept planètes2. Les mouvements de ces cercles entraînent les astres, qui obéissent donc aux mouvements de l’âme du monde. Aristote attaqua cette doctrine3, alors que les stoïciens l’adaptèrent à leur système, car ils identifient l’âme du monde avec le dieu qui se répand dans l’univers entier4. S’en tenant à la tradition platonicienne, qui n’a pas fléchi sur ce point, Plotin affirme lui aussi qu’une âme gouverne le monde sensible. La version plotinienne de cette théorie n’a pas beaucoup retenu l’attention des commentateurs modernes. Les études sur l’âme du monde se comptent par dizaines quand il s’agit de Platon, mais elles se font rares quand il s’agit de Plotin. L’article fondamental reste celui de H.J. Blumenthal, « Soul, World-Soul and Individual Soul in Plotinus »5. Certaines monographies y consacrent quelques pages, par exemple celle de J.-M. Charrue, Plotin, lecteur de Platon6. La plupart des auteurs s’en tiennent à des généralités et n’exposent que ce qui est nécessaire à l’examen en cours. Le sujet mérite pourtant d’être approfondi, car en s’appropriant la notion d’âme du monde, Plotin la plie à sa propre métaphysique et à sa cosmologie, avec toutes les modifications doctrinales que cela implique. Puisqu’il défend une structure métaphysique hiérarchisée, il doit assigner un rang à l’âme du monde au sein des réalités intelligibles. Or la place qu’occupe cette âme dans l’organisation de la réalité détermine son rôle cosmologique. La présente étude abordera donc l’âme du monde par le biais du rang qu’elle occupe chez Plotin et de la fonction qu’elle a dans l’univers.

I. Le rang de l’âme du monde au sein des réalités intelligibles

  • 7 E. Zeller, Die Philosophie des Griechen in ihrer geschichtlichen Entwicklung, t. III, vol. II, 3e é (...)
  • 8 Op. cit. ; voir plus particulièrement p. 57-58
  • 9 8 (IV, 9), 1, 10-11. La première possibilité reprend la position stoïcienne, que Plotin réfute en 2 (...)
  • 10 8 (IV, 9), 4, 7-8. Les traductions du grec au français sont les nôtres et elles se basent sur le te (...)
  • 11 Ce sont les stoïciens ; voir supra, n. 9.
  • 12 27 (IV, 3), 2, 55-58.
  • 13 Ibid., 4, 14-16.Voir aussi 27 (IV, 3), 8, 2-3 : « Puisque toutes les âmes viennent de la même Âme, (...)

2Pour certains, comme E. Zeller et J. M. Rist7, l’âme du monde et l’âme hypostase ne seraient pour Plotin qu’une seule et même réalité. Cette interprétation, qui n’a plus cours aujourd’hui, fut décisivement réfutée par H. J. Blumenthal8. L’âme hypostase, l’âme du monde et les âmes individuelles sont différentes. Le traité 8 (IV, 9) explique quelle relation elles ont entre elles. Il suggère deux possibilités : 1) nos âmes viennent de l’âme de l’univers et elles n’en sont que des parties ; 2) l’âme de l’univers et nos âmes viennent d’une autre âme, qui est une9. Plotin choisit la seconde solution : « ... de sorte qu’il doit exister une âme unique, qui est antérieure, s’il est vrai qu’il existe une multiplicité d’âmes, et c’est d’elle que viennent les multiples âmes. »10. La même problématique apparaît dans le traité 27 (IV, 3), chapitres 1-8. Plotin y réfute ceux qui prétendent que nos âmes viennent de l’âme du monde11. Sans dévier de ce qu’il a exposé au traité 8, il affirme que sa doctrine sur l’âme universelle, c’est-à-dire l’âme hypostase, et sur les autres âmes implique que « l’âme universelle dont les parties sont de cette nature ne sera pas l’âme de quelque chose, mais elle existera en elle-même. Elle n’est donc absolument pas l’âme du monde, laquelle est aussi l’une des âmes particulières. »12. Il ajoute : « On pourrait supposer que cette chose unique se tient en elle-même sans tomber dans un corps et que, de cette chose unique, viennent ensuite toutes les âmes, celle du monde et les autres (...) »13. D’un côté, il y a l’âme totale qui contient toutes les âmes ; de l’autre, les âmes particulières parmi lesquelles figure l’âme du monde.

  • 14 8 (IV, 9), 5, 1-7. Ce thème fait l’objet des traités 22 et 23 (VI, 4-5), Sur la raison pour laquell (...)
  • 15 8 (IV, 9), 5, 7-10.
  • 16 Ibid., lignes 17-26.
  • 17 27 (IV, 3), 2, 50-56.
  • 18 Ibid., ligne 58.

3La question qui se pose alors et que H. J. Blumenthal n’aborde pas est de savoir comment ces âmes peuvent être des « parties » d’une âme unique. Plotin souhaite en effet que cette âme unique se donne tout entière à la pluralité, mais sans se diviser ni s’amoindrir14. Il propose deux analogies : « (1) Car la science forme un tout et possède des parties qui lui permettent de rester entière même si des parties viennent d’elle. (2) La semence aussi est un tout et les parties dans lesquelles elle est de nature à se diviser viennent d’elle. »15. Les âmes partielles, contenues dans l’âme totale, sont donc semblables aux théorèmes que contient une science : ils sont tous en acte en même temps, sans être isolés des autres ou de la science totale16.Au chapitre 2 du traité 27, qui revient sur cette question, Plotin nie que l’âme totale se divise en âmes partielles à la manière d’un corps, d’un nombre ou d’une figure. Il affirme en revanche que cette âme est comme une science qui se scinde en théorèmes17. De cette manière, « toutes les âmes seront des parties d’une seule âme »18.

  • 19 Nous avons abordé cette question dans « Actuality and Potentiality in Plotinus’ View of the Intelli (...)
  • 20 5 (V, 9), 6, 10-11.
  • 21 Ibid., 6, 12-15.
  • 22 Ibid., 8, 4-7.
  • 23 Ibid.
  • 24 27 (IV, 3), 2, 5-10 ; 54-59 ; 50 (III, 5), 3, 30-32.
  • 25 27 (IV, 3), 2, 57-58.

4L’analogie de la science qui contient tous les théorèmes est centrale dans la métaphysique plotinienne. Elle vaut autant pour l’Intellect que pour l’Âme19. Le traité 5 (V, 9) énumère trois analogies qui décrivent la nature de l’Intellect : le genre qui contient des espèces20 ; la semence qui contient en elle toutes les parties du vivant à venir21 ; la science qui contient tous les théorèmes22. Plotin soutient que « L’Intellect total est toutes les Formes, et chaque Forme est un intellect individuel, tout comme la science totale contient tous les théorèmes, chaque partie du tout n’étant pas distinct par le lieu, mais ayant une puissance particulière dans le tout. »23. La même explication revient au chapitre 20 du traité 43 (VI, 2), dans lequel le paradigme de la science et de ses parties exemplifie la manière dont l’Intellect est puissance des intellects partiels, alors que chaque intellect partiel est l’Intellect entier. Le cas de l’Intellect total et celui de l’Âme totale sont donc similaires, car il existe à chaque fois une totalité qui se répand dans une pluralité de parties sans perdre son unité ni son identité. La multiplicité d’âmes qui appartiennent à une même âme s’explique dans les mêmes termes que la multiplicité d’intellects qui sont contenus dans un même intellect. À l’instar de l’Intellect, l’Âme totale ne relève que de l’intelligible et n’a aucun contact avec le corps. Cette âme n’appartient à aucun corps, alors que l’âme du monde et les âmes individuelles gouvernent des corps24. L’âme du monde est donc une âme partielle au même titre que n’importe quelle autre âme individuelle qui agit dans le sensible25. Elle est une partie de l’âme universelle et tel est le rang qu’elle occupe au sein des réalités intelligibles.

  • 26 6 (IV, 8), 2, 32-33. Le mot ciel désigne dans ce contexte l’univers entier, voir R. Dufour, Plotin, (...)
  • 27 Ibid., 8, 13-14.
  • 28 Ibid., lignes 11-13.
  • 29 Ibid., ligne 14.
  • 30 Ibid., lignes 16-22.
  • 31 15 (III, 4), 4, 4-6.
  • 32 27 (IV, 3), 4, 21-23.
  • 33 Ibid., 9, 33-34.
  • 34 Ibid., 12, 11-12.
  • 35 28 (IV, 4), 25, 3-5.

5Plotin distingue deux parties dans l’âme du monde : une partie supérieure et une partie inférieure. Le traité 6 (IV, 8) affirme que la partie supérieure se trouve hors du monde sensible, alors que la partie inférieure est intérieure au monde : « ... par sa partie supérieure, l’âme du monde se trouve au-dessus du ciel, alors qu’elle envoie sa puissance dernière à l’intérieur du ciel »26. Il ajoute que l’âme du monde ordonne le sensible par la partie d’elle-même qui est orientée vers le corps27. Mais en quel sens, dans le traité 6, cette partie vient-elle dans l’univers sensible ? Appartient-elle au corps ? Descend-elle ici-bas ? Plotin admet que toutes les âmes possèdent une partie supérieure tournée vers l’Intellect, et une partie inférieure tournée vers le sensible28. De ce point de vue, l’âme du monde et les âmes particulières sont sur le même pied. Mais la partie inférieure de l’âme du monde, précise Plotin, ordonne le corps « en restant sans peine au-dessus de lui »29, alors que la partie inférieure des âmes individuelles avance plus profondément dans le corps, dont elle prend un soin constant30. Il semble donc que la puissance dernière de l’âme du monde, même si elle se trouve dans le ciel, ne descendrait pas, mais gouvernerait d’en haut. C’est la doctrine qui se dégage des traités postérieurs, qui vont cependant plus loin que le traité 6 : « Eh bien, l’âme du monde ne s’était pas même inclinée par la dernière de ses parties. Car elle n’était pas venue ni descendue, mais elle est en contact avec le corps du monde et, pour ainsi dire, l’illumine tout en restant immobile. »31 ; « L’âme du monde reste toujours en haut, parce qu’il ne lui appartient ni de descendre, même pas avec sa partie inférieure, ni de se tourner vers les choses d’ici-bas. »32 ; « Le monde ne peut causer aucun tort à l’âme qui s’en occupe, car c’est en restant là-haut qu’elle s’occupe de lui »33 ; « ... puisque l’âme du monde ne se tourne aucunement vers les choses d’ici-bas. »34 ; « Il appartient à l’âme du monde d’être toujours tournée vers les intelligibles. Même si elle pouvait avoir des sensations, cela ne se produirait pas, car elle est tournée vers les réalités supérieures. »35. Non seulement la partie inférieure de l’âme du monde ne descend pas dans le monde sensible, mais elle ne se tourne même plus vers lui. Le principe, énoncé au traité 6, selon lequel l’âme du monde, comme toutes les âmes, a une partie inférieure tournée vers le sensible finit donc par être désavoué. L’âme du monde est présente au monde et agit sur lui, mais sans y venir et sans le regarder.

  • 36 246b-c.
  • 37 Phèdre 246b7-c2.
  • 38 27 (IV, 3), 7, 16-20.
  • 39 33 (II, 9), 4, 1-2.
  • 40 2 (IV, 7), 13, 8-13.

6Plotin insiste sur ce point afin de résister, semble-t-il, à une interprétation qu’il juge erronée d’un passage du Phèdre, dans lequel Platon écrit que l’âme, lorsqu’elle perd ses ailes, tombe ici-bas et prend un corps de terre36. Cette métaphore ne concerne pas, selon Plotin, l’âme du monde : « L’âme parfaite, dit-[Platon], c’est-à-dire l’âme du monde, produit en ‘circulant dans les hauteurs’37 et sans descendre ; elle est comme emportée sur un char à travers le monde, et cette âme, s’il existe une âme parfaite, gouverne de cette manière. Lorsqu’il parle de ‘l’âme qui a perdu ses ailes’, [Platon] fait la différence entre cette âme et l’âme du monde. »38. Plotin s’adresse aux gnostiques, car ces derniers soutiennent que le monde vient à l’être suite à une « chute » de l’âme : « Mais s’ils en viennent à dire que c’est en quelque sorte ‘après avoir perdu ses ailes’ que l’âme a produit, ce n’est pas à l’âme de l’univers que cela arrive. »39. Plotin fait valoir contre eux que l’âme du monde, en toutes ses parties, demeure dans l’intelligible. L’âme du monde gouverne l’univers en restant extérieure à lui ; ce sont les âmes individuelles qui, lorsqu’elles désirent gouverner une partie du monde, se trouvent isolées et descendent dans cette partie, sans pourtant lui appartenir entièrement40.

  • 41 27 (IV, 3), 2, 5-10.
  • 42 50 (III, 5), 3, 30-32. Sur le plan du vocabulaire, on peut souligner qu’en 22 (VI, 4), 16, 13-17 Pl (...)

7Mais si l’âme du monde ne descend pas dans le monde sensible, en quoi se différencie-t-elle de l’âme totale, qui ne descend pas elle non plus ? C’est le lien qui existe entre l’âme du monde et le corps de l’univers qui permet de distinguer l’âme totale et l’âme du monde. L’âme totale n’est pas l’âme de quelque chose, ni du monde, ni d’un autre vivant41. En revanche, l’âme du monde n’est plus simplement « âme », car elle ordonne un corps42.

  • 43 52 (II, 3), 17, 15-17.

8La distinction entre une partie supérieure et une partie inférieure de l’âme du monde permet d’élucider certains passages du traité 40 (II, 1) et du traité 52 (II, 3). Commençons par deux extraits du traité 52. Le premier se lit comme suit : « Donc, l’Intellect fait un don à l’âme du monde ; et l’âme qui se trouve après l’Intellect donne une part d’elle-même à l’âme qui vient après elle en l’illuminant et en lui donnant une empreinte, et cette âme produit immédiatement, comme si elle en avait reçu l’ordre. »43. La difficulté de ce texte réside dans sa formulation trop elliptique. L’Intellect, dit Plotin, fait un don à l’âme du monde. Cette affirmation surprend, car Plotin semble oublier l’âme totale et place l’âme du monde à la suite immédiate de l’Intellect. En outre, quelle est l’âme qui se trouve après l’Intellect, celle qui donne une part d’elle-même à l’âme qui vient après elle ? Est-ce l’âme du monde ou l’âme totale dont Plotin n’a pas encore parlé ? C’est une question cruciale, car elle déterminera quelle est l’âme qui vient à sa suite et qui produit l’univers. La solution la plus simple est de prendre pour acquis qu’il existe deux parties dans l’âme du monde : l’Intellect fait un don à la partie supérieure de l’âme du monde, laquelle transmet une part d’elle-même à la partie inférieure qui, elle, produit l’univers sensible.

9Le second extrait du traité 52 confirme cette interprétation :

  • 44 Ibid., 18, 9-16.

Il faut que l’âme du monde contemple les meilleures réalités, aspirant toujours à la nature intelligible et au dieu. Mais lorsqu’elle est remplie et qu’elle a été remplie comme au maximum, il faut qu’une image vienne d’elle et que sa dernière partie soit ce qui produit du côté inférieur. Donc, cette partie est le dernier producteur. Et au-dessus de cette partie, il y a ce qui, de l’âme, est primitivement rempli par l’Intellect ; et au-dessus d’eux tous, il y a l’Intellect démiurge, qui fait des dons à l’âme qui vient après lui et dont les traces se retrouvent dans le troisième44.

  • 45 H.J. Blumenthal, op. cit., p. 58, a également considéré les chapitres 17 et 18 du traité 52 (II, 3) (...)

10La fin du traité 52 (II, 3) pose donc qu’il existe dans l’âme du monde une partie supérieure et une partie inférieure. L’âme du monde, lorsqu’elle s’est remplie des dons intelligibles que lui a prodigués l’Intellect, produit une image d’elle-même dans sa partie inférieure, celle qui produit le monde sensible. La doctrine du chapitre 18 correspond donc à l’interprétation que nous avons proposée pour le chapitre 17. Plotin escamote l’âme totale et affirme que l’Intellect fait un don à l’âme du monde. Cette âme transfère ce qu’elle a reçu à l’âme qui vient après elle, laquelle produit l’univers. Il s’agit du même ordre de succession, le chapitre 18 étant plus explicite que le chapitre 17 : c’est l’âme du monde qui vient après l’Intellect, et l’âme du monde fait un don à sa partie inférieure, laquelle produit. La seule anomalie doctrinale, si l’on peut dire, reste donc la manière dont Plotin passe de l’Intellect à l’âme du monde, sans mentionner l’âme totale. On dirait qu’il simplifie parfois sa doctrine en omettant l’âme totale. Puisque la totalité de l’âme du monde demeure dans l’intelligible et dans l’âme totale, Plotin considère sans doute qu’un don fait à l’âme totale est instantanément reçu par l’âme du monde. Afin de simplifier son argumentation, il suppose un passage direct de l’Intellect à l’âme du monde. Cela n’implique ni que l’âme du monde soit identique à l’âme totale, ni que la métaphysique plotinienne soit modifiée45.

  • 46 40 (II, 1), 5, 2-4, cf. Timée 38c-d, 40b, 41c et 69c.
  • 47 Ibid., lignes 5-8.

11Dans le traité 40 (II, 1), Plotin reprend la position du Timée selon laquelle « les vivants célestes furent engendrés par le dieu, alors que les vivants d’ici-bas furent engendrés par les dieux issus de lui. »46. Il interprète cette doctrine de la manière suivante : « Cela revient à dire que l’âme du monde et les nôtres également viennent immédiatement à la suite du Démiurge, alors que de l’âme du monde vient une image de celle-ci qui, après s’être éloignée et s’être comme écoulée des êtres d’en haut, produit les vivants qui peuplent la terre. »47. Une question parmi d’autres se pose : quelle est cette image venant de l’âme du monde et qui peut produire des vivants ? Il s’agit vraisemblablement de la partie inférieure de l’âme du monde. Cela s’accorde avec la doctrine du traité 52 (II, 3), qui emploie la même terminologie lorsqu’il affirme que l’âme du monde produit une image dans sa partie inférieure, laquelle fabrique l’univers. Il est vrai que cette lecture procède à rebours de l’ordre chronologique, puisqu’elle interprète le traité 40 (II, 1) à la lumière du traité 52 (II, 3), mais elle se justifie dans la mesure où la doctrine est similaire, jusque dans la formulation, et que seul le chapitre 18 du traité 52 explicite les réalités intelligibles qui sont en jeu. Le chapitre 5 du traité 40 et le chapitre 17 du traité 52 s’expriment à demi-mots, alors que le chapitre 18 du traité 52 tire les choses au clair.

  • 48 28 (IV, 4), 13, 1-5.
  • 49 14 (II, 2), 1, 38-39.
  • 50 28 (IV, 4), 13, 19-22.
  • 51 15 (III, 4), 1, 1-7 ; 16-17.
  • 52 Ibid., 2, 4.
  • 53 27 (IV, 3), 23, 35-36.

12Plotin reste donc cohérent au fil de ses traités. Il considère l’âme du monde comme l’une des âmes individuelles contenues dans l’âme totale. L’âme du monde gouverne en effet un corps, ce qui n’est pas le cas de l’âme totale. Par sa partie supérieure, l’âme du monde exerce une contemplation sans faille du dieu, et par sa partie inférieure, elle gouverne l’univers. Mais quelle est cette partie inférieure ? Plotin l’identifie à la nature, qui est la dernière puissance de l’âme du monde48. La nature, dit-il, correspond à ce qui est ordonné par l’âme du monde49 ; elle est ce qui, de l’âme du monde, se réfléchit dans la matière et constitue le dernier degré de l’intelligible50. Ce dernier degré de l’intelligible, le traité 15 (III, 4) l’identifie lui aussi à la nature, c’est-à-dire à la puissance de l’âme qui appartient à tous les vivants, mais qui se trouve isolée dans les plantes51.La nature équivaut à ce que Plotin qualifie, en termes aristotéliciens, de puissance végétative de l’âme52, celle qui est responsable de la croissance et de la nutrition53. Plotin semble donc admettre l’identité de la partie inférieure de l’âme du monde avec la nature et la puissance végétative.

II. Le rôle cosmologique de l’âme du monde

  • 54 10 (V, 1), 2, 20-24.
  • 55 6 (IV, 8), 2, 26-35.
  • 56 Ibid., lignes 45-49.
  • 57 40 (II, 1), 7, 24-27.
  • 58 Ibid., 4, 32-33.
  • 59 6 (IV, 8), 2, 49-50.
  • 60 Ibid., 7, 26-32.

13L’âme du monde, chez Platon, possède avant tout une fonction motrice. Elle met en mouvement l’univers sensible fabriqué par le Démiurge. Ce dernier produit en effet la terre et les corps célestes, alors que les dieux subalternes réalisent les autres sortes de vivants. L’âme du monde est elle aussi un produit du Démiurge et elle est entrelacée au monde sensible afin de lui procurer vie et mouvement. Cette fonction motrice et animatrice de l’âme du monde apparaît également chez Plotin. Il affirme que l’âme du monde donne vie à l’univers, le met en mouvement, lui assigne ordre et mesure54. L’âme du monde, dit Plotin, prend soin de l’univers d’une manière royale : elle le maintient en ordre en commandant de l’extérieur et sans intervenir55. Elle n’entre pas en contact avec les corps qu’elle gouverne, sinon elle serait contaminée par eux de la même manière que nos âmes individuelles qui, lorsqu’elles s’approchent trop des corps, en souffrent. L’âme du monde est autonome, ne manque de rien et n’est pas possédée par le corps56. Elle ne s’ajoute rien du corps, n’est en rien liée au corps et ne peut être troublée par lui. Même si tout le feu de l’univers disparaissait, souligne Plotin, l’âme du monde n’en serait pas affectée57. Mieux encore, si tous les corps disparaissaient, l’âme du monde n’en pâtirait pas58. Cette âme ne connaît donc ni désir, ni crainte59. Il n’y a pas de mal pour elle à s’occuper de ce qui lui est inférieur. Puisqu’elle reste sans cesse suspendue aux réalités qui la précèdent, elle reçoit d’en haut une illumination et elle la communique simultanément à ce qui se trouve dans le monde sensible60.

  • 61 2 (IV, 7), 13, 6-8.
  • 62 10 (V, 1), 2, 2-6.
  • 63 C’est aussi le cas de 10 (V, 1), 10, 29-30, où Plotin soutient que c’est la partie inférieure de l’ (...)
  • 64 27 (IV, 3), 6, 1-3.
  • 65 Ibid., lignes 7-8.
  • 66 Ibid., 11, 8-9. Sur la manière dont la nature produit, voir les chapitres 2-4 du traité 30 (III, 8) (...)
  • 67 8 (IV, 9), 3, 24-29. Comparer avec 27 (IV, 3), 6, 11-18 : nos âmes n’ont pas à produire l’univers, (...)

14À cette fonction motrice et organisatrice de l’âme du monde, Plotin en greffe une autre : celle de produire l’univers. Cette âme non seulement gouverne l’univers, mais elle en est le démiurge. Voilà un changement majeur par rapport à la doctrine du Timée, où l’âme du monde se contente de gouverner l’univers produit par le Démiurge. L’âme du monde n’a pas chez Platon de fonction démiurgique et elle ne fabrique rien. Il s’agit donc ici d’une innovation plotinienne, celle de confier à l’âme du monde une tâche qui, chez Platon, relève du Démiurge. Cette doctrine apparaît dès le traité 2 (IV, 7), dans lequel Plotin affirme que l’âme, « désirant produire un ordre conforme à celui qu’elle a vu dans l’Intellect, s’efforce de produire et se met à fabriquer, comme si elle était grosse des intelligibles et ressentait les douleurs de l’enfantement. »61. Ce passage reste, il est vrai, d’une portée assez générale. Plotin y parle de l’âme, sans préciser s’il s’agit de l’âme du monde, mais il souligne tout de même que cette âme fabrique quelque chose, c’est-à-dire un ordre conforme à celui de l’Intellect. Il en va de même dans le chapitre 2 du traité 10 (V, 1), dans lequel Plotin soutient que « l’âme a produit tous les vivants en leur insufflant la vie : ceux que la terre nourrit, ceux que la mer nourrit, ceux qui se trouvent dans l’air et ceux qui se trouvent dans le ciel, à savoir les astres divins. C’est elle qui a produit le soleil et ce ciel immense, et c’est elle qui l’a mis en ordre. Elle le fait tourner de manière réglée, étant une nature différente des choses qu’elle ordonne, qu’elle meut et auxquelles elle donne la vie. »62. Ce texte n’emploie malheureusement que le pronom αὐτή, qui désigne l’âme sans autre précision. Un tel témoignage ne permet donc pas pour le moment d’assigner à l’âme du monde la fonction de produire tous les vivants qui peuplent la terre, comme aussi les corps célestes63. Il en va autrement au chapitre 6 du traité 27 (IV, 3), qui commence par la question suivante : « Pourquoi l’âme du monde, qui est de même nature que nos âmes, a-t-elle produit le monde, alors que l’âme individuelle ne le peut ? »64. Plotin répète même cette question une seconde fois : « Comment donc et pour quelle raison l’âme du monde a-t-elle fabriqué le monde, tandis que les âmes particulières n’en administrent qu’une partie ? »65. C’est donc à l’âme du monde qu’il revient, chez Plotin, de produire l’univers sensible. On pouvait déjà le deviner à la lecture du traité 52 (II, 3), 18, 9-16, cité plus haut : la partie inférieure de l’âme du monde constitue le dernier producteur, c’est-à-dire qu’elle produit l’univers sensible, qui se trouve du côté inférieur. Et puisque cette partie inférieure correspond chez Plotin à la nature, l’affirmation suivante du traité 27 (IV, 3) s’impose : « Car la nature, dans l’univers, a produit toutes choses avec habileté à l’imitation des réalités dont elle possédait les raisons. »66 De même, puisque la partie inférieure de l’âme du monde n’est autre que la puissance végétative, Plotin considère que cette puissance façonne l’univers, de sorte que les âmes individuelles n’ont pas à le faire67. Le monde sensible est donc façonné par l’âme du monde ou, plus précisément, par sa partie inférieure, à savoir la nature et la puissance végétative.

  • 68 5 (V, 9), 3, 25-26.
  • 69 On discerne jusqu’à trois démiurges chez Plotin : l’Intellect, l’âme totale et l’âme du monde. Les (...)

15Accorder à l’âme du monde une action démiurgique devait paraître étrange à un platonicien. Plotin est le premier, à notre connaissance, à l’avoir fait. Pourquoi ? La structure hiérarchique de sa métaphysique l’y contraignait et l’âme du monde était la meilleure candidate. C’est en effet un axiome plotinien que la réalité supérieure engendre celle qui la suit. Au-dessus du monde sensible, il y a l’âme totale, qui contient l’âme du monde et les âmes individuelles. Laquelle est la plus apte à produire l’univers ? L’âme du monde. Car l’âme totale n’a rapport à aucun corps et les âmes particulières n’ont pas la puissance nécessaire pour produire la totalité du sensible : elles ne peuvent qu’en gouverner une partie, et encore, avec peine. Même si Plotin affirme ailleurs que l’Intellect est le démiurge véritable68, ce n’est pas l’Intellect qui peut directement produire l’univers, car il lui faudrait agir en passant outre à l’âme totale et à l’âme du monde. Bien que l’Intellect soit le vrai démiurge, son action passe par l’âme totale et par l’âme du monde69.

  • 70 27 (IV, 3), 4, 30-31 ; 6, 1 ; 7, 8-12.
  • 71 Timée 41d.
  • 72 27 (IV, 3), 6, 27-34.
  • 73 Ibid., lignes 20-24.
  • 74 33 (II, 9), 2, 16.
  • 75 52 (II, 3), 18, 8-10.
  • 76 33 (II, 9), 2, 14-15.
  • 77 27 (IV, 3), 6, 13-15.
  • 78 33 (II, 9), 18, 14-17.

16L’âme du monde jouit en effet chez Plotin d’un statut particulier : même si elle est de même espèce que nos âmes, les ingrédients qui la composent sont de meilleure qualité et font d’elle une âme de premier rang, alors que nos âmes sont fabriquées à partir d’ingrédients de deuxième ou de troisième rang70. Cette doctrine évoque celle du Timée : le démiurge produit nos âmes intellectives dans le même cratère que celui qui a servi à la fabrication de l’âme du monde, mais les ingrédients, tout en étant les mêmes, sont de qualité inférieure, de second et de troisième rang71. Cela justifie pour Plotin que l’âme du monde soit la première des âmes particulières, celle qui possède la plus grande pureté et la plus grande puissance, tandis que nos âmes individuelles se révèlent de deuxième ou de troisième rang, selon la distance à laquelle elles se tiennent de l’intelligible72. Ainsi s’explique que l’âme du monde possède un lien plus étroit avec l’intelligible73. Puisqu’elle participe davantage de l’intelligible, elle en retire une puissance accrue, car, dit Plotin, la puissance d’une âme est proportionnelle à la qualité de sa contemplation : plus une âme se tourne vers l’intelligible et plus elle est puissante74. Or, l’âme du monde ne cesse jamais de contempler les êtres intelligibles : « ... il faut que l’âme de l’univers contemple les meilleurs êtres, se portant toujours vers la nature intelligible et vers dieu (…) »75. En vertu de sa contemplation infaillible, l’âme du monde possède le maximum de puissance auquel peut aspirer une âme. Par la simple contemplation des réalités supérieures, cette âme parvient à gouverner l’ensemble du monde sensible : « … [l’âme du monde] ne gouverne pas l’univers au moyen de la réflexion et elle n’en corrige rien, mais elle l’ordonne par la contemplation de ce qui vient avant elle, grâce à sa merveilleuse puissance. »76 La production de l’univers revient donc à l’âme du monde, alors que nos âmes n’investissent l’univers qu’une fois qu’il a été fabriqué : « ... les autres âmes [que l’âme du monde], puisque le corps de l’univers existait déjà, ont reçu une part en partage, comme si l’âme qui en a le contrôle et qui est pour ainsi dire leur sœur leur avait préparé à l’avance des demeures. »77 ; « Il faut, tant que nous avons un corps, rester dans les maisons que nous a préparées une âme bonne et sœur de la nôtre, qui possède une grande puissance en vue de produire sans effort. »78

  • 79 Cela contredit à nouveau le Timée, selon lequel la production des végétaux revient aux dieux subalt (...)
  • 80 28 (IV, 4), 27, 8-13 et 38 (VI, 7), 11, 22-27.
  • 81 28 (IV, 4), 13, 7-12.
  • 82 30 (III, 8), 4, 15-17.
  • 83 Ibid., 3, 13-19.
  • 84 8 (IV, 9), 3, 24-27.
  • 85 En un curieux passage, Plotin se demande si l’âme du monde pourrait utiliser la sphère des étoiles (...)
  • 86 15 (III, 4), 4, 7-11.
  • 87 6 (IV, 8), 4, 21-31. Comparer avec Timée 42a : dès que l’âme s’implante dans un corps, la sensation (...)
  • 88 42a-d.
  • 89 Sur la transmigration des âmes chez Plotin, voir 15 (III, 4), 6 ; 38 (VI, 7), 6- 7 ; 48 (III, 3), 4 (...)

17L’âme du monde produit donc la terre, les astres et ce qui possède l’âme végétative. Cette dernière catégorie inclut évidemment les plantes et les arbres79, mais aussi des corps que nous considérons maintenant comme inanimés, à savoir les pierres et les montagnes80. Les animaux irrationnels et les hommes ne semblent pas être produits par l’âme du monde, sinon dans leur partie végétative. Si l’âme du monde, par sa partie inférieure, peut fabriquer des corps que gouvernent la nature et la puissance végétative, elle ne peut cependant produire les vivants qui possèdent l’âme sensitive et l’âme rationnelle. Car la nature, dit Plotin, n’a pas la représentation, ni l’intellection ; elle n’a pas la connaissance, mais se contente de produire de manière automatique81. La nature produit grâce à la contemplation qu’elle a de la partie supérieure de l’âme du monde82 et elle ne possède certainement pas la « raison », au sens où cette raison implique une recherche et une introspection sur les actions qu’elle doit poser83. De même, Plotin affirme que la puissance végétative, qui vient de l’univers, ne produit pas la sensation, mais qu’elle se contente de la subir, car la sensation qui juge à l’aide de l’intellect appartient à chaque âme individuelle84. Bref, l’âme du monde n’a pas la sensation85, ni la conscience de ce qu’elle fait86. Il appartient donc aux âmes individuelles d’apporter dans le monde sensible la sensation et la raison. Lorsque nos âmes quittent l’âme totale, explique Plotin, elles ne gouvernent plus avec leur partie supérieure, mais elles se mettent à user de la sensation87. Les âmes individuelles, par le biais de la métemsomatose, justifient également la présence de la sensation chez les animaux. Suivant la doctrine du Timée88, Plotin admet que le genre de vie que mènent les âmes humaines influe sur leur vie future, car les âmes viles se réincarnent dans des corps de bêtes89.

  • 90 Voir 15 (III, 4), 1, 3-4 : la nature se trouve aussi en nous, mais à titre de partie de notre âme.
  • 91 27 (IV, 3) 27, 1-3.
  • 92 52 (II, 3), 9, 10-14.
  • 93 Ibid., 9, 14-16.
  • 94 3 (III, 1), 8 ; 27 (IV, 3), 7, 25-30 et 28 (IV, 4), 32, 7-14.

18La complémentarité de l’âme du monde et des âmes individuelles se manifeste clairement dans le cas de l’âme humaine. La partie végétative (ou naturelle)90 de notre âme vient de l’univers, alors que les autres parties nous appartiennent en propre. L’âme humaine possède selon Plotin deux parties principales. Il y a l’âme « que nous appelons divine, par laquelle nous sommes nous-mêmes, et l’autre âme, celle qui vient de l’univers »91. Nous tirons de l’âme inférieure notre caractère, nos actions et nos passions92, mais, abstraction faite de tout cela, « il reste ce que nous sommes véritablement nous-mêmes, ce à quoi la nature donne la capacité de dominer les passions. »93. En divisant l’âme humaine en une partie qui vient de l’âme du monde et une autre qui est autonome, Plotin accorde à l’homme la liberté. Par notre âme inférieure, nous sommes soumis au destin universel, mais grâce à notre âme supérieure, nous pouvons dominer notre partie inférieure et nous affranchir de l’ordre qu’impose l’âme du monde au reste de l’univers94.

  • 95 De manière concrète, l’embryon est considéré comme un végétal et ce n’est qu’à la naissance que le (...)
  • 96 27 (IV, 3), 9, 12-20.

19La terre, les astres et les végétaux sont donc produits par l’âme du monde, alors que les animaux irrationnels et les animaux rationnels viennent des âmes individuelles. Lorsque les âmes individuelles apportent l’âme sensitive aux corps qui possèdent déjà l’âme végétative, les animaux irrationnels apparaissent ; lorsqu’elles leur apportent l’âme sensitive et l’âme rationnelle, ce sont les hommes qui naissent95. Plotin précise toutefois que la production du monde n’a pas lieu dans le temps96. Il n’y a jamais eu de moment où l’univers n’existait pas, ni de moment où il était privé d’âme. C’est le discours qui nous oblige à décrire l’âme du monde comme si elle produisait le corps de l’univers et s’y introduisait par la suite. Un tel discours est trompeur, souligne Plotin, car il divise dans le temps ce qui a toujours existé dans la simultanéité.

  • 97 6 (IV, 8), 8, 11-16.
  • 98 27 (IV, 3), 10, 14-17.
  • 99 Timée 30b-c, 33b, 34a, 39e, 55c et 73a.
  • 100 Cela explique, entre autres, que l’âme du monde n’a pas souvenir de ses actions. Sur le thème de la (...)

20Dès le traité 6, Plotin maintient que l’âme du monde, lorsqu’elle produit, ne raisonne ni ne délibère97. L’âme « fabrique non en vertu d’une décision adventice et sans non plus attendre souhait et délibération ; en ce cas, elle ne fabriquerait pas suivant la nature, mais suivant une technique adventice. »98. Il s’agit d’une critique adressée au Timée, selon lequel le Démiurge est un dieu qui raisonne, calcule, réfléchit, prend en considération et prévoit99. Plotin attaque cette doctrine à plusieurs reprises, par exemple en 28 (IV, 4), 10 ; 31 (V, 8), 8, 1-16 ; 12, 15-27 ; 33 (II, 9), 2, 14-15 ; 38 (VI, 7), 1 et 47 (III, 2), 2, 12-15. Ses raisons ne varient pas : la délibération et le calcul rabaissent le Démiurge, qui non seulement devrait apprendre son art et le trouver ailleurs qu’en lui-même, mais pourrait hésiter devant les étapes à accomplir. Le Démiurge devrait imaginer son œuvre, construire une partie après l’autre et suivre un plan. Plotin croit au contraire que la production de l’univers est sans faille, sans hésitation et sans planification100. C’est par une nécessité immuable et parfaite que tout a été engendré éternellement.

III. Conclusion

21Nous avons montré quel rang occupe l’âme du monde et quelle est sa fonction chez Plotin : elle est une partie de l’âme totale et elle produit l’univers sensible qu’elle gouverne. C’est une production intemporelle, nécessaire et automatique. Les âmes particulières, quant à elle, descendent volontairement dans le sensible, lorsqu’elles se tournent vers ici-bas plutôt que vers l’Intellect. Elles viennent dans des corps que l’âme du monde a préparés pour elles.

Haut de page

Notes

1 La fonction cognitive de l’âme du monde n’est chez Platon qu’un avatar de sa fonction motrice ; voir l’introduction de L. Brisson à sa traduction du Timée, 5e édition révisée et mise à jour, GF-Flammarion, Paris, 2001, p. 39 et 42 et surtout, pour plus de détails, L. Brisson, Le Même et l’Autre dans la structure ontologique du Timée de Platon, Klincksieck, Paris, 1974 [3e édition, Academia Verlag, Sankt Augustin, 1998], p. 340-352.

2 Timée 38c-e et 40a.

3 De l’âme I, 3, 406b26-407b26. Le Stagirite se moque de Platon et lui demande, entre autres, pour quelle raison une telle âme devrait se mouvoir de manière circulaire. N’est-il pas absurde de supposer qu’il existe un mouvement dans l’âme ? Pourquoi serait-il circulaire et entraînerait-il les astres ?

4 Voir Chrys. fr. 639, 775, 777 et 829. Les références aux fragments stoïciens se font à la nouvelle édition par R. Dufour, Chrysippe, œuvre philosophique, « Fragments », Belles Lettres, Paris, 2004 ; abrégée en Chrys.

5 Dans Le Néoplatonisme, colloque de Royaumont, 9-13 juin 1969, « Collection internationale du CNRS », 536, CNRS, Paris, 1971, p. 55-63.

6 J.-M. Charrue, op. cit., Belles Lettres, Paris, 1978, p. 139-155.

7 E. Zeller, Die Philosophie des Griechen in ihrer geschichtlichen Entwicklung, t. III, vol. II, 3e édition, Reisland, Leipzig, 1881, p. 538. J.M. Rist, Plotinus, The Road to Reality, Cambridge University Press, Cambridge, 1967, p. 113.

8 Op. cit. ; voir plus particulièrement p. 57-58

9 8 (IV, 9), 1, 10-11. La première possibilité reprend la position stoïcienne, que Plotin réfute en 27 (IV, 3), 1, 16-8, 60. Pour une analyse détaillée de ces chapitres, voir W. Helleman-Elgersma, Soul-Sisters.A Commentary on Enneads IV, 3 (27), 1-8 of Plotinus, « Elementa », 15, Rodopi, Amsterdam, 1980. Plus sommairement, voir aussi la note 14 de L. Brisson à sa traduction du traité 27 dans Plotin, traités 27-29, traductions sous la direction de L. Brisson et J.-F. Pradeau, GF-Flammarion, Paris, 2005. Chez les stoïciens, voir Chrys. fr. 639, 775, 777 et 829.

10 8 (IV, 9), 4, 7-8. Les traductions du grec au français sont les nôtres et elles se basent sur le texte de l’édition de P. Henry et H.-R. Schwyzer, Plotini Opera, 3 vols, « Oxford Classical Texts », Oxford University Press, Oxford, 1964-1982.

11 Ce sont les stoïciens ; voir supra, n. 9.

12 27 (IV, 3), 2, 55-58.

13 Ibid., 4, 14-16.Voir aussi 27 (IV, 3), 8, 2-3 : « Puisque toutes les âmes viennent de la même Âme, de laquelle vient aussi l’âme du monde, elles sont en sympathie. »

14 8 (IV, 9), 5, 1-7. Ce thème fait l’objet des traités 22 et 23 (VI, 4-5), Sur la raison pour laquelle l’être, un et identique, est partout tout entier.

15 8 (IV, 9), 5, 7-10.

16 Ibid., lignes 17-26.

17 27 (IV, 3), 2, 50-56.

18 Ibid., ligne 58.

19 Nous avons abordé cette question dans « Actuality and Potentiality in Plotinus’ View of the Intelligible Universe », dans The Journal of Neoplatonic Studies, 9, 2, 2004, p. 193-218 ; voir particulièrement p. 208-213.

20 5 (V, 9), 6, 10-11.

21 Ibid., 6, 12-15.

22 Ibid., 8, 4-7.

23 Ibid.

24 27 (IV, 3), 2, 5-10 ; 54-59 ; 50 (III, 5), 3, 30-32.

25 27 (IV, 3), 2, 57-58.

26 6 (IV, 8), 2, 32-33. Le mot ciel désigne dans ce contexte l’univers entier, voir R. Dufour, Plotin, Sur le ciel [Ennéade II, 1 (40)], « Histoire des doctrines de l’antiquité classique », 29,Vrin, Paris, 2003, p. 20-21.

27 Ibid., 8, 13-14.

28 Ibid., lignes 11-13.

29 Ibid., ligne 14.

30 Ibid., lignes 16-22.

31 15 (III, 4), 4, 4-6.

32 27 (IV, 3), 4, 21-23.

33 Ibid., 9, 33-34.

34 Ibid., 12, 11-12.

35 28 (IV, 4), 25, 3-5.

36 246b-c.

37 Phèdre 246b7-c2.

38 27 (IV, 3), 7, 16-20.

39 33 (II, 9), 4, 1-2.

40 2 (IV, 7), 13, 8-13.

41 27 (IV, 3), 2, 5-10.

42 50 (III, 5), 3, 30-32. Sur le plan du vocabulaire, on peut souligner qu’en 22 (VI, 4), 16, 13-17 Plotin définit la « descente » de l’âme comme le fait pour l’âme de donner quelque chose d’elle-même au corps, sans pourtant lui appartenir. D’aucuns pourraient alléguer que l’âme du monde, qui vivifie le sensible par sa puissance inférieure, donne quelque chose d’elle-même à l’univers et « descend » donc en lui.

43 52 (II, 3), 17, 15-17.

44 Ibid., 18, 9-16.

45 H.J. Blumenthal, op. cit., p. 58, a également considéré les chapitres 17 et 18 du traité 52 (II, 3), où il remarque le passage « direct » de l’Intellect à l’âme du monde. Il explique cette apparente contradiction par le fait que Plotin, dans un contexte démiurgique, souligne l’accès direct que l’âme du monde peut avoir, tout comme nos âmes individuelles, à l’Intellect. Cette contemplation directe de l’Intellect par l’âme du monde n’implique pas, selon Blumenthal, la disparition de l’âme totale.

46 40 (II, 1), 5, 2-4, cf. Timée 38c-d, 40b, 41c et 69c.

47 Ibid., lignes 5-8.

48 28 (IV, 4), 13, 1-5.

49 14 (II, 2), 1, 38-39.

50 28 (IV, 4), 13, 19-22.

51 15 (III, 4), 1, 1-7 ; 16-17.

52 Ibid., 2, 4.

53 27 (IV, 3), 23, 35-36.

54 10 (V, 1), 2, 20-24.

55 6 (IV, 8), 2, 26-35.

56 Ibid., lignes 45-49.

57 40 (II, 1), 7, 24-27.

58 Ibid., 4, 32-33.

59 6 (IV, 8), 2, 49-50.

60 Ibid., 7, 26-32.

61 2 (IV, 7), 13, 6-8.

62 10 (V, 1), 2, 2-6.

63 C’est aussi le cas de 10 (V, 1), 10, 29-30, où Plotin soutient que c’est la partie inférieure de l’âme, celle qui s’établit ici-bas, qui est le seul démiurge (δημιουργόν) du corps.

64 27 (IV, 3), 6, 1-3.

65 Ibid., lignes 7-8.

66 Ibid., 11, 8-9. Sur la manière dont la nature produit, voir les chapitres 2-4 du traité 30 (III, 8), Sur la contemplation. L. Brisson a bien expliqué comment l’âme du monde produit grâce aux raisons (λόγοι) qu’elle a reçues de l’Intellect (« Logos et logoi chez Plotin. Leur nature et leur rôle », dans Les Cahiers philosophiques de Strasbourg, 8, 1999, p. 87-108). Pour un résumé, voir R. Dufour, « Plotin et les stoïciens » dans ce recueil.

67 8 (IV, 9), 3, 24-29. Comparer avec 27 (IV, 3), 6, 11-18 : nos âmes n’ont pas à produire l’univers, car l’âme du monde l’a déjà façonné.

68 5 (V, 9), 3, 25-26.

69 On discerne jusqu’à trois démiurges chez Plotin : l’Intellect, l’âme totale et l’âme du monde. Les deux premiers sont décrits comme tels par Plotin, alors que l’âme du monde, sans être qualifiée de démiurge, mérite ce titre, car elle seule façonne réellement l’univers et remplit la tâche qui incombe au démiurge platonicien.

70 27 (IV, 3), 4, 30-31 ; 6, 1 ; 7, 8-12.

71 Timée 41d.

72 27 (IV, 3), 6, 27-34.

73 Ibid., lignes 20-24.

74 33 (II, 9), 2, 16.

75 52 (II, 3), 18, 8-10.

76 33 (II, 9), 2, 14-15.

77 27 (IV, 3), 6, 13-15.

78 33 (II, 9), 18, 14-17.

79 Cela contredit à nouveau le Timée, selon lequel la production des végétaux revient aux dieux subalternes et non au Démiurge (76e-77a).

80 28 (IV, 4), 27, 8-13 et 38 (VI, 7), 11, 22-27.

81 28 (IV, 4), 13, 7-12.

82 30 (III, 8), 4, 15-17.

83 Ibid., 3, 13-19.

84 8 (IV, 9), 3, 24-27.

85 En un curieux passage, Plotin se demande si l’âme du monde pourrait utiliser la sphère des étoiles fixes afin de voir ce qui se passe dans le monde (28 [IV, 4], 24, 25-39). La réponse est négative, car l’âme du monde reste toujours tournée vers l’intelligible et n’a pas de sensations (ibid., chap. 25).

86 15 (III, 4), 4, 7-11.

87 6 (IV, 8), 4, 21-31. Comparer avec Timée 42a : dès que l’âme s’implante dans un corps, la sensation doit nécessairement apparaître.

88 42a-d.

89 Sur la transmigration des âmes chez Plotin, voir 15 (III, 4), 6 ; 38 (VI, 7), 6- 7 ; 48 (III, 3), 4 et 53 (I, 1), 11.Voir aussi J. Laurent, « La réincarnation chez Plotin et avant Plotin », dans L’Homme et le Monde selon Plotin, ENS Éditions, Fontenay-aux- Roses, 1999, p. 115-137 et A.N.M. Rich, « Reincarnation in Plotinus », dans Mnemosyne,10,1957,p.232-238.Sur les âmes des bêtes, voir E.B. Cole, « Plotinus on the Souls of Beasts »,dans The Journal of Neoplatonic Studies, 1, 1, 1992-1993, p. 63-90.

90 Voir 15 (III, 4), 1, 3-4 : la nature se trouve aussi en nous, mais à titre de partie de notre âme.

91 27 (IV, 3) 27, 1-3.

92 52 (II, 3), 9, 10-14.

93 Ibid., 9, 14-16.

94 3 (III, 1), 8 ; 27 (IV, 3), 7, 25-30 et 28 (IV, 4), 32, 7-14.

95 De manière concrète, l’embryon est considéré comme un végétal et ce n’est qu’à la naissance que le bébé reçoit son âme supérieure, qui vient de l’extérieur et non de la mère (27 [IV, 3], 7, 28-30). Cette doctrine plotinienne n’est pas sans rapport avec celle d’Aristote qui, en admettant que l’embryon est une plante (Génération des animaux II, 3, 736b12- 13 et III, 2, 753b27-29), se demande si la puissance intellective de l’âme ne lui vient pas de l’extérieur (ibid. II, 3). Sur l’embryon, qui ne possède que la faculté végétative, voir aussi Alexandre d’Aphrodise, De l’âme 36, 21-37, 3 et les stoïciens (Chrys. fr. 755, 756 et 806).

96 27 (IV, 3), 9, 12-20.

97 6 (IV, 8), 8, 11-16.

98 27 (IV, 3), 10, 14-17.

99 Timée 30b-c, 33b, 34a, 39e, 55c et 73a.

100 Cela explique, entre autres, que l’âme du monde n’a pas souvenir de ses actions. Sur le thème de la mémoire dans l’âme du monde, voir, dans ce recueil, l’article de L. Brisson.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Dufour, « Le rang de l’âme du monde au sein des réalités intelligibles et son rôle cosmologique chez Plotin », Études platoniciennes, 3 | 2006, 89-102.

Référence électronique

Richard Dufour, « Le rang de l’âme du monde au sein des réalités intelligibles et son rôle cosmologique chez Plotin », Études platoniciennes [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/983 ; DOI : 10.4000/etudesplatoniciennes.983

Haut de page

Auteur

Richard Dufour

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org