Navigation – Plan du site
Plotin
4. Mises en perspective de la psychologie plotinienne

L’assimilation originale d’Aristote dans le Traité VI. 5 [23] de Plotin

Angela Longo
p. 155-175

Texte intégral

  • 1 Cf. PLOT., En. VI 1 [42], chapitre 1-3. Pour un bilan récent et détaillé des études concernant la c (...)
  • 2 Cf. En. VI 1 [42], 1, 25-28 ; 2-4 ; 3, 21 ; En. VI 2 [43], 1, 21-22.
  • 3 En. VI 1 [42], 1, 28-30.
  • 4 En. VI 1 [42], 1, 26-27.
  • 5 En. VI 1 [42], 2, 16-18 ; cf. ARISTOT., Cat. 5. 4 a 10-11 et 17-18. A vrai dire, Plotin ne croit pa (...)
  • 6 En. VI 1 [42], 3, 21-22.

1Dans l’ordre systématique des écrits de Plotin, réalisé par Porphyre dans son édition, le premier traité de la sixième Ennéade s’ouvre sur la conviction plotinienne qu’il n’y a pas de genre unique pour les choses sensibles et les choses intelligibles1. En effet, les choses sensibles sont postérieures aux choses intelligibles, et deux choses qui sont dans un tel rapport ne peuvent pas appartenir à un même genre2.Aux yeux de Plotin, Aristote a élaboré sa doctrine des catégories sans parler des intelligibles, qui se trouvent ainsi négligés3. En fait, selon Plotin, il n’y a qu’un rapport d’homonymie entre les substances sensibles et les substances intelligibles, et l’οὐσία (substance) ne signifie pas la même chose dans les deux cas4. Par conséquent, la définition de l’οὐσία formulée par Aristote dans les Catégories ne s’applique pas aux intelligibles de la même manière qu’elle s’applique aux sensibles5. Un genre unique constitué de sensibles et d’intelligibles n’existant pas, il n’y aura pas non plus de notion unique d’οὐσία et de φύσις commune aux deux6.

  • 7 En. VI 2 [43], 1, 21-24 (γελοῖον γὰρ ὐφ’ ἕν θέσθαι τὸ ὂν τῷ μὴ ὄντι, 23-24).
  • 8 Remarquons que l’être authentique est objet de recherche en tant que non-un, cf. En. VI 2 [43], 1, (...)
  • 9 En. VI 2 [43], 1, 30-33.

2Par conséquent, Plotin séparera dans sa recherche les intelligibles (l’être véritable), des sensibles (le devenir, ou non-être lorsqu’il se trouve comparé à l’être véritable), conformément à ce que Platon lui-même avait déjà fait7, et il comblera ainsi le vide laissé par Aristote, en traitant de l’être conçu en tant que monde des intelligibles8. Plotin cependant se montrera relativement plus concis au sujet du monde sensible et du devenir9.

3On peut toutefois constater que Plotin, après avoir dit qu’il allait s’occuper des intelligibles qu’Aristote avait négligés en se bornant (à tort) aux seuls sensibles, finit par adopter des principes méthodologiques aristotéliciens.

  • 10 Il vaut la peine d’observer que dans tous les cas où Plotin dans les Ennéades s’inspire des Seconds(...)

4Notre hypothèse, à partir de là, sera la suivante : si l’on rappelle que les Ennéades VI 1-3 (traités 42-44) sont bien postérieures aux Ennéades VI 4-5 (traités 22-23), nous pouvons saisir un changement dans l’attitude de Plotin, bien qu’il n’aie peut-être pas eu directement conscience d’une telle évolution. En effet, Plotin dans les traités 22-23 exprime certes sa propre doctrine du monde intelligible, mais, tout en divergeant grandement d’Aristote, il ne polémique pas directement contre lui. Bien plutôt, il utilise certains éléments doctrinaux aristotéliciens en les adaptant à sa propre perspective philosophique. En revanche, dans les traités postérieurs 42-44, Plotin construit une polémique ouverte et farouche contre la doctrine aristotélicienne de la substance. A cela s’ajoute une distinction entre les cas où Plotin prend en compte les Catégories et d’autres cas où il prend en compte d’autres ouvrages aristotéliciens, en particulier les Seconds analytiques. Car, par rapport aux premières, on relève de la part de Plotin une prise de distance et de la méfiance (jusqu’à la polémique ouverte), tandis que les seconds sont plutôt assimilés et utilisés positivement, bien qu’appliqués au monde intelligible d’inspiration platonicienne10.

5Or, étant donné que les règles de méthode, ainsi que d’autres reprises positives d’Aristote, se concentrent, à l’intérieur de l’Ennéade VI 5 [23], dans les premiers chapitres, nous allons étudier ces textes de plus près, en n’insistant pas sur leur arrière-plan platonicien, et en particulier l’influence du Timée et du Parménide (il n’est pas utile en effet de répéter ici ce que d’autres ont déjà – bien – formulé ) : il s’agira plutôt de mettre en valeur la présence d’Aristote, et en particulier celle de l’Aristote des Seconds analytiques. Notre hypothèse est que, tout en élaborant sa propre doctrine du monde intelligible, qui l’éloigne sensiblement de la doctrine aristotélicienne de la substance contenue dans les Catégories (jusqu’à arriver à une polémique sans merci dans les traités postérieurs 42-44, comme nous l’avons dit), Plotin arrive cependant à utiliser des termes, des concepts et des règles de méthode codifiés par Aristote. L’originalité et l’épaisseur philosophiques de Plotin sont telles qu’il peut utiliser les instruments fournis par son adversaire même, afin de les dépasser dans une conception radicalement nouvelle.

I. Le chapitre 1 : notion de substance, excellence de l’axiome sur l’un

6L’emploi et la profonde réinterprétation que Plotin fait d’Aristote sont visibles dès les premières lignes du premier chapitre, à travers l’énonciation des principes relatifs à l’omniprésence de l’un et au caractère suprêmement désirable du bien.

  • 11 La traduction des passages plotiniens cités est la mienne.

Que ce qui est un et le même numériquement soit partout à la fois entier, une certaine notion commune dit que c’est le cas, lorsque tous, par impulsion spontanée, indiquent le dieu qui est en chacun de nous comme étant un et le même.
Et si on ne leur demandait pas la manière <dont ce dieu est présent>, et si on ne souhaitait pas examiner leur position par la raison, ils établiraient qu’ <il en est > ainsi et, activant cette notion par la pensée discursive, ils trouveraient ainsi leur paix, s’appuyant d’une certaine façon sur l’un et le même, ne voulant pas se séparer de cette unité.
Et <cette notion> est le principe le plus ferme de toutes les choses, principe que nos âmes font pour ainsi dire entendre, non pas récapitulé à partir des choses individuelles, mais venu avant toutes les choses individuelles, et même avant le principe qui établit et affirme que toutes choses cherchent à atteindre le bien. En effet, ce dernier principe est vrai à condition que toutes choses se hâtent vers l’un, qu’elles soient un, et qu’elles cherchent à l’atteindre11 (ll. 1-14).

Τὸ ἓν καὶ ταὐτὸν ἀριθμῷ πανταχοῦ ἅμα ὅλον εἶναι
κοινὴ μέν τις ἔννοιά φησιν εἶναι, ὅταν πάντες κινούμενοι
αὐτοφυῶς λέγωσι τὸν ἐν ἑκάστῳ ἡμῶν θεὸν ὡς ἕνα καὶ τὸν
αὐτόν. Καὶ εἴ τις αὐτοὺς τὸν τρόπον μὴ ἀπαιτοῖ μηδὲ
λόγῳ ἐξετάζειν τὴν δόξαν αὐτῶν ἐθέλοι, οὕτως ἂν καὶ 5
θεῖντο καὶ ἐνεργοῦντες τοῦτο τῇ διανοίᾳ οὕτως ἀναπαύ-
οιντο εἰς ἕν πως συνερείδοντες καὶ ταὐτόν, καὶ οὐδ’ ἂν ἐθέ-
λοιεν ταύτης τῆς ἑνότητος ἀποσχίζεσθαι. Καὶ ἔστι πάντων
βεβαιοτάτη ἀρχή, ἣν ὥσπερ αἱ ψυχαὶ ἡμῶν φθέγγονται,
μὴ ἐκ τῶν καθέκαστα συγκεφαλαιωθεῖσα, ἀλλὰ πρὸ τῶν 10
καθέκαστα πάντων προελθοῦσα καὶ πρὸ ἐκείνης τῆς τοῦ
ἀγαθοῦ πάντα ὀρέγεσθαι τιθεμένης τε καὶ λεγούσης. οὕτω
γὰρ ἂν αὕτη ἀληθὲς εἴη, εἰ τὰ πάντα εἰς ἓν σπεύδοι καὶ
ἓν εἴη, καὶ τούτου ἡ ὄρεξις εἴη.

  • 12 Cf. Cat. 5. 4 a 10-11 (μάλιστα δὲ ἴδιον τῆς οὐσίας δοκεῖ εἶναι τὸ ταὐτὸν καὶ ἓν ἀριθμῷ ὂν τῶν ἐναντ (...)
  • 13 Dans un traité plus tardif que le nôtre, En. VI 1 [42], Plotin affirme polémiquement contre Aristot (...)

7Le traité VI. 5 s’ouvre sur la formule « ce qui est un et le même numériquement » (ch. 1, 1 : τὸ ἓν καὶ ταὐτὸν ἀριθμῷ), qui avait été utilisée par Aristote dans ses Catégories dans le contexte de la description de ce qui est propre à la substance12. Or, alors que chez Aristote, cette formule désigne les individus, Plotin l’utilise pour des objets qui, selon Aristote, ne sont pas des individus, c’est-à-dire pour le monde intelligible, et plus précisément pour l’un qui est ou pour l’être qui est un13.

8Cet incipit annonce la façon dont Plotin réinterprète radicalement la doctrine d’Aristote tout au long des premiers chapitres du traité en question. Dans ces derniers, à la différence d’autres traités (par exemple dans les Ennéades VI. 1-3 citées auparavant) ou d’autres contextes, Plotin n’est pas en train de polémiquer contre Aristote. Dans ces pages, au contraire, non seulement Plotin n’attaque pas l’argumentation d’Aristote, mais il l’utilise en la transformant, de manière à l’adapter à sa recherche tout à fait personnelle. Le fait qu’Aristote soit utilisé par Plotin pour son étude du monde intelligible, au sens platonicien du terme, pourrait nous étonner, étant donnée toute la méfiance que le Stagirite avait montrée à l’égard des idées de Platon. Par ailleurs, le fait que Plotin s’appuie sur Aristote pour son étude de l’un, et même de l’Un, principe ultime et transcendant de toute chose, qui affleure ici et là dans ces pages, peut également paraître étonnant : car cet Un est, pour Plotin, au-dessus de l’Intellect même lequel était chez Aristote le Moteur immobile, cause ultime de tout le reste. Et pourtant Aristote est ici bien présent, quoique profondément réadapté.

  • 14 Cf. Metaph. G 3. 1005 b 11-12 (βεβαιοτάτη δʹ ἀρχὴ πασῶν περὶ ἣν διαψευσθῆναι ἀδύνατον, « le princip (...)
  • 15 Metaph. Γ3. 1005 b 11-17 ; cf. pour une analyse du principe de contradiction chez Aristote et dans (...)

9Plotin dit ensuite que la notion commune selon laquelle « l’un et le même numériquement est partout à la fois entier » est le principe le plus solide de tous (βεβαιοτὰτη ἀρχή, ch. 1, 9), reprenant à la lettre l’expression employée par Aristote dans le livre Γ de sa Métaphysique, et indiquant de la sorte l’une des caractéristiques du principe de contradiction, le principe suprême de la métaphysique aristotélicienne, la science de l’étant en tant qu’étant14. Chez Aristote, le principe de contradiction est le principe par excellence car il est propre à la science première dont il est le plus solide axiome. Sa portée est à la fois universelle et maximale, s’appliquant à tout ce qui est, par le simple fait d’être. La solidité d’un tel principe consiste, pour Aristote, dans le fait que personne ne peut se tromper à son propos et que tout être humain le connaît déjà, avant de démarrer tout processus d’apprentissage15.

10Il est d’ailleurs possible que la caractérisation que propose Plotin du principe sur l’un dans les lignes qui précèdent, (ch. 1, 1-3, 9) soit un écho de l’approche aristotélicienne concernant le principe de contradiction, c’est-à-dire du fait que le principe sur l’un est partagé par tous les êtres humains, ce qui garantirait implicitement sa vérité et son infaillibilité. En d’autres termes, le principe de contradiction chez Aristote et le principe sur l’un chez Plotin (il vaut la peine de rappeler pour ce dernier qu’il ne s’agit pas de l’Un transcendant, mais de l’un présent en toute chose) sont possédés de façon spontanée par tous les êtres humains, et cela même avant toute démarche argumentative. Cette dernière apparaît nécessaire chez Aristote seulement dans le cas d’une attaque envers le principe de contradiction de la part de personnes ignorantes ou bien de mauvaise foi. Dans ce cas, la forme argumentative la plus poussée qu’on puisse produire en défense du principe de contradiction n’est pas une démonstration au sens strict du terme, mais une démonstration par réfutation (cf. ARISTOT. Metaph. Γ 4. 1006 a 11-13). Par contre chez Plotin la possibilité d’une contestation du principe concernant l’omniprésence de l’un n’est même pas envisagée, et c’est plutôt sa reconnaissance spontanée de la part des êtres humains qui est mise en valeur.

  • 16 Cf. Metaph. Γ 3. 1005 b 33, et déjà Metaph. B 2. 996 b 28. À propos de ce dernier texte aristotélic (...)
  • 17 Pour cet usage de πίστις cf. ARISTOT., An. pr. 68 b 13-14 ; An. post. A 2. 72 a 25-b4 (ce texte ari (...)

11Cela me porte aussi à affirmer que deux termes importants, utilisés dans nos chapitres, δόξα (ch.1, 5) et πίστις (ch. 2, 5 et 8 ; cf. ch. 4, 11), ne doivent pas être interprétés selon le sens péjoratif que Platon leur avait donné dans les célèbres passages concernant la division de la ligne, en les qualifiant respectivement de savoir instable et apparent (Rp. VII 534 a 2, 4 ; cf.VI 510 a 9) et de croyance dans les apparences (Rp. VI 511 e 1 ;VII 534 a 1, 5), mais selon un sens positif, mis en avant par Aristote. En effet, Aristote emploie justement le terme δόξα à propos du principe de contradiction pour signifier une notion axiomatique vraie : un dogme16. En outre il utilise πίστις pour signifier une conviction ferme, obtenue par le biais d’arguments rationnels inductifs et déductifs17.

12Si, jusqu’ici, nous avons mis en évidence l’emprunt de Plotin vis-à-vis d’Aristote, c’est-à-dire les points de contact lexicaux et théoriques dans la présentation de leur principes suprêmes respectifs, il faut maintenant que nous regardions de plus près la distance que Plotin a mise entre son principe et celui d’Aristote.

  • 18 Cf. HALFWASSEN (Jens), « Sur la limitation du principe de contradiction chez Denys », Diotima, 1995 (...)

13En premier lieu, il y a une différence frappante de contenu, car Plotin n’est pas en train de répéter le principe de contradiction, mais il est en train de proposer le principe (axiome, proposition) suprême de sa science philosophique, c’est-à-dire que l’un et le même par le nombre est partout à la fois entier18. Deuxièmement, Plotin associe son principe à ce qu’il y a de divin dans l’être humain, car il l’illustre par la présence du dieu en chacun de nous.

  • 19 Les modalités de la présence de l’un dans tout étant est un aspect problématique de la philosophie (...)

14Troisièmement, il insiste sur la valeur existentielle et – je dirais – « apaisante » de l’un, car aucun être humain ne voudrait en être séparé. Enfin, Plotin exprime la valeur cosmique de l’un, au-delà même des frontières humaines, affirmant que toute chose se hâte vers l’un et aspire à le joindre19.

  • 20 En effet, selon Plotin, tous les hommes possèdent la notion du dieu qui habite dans chacun et peuve (...)
  • 21 L’apparatus fontium de l’édition d’Henry-Schwyzer pour la l. 2 peut être trompeur, dans la mesure o (...)

15En revanche, pour ce qui est de la remarque que fait Plotin, selon laquelle le principe sur l’un n’est pas tiré de la somme de cas ou d’expériences particulières20, il n’est pas vraisemblable qu’elle exprime une critique à l’égard d’Aristote, qui n’a jamais dit nulle part que son principe de contradiction était obtenu par induction. Au contraire – comme nous l’avons déjà vu – pour Aristote, ce principe précède tout processus d’appréhension. Personne d’autre, d’ailleurs, n’avait dit que le principe sur l’un, dont parle Plotin, était le fruit d’une induction. Toutefois on peut imaginer que, chez Plotin, le souci de distinguer entre une construction a posteriori de cet axiome et son existence a priori, exprime une polémique, implicite et de portée générale, contre l’idée que les axiomes ne précèdent pas les appréhensions des objets sensibles et qu’ils en sont une conséquence. En ce sens, on pourrait penser que Plotin vise les Stoïciens, dans la mesure où ces derniers considéraient certains axiomes, ou notions communes, comme dérivant de l’observation du monde sensible. Par exemple ils estimaient que les êtres humains dérivent la notion des dieux à partir de l’expérience de la beauté dans l’univers sensible : d’après sa forme, ses couleurs, ses dimensions, la variété de ses astres et les spectacles qu’offre la vision de sa voûte céleste21.

  • 22 Cf. ARISTOT., Eth. Nic. A 1. 1094 a 3 (τἀγαθόν οὗ πάντʹ ἐφίεται). On peut dire, à propos de cette r (...)
  • 23 Cf. STEEL (Carlos), « L’Un et le Bien. Les raisons d’une identification dans la tradition platonici (...)

16Il sied toutefois de remarquer la priorité que Plotin accorde à son principe sur l’un par rapport à tout autre principe, y compris le principe sur le bien, selon lequel toute chose cherche à atteindre le bien (ch. 1, 11-12)22. Cela montre que, malgré l’identification de facto, dans la tradition platonicienne, de l’un et du bien, la notion de l’un a quand même, aux yeux de Plotin, une priorité logique par rapport à la notion du bien, car la vérité de l’axiome sur le bien dépend de celle de l’axiome sur l’un, et non pas l’inverse23.

  • 24 Cf. les traductions de V. Cilento (Plotino, Enneadi, a cura di CILENTO (Vincenzo), Laterza, Bari, 1 (...)

17Or c’est la somme de ces caractéristiques d’excellence du principe relatif à ce qui est un et identique numériquement (c’est-à-dire l’universalité et la primitivité de cette notion, ainsi que sa priorité par rapport au principe sur le bien) qui conduit la pensée à la considération de l’Un, cause plotinienne ultime. En effet, l’un, en chaque étant, renvoie à l’Un, absolument transcendant, origine et fin de toute chose. Ce n’est pas un hasard si certains traducteurs et interprètes de ce traité de Plotin passent du « u » minuscule (« un ») au « u » majuscule (« Un »), aux lignes 13-18 de ce premier chapitre24.

  • 25 Aristote était d’ailleurs aussi présent dans la caractérisation du bien comme étant ce à quoi toute (...)

18La présentation, faite par Aristote, de l’excellence du principe de contradiction en Métaphysique Γ a contribué à façonner chez Plotin l’excellence du principe sur l’un dans les étants, qui finit par renvoyer à l’Un transcendant25.

II. Le chapitre 2 : reprise de certaines règles aristotéliciennes de méthode

19Dans le deuxième chapitre du traité plotinien ici considéré, la présence d’Aristote est encore plus massive et concerne la méthode à suivre dans le cadre de l’étude du monde intelligible. Les règles issues de cette méthode sont, pour la plupart, tirées des Seconds analytiques d’Aristote et présentées par Plotin comme étant valables. Cela n’empêche néanmoins pas que la méthodologie aristotélicienne, utilisée dans un contexte différent de celui de son origine (chez Plotin, il s’agit de l’étude spécifique des substances intelligibles au sens platonicien en contraste avec le monde changeant du devenir), assume un visage inédit.

Or la raison, lorsqu’elle entreprit de faire un examen de ce qui est dit, puisqu’elle n’est pas elle-même quelque chose d’un mais de plutôt divisé, et qu’elle utilise, en vue de sa recherche, la nature des corps et qu’elle assume, à partir de là, les principes <qui lui correspondent>, divisa la réalité en considérant qu’elle était telle [scil. semblable à la nature corporelle], et n’eut plus foi en son unité, puisqu’elle n’avait pas fait démarrer sa recherche à partir des principes propres <à la susdite réalité>.Au contraire nous devons assumer, en vue du discours sur l’un qui est absolument, les principes propres à produire la foi [scil. dans l’unité]. Cela veut dire <que nous devons assumer des principes> intelligibles des choses intelligibles, et qui se rattachent à la réalité véritable » (ll. 1-9).

Si quelqu’un parle de ces choses-là [scil. celles du devenir], à partir de leur nature et de ce qui est reconnu comme vrai à leur propos, il raisonne de manière vraisemblable par des moyens vraisemblables, en produisant des syllogismes à leur tour vraisemblables.
En revanche, quand quelqu’un produit ses arguments à propos des intelligibles, en saisissant la nature de la réalité dont il s’occupe, celui-là pose correctement les principes de ces arguments-là, sans s’en écarter comme par oubli <pour aller> vers une autre nature, mais sous le guide de cette nature même, en la comprenant ; puisque partout, le ‘qu’est-ce que c’est ?’est principe, on dit aussi que pour ceux qui l’ont bien défini, la plupart des accidents sont également connus. Or, à plus forte raison à propos des choses pour lesquelles tout se trouve dans le : ‘qu’est-ce que c’est ?’, il faut s’en tenir à lui [scil. au ‘qu’est-ce que c’est ?’], il faut regarder vers lui, et faire remonter à lui toutes choses (ll. 16-28).

Λόγος δὲ ἐπιχειρήσας ἐξέτασιν ποιεῖσθαι τοῦ λεγο-
μένου οὐχ ἕν τι ὤν, ἀλλά τι μεμερισμένον, παραλαμβάνων
τε εἰς τὴν ζήτησιν τὴν τῶν σωμάτων φύσιν καὶ ἐντεῦθεν
τὰς ἀρχὰς λαμβάνων ἐμέρισέ τε τὴν οὐσίαν τοιαύτην εἶναι
νομίσας, καὶ τῇ ἑνότητι ἠπίστησεν αὐτῆς ἅτε μὴ ἐξ ἀρχῶν 5
τῶν οἰκείων τὴν ὁρμὴν τῆς ζητήσεως πεποιημένος. ἡμῖν
δὲ ληπτέον εἰς τὸν ὑπὲρ τοῦ ἑνὸς καὶ πάντη ὄντος
λόγον οἰκείας εἰς πίστιν ἀρχάς· τοῦτο δ’ ἐστὶ νοητὰς νοητῶν
καὶ τῆς ἀληθινῆς οὐσίας ἐχομένας.

περὶ μὲν ἐκείνων λέγων ἄν τις ἐξ ἐκείνης τῆς
φύσεως καὶ τῶν ὑπὲρ αὐτῆς ἀξιουμένων συλλογίζοιτο ἂν
εἰκότως δι’ εἰκότων εἰκότας καὶ τοὺς συλλογισμοὺς ποιού-
μενος. Ὅταν δ’ αὖ τοὺς περὶ τῶν νοητῶν λόγους τις ποιῆ-
ται, λαμβάνων τὴν τῆς οὐσίας φύσιν περὶ ἧς πραγμα- 20
τεύεται τὰς ἀρχὰς τῶν λόγων δικαίως ἂν ποιοῖτο μὴ
παρεκβαίνων ὥσπερ ἐπιλελησμένος ἐπ’ ἄλλην φύσιν, ἀλλ’
ὑπ’ αὐτῆς ἐκείνης περὶ αὐτῆς τὴν κατανόησιν ποιούμενος,
ἐπειδὴ πανταχοῦ τὸ τί ἐστιν ἀρχή, καὶ τοῖς καλῶς ὁρισα-
μένοις λέγεται καὶ τῶν συμβεβηκότων τὰ πολλὰ γινώ- 25
σκεσθαι· οἷς δὲ καὶ πάντα ἐν τῷ τί ἐστιν ὑπάρχει, πολλῷ
μᾶλλον ἐν τούτοις ἔχεσθαι δεῖ τούτου, καὶ εἰς τοῦτο
βλεπτέον καὶ πρὸς τοῦτο πάντα ἀνενεκτέον.

  • 26 Ainsi Plotin, Schriften, übersetz von HARDER (Richard), Neubearbeitung mit griechischem Lesetext un (...)
  • 27 Or, comme nous l’avons déjà dit, Plotin expliquera clairement dans les Ennéades VI. 1-3, qu’il n’y (...)

20Tout d’abord, la question que Plotin soulève en début de chapitre (où le δέ de la ligne 1 est le pendant du μέν de l’incipit du chapitre 1, l. 2)26 concerne la façon dont la raison humaine peut comprendre la vérité du principe sur l’un, énoncée au début du traité. Le problème est en effet le suivant : comment la faculté rationnelle de l’âme humaine (λόγος, ch. 2, 1), qui n’est pas une chose une mais au contraire multiple, dans sa démarche discursive, peut-elle traiter de manière adéquate un objet dont l’essence même est l’unité (ch. 2, 1-2) ? En réponse à cette question, Plotin commence d’abord par évoquer l’erreur de méthode habituellement commise lors de l’étude de l’un : on n’utilise pas les principes qui lui sont propres. En effet, bien que l’un soit une substance intelligible, on utilise des principes plutôt tirés du monde sensible, ce qui a pour conséquence d’introduire dans l’un des divisions et des morcellements qui sont seulement caractéristiques du monde sensible (division par l’espace, par le temps et par la contrariété des qualités)27. Or Plotin, au moment même où il souligne l’originalité et la bonté de sa recherche personnelle sur l’un et l’être véritable (cf. ἡμῖν δὲ ληπτέον..., ch. 2, 6-7), énonce trois règles, qui sont tirées des Seconds analytiques d’Aristote. Il s’agit de :

  1. la conduite de l’étude d’une chose à partir des principes qui lui sont propres (ch. 2, 6-8 et 20-21) ;

  2. la défense de s’écarter de la nature de la chose étudiée pour aller vers une autre nature (ch. 2, 21-23) ;

  3. l’emploi de la définition de l’essence de la chose étudiée en tant que principe de sa connaissance (ch. 2, 24-26).

21Considérons d’abord l’adhésion de Plotin à ces règles aristotéliciennes, pour souligner ensuite la mise en contexte originale que Plotin leur fait subir.

  • 28 Cf. Anal. post. A 2. 71 b 23, 72 a 6. Ce sont des textes indiqués par les éditeurs Henry et Schwyze (...)

22Pour ce qui est de la première règle, l’utilisation de principes propres, on peut remarquer qu’Aristote avait eu pour préoccupation majeure d’établir que les étants n’appartiennent pas à un seul genre, mais qu’ils se divisent en différents genres, si bien que chacun d’eux a des principes qui lui sont propres et que la science de chaque genre se réalise à partir d’un ensemble différent de principes. Par exemple, l’arithmétique utilise, pour les nombres dont elle s’occupe, les principes qui leur sont propres, tandis que la géométrie utilisera, dans ses démarches, les principes propres aux grandeurs28. Pour Plotin, il faut donc étudier les intelligibles à partir de principes propres aux intelligibles, et non pas tirés des sensibles (ch. 2, 6-8 et 20-21).

  • 29 Cf. Anal. post. A 7. 75 a 38-39, b 3-9 ; ces passages aristotéliciens sont indiqués déjà par TORNAU (...)

23De cette première règle découle tout naturellement la deuxième, celle qu’on ne doit pas faire de μετάβασις (« transposition ») d’un genre à un autre. En effet, par exemple, si les nombres sont un genre d’étants différent de celui des grandeurs, et si chacun possède des principes épistémiques qui lui sont propres, on ne peut pas utiliser les principes des nombres pour démontrer des propriétés à propos des grandeurs, car même si on arrivait à des conclusions vraies, elles ne feraient qu’attribuer des propriétés aux grandeurs de façon accidentelle et non pas nécessaire (ainsi qu’on l’exige d’une démarche scientifique)29. Pour Plotin, il faut donc rester dans le domaine de l’intelligible sans tomber dans celui du sensible (ch. 2, 21-23).

  • 30 Cf. Anal. post. B 3. 90 b 24 ; B 13. 96 b 21-23 ; B 17. 99 a 22-23 ; ces textes des Seconds analyti (...)

24Enfin la troisième règle sert à identifier la nature et le rôle des principes dont on part pour réaliser une étude scientifique. Il s’agit en fait de la définition de l’essence des choses qui sont étudiées. A partir de cette définition, la plupart des propriétés qui appartiennent aux choses étudiées sont établies30. Pour Plotin, il faut donc commencer par définir l’essence des intelligibles dont il est question (ch. 2, 24-26).

25Si l’adoption de ces trois règles fait de Plotin un héritier de l’Aristote des Seconds analytiques, c’est dans leur mise en contexte qu’on voit toute son originalité.

  • 31 Tim. 27 d-28 a ; 52 a-b.

26D’abord, comme on l’a déjà vu, Plotin refuse l’existence d’un genre commun pour les objets intelligibles et les objets sensibles, cela en opposition implicite avec la doctrine d’Aristote exprimée dans les Catégories. Sur la base du Timée de Platon31, Plotin a nettement et inexorablement séparé le monde intelligible (l’οὐσία de Platon du monde sensible (la γένεσις, cf. ch. 2, 9-16), et a établi que chacun des deux avait ses propres principes, d’où découlent deux savoirs, à leur tour différents.

  • 32 Tim. 29 b-c.
  • 33 Mais cf., par exemple, En. VI 6 [34], 6, 26-29, où il est dit que l’intelligible rend véritable la (...)
  • 34 Cf. les 6 occurrences, dans les Ennéades, du terme συλλογισμός: En. IV 4 [28], 5, 6 et 6, 13 ; IV 5 (...)

27Deuxièmement, toujours sur la base du Timée32, Plotin a donné une évaluation différente de ces deux savoirs, car le savoir sur le sensible n’est qu’une connaissance vraisemblable (ch. 2, 16-19), tandis que le savoir qui porte sur l’intelligible peut aspirer à plus, c’est-à-dire à être une science nécessairement vraie - bien que cela ne soit pas explicitement dit ici33. Il s’ensuit de cette évaluation que toute la syllogistique d’Aristote, formalisée dans les Seconds analytiques, lorsqu’elle est appliquée au monde sensible, est comme engloutie dans le simple discours vraisemblable. D’ailleurs, toute mention du raisonnement syllogistique est accompagnée, dans l’œuvre de Plotin, d’une note dévalorisante34.

  • 35 L’affirmation de l’existence de ces réalités intelligibles simples est le propre de la métaphysique (...)

28Troisièmement, l’énonciation de la règle, selon laquelle la définition de l’essence d’une chose permet de connaître aussi ses accidents, trouve une application assez étrange, chez Plotin, par rapport à des réalités qui n’ont que leur essence, sans posséder aucun accident, étant donné leur simplicité (ch. 2, 26-28). En effet, si les êtres intelligibles ne possèdent que leur essence, et si un principe exprime cette dernière, on ne voit pas ce qu’on pourrait dériver de ce type de principe. Les principes ne seraient plus des points de départ pour commencer une recherche, et ne donneraient pas lieu à des dérivés35.

29En somme, dans le deuxième chapitre du traité, Plotin nous présente l’âme humaine ou, plus précisément, sa faculté rationnelle, en train d’entreprendre une quête de l’un, et en train de s’appuyer, pour bien conduire cette quête, sur des règles de méthode d’inspiration aristotélicienne, mais insérées dans un contexte nouveau, d’origine platonicienne, celui de l’un et du monde intelligible en général.

III. Le chapitre 3 : les raisonnements hypothétiques

  • 36 A vrai dire, le livre B de la Métaphysique d’Aristote présente plusieurs exemples de raisonnements (...)

30Après avoir énoncé, dans le deuxième chapitre, la méthode que la raison humaine doit suivre afin de bien étudier l’un et ce qui est, Plotin, dans le troisième chapitre, produit des raisonnements concrets. Et là encore, d’une façon peut-être encore plus frappante qu’auparavant, on voit la distance qui le sépare d’Aristote. En effet, la méthode formulée dans le chapitre précédent, puisqu’elle est tirée des Seconds analytiques d’Aristote, où elle est forgée pour réaliser des syllogismes démonstratifs (des arguments qui, partant de prémisses premières, vraies et immédiates, induisent de façon nécessaire une conclusion vraie, cf. Anal. post. A 2. 71 b 20-22 ), pourrait créer chez le lecteur l’attente de trouver des syllogismes démonstratifs sur l’un et sur ce qui est. Or nous trouvons plutôt des raisonnements hypothétiques dans lesquels, ayant posé au départ une certaine hypothèse (de la forme « si…, alors… »), et non pas des propositions catégoriques (de la forme, par exemple, « A appartient à tout B »), on examine les conséquences qui en découlent nécessairement. De même, en niant cette hypothèse, on considère ce qui en découle de façon aussi nécessaire. Or cette manière de procéder n’a pas vraiment de précédents aristotéliciens36 : elle est plutôt calquée sur la procédure d’argumentation qu’on trouve dans le Parménide de Platon. Pour Plotin, ce sont les arguments de forme hypothétique qui permettent de comprendre rationnellement le principe sur l’un et sur son omniprésence dans les étants (ch. 3, 17 ss.) ; c’est ce type de raisonnement hypothétique qui permet de rester dans le domaine de l’intelligible, à l’aide de la simple nécessité ou de l’impossibilité logique, sans dévier vers le monde sensible (ch. 3, 30-32).

  • 37 A la l. 16 le καί peut avoir une valeur épexégétique (« ces hypothèses, c’est-à-dire les principes (...)

Eh bien, il est nécessaire ou bien d’éliminer ces hypothèses ainsi37 que les principes susdits, en disant qu’aucune nature d’une telle sorte n’existe, ou bien, si cela est impossible et si une telle nature ou réalité existe par nécessité, <il faut> admettre ce qui a été dit dès le début, à savoir que l’un et le même par le nombre, non pas divisé mais entier, n’est éloigné d’aucune des autres choses, de toutes celles qui existent à côté de lui (ch. 3, 15-21).

Cet argument dérive tout à fait du sujet traité lui-même, en n’ayant tiré à soi rien qui soit étranger à la réalité <dont il est question> ou qui provienne de l’autre nature [scil. de celle du devenir] » (ll. 30-32).

Ἀνάγκη τοίνυν ἢ 15
τὰς ὑποθέσεις καὶ τὰς ἀρχὰς ἐκείνας ἀναιρεῖν μηδεμίαν
εἶναι τοιαύτην φύσιν λέγοντας ἤ, εἰ τοῦτό ἐστιν ἀδύνατον
*καὶ ἔστιν ἐξ ἀνάγκης τοιαύτη φύσις καὶ οὐσία, παραδέ-
χεσθαι τὸ ἐξ ἀρχῆς, τὸ ἓν καὶ ταὐτὸν ἀριθμῷ μὴ μεμεριs-
μένον, ἀλλὰ ὅλον ὄν, τῶν ἄλλων τῶν παρ’ αὐτὸ μηδενὸς 20
ἀποστατεῖν,

οὗτος δὴ ὁ λόγος ἐξ αὐτοῦ τοῦ πράγματος 30
καὶ τῆς οὐσίας ἀλλότριον οὐδὲν οὐδ’ ἐκ τῆς ἑτέρας φύσεως
ἑλκύσας.

  • 38 Toutefois Plotin avait distingué, sans véritable explicitation, la dialectique qui est auprès de l’ (...)
  • 39 Cf. PROCLUS, in Parmenidem V, 1003, 6-9 ; 1007, 10-34 ; 1033, 30-38 COUSIN (éd.).
  • 40 Cf. PROCLUS, in Parmenidem V, 1031 40-1032, 25 ; et pour l’application à l’un qui est cf. 1009 a-b.

31Le lecteur de Plotin peut s’interroger légitimement sur la nature d’un éventuel rapport entre le raisonnement syllogistique et le raisonnement hypothétique. Or, dans ce texte, on ne trouve pas de réponse explicite à ce problème (ni ailleurs dans les Ennéades, à ma connaissance). La méthode hypothétique ne démontre pas le principe sur l’un, mais permet de le défendre en considérant une série d’impossibilités dérivant de sa négation (reductio ad absurdum)38. En revanche, dans la tradition platonicienne postérieure à Plotin, la question du rapport entre les méthodes syllogistique et hypothétique trouve un développement explicite, par exemple dans le commentaire de Proclus sur le Parménide de Platon, au cinquième livre. Dans ce texte spécialement consacré aux procédures de la dialectique, on lit que les méthodes de définition et de démonstration syllogistique sont subordonnées à la méthode hypothétique qui les utilise et les couronne. Et la méthode hypothétique a comme domaine d’application tout étant sensible et intelligible, à l’exclusion de l’Un transcendant. Il s’agit toutefois d’une méthode qui est orientée vers l’Un et qui a pour vocation de sauver les âmes, car elle les conduit par des raisonnements discursifs à la contemplation du divin39. Les exemples d’application de cette méthode, fournis par Proclus, concernent des réalités qui regardent le sensible (génération et corruption) ainsi qu’intelligibles (la providence, l’âme, les cinq genres suprêmes et l’un)40.

IV. Le chapitre 4 : omniprésence de la divinité

  • 41 Il semble aux éditeurs que cette conception de l’omniprésence du divin est formulée d’une manière a (...)

32Dans le chapitre 4, Plotin reprend de nouveau l’exercice rationnel de compréhension du principe sur l’un, en partant d’une nouvelle considération, celle de l’omniprésence de tout dieu41.

Mais considère aussi, si tu le veux bien, l’<argument> suivant : nous ne disons pas que le dieu est ici, mais non pas là. En effet tous ceux qui ont une notion des dieux jugent non seulement à propos de celui-là [scil. du dieu suprême] mais aussi à propos de tous les dieux, qu’ils sont présents partout, et la raison dit pareillement qu’il faut établir qu’il en est ainsi (ch. 4, 1-5).

Ἰδὲ δέ, εἰ βούλει, καὶ τόνδε· τὸν θεὸν οὐ πῇ μὲν
εἶναι, πῇ δ’ οὐκ εἶναί φαμεν. Ἔστι γὰρ ἀξιούμενόν τε
παρὰ πᾶσι τοῖς ἔννοιαν ἔχουσι θεῶν οὐ μόνον περὶ ἐκείνου,
ἀλλὰ καὶ περὶ πάντων λέγειν θεῶν, ὡς πανταχοῦ πάρεισι,
καὶ ὁ λόγος δέ φησι δεῖν οὕτω τίθεσθαι. 5

  • 42 Cf. l’emploi de « Un » dans les traductions de E. Bréhier (Plotin, Ennéades VI, par BRÉHIER (Émile) (...)
  • 43 L’image du centre à propos de l’Un est chère à Plotin qui l’utilise aussi ailleurs, cf. En. I 7 [54 (...)
  • 44 Il s’agit de Metaph. Δ 4. 1015 a 7 (sur la matière première, à propos du ch. 11, 37), et de De an. (...)

33Dans ce chapitre 4, encore une fois, Plotin ne produit pas de syllogismes, mais des raisonnements de forme hypothétique, dont la force argumentative est limitée,comme c’est le cas pour tout raisonnement discursif. Ces arguments de forme hypothétique finissent par renvoyer à l’Un transcendant (ch. 4, 17-20)42. Par conséquent, Plotin quitte à ce moment-là le registre du raisonnement hypothétique même, pour adopter, à sa place, celui de l’image et de la métaphore. Il commence ainsi par décrire l’Un transcendant comme le centre d’une sphère (ch. 4, 22), vers lequel toute autre chose converge, et il développe aussi cette image tout au long du chapitre suivant (ch.5)43.A partir du chapitre 5, nous n’avons plus de renvoi, en tout cas méthodologique, à Aristote, si ce n’est pour deux références, vers la fin du traité44.

V. Schéma récapitulatif et conclusions

34Nous pouvons maintenant indiquer l’ensemble des textes d’Aristote qui nous ont paru pertinents pour la compréhension du texte plotinien considéré (les textes aristotéliciens qu’on ne trouve pas dans l’apparat de l’édition d’Henry et Schwyzer sont signalés en gras) :

Plotin, En. VI 5 [23], chap. 1 :

l. 1 : ARISTOT., Cat. 5. 4 a 10-11, 17-18 (caractéristique propre de la substance)
l. 5 : Metaph. G 3. 1005 b 32-34 (emploi de δόξα)
l : 9 : Metaph. Γ 3. 1005 b 11-12, 17-18, 22-23 (statut du principe de contradiction)
ll. 11-12 : Eth. Nic.A 1. 1094 a 3 (désir du bien de la part de toutes choses)

Chap. 2 :

  • 45 Ces deux textes ont été déjà indiqués par TORNAU (cf. ici la note 29).

ll. 5-6 : Anal. post.A 2. 71 b 22-23, 72 a 5-6 ; A 32. 88 a 18-19, 31 ; 88 a 36-88 b 3 ; 88 b 25-27 (principes impropres)
l. 8 : A 6. 74 b 24-26 ; A 9. 76 a 4-7, 13-15 ; A 28. 87 a 39-b 1 (principes propres)
ll. 20-22 : An. post. A 7. 75 a 38-39 ; 75 b 3-10 (défense de μεταβασις)45
l. 24 : Anal. post. B 3. 90 b 24-25 ; B 13. 96 b 22-23 B 17. 99 a 22-23 ; Metaph. M 4. 1078 b 23-25  (définition de l’essence comme principe).

35Pour conclure sur la section initiale de l’Ennéade VI . 5, nous pouvons affirmer qu’Aristote y est significativement présent, pour ce qui est de la caractérisation du principe de contradiction adaptée à celle du principe plotinien sur l’un, pour la notion du bien en tant que réalité à laquelle toute chose aspire (ch. 1), et, surtout, pour l’indication des trois règles à suivre pour réaliser une étude correcte de l’un et de l’intelligible en général (ch. 2). Pour ces règles, les Seconds analytiques sont mis à profit. Toutefois, leur mise en contexte dans la philosophie plotinienne leur donne un aspect nouveau, car ces règles finissent par précéder non pas des raisonnements syllogistiques, mais plutôt des raisonnements hypothétiques.

36Le chemin rationnel de l’âme en quête de l’un et de l’être a besoin des repères de méthode aristotéliciens, mais il finit par déboucher sur l’Un transcendant, à propos duquel aucun raisonnement n’est plus adéquat (ni celui de forme syllogistique ni celui de forme hypothétique) et dont on s’approche, de façon approximative, plutôt par des images et des métaphores, comme celle du centre d’une sphère. Il est tout de même étonnant de voir que, dans la construction de son hénologie, Plotin récupère Aristote, fervent critique des idées de Platon et de son monde intelligible.

37La stratégie générale, qui sera au cœur même du platonisme tardif, semble être celle d’une assimilation de l’enseignement aristotélicien des Seconds analytiques, jugé et adapté selon les exigences d’une métaphysique du monde intelligible, et même d’une hénologie inspirée de Platon.

Je souhaite remercier les participants au Colloque sur Plotin pour leurs commentaires fort utiles lors de la présentation de cette contribution, en particulier L. Brisson, F. Fronterotta, P.-M. Morel, J. Opsomer et J.-F. Pradeau. Ma sincère reconnaissance va aussi à J. Barnes pour sa lecture de la version écrite de ce travail. Les observations du rapporteur aussi ont été très utiles. Enfin M. L. Lavaud a eu la gentillesse de corriger le français de ce texte.

Haut de page

Bibliographie

Textes principaux :

ARISTOTE, [Catégories].Texte établi et traduit par BODÉÜS (Richard), Les Belles Lettres, Paris, 2001.

ARISTOTELES, Analytica priora et posteriora, ed. ROSS (William David), O.C.T., Clarendon Press, Oxford, 1964.

ARISTOTE, Organon, IV. Les Seconds Analytiques, traduction nouvelle et notes par TRICOT (Jules),Vrin, Paris, 1995.

ARISTOTLE, Posterior Analytics. Tranlsated with a Commentary by BARNES (Jonathan), Clarendon Press, Oxford, 19942 [première édition 1975].

ARISTOTLE, Metaphysics, I-II. A Revised Text with Introduction and Commentaries by ROSS (William David), Clarendon Press, Oxford 19532 [première édition 1924].

ARISTOTE, Métaphysique. Tome I. Traduction et notes par TRICOT (Jules),Vrin, Paris, 1991 [première édition 1933].

ARISTOTLE.Metaphysics, Book B and Book K 1-2.Translated with a Commentary by MADIGAN (Arthur), SJ, Clarendon Press, Oxford, 1999.

PLOTINUS, Opera omnia, ed. CREUZER (Fridericus), e typographeo academico, Oxonii, 1835.

PLOTIN, Ennéades VI.Texte établi et traduit par BRÉHIER (Émile), Les Belles Lettres, Paris, 1936.

PLOTINO, Enneadi, vol. III. Prima versione integrale e commentario critico a cura di CILENTO (Vincenzo), Laterza, Bari, 1949.

PLOTIN, Schriften, übersetz von HARDER (Richard), Neubearbeitung mit griechischem Lesetext und Anmerkungen fortgefürt von BEUTLER (Rudolf) und THEILER (Willy), Band II b, die Schriften 22-29 der chronologischen Reihenfolge, Felix Meiner Verlag, Hamburg, 1962.

PLOTINUS, Works. Enneads, with an English Translation by ARMSTRONG (Arthur Hilary), Harvard University Press, Cambridge Massachussets, 1988.

PLOTINO, Enneadi, vol. II, a cura di CASAGLIA (Mario), GUIDELLI (Chiara), LINGUITI (Alessandro), MORIANI (Fausto), U.T.E.T.,Torino, 1998.

PLOTINO, Enéadas, Libros V-VI, introd., trad. & notas de IGAL (Jésus), Gredos, Madrid, 1998.

PLOTIN, Enneaden VI 4-5 [22-23]. Ein Kommentar, von TORNAU (Christian),Teubner, Leipzig, 1998.

PLOTINO, Enneadi, traduzione, introduzione, note e bibliografia di FAGGIN (Giuseppe), Rusconi, Milano, 19995 (première édition 1992). PLOTIN, Traités 22-26 : traité 22-23 traduit par DUFOUR (Richard).Traductions sous la direction de BRISSON (Luc) et PRADEAU (Jean-François), GF Flammarion, Paris, 2004.

PLOTINO, Enneadi VI 1-3, introduzione, testo greco, traduzione, commento a cura di ISNARDI PARENTE (Margherita), Loffredo editore, Napoli, 1994.

SLEEMAN (John H.) - POLLET (Gilbert), Lexicon Plotinianum, Brill, Leiden, 1980.

Études :

BARNES (Jonathan), « Les Catégories et les ‘Catégories’« , dans BRUUN (Otto) - CORTI (Lorenzo) (éd.), Les Catégories et leur histoire, Vrin, Paris, 2005, p. 11-80.

BEIERWALTES (Werner), Pensare l’Uno, Vita e Pensiero, Milano, 1991 (trad. it. de Denken des Einen, 1985).

CHIARADONNA (Riccardo), Sostanza movimento analogia. Plotino critico di Aristotele, Bibliopolis, Napoli, 2002.

CHIESA (Curzio), « Porphyre et le problème de la substance », dans BRUUN (Otto) - CORTI (Lorenzo) (éd.), Les Catégories et leur histoire,Vrin, Paris, 2005, p. 81-101.

DUFOUR (Richard), Plotinus : A Bibliography 1950-2000, dans Phronesis 46. 3 (2001).

EMILSSON (Eyjölfur Kjalar), « L’ontologie de Plotin dans l’Ennéade VI. 4-5 », dans Contre Platon I. Le platonisme dévoilé. Textes réunis par DIXSAUT (Monique),Vrin, Paris, 1993, p. 157-173.

FERWERDA (Rein), La signification des images et des métaphores dans la pensée de Plotin, J. B.Wolters, Groningen, 1965.

GRAESER (Andreas), Plotinus and the Stoics. A Preliminary Study, Brill, Leiden, 1972.

GURTLER (Gary M.), SJ, « Plotinus and the Platonic Parmenides », IPQ, 1992, p. 443-457.

HALFWASSEN (Jens), « Sur la limitation du principe de contradiction chez Denys », Diotima, 1995, p. 46-50.

HALFWASSEN (Jens), Hegel und der spätantike Neuplatonismus. Untersuchungen zur Metaphysik des Einen und des Nous in Hegels spekulativer und geschichtlicher Deutung, Bouvier Verlag, Bonn, 1999.

HARDER (Richard), Eine neue Schrift Plotins, dans R.H., Kleine Schriften, München 1960, p. 303-313.

LEE (Jonathan Scott), « The Doctrine of Reception according to the Capacity of the Recipient in Ennead VI. 4-5 », dans Dionysius, 1979, p. 79-97.

LONGO (Angela), Siriano e i principi della scienza, Bibliopolis, Napoli, 2005.

O’MEARA (Dominic John), « The Problem of Omnipresence in Plotinus Ennead VI. 4-5.A Reply », dans Dionysius, 1980, p. 61-73.

O’MEARA (Dominic John), Plotin. Une introduction aux ‘Ennéades’, Academic Press- Éditions du Cerf, Fribourg Suisse – Paris, 20042 [première édition1993].

OPSOMER (Jan), In the Search of the Truth. Academic Tendencies in Middle Platonism, Paleis der Akademiën, Brussel, 1998.

SCHRENK (Lawrence P.), « The Middle Platonic Reception of Aristotelian Science », RhM, 1993, p. 342-359.

STEEL (Carlos), « L’Un et le Bien. Les raisons d’une identification dans la tradition platonicienne », RSPh, 1989, p. 69-85.

STRANGE (Steven K.), « Plotinus’Account of Participation in Ennead VI. 4-5 », JHPh, 1992, p. 479-496.

WAGNER (Michael F.), « Plotinus’ Idealism and the Problem of Matter in Enneads VI. 4-5 », dans Dionysius, 1986, p. 57-83.

Haut de page

Notes

1 Cf. PLOT., En. VI 1 [42], chapitre 1-3. Pour un bilan récent et détaillé des études concernant la critique que Plotin développe à l’encontre des Catégories d’Aristote cf. CHIARADONNA (Riccardo), Sostanza movimento analogia. Plotino critico di Aristotele, Bibliopolis, Napoli, 2002, p. 15-54. Pour une synthèse de la réception des Catégories dans l’Antiquité et jusqu’à nos jours cf. BARNES (Jonathan), « Les Catégories et les‘Catégories’« , dans BRUUN (Otto) - CORTI (Lorenzo) (éd.), Les Catégories et leur histoire, Vrin, Paris, 2005, p. 11-80, en particulier la section D’Andronicus à Porphyre, p. 32-48.

2 Cf. En. VI 1 [42], 1, 25-28 ; 2-4 ; 3, 21 ; En. VI 2 [43], 1, 21-22.

3 En. VI 1 [42], 1, 28-30.

4 En. VI 1 [42], 1, 26-27.

5 En. VI 1 [42], 2, 16-18 ; cf. ARISTOT., Cat. 5. 4 a 10-11 et 17-18. A vrai dire, Plotin ne croit pas que la doctrine de la substance élaborée par Aristote puisse expliquer les choses sensibles non plus, car les catégories aristotéliciennes seraient le fruit d’un rassemblement purement empirique de choses semblables, sans que la vraie nature de la substance sensible soit montrée, et sans qu’un critère positif de ce rassemblement soit énoncé ni justifié. Pour Plotin, d’ailleurs, il serait impossible de saisir la nature de la substance sensible elle-même sans faire appel à la substance intelligible (cf. CHIARADONNA, op. cit., p. 55-146, en particulier p. 65,77-78,81 note 67,109,112-113 ; BARNES, art. cit., p. 43). La tentative que fait Porphyre de concilier Aristote et Plotin sur le terrain des catégories, malgré son énorme influence historique, reste – d’un point de vue strictement philosophique – extérieure aux convictions et d’Aristote et de Plotin. Sur la difficulté conceptuelle (voir l’impossibilité) d’une telle opération porphyrienne voir récemment CHIESA (Curzio), « Porphyre et le problème de la substance », dans BRUUN (Otto) - CORTI (Lorenzo) (éd.), Les Catégories et leur histoire, Vrin, Paris, 2005, p. 81-101.

6 En. VI 1 [42], 3, 21-22.

7 En. VI 2 [43], 1, 21-24 (γελοῖον γὰρ ὐφ’ ἕν θέσθαι τὸ ὂν τῷ μὴ ὄντι, 23-24).

8 Remarquons que l’être authentique est objet de recherche en tant que non-un, cf. En. VI 2 [43], 1, 31 (ὡς οὐχ ἑνὸς ὄντος). Plotin explique en effet qu’il entend l’être comme un et plusieurs ensemble (ἓν ἅμα καὶ πολλά́, En. VI 2 [43], 2, 2 ; cf. PLAT., Parm. 145 a 2), et que la multiplicité de l’être signifie qu’il n’y a pas un seul genre qui embrasse tout l’être (En. VI 2 [43], 2, 42-43). Les genres suprêmes sont : être, mouvement, repos, identité, différence (En. VI 2 [43], chapitre 8). Tandis que les genres sont multiples, l’Un est au-dessus d’eux et il en est la cause (En. VI 2 [43], 3, 1-8). La recherche de Plotin va donc concerner les êtres et non pas l’Un qui est au-delà d’eux (En. VI 2 [43], 3, 9-10).

9 En. VI 2 [43], 1, 30-33.

10 Il vaut la peine d’observer que dans tous les cas où Plotin dans les Ennéades s’inspire des Seconds analytiques (du moins selon l’index fontium d’Henry et Schwyzer (editio minor), qui est à compléter), il partage l’enseignement qui y est exprimé, et ne le conteste pas, à la différence de ce qui se passe, de façon macroscopique, avec les Catégories. La liste des emprunts plotiniens aux Seconds analytiques devrait, à l’état actuel des études, être enrichie, et une recherche systématique et unitaire de la présence ainsi que de l’emploi de cet ouvrage aristotélicien chez Plotin mériterait d’être menée. Sur une ébauche de la réception des Seconds Analytiques avant Plotin cf. SCHRENK (Lawrence P.), « The Middle Platonic Reception of Aristotelian Science », RhM,1993,p.342-359.

11 La traduction des passages plotiniens cités est la mienne.

12 Cf. Cat. 5. 4 a 10-11 (μάλιστα δὲ ἴδιον τῆς οὐσίας δοκεῖ εἶναι τὸ ταὐτὸν καὶ ἓν ἀριθμῷ ὂν τῶν ἐναντίων εἶναι δεκτικόν, « mais ce qui est surtout propre à la substance, semble-t-il, c’est que, tout en étant la même et une numériquement, elle est capable de recevoir les contraires »,Aristote,[Catégories].Texte établi et traduit par BODÉÜS (Richard), Les Belles Lettres, Paris, 2001, p. 16), et 4 a 17-18.

13 Dans un traité plus tardif que le nôtre, En. VI 1 [42], Plotin affirme polémiquement contre Aristote que le fait de saisir la caractéristique propre de la substance ne signifie pas saisir son essence, et de surcroît il doute que le caractère propre susmentionné (voir citation dans la note précédente) couvre vraiment tous les cas de substance (En.VI 1 [42],2,15-18 ; cf. CHIARADONNA, op. cit., p.  87-89, 116-117).

14 Cf. Metaph. G 3. 1005 b 11-12 (βεβαιοτάτη δʹ ἀρχὴ πασῶν περὶ ἣν διαψευσθῆναι ἀδύνατον, « le principe le plus certain de tous est celui au sujet duquel il est impossible de se tromper »), 17-18 (ὅτι μὲν οὖν βεβαιοτάτη ἡ τοιαύτη πασῶν ἀρχή, δῆλον, « évidemment alors un tel principe est le plus certain de tous »), 22-23 (αυτη δὴ πασων͂ ἐστὶ βεβαιοτάτη τῶν ἀρχῶν, « tel est donc le plus certain de tous les principes », Aristote, Métaphysique. Tomes I. Traduction et notes par TRICOT (Jules), Vrin, Paris, 1991 [première édition 1933], p. 121-122) ; on peut remarquer que Plotin a remplacé le génitif pluriel féminin de comparaison (πασῶν), utilisé par Aristote, avec un génitif pluriel neutre objectif (πάντων) ; mais la formule n’a pas pour autant changé de sens, car le génitif de comparaison (« le principe le plus certain parmi tous les principes ») était en fait pléonastique, et le génitif objectif (« le principe de toutes les choses le plus certain ») ne fait que rendre explicite ce qui est déjà présent dans le texte d’Aristote. Grâce au TLG nous avons pu constater que cette reprise de la description du statut du principe de contradiction, exprimée par Aristote en Metaph. Γ, se trouve seulement dans ce traité plotinien, et nulle part ailleurs dans le reste des Ennéades.

15 Metaph. Γ3. 1005 b 11-17 ; cf. pour une analyse du principe de contradiction chez Aristote et dans l’exégèse qu’en propose le platonicien Syrianus (Ve siècle ap. J.-C.) LONGO (Angela), Siriano e i principi della scienza, Bibliopolis, Napoli, 2005, ch. 3, p. 83-140.

16 Cf. Metaph. Γ 3. 1005 b 33, et déjà Metaph. B 2. 996 b 28. À propos de ce dernier texte aristotélicien, A. Madigan observe : « In the present context [scil. 996 b 27-31] there is nothing pejorative about the term doxai, ‘opinions’ ; the point is not that they are of lesser epistemic standing than other items, but rather that they seem true (dokein) to human beings generally. The common opinions are, first of all, principles like non-contradiction and excluded middle » (Aristotle. Metaphysics, Book B and Book K 1-2. Translated with a Commentary by MADIGAN (Arthur), SJ, Clarendon Press, Oxford, 1999, p.  41).

17 Pour cet usage de πίστις cf. ARISTOT., An. pr. 68 b 13-14 ; An. post. A 2. 72 a 25-b4 (ce texte aristotélicien a été déjà indiqué par Tornau : Plotin, Enneaden VI 4-5 [22-23]. Ein Kommentar, von TORNAU (Christian), Teubner, Leipzig, 1998, p. 337) ; A 22. 84 a 7-8 ; B 3. 90 b 14. Observons que, en général, chez Plotin le terme πισ́ τις a une signification positive à la différence de δοξ́ α (cf. SLEEMAN (John H.) - POLLET (Gilbert), Lexicon Plotinianum, Brill, Leiden, 1980, s. v.).

18 Cf. HALFWASSEN (Jens), « Sur la limitation du principe de contradiction chez Denys », Diotima, 1995, p. 46-50, en particulier p. 48 (« Aristote avait fait du principe de contradiction le principe suprême de l’ontologie et de la logique (Mét., IV, 3-4) : il est, d’après lui, la βεβαιοτάτη ἀρχὴ πασῶν. Plotin cite cette formule aristotélicienne (VI 5, 1, 9) sans toutefois désigner par là le principe de contradiction, mais plutôt la liaison inséparable de tout être réel avec et dans la force de l’unité, partout présente sous forme non séparée ») ; TORNAU, op. cit., ad locum p. 325 ; CHIARADONNA, op. cit., p. 121 note 121.

19 Les modalités de la présence de l’un dans tout étant est un aspect problématique de la philosophie plotinienne dont nous ne nous occupons pas ici, car il n’est pas immédiatement pertinent au sujet de notre recherche ; toutefois il convient de rappeler à ce propos les étu- des suivantes : LEE (Jonathan Scott), « The Doctrine of Reception according to the Capacity of the Recipient in Ennead VI.4-5 », dans Dionysius, 1979, p. 79-97 ; O’MEARA (Dominic John), « The Problem of Omnipresence in Plotinus Ennead VI. 4-5.A Reply », dans Dionysius, 1980, p. 61-73 ; WAGNER (Michael F.), « Plotinus’ Idealism and the Problem of Matter in Enneads VI. 4-5 », dans Dionysius, 1986, p. 57-83 ; GURTLER (Gary M.), SJ, « Plotinus and the Platonic Parmenides », IPQ, 1992, p. 443-457 ; STRANGE (Steven K.), « Plotinus’ Account of Participation in Ennead VI. 4-5 », JHPh, 1992, p. 479-496 ; EMILSSON (Eyjölfur Kjalar), « L’ontologie de Plotin dans l’Ennéade VI. 4-5 », dans Contre Platon I. Le platonisme dévoilé. Textes réunis par DIXSAUT (Monique), Vrin, Paris, 1993, p. 157-173 ; O’MEARA (Dominic John),, Plotin. Une introduction aux ‘Ennéades’, Academic Press - Éditions du Cerf, Fribourg Suisse – Paris, 20042 (première édition1993), p. 25-37.

20 En effet, selon Plotin, tous les hommes possèdent la notion du dieu qui habite dans chacun et peuvent la formuler par le fait d’une impulsion spontanée (κινούμενοι αὐτοφυῶς λέγωσι, ll. 2-3) ) ;elle n’est en outre pas le fruit d’une induction à partir des individus sensibles, car elle préexiste à tout sensible (μὴ ἐκ τῶν καθέκαστα συγκεφαλαιωθεῖσα [scil. le principe de l’un qui est], ἀλλὰ πρὸ τῶν καθέκαστα πάντων προελθοῦσα, ll. 10-11).

21 L’apparatus fontium de l’édition d’Henry-Schwyzer pour la l. 2 peut être trompeur, dans la mesure où il indique un pur parallèle lexical (l’emploi de l’expression κοινὴ ἔννοια déjà chez les Stoïciens, cf. AËTIUS, Placita I 6 = SVF II 1009, p. 99, 10-300, 5). Mais pour les Stoïciens ces notions étaient tirées de l’observation des sensibles (εσχον [scil. les êtres humains] δὲ ἔννοιαν τούτου [scil. du dieu] πρῶτον μὲν πὸ τοῦ κάλλους τῶν ἐμφαινομένων προσλαμβάνοντες, SVF II 1009, p. 299, 13-14 ; ἐλαβομεν δὲ ἐκ τούτου [scil. de l’observation de l’univers] ἔννοιαν θεου,͂ p. 300, 5). Plotin n’est pas le premier à utiliser des expressions typiquement stoïciennes pour critiquer la conception stoïcienne qui les sous-tend. D’autres auteurs, antérieurs à Plotin, avaient déjà réinterprété, dans un sens conforme au platonisme, l’origine des notions communes dont parlaient les Stoïciens. En effet, pour les Platoniciens pré-plotiniens ces notions communes étaient appréhendées par les âmes humaines dans leur vie précédant la descente dans un corps, et leur connaissance était récupérée grâce à la réminiscence, cf. OPSOMER (Jan), In the Search of the Truth. Academic Tendencies in Middle Platonism, Paleis der Akademiën, Brussel, 1998, p. 49-50 (le cas du commentateur anonyme du Théétète), p. 206-210 (Plutarque).

22 Cf. ARISTOT., Eth. Nic. A 1. 1094 a 3 (τἀγαθόν οὗ πάντʹ ἐφίεται). On peut dire, à propos de cette reprise de la formule aristotélicienne de l’Ethique à Nicomaque, quelque chose de semblable à ce qui a déjà été affirmé à propos de la reprise de la formule des Catégories sur le propre de la substance. En effet, ici aussi, on observe qu’un changement se produit dans des traités plotiniens plus tardifs car, par la suite, Plotin insistera non pas sur une distinction entre la notion d’un et celle de bien, mais plutôt sur la distinction entre l’intellect et le bien, notamment sur la subordination de l’intellect, et de son acte de penser, au bien (cf. En.VI 7 [38], 20, 17 ss. ;VI 8 [39], 7, 1 ss. ; I 8 [51], 2, 3 ss. ; I 7 [54], 1, 18 ss.). Cela s’avère être une polémique implicite avec la place de principe suprême qu’Aristote avait accordée à l’intellect en acte dans Métaphysique Λ. Si, dans les traités plotiniens postérieurs à VI 5 [23] prévaut une intention critique, consistant à subordonner l’intellect au bien, dans notre passage (ch. 1, 11-14), on a l’impression de trouver plutôt la réalisation d’un développement interne au platonisme, de sorte que l’antériorité logique de l’axiome sur l’un est affirmée par rapport à l’axiome sur le bien (Tornau est conscient que cela peut provoquer un décalage entre l’un et le bien, et il essaie d’y remédier en disant que l’un est antérieur non pas au bien, mais au désir du bien ; cela n’est pas nécessaire, dans la mesure où le fait que l’axiome du bien est dérivé de celui de l’un n’implique pas que l’un soit antérieur – d’un point de vue temporel, et non pas simplement logique – au bien, cf. TORNAU, op. cit., p. 326).

23 Cf. STEEL (Carlos), « L’Un et le Bien. Les raisons d’une identification dans la tradition platonicienne », RSPh, 1989, p. 69-85, en particulier p. 80-81, et p. 74 note 30, où est cité notre texte plotinien. On remarquera, en passant, que Syrianus, dans son commentaire sur la Métaphysique d’Aristote, placera le principe concernant le bien, selon lequel le bien est ce qu’il y a de plus désirable, au-dessus du principe de contradiction (cf. SYRIAN., in metaph., p. 2, 25-28).

24 Cf. les traductions de V. Cilento (Plotino, Enneadi, a cura di CILENTO (Vincenzo), Laterza, Bari, 1949, p. 270), G. Faggin (Plotino, Enneadi, a cura di FAGGIN (Giuseppe), Rusconi, Milano, 19995, p. 1147), DUFOUR (Richard) (dans Plotin, Traités 22-26.Traductions sous la direction de BRISSON (Luc) et PRADEAU (Jean-François), GF Flammarion, Paris, 2004, p. 54-55).

25 Aristote était d’ailleurs aussi présent dans la caractérisation du bien comme étant ce à quoi toute chose aspire (cf. Eth. Nic. A 1. 1094 a 3).

26 Ainsi Plotin, Schriften, übersetz von HARDER (Richard), Neubearbeitung mit griechischem Lesetext und Anmerkungen fortgefürt von BEUTLER (Rudolf) und THEILER (Willy), Band II b, die Schriften 22-29 der chronologischen Reihenfolge, Felix Meiner Verlag, Hamburg, 1962, note p. 412 ; et TORNAU, op. cit., note p. 321.

27 Or, comme nous l’avons déjà dit, Plotin expliquera clairement dans les Ennéades VI. 1-3, qu’il n’y a pas de genre commun au monde intelligible et au monde sensible ; par conséquent, les catégories élaborées par Aristote ne peuvent s’appliquer légitimement qu’au monde sensible, tandis qu’elles seraient utilisées à tort pour le monde intelligible.

28 Cf. Anal. post. A 2. 71 b 23, 72 a 6. Ce sont des textes indiqués par les éditeurs Henry et Schwyzer dans l’apparat des sources. R. Chiaradonna observe à juste titre que la présence de ces deux textes aristotéliciens montre que Plotin est encore, à ce stade (dans les traités 22-23), en mesure d’employer des termes et des concepts aristotéliciens, malgré sa distance doctrinale quant à la conception de la substance (CHIARADONNA, op. cit., p. 145). Plotin articule sa pensée sur les principes en deux temps, en disant d’abord que, dans le passé, on a commis l’erreur d’assumer des principes inappropriés au monde intelligible ; et en affirmant ensuite que sa tâche à lui consistera à assumer justement des principes propres aux intelligibles. Pour ce qui est du premier temps (reconnaissance de l’emploi fait, par d’autres, de principes impropres, probablement de la part d’Aristote lui-même dans les Catégories, mais pas seulement) on peut signaler Anal. post. A 6. 74 b 24-26, où il est spécifiquement question de quelque chose qui, même étant vrai, ne peut toutefois pas valoir comme principe propre, ne correspondant en effet pas au genre d’objet à propos duquel on construit les démonstrations (οὐ γὰρ τὸ ἔνδοξον ἡμῖν ἀρχή ἐστιν, ἀλλὰ τὸ πρῶτον τοῦ γένος περὶ ὃ δείκνυται · καὶ τἀληθὲς οὐ πᾶν οἰκεῖον, « en effet, ce qui est conforme à une opinion renommée n’est pas principe : peut seulement l’être ce qui est premier dans le genre que la démonstration a pour objet ; de plus, une proposition vraie n’est pas toujours appropriée », TRICOT, trad. cit., p. 38, avec modifications) ; ainsi qu’ Anal. post. A. 32, qui contient un développement important sur le fait que tout principe ne peut pas fonctionner comme principe de toute démonstration, en particulier A 32. 88 a 18-19, 31 ; 88 a 36-88 b3 ; 88 b 25-27 (δέδεκται γὰρ ὅτι ἄλλαι ἀρχαὶ τῷ γενει εἰσὶν αἱ τῶν διαφόρων τῷ γενει, « puisqu’il a été démontré que les principes des choses génériquement différentes sont eux-mêmes génériquement différents », TRICOT, trad. cit., p. 154). Pour ce qui est du deuxième temps de la réflexion plotinienne (l’emploi positif de principes propres), signalons Anal. post. A 9. 76 a 4-7, 14-15 (οὐκ ἔστιν ἀποδεῖξαι ἕκαστον ἁπλῶς ἀλλ’ ἢ ἐκ τῶν ἑκάστου ἀρχῶν, « il n’y a démonstration, au sens propre, d’un attribut, qu’à partir de ses principes appropriés », TRICOT, trad. cit., p. 52) ; A 28. 87 b 1-3 (τούτου δὲ σημεῖον, ὅταν εἰς τὰ ἀναπόδεικτα ἔλθῆ· δεῖ γὰρ αὐτὰ ἐν τῷ αὐτῷ γένει εἶναι τοῖς ἀποδεδειγμένοις, « la preuve en est que, lorsque l’on arrive aux prémisses indémontrables d’une science, elles doivent être contenues dans le même genre que les conclusions qui en sont démontrées », TRICOT, trad. cit., p. 144) ; pour un commentaire des différents passages des Seconds Analytiques nous renvoyons à Aristotle, Posterior Analytics. Translated with a Commentary by BARNES (Jonathan), Clarendon Press, Oxford, 19942 [première édition 1975], ad locum.

29 Cf. Anal. post. A 7. 75 a 38-39, b 3-9 ; ces passages aristotéliciens sont indiqués déjà par TORNAU dans son commentaire du traité plotinien, op. cit., p. 337, 344-345.

30 Cf. Anal. post. B 3. 90 b 24 ; B 13. 96 b 21-23 ; B 17. 99 a 22-23 ; ces textes des Seconds analytiques me semblent plus pertinents que celui, généralement indiqué, de Metaph. M 4. 1078 b 24-25, qui n’est pas un exposé méthodologique, mais plutôt un récit doxographique concernant Socrate.

31 Tim. 27 d-28 a ; 52 a-b.

32 Tim. 29 b-c.

33 Mais cf., par exemple, En. VI 6 [34], 6, 26-29, où il est dit que l’intelligible rend véritable la science qui, s’occupant des choses matérielles, était instable.

34 Cf. les 6 occurrences, dans les Ennéades, du terme συλλογισμός: En. IV 4 [28], 5, 6 et 6, 13 ; IV 5 [29], 4, 45 ;V 8 [31], 7, 40 ;VI 5 [23], 2, 17/18.

35 L’affirmation de l’existence de ces réalités intelligibles simples est le propre de la métaphysique plotinienne, ensuite reprise par exemple par Hermias et Syrianus au Ve siècle ap. J.-C. à l’Ecole platonicienne d’Athènes ; cf. HERMEIAS, in Phaedr., p. 102, 29-103, 3 COUVREUR (éd.) ; SYRIANUS, in metaph., p. 4-34-37 ss. KROLL (éd.) ; pour une discussion des réalités intelligibles simples chez Syrianus cf. LONGO, op. cit., ch.V, p. 282 ss.

36 A vrai dire, le livre B de la Métaphysique d’Aristote présente plusieurs exemples de raisonnements hypothétiques car Aristote, considérant les deux branches des dilemmes qu’il discute, utilise chaque fois, comme hypothèse de départ, une des deux branches pour en développer ensuite les conséquences, mais sans pour autant prendre position pour l’un ou l’autre membre de l’alternative examinée. D’un point de vue théorique, Aristote avait annoncé une discussion de la syllogistique hypothétique (cf. An. pr. 50 a 39 ss.), mais cette entreprise ne sera réalisée que par son disciple Théophraste.

37 A la l. 16 le καί peut avoir une valeur épexégétique (« ces hypothèses, c’est-à-dire les principes susdits »). Dans ce contexte le renvoi, signalé par les éditeurs, à Metaph. M 9. 1086 a 15, reste plutôt à la surface des choses, étant littéral plus que conceptuel (cf. TORNAU, op. cit., p. 352). L’expression « éliminer les hypothèses » rappelle celle de Platon (cf. Rp. VII 533 c 8), mais elle n’a pas le même sens, car chez Platon il s’agissait non pas de détruire les hypothèses en les déclarant fausses, mais plutôt de les dépasser, tout en les utilisant comme des marches pour monter vers le principe ultime (non hypothétique) de toute chose. Plotin utilise ailleurs l’expression « détruire l’hypothèse » (cf. En. IV 5 [29], 8, 10 et 38-39), ainsi que « abandonner l’hypothèse » (En. IV 5 [29], 8, 37), au cas où les conséquences auxquelles elle amène sont intenables ou parce que l’hypothèse est contradictoire en elle-même ; mais il ne fait pas de considérations explicites de nature méthodologique sur un éventuel lien entre le procédé hypothétique et le procédé syllogistique.

38 Toutefois Plotin avait distingué, sans véritable explicitation, la dialectique qui est auprès de l’intelligible de celle qui reste en bas pour s’occuper des propositions et des syllogismes (cf. En. I 3 [20], 4, 16-20).

39 Cf. PROCLUS, in Parmenidem V, 1003, 6-9 ; 1007, 10-34 ; 1033, 30-38 COUSIN (éd.).

40 Cf. PROCLUS, in Parmenidem V, 1031 40-1032, 25 ; et pour l’application à l’un qui est cf. 1009 a-b.

41 Il semble aux éditeurs que cette conception de l’omniprésence du divin est formulée d’une manière analogue à celle d’Aristote dans sa Métaphysique (Λ 8. 1074 b 1-3), mais là encore le lien avec ce texte aristotélicien de la Métaphysique apparaît trop superficiel. Cette conception étant largement répandue dans l’Antiquité, il est difficile d’indiquer un texte philosophique précis que Plotin aurait eu à l’esprit. Tornau pense plutôt à des sources poétiques (cf. TORNAU, op. cit., p. 359-361).

42 Cf. l’emploi de « Un » dans les traductions de E. Bréhier (Plotin, Ennéades VI, par BRÉHIER (Émile), Les Belles Lettres, Paris, 1936, p. 202), CILENTO (op. cit., p. 274), A. H. Armstrong (Plotinus, Works. Enneads, by ARMSTRONG (Arthur Hilary), Harvard University Press, Cambridge Massachussets,1988, p.335), FAGGIN (op.cit.,p. 1151), F. Moriani (Plotino, Enneadi,a cura di CASAGLIA (Mario), GUIDELLI (Chiara), LINGUITI (Alessandro), MORIANI (Fausto), U.T.E.T., Torino, 1998, p. 980), J. Igal (Plotino, Enéadas, Libros V-VI, introd., trad. & notas de IGAL (Jésus), Gredos, Madrid, 1998, p. 359), DUFOUR (op. cit., p. 58-59).

43 L’image du centre à propos de l’Un est chère à Plotin qui l’utilise aussi ailleurs, cf. En. I 7 [54], 1, 24 ;VI 9 [9], 8 ; pour l’image du cercle et de la sphère chez Plotin cf. FERWERDA (Rein), La signification des images et des métaphores dans la pensée de Plotin, J. B. Wolters, Groningen, 1965, p. 30-36 ; BEIERWALTES (Werner), Pensare l’Uno,Vita e Pensiero, Milano, 1991 (trad. it. de Denken des Einen, 1985), p. 56-57, 128-129.

44 Il s’agit de Metaph. Δ 4. 1015 a 7 (sur la matière première, à propos du ch. 11, 37), et de De an. A 2. 405 b 28 (sur le rapprochement de l’âme à la chaleur, à propos du ch. 12, 9).

45 Ces deux textes ont été déjà indiqués par TORNAU (cf. ici la note 29).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Angela Longo, « L’assimilation originale d’Aristote dans le Traité VI. 5 [23] de Plotin », Études platoniciennes, 3 | 2006, 155-175.

Référence électronique

Angela Longo, « L’assimilation originale d’Aristote dans le Traité VI. 5 [23] de Plotin », Études platoniciennes [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://etudesplatoniciennes.revues.org/989

Haut de page

Droits d’auteur

© Société d’Études platoniciennes

Haut de page
  • Revues.org